Journée d’études “Fragmentations. Transcriptions d’un nouveau rapport au monde dans les pratiques artistiques du XIXe au XXIe siècle”

La journée d’études doctorale « Fragmentations » porte sur la transcription, dans les arts, d’une expérience renouvelée du réel. À partir du XIXe siècle, au moment où se développent les « machines à voir » telles que le kaléidoscope ou phénakistiscope et de nouveaux moyens de locomotion que sont la voiture et le train, un autre mode de perception se définit : la technique réduit les distances et parcellise la vision. Au XXe siècle, la prise d’importance exponentielle des médias de masse au travers de la télévision et des magazines, ainsi que les derniers outils de communication comme le téléphone et les réseaux sociaux, modifient significativement le rapport de l’être humain aux images. Conséquence des nouveaux usages technologiques, la représentation du monde se façonne, dans la seconde moitié du siècle, à travers un assemblage simultané et profondément hétérogène. Aujourd’hui, la multiplication des écrans, les pratiques de zapping, de scrolling et la juxtaposition d’éléments parfois sans lien, ainsi que l’accès instantané à l’information, deviennent autant d’obstacles à une expérience perceptive unifiée et continue, et imposent la nécessité d’une nouvelle écologie de la concentration.

PROGRAMME

09h45 – Introduction de la journée d’études

Angela Vettese, professeure associée de Théorie et critique de l’art contemporain et directrice du Master Arts visuels et mode au Dipartimento di Culture del progetto de l’université IUAV de Venise, L-ART/04

 

AXE 1. DISSÉQUER : DÉCOMPOSER LE CORPS

10h15

Quentin Petit Dit Duhal, doctorant à l’université Paris Nanterre, HAR

Consommer ORLAN : production fragmentée et corps prostitué

10h45

Rémi Lauvin, doctorant à l’université Paris Diderot, CERILAC

Les bras m’en tombent ! Les corps en kit du cinéma, 1896-1918

11h15 – Pause

AXE 2. ASSEMBLER : RÉVÉLER UNE NOUVELLE RÉALITÉ

11h30

Margaux Lyonnet, doctorante à l’université de Lille, ALITHILA

Atmosphère scénique futuriste : la fragmentation dans l’œuvre d’Enrico Prampolini des années 1920

12h00

Rosanna Gangemi, doctorante à l’université libre de Bruxelles – PHI, université Sorbonne Nouvelle – CEREG

Esthétique d’une apocalypse ordinaire : le dévoilement de la réalité dans les juxtapositions de John Heartfield et Alfred Döblin

12h30 – Questions et conclusion de la matinée

Théo Esparon, doctorant à l’université Paris Nanterre, HAR, co-organisateur de la journée d’études

13h00 – Pause déjeuner

AXE 3. DISTINGUER : CONSTRUCTIONS IMAGINAIRES

14h30

Nicole Cappellari, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise, HiCSA

La « ville comme collage » dans les théories des architectes de l’urbain en France (1970-1989)

15h00

Marie-Pierre Burquier, doctorante à l’université Paris Diderot, LARCA

Expérience fractionnée de l’Âge d’or hollywoodien par les remontages expérimentaux contemporains

15h30 – Pause

15h45

Anna Battiston, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise, HiCSA

La Biennale de Venise du 1964 et le Pop italien : fragments du réel pour une nouvelle mythologie iconique

16h15 – Questions et conclusion de l’après-midi

Déborah Laks, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Science Po, enseignante à l’École du Louvre, à l’université de Genève et à la Parsons New School.

16h45 – Apéritif

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Anna Battiston, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise

Juliette Bessette, doctorante à Sorbonne Université

Juliette Degennes, doctorante à l’université Paris Nanterre

Théo Esparon, doctorant à l’université Paris Nanterre

Emeline Houssard, doctorante à Sorbonne Université

Marion Sergent, doctorante à Sorbonne Université

Cette journée d’études fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet Hypothèses de l’association.

Elle est organisée avec le soutien du Centre André Chastel (UMR 8150), du Laboratoire HAR (EA 4414), de l’École doctorale 124 (Sorbonne Université), de l’École doctorale 395 (Paris Nanterre) et de l’École doctorale 138 (Paris Nanterre).

Remerciements à Arnauld Pierre, Professeur à Sorbonne Université.

Remerciements à Athina Alvarez pour le graphisme.

Contact : association1920@gmail.com

 

Appel à communications : « Fragmentations. Transcriptions d’un nouveau rapport au monde dans les pratiques artistiques du XIXe au XXIe siècle » (jusqu’au 11 février 2019)


John McHale, Sans titre, collage, non daté (vers 1954),  30 x 46 cm,
Yale Center for British Art, don de Magda Cordell McHale 
© Yale Center for British Art


Si ce sont les plumes qui font le plumage, ce n’est pas la colle qui fait le collage
.[1]

Max Ernst

       Comme le laisse ici deviner Max Ernst, les qualités d’un collage, en art, ne tiennent pas tant dans ses propriétés de médium artistique que dans le nouveau rapport au monde qu’il permet à l’artiste d’exprimer. Cette pratique résulte d’un processus de fragmentation visuelle, d’une séparation et d’un découpage du réel en morceaux, puis d’une recomposition de ce dernier dans une forme inédite : de quoi découle cette idée de morcellement ?

À partir du XIXe siècle, au moment où se développent les « machines à voir », kaléidoscope ou phénakistiscope, et les nouveaux moyens de locomotion, voiture ou train, un nouveau mode de perception se définit : la technique réduit les distances et parcellise la vision. Au XXe  siècle, la prise d’importance exponentielle des médias tels que la télévision et les magazines, ainsi que les nouveaux outils de communication, du téléphone aux réseaux sociaux, modifient significativement le rapport de l’homme à l’image, qui devient un élément essentiel de la société du spectacle théorisée par Guy Debord. De plus une multitude d’images, devenues désormais symboles au service de la consommation de masse, envahissent l’espace urbain contemporain. Conséquence des nouveaux usages technologiques, la représentation du monde se façonne, dans la seconde moitié du siècle, à travers un assemblage simultané et profondément hétérogène. La multiplication des écrans, le zapping, le scrolling et la juxtaposition d’éléments parfois sans lien, ainsi que l’accès instantané à l’information, deviennent autant d’obstacles à une expérience perceptive unifiée et continue, et imposent la nécessité d’une nouvelle écologie de la concentration.

Ce nouveau rapport au réel est exprimé par les artistes à travers un large éventail de solutions plastiques. Les premiers, les artistes cubistes et futuristes cherchent à traduire l’expérience simultanée des différentes dimensions de l’espace et du temps sur une surface plane. La juxtaposition de divers points de vue au sein d’un même espace visuel et temporel est ainsi systématisée. Il est notable qu’Umberto Boccioni décrit le phénomène de fragmentation comme l’expression d’une unification, d’une continuité : « L’accusation de cinématographie nous fait rire comme une imbécillité vulgaire. Nous ne subdivisons pas les images visuelles, nous recherchons un signe, ou plutôt, une forme unique qui remplace l’ancien concept de division par le nouveau concept de continuité[2]. »

Quelques années plus tard, les artistes dada et surréalistes composent et décomposent avec des procédés de juxtaposition aléatoire et de libre association, laissant une large place au hasard, pour rendre compte de la combinaison d’éléments disparates du réel. Dans l’après Seconde Guerre mondiale, ce sont les affichistes qui, à travers la pratique de l’arrachement, déchirent les publicités qui les entourent dans l’espace quotidien et rendent ainsi compte de l’expérience de la multiplicité des images produite par la société de masse. Les artistes du pop art s’approprient cette même iconographie en la saisissant à travers de multiples sources, notamment journaux, pulps et magazines. De même le cinéma, par le montage, peut créer une continuité diégétique ou faire s’entrechoquer les images, accentuant les hiatus. En littérature, les écrivains de la Beat Generation mettent au point la technique du cut-up, consistant en le prélèvement de fragments d’écrits existants, réarrangés entre eux de manière à créer un nouveau texte.

Les exemples donnés ici à titre indicatif sont loin d’être exhaustifs. Des questions communes émergent cependant face à ces multiples expérimentations : comment les artistes intègrent-ils l’expérience de la fragmentation à leur pratique ? Comment l’esthétique du morcellement peut-elle nous aider à cerner notre rapport au réel ? Nous accueillons tous les projets de communication qui se proposent d’étudier la traduction d’une expérience fractionnée de la réalité dans les productions artistiques, du XIXe siècle au XXIe siècle, dans le champs des arts plastiques, de la photographie, du cinéma, de l’architecture et des nouveaux médias.
Cette journée d’études est ouverte à toutes les doctorantes et tous les doctorants. Les personnes intéressées doivent envoyer leur bio-bibliographie et leur proposition de communication (entre 2000 et 3000 signes) à association1920@gmail.com avant le 11 février 2019.
Elle se tiendra le vendredi 3 mai de 9h30 à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art et fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet hypothèse de l’association.

Journée d’études “Transformations photographiques. Expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle”

La journée d’études doctorale « Transformations photographiques » propose de s’interroger sur les expérimentations de ce médium dans les arts visuels de la période contemporaine.

Au XIXe siècle, des photographes tentent de faire échapper la photographie à sa simple fonction documentaire et à sa forme d’empreinte inaltérable, en élaborant des interventions sur les différentes étapes de développement du médium photographique en vue de créer un objet pictural unique.

Dans son essai « La photographie, ce qu’elle était, ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être » (1929), László Moholy-Nagy décrit les manipulations photographiques comme l’un des aspects de la création contemporaine « où la technique seule s’avère insuffisante : elle est un moyen, non un but » pour que naisse une œuvre graphiquement cohérente.

De même, Marcel Natkin, dans Truquages en photographie (1939), défend des étapes de transformations photographiques (photogrammes, taches, trames, relief, photomontages, déformations, solarisation…) devant être considérées comme des « procédés modernes d’interprétation photographique ». Ces théories visent à détacher la photographie d’une simple volonté de restitution du réel, afin qu’elle trouve son indépendance en tant que médium.

Cette rencontre scientifique « Transformations photographiques » entend explorer au travers de neuf communications des pratiques de déformation, dissimulation, démontage, assemblage, matérialité, architecture et expérience dans l’espace de la photographie sur une chronologie allant du XIXe au XXIe siècle.

PROGRAMME

INTRODUCTION DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES

9h30
Guillaume Le Gall, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Sorbonne Université

  1. DÉFORMATION ET DISSIMULATION

10h00
Expérimentations optiques dans la première moitié du XXe siècle. Stéphanie Barbier, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

10h30
La peinture sur photographie des années 1960-1970 : « une projection compensatoire » ? Jean-Rémi Touzet, Doctorant à l’université Paris Nanterre

11h00
L’altération du médium comme procédé critique dans Embedded (2011) de David Birkin. Julie Martin, Doctorante à l’université Toulouse Jean Jaurès

11h30 — Pause

  1. DÉMONTAGE ET ASSEMBLAGE

11h45
Combination-printing : les « patchworks » d’Henry Peach Robinson (1831-1901). Hélène Orain, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

12h15
Expérimentations entre 2D et 3D : la modélisation au cœur des pratiques photographiques contemporaines. Marie Auger, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

12h45 — Discussion

13h00 — Pause déjeuner

  1. ARCHITECTURE ET MATÉRIALITÉ

14h30
Objets et matières photographiques au XXIe siècle. Marine Allibert, Doctorante à l’université de Lille

15h00
L’enjeu de la réalité et le jeu de l’illusion dans la photographie d’architecture. Alessia Nizovtseva, Doctorante à l’université Toulouse Jean Jaurès

15h30 — Pause

  1. EXPÉRIENCE DANS L’ESPACE

15h45
Le simulacre photographique chez Michelangelo Pistoletto, les usages et la spatialisation de l’épreuve. Ségolène Liautaud, Doctorante à Sorbonne Université

16h15
Oscar Muñoz : un usage paraphotographique. Raphaël Yung Mariano, Doctorant à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

CONCLUSION ET DISCUSSION FINALE

16h45
Karolina Lewandowska, Conservatrice au Cabinet de la Photographie, MNAM

17h15 — Apéritif

Comité scientifique :
Athina Alvarez, Doctorante à Sorbonne Université
Anna Battiston, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Juliette Bessette, Doctorante à Sorbonne Université
Auriane Gotrand, Doctorante à l’université Clermont Auvergne et Sorbonne Université Juhayna Hilles, Doctorante à Sorbonne Université
Emeline Houssard, Doctorante à Sorbonne Université
Ségolène Liautaud, Doctorante à Sorbonne Université
Marion Sergent, Doctorante à Sorbonne Université

Remerciements à Monsieur Guillaume Le Gall, Maître de conférences à Sorbonne Université.

Graphisme : Athina Alvarez

Cette journée d’études fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet Hypothèses de l’association. Elle est organisée avec le soutien du Centre André Chastel (UMR 8150) et de l’École doctorale 441 Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Télécharger le programme détaillé.

Contact : association1920@gmail.com
Créée en octobre 2015, 19-20 est l’association des doctorantes et des doctorants en histoire de l’art contemporain d’Île-de-France. Son objectif est d’initier un réseau de doctorants et de doctorantes en histoire de l’art du XIXème au XXIème siècle et de mettre en valeur leur travail de recherche.

Appel à communications : « Transformations photographiques : expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle. » (jusqu’au 25 février 2018)

Sigmar Polke, Sans titre (Intérieur), 1984. Photographie noir et blanc, épreuve gélatino-argentique retouchée à la peinture, 127 x 215 cm

  • Date et lieu de la journée d’études : jeudi 17 mai 2018 à l’Institut national d’histoire de l’art.
  • Date limite d’envoi des propositions : 25 février 2018. 

Cette journée d’études, organisée par l’association doctorale 19-20 Art contemporain, a pour but d’interroger la photographie en tant que médium artistique transformé dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle.

Dès les expérimentations de Nicéphore Niépce et l’élaboration de la technique photographique par Louis Daguerre dans le premier tiers du XIXe siècle, les qualités de la photographie comme un moyen d’enregistrement du réel sous la forme d’une empreinte inaltérable apparaissent. De manière concomitante, sa valeur documentaire au service des arts plastiques et littéraires se déploie. À la fin du XIXe siècle, des photographes pictorialistes, notamment Robert Demachy, illustrent des paysages et portraits vaporeux, détournant ainsi la photographie pour qu’elle interprète le réel en intervenant sur les différentes étapes de développement du médium photographique en vue de créer un objet pictural unique.

L’artiste et théoricien László Moholy-Nagy, qui lui-même a transformé le médium photographique, publie dans les Cahiers d’art (1929) son texte « La photographie, ce qu’elle était, ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être ». Il y décrit les manipulations photographiques comme l’un des aspects de la création contemporaine « où la technique seule s’avère insuffisante : elle est un moyen, non un but » pour que naisse une œuvre graphiquement cohérente. Marcel Natkin dans Truquages en photographie (1939) aborde successivement plusieurs procédés : photogrammes, taches, trames, relief, bas-relief, photomontages, déformations, solarisation, « secrets de l’obturateur » et infra-rouge, rejetant par là l’idée que les truquages en photographie sont de « faux documents » et défend qu’ils doivent au contraire être considérés comme « les procédés modernes d’interprétation photographique ». Détachée d’une volonté d’en faire une restitution minutieuse, la photographie devient parfois une déformation utopique du réel à la manière de la production du groupe d’architectes Superstudio dans les années 1960.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, la large circulation des images par les médias de masse se traduit chez les artistes s’intéressant à la culture populaire par des œuvres où la photographie apparaît multipliée et agrandie. Plus tard, les artistes transforment et insèrent les photographies dans la construction des œuvres par l’expérimentation de nouveaux dispositifs d’expositions, de formes inédites d’installations qui impliquent la spatialisation et l’interaction du spectateur, à la manière des tirages monumentaux de Patrick Tosani. En architecture, l’infographie permet de nouvelles manipulations virtuelles de l’image photographique, telles que les a expérimentées Filip Dujardin pour ses bâtiments construits numériquement sur des logiciels mais impossibles à réaliser.

Les propositions de communications de la journée d’études « Transformations photographiques : expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle. » pourront questionner aussi bien :

  • les variations du développement (photogramme, rayogramme, solarisation, distorsion, superposition, effet négatif) ;
  • les notions de spatialisation de la photographie (fresque, installation, interaction) ;
  • les modifications sur les épreuves (découpage, collage, assemblage) ;
  • les objets photographiques (imprimé, sculpture, maquette, dispositif) ;
  • les logiciels numériques (montage) ;

cette liste n’étant pas exhaustive.

Organisée par l’association 19-20 Art contemporain, cette journée d’études est ouverte à toutes les doctorantes et tous les doctorants. Les personnes intéressées doivent envoyer leur bio-bibliographie et leur proposition de communication (entre 2000 et 3000 signes) à association1920@gmail.com avant le 25 février 2018.

Cette journée d’études fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet hypothèse de l’association.

Cette journée d’études se tiendra le jeudi 17 mai 2018 de 9h30 à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art.

19-20 est l’association doctorale d’histoire de l’art contemporain. Son objectif est de valoriser le travail des étudiantes et des étudiants en thèse dont les recherches portent sur l’art du XIXe au XXIe siècle.

Association 19-20

Galerie Colbert, INHA

2 rue Vivienne

75002 Paris