Appel à communication : « La nature » et « Les Etats-Unis », pour participer à la 6e édition des Rencontres internationales d’étudiants avancés dans les études d’histoire de l’art, Festival de l’histoire de l’art (jusqu’au 15 mars 2017)

 

DATE LIMITE : 15 mars 2017

DATES ET LIEU DES RENCONTRES : du 2 au 4 juin 2017, à Fontainebleau.

Le Festival de l’histoire de l’art, pour la sixième année consécutive, propose des Rencontres internationales d’étudiants avancés dans les études d’histoire de l’art (Master II ou doctorat). Il s’agit d’offrir aux étudiants sélectionnés la possibilité de suivre l’ensemble des manifestations du Festival et de bénéficier d’échanges particuliers avec un certain nombre de ses intervenants. Le Festival accueillera un groupe d’étudiants français, un groupe d’étudiants américains et un groupe d’étudiants de l’Union européenne.

Téléchargez l’appel à participation en français.
Download the Call for Applications to the 2017 International Students Sessions in English.

Continuer la lecture de Appel à communication : « La nature » et « Les Etats-Unis », pour participer à la 6e édition des Rencontres internationales d’étudiants avancés dans les études d’histoire de l’art, Festival de l’histoire de l’art (jusqu’au 15 mars 2017)

Appel à communication : « Nature » (jusqu’au 11 décembre 2016)

06-516712_boudoir-de-la-reine_decadre-680x676

 

DATE LIMITE: 11 décembre 2016
DATE ET LIEU DU FESTIVAL: 2, 3 et 4 juin 2017 à Fontainebleau

Pour la 7e édition du Festival de l’histoire de l’art, qui aura lieu les vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 juin 2017 à Fontainebleau, vous êtes invités à proposer vos projets de communication sur le thème Nature. La date limite de dépôt des propositions est le 11 décembre 2016.  Continuer la lecture de Appel à communication : « Nature » (jusqu’au 11 décembre 2016)

Appel à publication : « Le végétal », catalogue d’exposition (jusqu’au 23 novembre 2016)

michel-blazy-ibookgarden-2014

  • DATE LIMITE : 23 novembre 2016
  • DATE DE REMISE DES TEXTES : fin décembre 2016

Dans le cadre de sa triennale d’art contemporain « April Dapsilis », qui portera cette année sur « Le Végétal », la Galerie Le point Fort désire éditer un catalogue faisant état de l’actualité de la recherche à ce sujet, qui approfondira les questions relatives à la place et aux acceptations possibles de la notion de « végétal » dans l’art contemporain.

Si la Nature fut, plusieurs siècles durant, enjeu de l’invention mimétique et de la sublimation du réel tout à la fois, et en tant que telle modèle idéel des Beaux-Arts, sa position, à l’aune du XXIe siècle, reste à définir. L’abandon des académismes au siècle dernier, tout comme l’arrivée de nouveaux matériaux dans le champ de l’art, ont remis en question le modèle en place et fait vaciller ses certitudes.

Quelle pertinence et quel rôle le végétal, au sens large, peut-il encore prendre dans l’art d’une société industrielle, voire post-industrielle ? Que peut-il nous en dire ? La Nature, facteur d’ordre et de beauté picturale, n’était-elle pas comprise dans un sens contraire à son essence végétale, même lorsqu’elle touche au Sublime ? L’ampleur prise par Internet nous invite à penser en réseau, créant une nouvelle forme d’intelligence ; qu’en est-il des feuilles, végétaux, fleurs, quelle place occupent-ils encore dans ce nouveau système ? De l’utilisation du végétal en tant que matière même, transformée ou non, dans l’art contemporain à l’adoption de modèles envahissants et rhizomatiques faisant échos à sa véritable Nature, l’art en envisage aujourd’hui de multiples approches.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Le végétal », catalogue d’exposition (jusqu’au 23 novembre 2016)

Appel à publication : « Après le paysage : l’art, l’inscription et la représentation de la nature en Amérique latine aujourd’hui », revue Artelogie (jusqu’au 30 septembre 2016)

artelogia-1

  • DATE LIMITE : 30 SEPTEMBRE 2016

Les représentations artistiques de la nature en Amérique latine rendent compte d’une construction culturelle tempérée par les processus de la colonisation européenne depuis le XVe siècle et de sa formalisation ultérieure, en tant qu’états modernes, depuis le début du XIXe. Les images de sites naturels et culturels produites dans cette période représentent une expérience, directe ou différée, des artistas, principalement étrangers, qui ont contribué à créer un imaginaire déterminé par l’exotisme, la végétation luxuriante, le sublime ou encore le pittoresque. La perception de la nature prend forme à partir des modèles esthétiques de la tradition européenne, mise en tension, en dialogue ou en combinaison, avec les cultures locales. De cette manière, ils conforment des modèles épistémologiques (esthétiques et scientifiques) pour s’approprier de la réalité particulière à ces régions.

Depuis une position de critique postcoloniale, ils ont vu le jour, au cours des dernières années, des œuvres d’art et des études de réinscription historique, dans lesquelles se révèle la fonction potentiellement colonisant, des représentations visuelles de la nature américaine produites par (et en principe aussi pour) le regard européen . Ces travaux critiques ont détecté les dislocations et les interférences esthétiques que la rencontre entre l’Europe et l’Amérique déclenchait dans les deux sens, transformant de façon décisive la relation des sujets avec l’environnement naturel.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Après le paysage : l’art, l’inscription et la représentation de la nature en Amérique latine aujourd’hui », revue Artelogie (jusqu’au 30 septembre 2016)