Appel à communication : « Lieux et non-lieux : liens au corps » (jusqu’au 3 février 2017)

 

ana-mendieta

  • Date limite : 3 février 2017
  • Date et lieu de la journée d’études : avril 2017, université Toulouse Jean-Jaurès.

Corps et espace entretiennent depuis toujours des relations très étroites, ainsi qu’en témoignent la philosophie, les sciences physiques et/ou humaines ou encore les arts. Ces deux “entités” sont envisagées comme intrinsèquement et inextricablement liées. Liées par le seul fait que c’est à travers le corps tout d’abord que se perçoit l’espace : vu, senti, touché, le corps est le premier siège de notre appréhension de l’espace, et c’est en premier lieu à travers ce ressenti qu’il nous est donné à penser. Mais penser les relations du “corps à l’espace” (Merleau-Ponty), c’est aussi distinguer l’espace du lieu : “Topos désigne toujours le lieu où se trouve, où est situé un corps. Et le lieu est indissociable de la constitution de ce corps, c’est-à-dire aussi de son mouvement. […] On distingue ainsi le lieu physique relatif de la propriété ontologique qui fonde cette localisation”, nous indique Jean-François Pradeau dans son article Être quelque part, occuper une place. Topos et chôra dans le Timée1.

Depuis toujours, les arts (architecture, peinture, sculpture, danse, théâtre) n’ont eu de cesse de faire dialoguer corps et lieu(x). Plus récemment, ce sont la performance, la danse et le théâtre contemporains ou encore des dispositifs tels que l’installation qui réinterrogent les relations entre les deux notions. Si l’espace tout comme le corps sont au cœur des préoccupations de l’homme depuis la nuit des temps, ces unions et/ou tensions entre corps et espace prennent aujourd’hui de nouveaux visages : l’avènement récent des technologies numériques a contribué à la naissance d’espaces, “espaces sans lieu” (Anne Cauquelin) tantôt synonymes de liberté, tantôt jugés comme désincarnants. Le lieu pourrait alors être envisagé aussi à travers la figure du non-lieu et/ou de l’utopie, c’est-à-dire de lieu qui n’est nulle part, dont l’art contemporain, selon Anne Cauquelin2, épuise les variations et les déclinaisons : nombreuses sont d’ailleurs les œuvres qui se nourrissent du vide, où les “non-corps” (Nathalie Desmet) créent une présence de l’absence.
Continuer la lecture de Appel à communication : « Lieux et non-lieux : liens au corps » (jusqu’au 3 février 2017)

Appel à communication : Châteaux et spectacles (jusqu’au 30 janvier 2017)

leon_cogniet_-_feu_dartifice_au_cha%cc%82teau_saint-ange

  • Date limite : jusqu’au 30 janvier 2017
  • Date et lieu du colloque : 29, 30 septembre et 1er octobre 2017, Périgueux.

À l’heure de l’exposition que le château de Versailles dédie, jusqu’au printemps 2017, aux Fêtes et divertissements à la cour, l’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord a choisi de consacrer son colloque annuel aux liens entre châteaux et spectacles en élargissant le propos des pratiques curiales à celles ayant pour cadre, du Moyen-âge à nos jours, les châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la lignée de la partition culture savante/culture populaire initiée par Robert Mandrou[1], la seconde étant présentée à la fois comme la seule « authentique » et comme une forme de résistance à l’acculturation des élites. Critiqué et révisé par Jacques Revel et Roger Chartier, ce clivage entre les deux cultures a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle aux limites de plus en plus floues englobant histoire sociale et histoire politique. Pour la période médiévale, après les travaux de Jean Verdon[2] et la publication du congrès du CTHS de Chambéry de 1991[3], le sujet a été longtemps délaissé. Depuis la première décennie 2000, de nouvelles approches sont le fait de littéraires[4] et d’historiens qui ont surtout renouvelé la connaissance de la culture festive de la noblesse, comme élément marqueur de son identité, en particulier Sébastien Nadot qui, dans sa thèse publiée en 2012, assimile les joutes à une pratique sportive[5]. D’autres, en particulier Evelyne Van den Neste pour les villes de Flandres[6], ont revu cette question des joutes et tournois, aujourd’hui la mieux explorée pour la période médiévale tant en milieu urbain que rural où les abords des châteaux en constituent le cadre essentiel.

L’histoire des spectacles urbains à l’époque moderne est en plein renouvellement, croisant histoire et histoire littéraire, comme en atteste, depuis 2014-15, le séminaire d’histoire sociale des spectacles du Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne)[7]. Dans le prolongement de celui-ci une journée d’études s’est tenue à Lyon en juin dernier envisageant les spectacles comme un laboratoire du gouvernement urbain[8]. Que ce soit à Naples[9], à Londres[10] ou dans d’autres villes européennes, il s’agit ici à la fois d’inscrire les spectacles dans une société, dans des pratiques politiques mais aussi dans un espace urbain ce qui conduit à croiser le regard des urbanistes comme à Paris étudiée dans la première modernité par Goulven Oiry[11].

L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose de conforter l’adhésion, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe de la cérémonie du pouvoir, comme l’explore un colloque, organisé en 1990, sur les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles[12]. Les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, peuvent tout aussi bien servir à appuyer la souveraineté qu’à susciter une contre-image, sous l’égide des légitimistes par exemple, le spectacle servant à construire un imaginaire politique de l’assentiment comme du ressentiment.

Continuer la lecture de Appel à communication : Châteaux et spectacles (jusqu’au 30 janvier 2017)

Cycle de séminaires Kinétraces 2017 (de janvier à juin 2017, ENS Ulm et Paris 3 Censier, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-12-01-05

Les séances auront lieu de 18h à 20h à l’ENS (45 rue d’Ulm) ou Paris 3 (Censier)

Mardi 31 janvier 2017 : ENS, Amphi Rataud

Nataliya Puchenkina (Université François-Rabelais de Tours /InTRu – EA6301) : « Réception critique ou construction d’un mythe : la presse cinématographique française face au cinéma soviétique de l’entre-deux-guerres».

Caroline Damiens (CREE / Inalco) : « (Re)découvrir les téléfilms soviétiques comme des objets cinématographiques ».

Lundi 13 février 2017 : ENS, Amphi Rataud

Fanny Van Exaerde (Alithila, Université Lille SHS / VUB) : « « Une poésie de cinéma » Etude historique, génétique et intermédiale des scénarios et dialogues de Jean Cocteau ».

Laetitia Dumont-Lewi (Université Paris8 – Labex Arts H2H) : « Gens de théâtre derrière la caméra : expérimentations télévisuelles de metteurs en scène italiens ».

Lundi 13 mars 2017 : Paris 3 “Semaine des Arts et des Médias ” – la salle sera communiquée quelques jours avant

Roxane Sauvage (Université Paris3 / IRET) : « Sur les interactions entre danse et théâtre entre 1880 et 1921 : au croisement des disciplines et des archives ».

Myriam Fouillet (Université Paris3 / IRCAV) : « La création des costumes dans le cinéma d’après-guerre».

Lundi 24 avril 2017 : ENS, Amphi Rataud

Priscilla Guy (Université de Lille SHS/CEAC) :  » Performer l’archive : perspectives féministes et présences fantomatiques de femmes artistes dans l’oeuvre Singeries « 

Matthieu Péchenet (Université de Lille SHS/CEAC) : « Le témoin dans l’archive autour de 1900 : au croisement de la photographie animée et de l’histoire »

Lundi 15 mai 2017 : ENS, salle Weil

Mathilde Lejeune (Université Lille SHS / CEAC-UNIL / Université de Lausanne) / CEC) : « Les théories de Charles Dekeukeleire à la rencontre de ses propres archives. La notion de « technographie » comme approche méthodologique de l’histoire en cinéma »

Lundi 19 juin 2017 : Paris 3 – la salle sera communiquée quelques jours avant

Thomas Pillard (Université Paris 3 et Bordeaux Montaigne / IRCAV) : « Air France et le cinéma : histoire et archives d’une rencontre audiovisuelle».

Daniel Morgan (Université Paris3 / IRCAV) : « Rétablir la légitimité de l’État : la justice pénale dans le cinéma français de l’après-guerre».

(source : http://www.afrhc.fr/wp-content/uploads/2017/01/2017-01-17_587e445581be7_ProgrammeSeminaireKinetraces-compressed-min.pdf)

Appel à communications : « Le théâtre comme espace de protestation en Espagne (1960-1980) » (jusqu’au 15 janvier 2017).

comicos_de_la_legua-195260314-largeJournée d’études organisée par Anne Laure Feuillastre et Marina Ruiz Cano

Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, CRIIA, EA 369

Mercredi 17 mai 2017, Collège d’Espagne, Paris

Cette journée d’études, organisée dans le cadre du projet de l’Université Paris Lumières « Les espaces temps de la contestation dans la Péninsule Ibérique (1926-2014) », a pour objet le théâtre comme instrument de protestation et de dissidence en Espagne dans les dernières années de la dictature et au début de la démocratie.

La mise en place des régimes totalitaires au XXe siècle en Europe du Sud a provoqué l’apparition de divers mouvements de contestation parmi les oppositions politiques : le théâtre a été l’une des voix de dissidence. L’écriture dramatique a alors pris des voies esthétiques différentes : réalisme social, avant-gardisme, symbolisme. Par quels moyens et procédés les pièces s’élèvent-elles contre le pouvoir en place ? À quoi s’opposent-elles ? La dictature a conditionné ce théâtre de contestation afin d’en limiter la diffusion : la censure gouvernementale a été responsable de l’interdiction et de la mutilation d’un nombre conséquent de pièces et l’Administration a restreint sa portée par des autorisations au compte-goutte, des fonctions uniques, en contexte exceptionnel comme lors de festivals ou de concours littéraires. Le théâtre a ainsi dû s’adapter à ces obstacles en trouvant des mécanismes d’écriture différents et des circuits de diffusion indépendants afin d’atteindre la scène.

Les difficultés qui persistent pour la création dramatique à la fin de la dictature et au début de la démocratie ont donné lieu à un autre type de revendications liées à la profession (grève de 1975, création de l’ATIP en 1976) : dans quelle mesure ces actions ont-elles élargi le champ d’action du théâtre ?

Continuer la lecture de Appel à communications : « Le théâtre comme espace de protestation en Espagne (1960-1980) » (jusqu’au 15 janvier 2017).