Appel à publication : « Cacher / Concealing » (jusqu’au 15 juin 2017)

Date de soumission des propositions : 15 juin 2017
Annonce des résultats de la sélection des propositions : fin juillet 2017
Date de remise des articles : 31 octobre 2017
Publication des textes retenus par le comité de rédaction : mars 2018

 

Ce numéro d’Intermédialités propose d’examiner la relation dynamique entre formes de dissimulation et formes de détection. Sa prémisse est que le domaine du caché, et la façon de (se) cacher, se construisent en synergie avec les manières de percevoir, d’interpréter, de juger et de capter propres à un contexte et à une époque donnée. La dissimulation est une stratégie répondant à de multiples besoins : protéger ce qui est sensible, conserver un avantage stratégique, duper, éviter la réprobation sociale ou les sanctions. Les stratégies employées sont tout aussi diverses. Elles peuvent consister à rendre invisible (camouflage), à obscurcir (créer de la confusion, détourner l’attention), à donner à voir quelque chose pour mieux masquer l’essentiel (déguisement, stéganographie, illusion d’optique) ou encore à protéger l’accès (cryptographie, censure et auto-censure). Celui ou celle qui cherche à dévoiler ce qui est caché pourra également dissimuler les moyens de son observation. Chaque nouveau stratagème de dissimulation engendre un nouvel arsenal de détection, générant en retour de nouvelles formes de dissimulation. Ainsi, les arts de la dissimulation évoluent en fonction de l’avancée des techniques, mais aussi en fonction de l’évolution des normes sociales et des rapports de pouvoir. C’est cet agencement de capacités, mettant en jeu des modalités de connaissance sensible du monde et des stratégies de dérobement, que nous invitons à explorer sous l’angle de leur co-constitution.

Le cas du camouflage militaire est exemplaire de ce rapport d’adaptation mutuelle. Durant la Première Guerre mondiale, des artistes camoufleurs de la Royal Academy of Arts de Londres ont repeint la flotte de navires anglais avec des motifs zébrés et colorés. Tirant parti du progrès des connaissances zoologiques et des innovations formelles de l’art moderne, ce camouflage disruptif (dazzle painting) visait non pas à rendre les bateaux invisibles, mais plutôt à entraver le fonctionnement des appareils de vision (télémètres et périscopes) qui permettaient de calculer la trajectoire des navires. Avec l’arrivée de nouveaux moyens de détection (radar, développement de l’aviation) au cours des années suivantes, cette technique devint obsolète. De nouvelles stratégies de camouflage au sol furent développées pour tromper la vue aérienne des pilotes d’avion (fausses trames urbaines, campagnes factices, installations souterraines), elles-mêmes contrecarrées par le perfectionnement des instruments de navigation et de détection aérienne.

Plus largement, on peut considérer la dissimulation comme un vecteur central dans la composition des sphères privées et publiques. Le monde contemporain est traversé par des logiques (en apparence) contradictoires, où l’hypervisibilité médiatique croise les théories du complot et leur croyance en une vérité cachée, elles-mêmes alimentées par l’opacité des infrastructures techniques et financières. L’environnement numérique, façonné par les données massives et le perfectionnement des algorithmes, a multiplié les possibilités de détection des identités et des comportements (Lyon, 2015). Elles ont suscité une résistance au profilage et à la surveillance, faisant largement usage de pseudonymes, de systèmes d’encryption des messages, mais aussi de masques, de maquillage et de vêtements disruptifs visant à berner les caméras de surveillance et autres logiciels de reconnaissance faciale. Les récents développements de la cryptographie ont par ailleurs donné naissance aux crypto-monnaies (bitcoin), nouvel outil d’occultation des transactions financières, ajouté aux manœuvres des sociétés-écrans. Certaines infrastructures tendent aussi à se soustraire à la vue, pour pallier à leur manque d’acceptabilité sociale : Lisa Parks (2010, 2012) a notamment documenté comment des tours de communication cellulaire sont déguisées en palmiers, cactus géants ou mâts de drapeaux nationaux. L’enfouissement est une autre stratégie pour faire disparaître de la vue des infrastructures jugées dérangeantes, tels les réseaux de pylônes électriques, mais aussi les ordures ménagères et les déchets industriels. Dans l’espace urbain, ce sont les signes de la pauvreté que l’on cherche souvent à cacher, notamment de la vue des touristes. En prévision des Jeux olympiques de Rio, un mur coloré fut construit le long de la route de l’aéroport, officiellement pour protéger du bruit les favelas de Maré, de fait commodément dissimulées.

L’intime et le politique se côtoient dans la dimension cachée des rapports sociaux, dans les corps voilés qui se dérobent à la vue, dans le refoulement des affects. Au cœur des processus d’individuation et de socialisation, le secret joue un rôle essentiel tant dans la formation de la psyché que dans la vie collective (Simmel, 1906). Il crée la possibilité d’un monde parallèle, celui du sacré ou de l’occulte, des arcanes politico-administratives et des sociétés secrètes, qui s’organisent et se transforment en fonction des chances d’être révélés. Et c’est la tension entre volonté de cacher et de révéler qui permet de comprendre avec le plus d’acuité comment s’instaurent les luttes d’agentivité, animées par des rapports d’anticipation mutuelle. Le détective Dupin, dans La lettre volée (Edgar Allan Poe, 1844) reproche aux policiers de ne voir « que leurs propres idées ingénieuses […], quand ils cherchent quelque chose de caché, ils ne pensent qu’aux moyens dont ils se seraient servis pour le cacher ». Or « le ministre, pour cacher sa lettre, avait eu recours à l’expédient le plus ingénieux du monde, le plus large, qui était de ne pas même essayer de la cacher ». Inspiré par cette nouvelle de Poe, Lacan en a tiré dans son « Séminaire sur la Lettre volée » (1966) une réflexion sur la vérité, le réel, le symbolique et l’inconscient, dans lequel il avance que « ce qui est caché n’est jamais que ce qui manque à sa place ». Derrida, dans Le Facteur de vérité (1980), en propose une critique, interrogeant le « déchiffrement psychanalytique » à travers la métaphore de « ». Posant une équation entre voile, texte et tissu, il suggère que la même étoffe cache et montre à la fois. Ce rapport entre surface visible et « doublure d’invisible » (Merleau-Ponty, 1964) pose une visibilité située par rapport à un arrière-plan « l’une [étant] un objet quotidien d’inquiétude pour l’autre » (Larkin, 2013, p. 336). D’ailleurs, lorsqu’on prend conscience de cet arrière-plan, c’est souvent parce que cette architecture invisible s’écroule, secouant la torpeur de l’oubli. On se souvient de la matérialité du réseau internet lorsqu’il défaille. Et lorsqu’une duperie est révélée, écrit Erving Goffman (1977), le cadre de la machination s’effondre pour laisser place au cadre primaire de l’interaction sociale. Quant au dévoilement de l’idéologie, dans la tradition marxiste, elle expose au grand jour la duplicité des apparences, la vie séparée et aliénée créée par le spectacle de la marchandise (Debord, 1967).

Ce numéro spécial vise des contributions qui interrogent la composition des rapports entre dissimulation et détection, en les resituant dans un contexte social, culturel et technique en évolution.

– En quoi les pratiques, arts et techniques de la dissimulation participent-ils à la formation des sphères privées et publiques ?
– Quels rapports de pouvoir sont à l’œuvre dans cette relation ?
– Quelles occasions révèlent l’infrastructure cachée de l’environnement numérique, de l’espace urbain, du champ économique et politique ?
– Et dans quelle mesure les métaphores de voilement/dévoilement, chiffrement/déchiffrement, visibilité/invisibilité, dispersion/captation permettent-elles de comprendre la dimension cachée de la vie sociale ?

Dans le cadre d’une réflexion sur l’intermédialité, nous invitons les auteur.es à penser les formes de cette relation sous l’angle des médiations matérielles et symboliques qui les constituent. Les contributions pourront adopter soit un angle historique, pour éclairer les milieux de développement de ces formes, ou bien s’attacher à comprendre les logiques, tensions et paradoxes du monde contemporain.

Appel à publication en français et en anglais

Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques est une revue scientifique biannuelle qui publie en français et en anglais des articles évalués de façon anonyme par les pairs. Les propositions de contribution (700 mots max.) pourront être écrites en anglais ou en français. Elles devront être envoyées aux adresses suivantes :

Nathalie Casemajor [Nathalie.Casemajor@ucs.inrs.ca]
Sophie Toupin [sophie.toupin@mail.mcgill.ca]

Les articles définitifs devront avoisiner les 6 000 mots (40 000 caractères espaces compris) et pourront comporter des illustrations (sonores, visuelles, fixes ou animées) dont l’auteur de l’article aura pris soin de demander les droits de publication.

Il est demandé aux auteurs d’adopter les normes du protocole de rédaction de la revue disponible à l’adresse suivante :
[FR] http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/protocole-de-redaction.pdf
[EN] http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/submission-guidelines.pdf

Pour de plus amples informations sur la revue, consultez les numéros accessibles en ligne sur la plateforme Érudit:
http://www.erudit.org/fr/revues/im/

Bibliographie

Andrea Mubi Brighenti et Alessandro Castelli, « Social Camouflage; Functions, Logic, Paradoxes », Distinktion: Journal of Social Theory, vol. 17, no 2, 2016, p. 228-249.

Roger Caillois et John Shepley, « Mimicry and Legendary Psychasthenia », October, vol. 31,1984, p. 17-32.

Guy Debord, La société du spectacle [1967], Paris, Gallimard, 1992.

Jacques Derrida, « Le Facteur de la vérité », La carte postale : De Socrate à Freud et au-delà [1980], Flammarion, 2014, p. 399–471.

John Durham Peters, The Marvelous Cloud: Towards a Philosophy of Elemental Media, Chicago, The University of Chicago Press, 2015.

Peter Forbes, Dazzled and Deceived: Mimicry and Camouflage, New Haven, Yale University Press, 2009.

Isla Forsyth, « Designs on the Desert: Camouflage, Deception and the Militarization of Space », Cultural Geographies, vol.  21, no 2, 2014, p. 247-265.

Erving Goffman, Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press, 1986 [1977].

Henrietta Goodden, Camouflage and Art: Design for Deception in World War 2, London, Unicorn Press, 2007.

Jacques Lacan, « Séminaire sur la lettre volée », Écrits, vol. 1, Paris, Éditions du Seuil, 1966.

Brian Larkin, « The Politics and Poetics of Infrastructure », Annual Review of Anthropology, vol. 42, 2013, p. 327-343.

David Lyon, Surveillance after Snowden, Cambridge, Polity, 2015.

Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, suivi de notes de travail, Claude Lefort (ed.), Paris, Gallimard, 1964.

Ginette Michaud, Tenir au secret (Derrida, Blanchot), Paris, Galilée, 2006.

Lisa Parks, « Around the Antenna Tree: the Politics of Infrastructural Visibility », Flow Journal, 2010, https://www.flowjournal.org/2010/03/flow-favorites-around-the-antenna-tree-the-politics-of-infrastructural-visibilitylisa-parks-uc-santa-barbara/ (accédé le 20 mars 2017).

Lisa Parks, « Technostruggle and the Satellite Dish: a Populist Approach to Infrastructure », dans Goran Bolin (dir.), Cultural Technologies: The Shaping of Culture in Media and Society, London, Routledge, 2012, p. 64-84.

Edgar Allan Poe, « La Lettre volée », Histoires Extraordinaires [1856], Charles Baudelaire (tr.), Paris, Michel Lévy frères, 1869, p. 93-124.

Lone Riisgaard et Bjørn Thomassen, « Powers of the Mask: Political Subjectivation and Rites of Participation in Local-Global Protest », Theory, Culture, Society, vol. 33, no 6, 2016, p. 75–98.

Hanna Rose Shell, Hide and Seek: Camouflage, Photography, and the Media of Reconnaissance, Cambridge, MIT Press, 2012.

Georg Simmel, « The Sociology of Secrecy and of the Secret Societies », American Journal of Sociology, 1906, vol. 11, p. 441–498.

Nicole Starosielski, The Undersea Network, Durham, Duke University Press, 2015.

Kurt H Wolff, « The Secret and the Secret Society », dans The Sociology of Georg Simmel. Glencoe, The Free Press, 1950, p. 301-378.

Appel à communications : « Le théâtre comme espace de protestation en Espagne (1960-1980) » (jusqu’au 15 janvier 2017).

comicos_de_la_legua-195260314-largeJournée d’études organisée par Anne Laure Feuillastre et Marina Ruiz Cano

Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, CRIIA, EA 369

Mercredi 17 mai 2017, Collège d’Espagne, Paris

Cette journée d’études, organisée dans le cadre du projet de l’Université Paris Lumières « Les espaces temps de la contestation dans la Péninsule Ibérique (1926-2014) », a pour objet le théâtre comme instrument de protestation et de dissidence en Espagne dans les dernières années de la dictature et au début de la démocratie.

La mise en place des régimes totalitaires au XXe siècle en Europe du Sud a provoqué l’apparition de divers mouvements de contestation parmi les oppositions politiques : le théâtre a été l’une des voix de dissidence. L’écriture dramatique a alors pris des voies esthétiques différentes : réalisme social, avant-gardisme, symbolisme. Par quels moyens et procédés les pièces s’élèvent-elles contre le pouvoir en place ? À quoi s’opposent-elles ? La dictature a conditionné ce théâtre de contestation afin d’en limiter la diffusion : la censure gouvernementale a été responsable de l’interdiction et de la mutilation d’un nombre conséquent de pièces et l’Administration a restreint sa portée par des autorisations au compte-goutte, des fonctions uniques, en contexte exceptionnel comme lors de festivals ou de concours littéraires. Le théâtre a ainsi dû s’adapter à ces obstacles en trouvant des mécanismes d’écriture différents et des circuits de diffusion indépendants afin d’atteindre la scène.

Les difficultés qui persistent pour la création dramatique à la fin de la dictature et au début de la démocratie ont donné lieu à un autre type de revendications liées à la profession (grève de 1975, création de l’ATIP en 1976) : dans quelle mesure ces actions ont-elles élargi le champ d’action du théâtre ?

Continuer la lecture de Appel à communications : « Le théâtre comme espace de protestation en Espagne (1960-1980) » (jusqu’au 15 janvier 2017).

Appel à communication et publication : « 1917. Que reste-t-il d’une révolution ? » (jusqu’au 15 décembre 2016)

vertov

1917. Que reste t-il d’une révolution ?

Le cinéma, l’histoire, l’art, la politique

Numéro Spécial de la Revue Ecrans

Octobre 2017

On peut s’introduire dans le 20ème siècle de bien des manières. Mais il est certain que la révolution de 1917 est l’une des rares qui fasse coïncider la fin d’un empire, l’avènement d’un pays communiste et la naissance des premières utopies esthétiques. S’agissant du cinéma, l’événement nous met au contact d’une réalité bien particulière qui veut que le destin d’un art soit intimement lié au sort d’une révolution politique. Le cinéma russe et soviétique a, de ce point de vue, longtemps joui d’une autorité esthétique qu’il devait à ses essais théoriques autant qu’à quelques cinéastes – Koulechov, Poudovkine, Eisenstein, Vertov, Dvojenko, etc. – dont les œuvres ont impressionné l’époque. Pourtant, si l’on s’en tient à la stricte chronologie, les écrits russes sur le cinéma sont postérieurs aux textes qui s’écrivent en Europe et aux Etats-Unis. Les futuristes italiens publient en 1912 le Manifeste technique de la littérature futuriste qui compose une première apologie du cinéma, suivie en 1916 d’une Cinématographie futuriste signée par Marinetti, Corra, Balla, Settimielli, Ginna et Chiti. Aux Etats-Unis Eustache Hale Ball et James A. Taylor rédigent respectivement en 1913 et 1914 les premiers manuels à destinations des scénaristes et cinéastes américains, tandis que Vachel Lindsay fait paraître en décembre 1915 The Art of the Moving Picture, suivi quelques mois plus tard par Hugo Münsterberg qui publie 1916 The Photoplay : A psychological study. Quant à la France, elle crée ses premières revues de cinéma dès 1908 (Ciné-Journal), Maurice Raynal tient sa première chronique cinématographique en 1913 dans Les Soirées de Paris que fonde Guillaume Apollinaire, les premiers articles de Louis Delluc datent de 1917 et Philippe Soupault fait paraître ses poèmes cinématographiques en 1918. Or, lorsqu’on regarde du côté des premiers écrits russes sur le cinéma, on observe que les futuristes russes ne lui sont pas encore favorables. Meyerhold (Théâtre de foire, 1912) et Maïakovski (Théâtre, Cinéma, Futurisme, 1913) refusent d’y voir un art, avant de changer d’avis quelques années plus tard au contact des transformations politiques qui remettent le cinéma au premier plan (Meyerhold, Le portrait de Dorian Gray, 1918 ; Maïakovski, Cinéma et Cinéma, 1922). Il faut ainsi attendre 1917 pour que Koulechov écrive sa première défense du cinéma, 1921 pour que soit fondée la Fabrique de l’acteur Excentrique (FEKS), 1922 pour que l’on puisse lire le premier texte d’Eisenstein sur le cinéma (Le Huitième art), 1923 pour que soit créé le Front Gauche de l’Art (LEF).

Continuer la lecture de Appel à communication et publication : « 1917. Que reste-t-il d’une révolution ? » (jusqu’au 15 décembre 2016)

Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

1erecouv

Série d’entretiens autour de différents axes :

Comment collectionner la photographie aujourd’hui?

La photographie occupe aujourd’hui une place importante dans la plupart des grandes institutions muséales. Elle est reconnue comme un art à part entière, constituant les bases de collections établies. Clément Chéroux, conservateur en chef, Karolina Ziebinska-Lewandowska, conservatrice du Cabinet de la Photographie au MNAM Centre Pompidou et leurs invités, s’interrogeront sur les orientations à donner à une collection de photographies.

La revue « Provoke » entre art et politique dans les années 60 au Japon

Cette revue culte a bouleversé l’histoire de la photographie. Dans le cadre de l’exposition Provoke, entre contestation et performance au BAL, Diane Dufour, co-commissaire, et ses invités proposeront analyse transversale de Provoke, de son contexte historique et ses liens avec l’émergence des arts performatifs au Japon dans les années 1960.

La photographie au-delà de la représentation

Jens Hoffmann, directeur adjoint du Musée juif de New York, et curateur principal du Musée d’art contemporain de Détroit s’interrogera sur l’utilisation de l’image numérique, d’appareils photo spécifiques ou d’objectifs, de choix de papiers photo ou de développements techniques sélectionnés spécifiquement pour produire des oeuvres photographiques qui aillent au-delà de la représentation de l’image. Il questionnera les caractéristiques du médium telles que la matérialité, la couleur, la forme et la surface de la photographie elle-même.

La photographie et le cinéma

Matthieu Orléan, collaborateur artistique à La Cinémathèque française, abordera avec des cinéastes, artistes, critiques et conservateurs, la question de l’apport de la photographie vernaculaire dans des projets cinématographiques, ainsi que la place particulière, dans l’histoire de l’art, de la photographie de plateau. Il dialoguera également avec deux artistes sur leur pratique, conjointe et paradoxale, de la photographie et du cinéma.

L’artiste comme…

Pascal Beausse, responsable des collections photographiques du Centre National des Arts Plastiques, s’entretiendra avec des artistes sur les rôles qu’ils endossent dans le cadre de leurs pratiques mais aussi dans la diffusion et la monstration de leurs images : l’artiste comme curateur, collectionneur, enquêteur, activiste, poète…

Continuer la lecture de Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

Appel à communication : « Picasso and identity » (jusqu’au 15 octobre 2016)

picasso

The Museu Picasso, Barcelona and the Fundació Palau. Centre d’artare pleased to welcome the III Picasso Congress 2017, an initiative of the Musée Picasso, Paris that will be held for the first time in Barcelona and Caldes d’Estrac.

The congress is scheduled for April 27 through 29 and will welcome academics, researchers and scholars from all over the world, offering them a forum in which to share their knowledge and expertise on Picasso.

The organizing committee welcomes proposals for papers addressing the topic of “Picasso and Identity.” In addition to scholars, critics, and curators, we hope to attract a wide variety of participants, including artists, writers, and students. We seek submissions from our globally diverse community.

We encourage candidates to address the topic of Identity in the most creative terms, without being constrained by conventional definitions. We offer the following suggestions of themes within the topic of Identity as a means to stimulate proposals, without seeking to limit lines of inquiry.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Picasso and identity » (jusqu’au 15 octobre 2016)

Journée d’études : « D’une crise à l’autre aux Etats-Unis (1929-2008). Approches historiques et sociologiques des crises et des politiques sociales aux Etats-Unis » (21 janvier 2016, Université Paris-Diderot, Paris)

Journée d’études le jeudi 21 janvier 2016 organisée par le Centre d’études nord-américaines (EHESS, Mondes Américains) et le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (UMR 8225) à l’Université Paris-Diderot (SPC), Bâtiment Olympe de Gouges, salle 830.

PROGRAMME

9h30 – Isaac W. Martin, professeur de sociologie, Université de Californie – San Diego (Etats-Unis). Présentation de l’ouvrage.

10h – Discutants : Alexia Blin (EHESS, Mondes Américains), Jefferson Cowie (Vanderbilt University), Camille François (Université Paris 8), Gabriel Lattanzio (Paris Diderot) et Romain Huret

Pause déjeuner

14h – Jefferson Cowie, professeur d’histoire, Université Vanderbilt (Etats-Unis). Présentation de l’ouvrage.

14h30 – Discutants : Isaac W. Martin, Paul Schor (Université Paris Diderot), Caroline Rolland-Diamond (Université Paris Ouest Nanterre), Jean-Christian Vinel et Romain Huret

Les introductions sont disponibles sur demande auprès des organisateurs.

Contacts: Jean-Christian Vinel (jean.christian.vinel@gmail.com) et Romain Huret (rhuret@ehess.fr)

Inscriptions: Jean-Christian Vinel (jean.christian.vinel@gmail.com).

NB : L’accès au bâtiment étant limité pour des raisons de sécurité, l’inscription est nécessaire.

(source : http://www.univ-paris-diderot.fr/EtudesAnglophones/pg.php?bc=CHVR&page=fiche_colloque&g=sm&numevent=231)

Cycle de séminaires : « Pour une iconographie politique des dominé-e-s. Objets, méthodes, enjeux » (novembre 2015 à mars 2016, Paris)

 

Séminaire co-organisé par le LabToP/CRESPPA (CNRS-UMR 7217) et le CEMTI (EA 3388) avec le soutien du Labex Arts-H2H

Coordinateur : Maxime Boidy (post-doctorant Labex Arts-H2H – CEMTI – Paris 8)

Contact : maxime.boidy@live.fr

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01) et d’une aide de l’Université Paris 8-Saint-Denis dans le cadre de ses programmes d’aide à la recherche.

Programme Séminaire Iconographie des Dominé-e-s

Argumentaire Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Pour une iconographie politique des dominé-e-s. Objets, méthodes, enjeux » (novembre 2015 à mars 2016, Paris)