Cycle de rencontres : « Autorités de l’histoire de l’art dans les contextes français, allemand et polonais » (d’octobre 2016 à mai 2017)

autorites-de-lhistoire-de-lart-dans

Organisé par le Centre allemand d’histoire de l’art Paris et l’Institut polonais de Paris.

Séance de 14h à 18h au DKF Paris, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

La plupart des méthodes et des interprétations mises en œuvre aujourd’hui par l’histoire de l’art se sont forgées à travers une critique des discours hérités de la culture scientifique du XIXe siècle : depuis les années 1960, elles ont questionné les classements par école nationale et par style, elles ont interrogé la division entre grand art et expressions populaires, elles ont reconnu et analysé les hégémonies colonialistes, elles se sont intéressées aux phénomènes de métissage engendrés par la circulation des œuvres. Elles ont ainsi mis en question les normes, les ordres et les hiérarchies longtemps en vigueur en histoire de l’art. Cependant, elles ont aussi à leur tour institué de nouvelles hiérarchies, de nouvelles relégations, en reposant souvent sur des catégories binaires (comme réactionnaire et progressiste, engagement et autonomie, universel et international, local et global) et sur d’autres enjeux idéologiques restés trop peu interrogés.

Le recul nous invite à revenir de manière critique sur ces méthodes elles-mêmes, en les situant dans le contexte de la guerre froide qui les a vues naître et les a durablement marquées. L’appartenance des artistes, des critiques et des historiens au bloc de l’Est ou à celui de l’Ouest, aux pays non alignés ou aux pays dits du Tiers Monde a déterminé l’usage et la signification de leurs concepts. La chute du Mur a établi l’autorité de certains des discours d’alors sur d’autres, conduisant à un nivellement. En présupposant une communauté d’intérêts et de références partagés, le développement des perspectives globales a renforcé cette uniformisation, pourtant contredite dans les faits par l’accroissement des inégalités et la recrudescence des nationalismes.

Nous voulons prendre la mesure de ces héritages et interroger les ordres qu’ils ont contribué à établir pour ouvrir de nouvelles perspectives. Un regard critique sur les aspects politiques et historiques sous-jacents à nos catégories ne pourra toutefois émerger que de la mise en relation de chercheurs d’horizons académiques différents, et de la prise de conscience de la trajectoire singulière à partir de laquelle chacun forme son point de vue. Seule une mise en commun des questionnements historiographiques permettra de saisir les partages et les différences dans l’usage des concepts, les partis pris idéologiques, la formation des institutions, l’interprétation et la présentation de l’art durant la guerre froide et après 1989.

Dans cette optique, nous avons imaginé faire se rencontrer différentes personnalités européennes reconnues pour leur importance dans l’histoire de l’art et les musées, issues de différents espaces et de différentes traditions, pour qu’elles mettent en contexte de façon précise les significations, les formations, les découpages institutionnels qu’elles jugent les plus caractéristiques de leur champ d’activité. Venant à la suite du projet de recherche « À chacun son réel » qui portait sur « la notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA et Pologne entre 1960 et 1989 », le cycle de rencontres que nous organisons restera centré sur les contextes français, allemand et polonais. Il prolongera aussi l’axe de recherche actuellement développé par le Centre allemand d’histoire de l’art, consistant à sortir du cadre des études nationales et du comparatisme pour aborder les problèmes méthodologiques à partir d’une historiographie critique. Notre intention principale est d’écouter des personnes parler de leur propre parcours, de faire naître des discussions inédites, de créer un espace de réflexion transrégional où puissent coexister plusieurs histoires de l’art.

Mathilde Arnoux, Lena Bader, Clément Layet, Matylda Taszycka Continuer la lecture de Cycle de rencontres : « Autorités de l’histoire de l’art dans les contextes français, allemand et polonais » (d’octobre 2016 à mai 2017)

Appel à communication : « Text/ures : l’objet livre du papier au numérique » (jusqu’au 1er septembre 2016)

Ce colloque est le dernier volet du projet « Text/ures : l’objet livre du papier au numérique », qui explore la gamme d’objets hybrides que sont les livres d’artistes, les livres animés, les ouvrages composites de la littérature contemporaine, les livres sculptures ainsi que les nouveaux livres numériques, qui chacun à leur façon, par leur appartenance à la fois au domaine littéraire et à la culture graphique ou plastique échappent à toute tentative de classification. Par text/ures, on entend explorer le rapport entre le texte et sa matière, la façon dont il est mis en relief, voire activé par des mécanismes papier ou numériques. A qui s’adressent ces objets livres ? Quelle(s) temporalité(s) de lecture nécessitent ces ouvrages ? Quels modes d’accès au sens convoquent-ils ? Plus largement, sont-ils voués à être vus, lus, exposés, dépliés, manipulés, collectionnés, conservés ? L’idée est de travailler au coeur de la matière pour explorer aussi bien les assemblages du texte que ses déploiements haptiques.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Text/ures : l’objet livre du papier au numérique » (jusqu’au 1er septembre 2016)

Appel à communication : « Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement ! » (jusqu’au 10 avril 2016)

Famille de cosmonautes

DATE LIMITE : 10 AVRIL 2016

DATE ET LIEU DU COLLOQUE : 8-9 DECEMBRE 2016, LOUVAIN-LA-NEUVE/MONS, BELGIQUE

En ces temps de dématérialisation, à l’heure du tout virtuel, il semblerait que nous assistions à un retour des objets du passé. Des mots, des modes et des usages culturels confirment le phénomène : vintage, reboot, remake, remastering, vinyle, polaroïd, rétro, néo, customisation, sépia… Récemment, un magazine féminin consacrait l’un de ses articles à l’art oublié du diorama. En 2011, le journaliste et théoricien anglais Simon Reynolds signait déjà un ouvrage intitulé Rétromania montrant comment la culture musicale contemporaine se tournait désormais essentiellement vers le passé…

Continuer la lecture de Appel à communication : « Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement ! » (jusqu’au 10 avril 2016)

Cycle de séminaires : « Arts et Sociétés » (de septembre 2015 à avril 2016, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris)

Tati

Une fois par mois à 17h au centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris.

Inscription obligatoire : artsetsocietes@gmail.com.

LES CHOSES (2015-2016)

En histoire de l’art, les choses sont l’occasion pour les artistes de parler du vivant autrement. Leur statut évolue au cours du temps en nous renseignant sur l’idée que les humains se font d’eux-mêmes et du monde qui les entoure.

Les artistes sont parmi les premiers à les prendre au sérieux, non pas comme avant tout inférieures, mais douées de charme, de sens et de facultés propres à donner matière à penser, à croire, à rêver.

En les abandonnant à leur circulation, ils ont confié aux collectionneurs et aux musées le soin de classer leurs représentations. Or, il n’y a pas de « sujet » plus déstabilisant que les choses, qui ne vienne plus efficacement mettre en cause les catégories les plus assurées.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Arts et Sociétés » (de septembre 2015 à avril 2016, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris)