Journée d’études: « L’art japonais exposé à Paris de 1865 à la Première Guerre mondiale » 24-25 novembre 2016

rubon1606

• Entrée gratuite
• SERVATION OBLIGATOIRE : Conference@lesartsdecoratifs.fr
(merci d’indiquer vos nom, prénom, courriel ainsi que la mention « Journées d’études : L’art japonais exposé à Paris, de 1865 à la Première Guerre mondiale » en objet de votre message.

111, rue de Rivoli – 75001 Paris (Métro Palais-Royal – Musée du Louvre ou Pyramides)

Du musée rétrospectif en 1865 à la Première Guerre mondiale, l’art japonais a fait l’objet d’une riche programmation d’expositions au sein de l’Union centrale. Il s’est également distingué dans le cadre des Expositions universelles, au sein de galeries ou lors de ventes de collections. La période a ainsi été capitale pour la constitution des collections japonaises en France.

Universitaires et conservateurs de musée interviennent sur ces moments de découverte des objets d’art, du théâtre, de la religion, du quotidien et de l’histoire du Japon.

JEUDI 24 NOVEMBRE

9h30
Introduction

LES EXPOSITIONS INSTITUTIONNELLES
Modération : Olivier Gabet, directeur des musées des Arts décoratifs

9h45
Le japonisme architectural
Jean-Sébastien Cluzel, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, Centre de recherche sur l’Extrême-Orient (CREOPS)

10h15
Le rôle d’Hayashi et Wakai dans la découverte de la céramique japonaise entre les expositions universelles de 1878 à 1900
Basile Valetoux, étudiant à l’université Panthéon-Sorbonne

10h45
Discussion et pause

11h15
La politique d’expositions d’art japonais de l’Union centrale, de 1865 à 1914
Béatrice Quette, chargée des collections asiatiques, musée des Arts décoratifs

11h45
« Toute l’histoire figurée de la gravure japonaise » à Paris le temps de six expositions au musée des Arts décoratifs (1909-1914)
Shanti Devi Luraghi, étudiante à l’université Paris-Sorbonne

LELE DES COLLECTIONNEURS
Modération : Jean-Sébastien Cluzel

14h
Une collection prêtée par Eugène Dutuit au « musée oriental » de 1869 et conservée au musée du Petit Palais : de prestigieux laques du Japon arrivés en France avant la révolution
Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine, chargée de mission au musée d’Orsay

14h30
Philippe Burty (1830-1890) et les expositions d’art japonais : première analyse d’une collection japonisante
Léa Ponchel, étudiante à l’université Lille 3

15h
Discussion et pause

15h30
L’exposition de l’Extrême-Orient au Palais de l’Industrie en 1873-1874 et la collection Cernuschi
Michel Maucuer, conservateur des collections japonaises du musée national des Arts asiatiques – Guimet

16h
Les collections de textiles japonais de 1865 à 1914
Aude Chaufourier, étudiante à l’université Paris-Sorbonne,

16h30
Discussion

Organisé par les Arts décoratifs, en partenariat avec le CREOPS

Source: http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/qui-sommes-nous/ressources-et-recherche/colloques-et-journees-d-etudes/journees-d-etudes-l-art-japonais-expose-a-paris-de-1865-a-la-premiere-guerre/

Colloque « Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960 », 24-25 novembre 2016

photo-colloque-f-bozzano-hte-def-400x300

Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960

24 et 25 novembre 2016, de 9 h à 18 h

École nationale des chartes, salle Léopold-Delisle (Rdc)

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Se munir d’une pièce d’identité.

Les formes et les manifestations du patrimoine cinématographique ont fortement évolué depuis les années 1960. Si de nouveaux publics ont découvert autrement les films «anciens» et ont inventé des pratiques inédites de visionnement, cette évolution amène aujourd’hui les cinémathèques et archives du film, généralement considérées comme des musées pour le cinéma, à s’interroger  sur leur identité et les frontières de leur activité.

En étudiant la mutation des lieux, des supports, des acteurs, des pratiques, qui s’est opérée depuis cinquante ans, il s’agira de dresser un état des lieux de la réflexion sur ces enjeux de patrimonialisation jusqu’à l’ère du tout-numérique et de la dissémination des écrans, tout en s’inscrivant dans un panorama international qui ménage un important espace aux récits historiques et aux pratiques de pays où archives et cinémathèques jouent un rôle important.

Organisation scientifique :

Christophe Gauthier (École nationale des chartes)Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) Ophir Lévy (Université Paris 3)

Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

PROGRAMME :

JEUDI 24 NOVEMBRE

  • 9 h Accueil des participants
  • 9 h 30 Ouverture : Michelle Bubenicek (directrice de l’ENC), Jean-Philippe Garric (directeur du Labex Cap), Philippe Dagen (directeur de l’HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Patrick Arabeyre (Centre Jean-Mabillon), Christophe Gauthier (ENC)
  • 9 h 50 Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Le patrimoine cinématographique est-il soluble dans le marché ? »

La constitution d’un panthéon

Modérateur : Joël Daire (Cinémathèque française)

La première thématique de ce colloque concerne les modalités d’élaboration d’un panthéon cinématographique. Quels sont, en dehors des critiques et des cinémathèques, les prescripteurs qui, depuis une cinquantaine d’années, participent à la définition des classiques, et comment interagissent ces différents agents de l’édification d’un système de références, élaboré dès les années 1920 ? Comment ce « répertoire » s’élabore-t-il et comment évolue-t-il ? Les critères de sélection, leur définition, les acteurs en présence (festivals de cinéma, congrès, nouveaux acteurs institutionnels…), les différentes relations entre ceux-ci, sont autant de thèmes qui seront abordés par les participants.

  • 10 h 20 Christophe Gauthier (ENC) : introduction
  • 10 h 35 Christophe Dupin (FIAF) : « Le congrès de la FIAF à Brighton (1978) – un “Woodstock” des archives du film ? »
  • 11 h 05 Pause
  • 11 h 20 Marie Frappat (Université Paris 3) : « La place et le panthéon : quand le festival Il Cinema ritrovato de Bologne revoit ses classiques »
  • 11 h 50 François Ede : « La restauration numérique des films : Viollet-le-Duc ou Cesare Brandi ? »
  • 12 h 20 Discussion
  • 12 h 35 Déjeuner

Quels dispositifs pour le patrimoine cinématographique ?

Modérateur : Laurent Véray (Université Paris 3)

À partir des années 1960, le patrimoine cinématographique, qui n’était jusque-là visible que dans quelques lieux clairement identifiés (les cinémathèques et les ciné-clubs), est progressivement devenu accessible grâce à d’autres dispositifs : télévision, édition vidéo, réseau de salles art et essai, festivals, et surtout « révolution numérique » qui permet le visionnement de films anciens sur des écrans individuels de taille variable (ordinateurs, tablettes, téléphones). Quelles conséquences ce processus a-t-il sur le périmètre de ce que l’on nomme « patrimoine cinématographique », sur le rôle et les missions des cinémathèques et des lieux de conservation du cinéma, sur les relations entre les différents acteurs de la « filière », sur la place de la salle de cinéma ?

  • 14 h 30 Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : introduction
  • 14 h 45 Evelyne Cohen (Enssib) : « Le Ciné-club d’Antenne 2 présenté par Claude-Jean Philippe – critères de sélection et programmation »
  • 15 h 15 Barbara Laborde (Université Paris 3) : « Lorsque l’École se voit disputer sa légitimité par YouTube – vers une reconfiguration de la cinéphilie en milieu scolaire »
  • 15 h 45 Discussion
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 – Table ronde avec Aurélie Pinto (Université Paris 3), Jean-Marc Zekri
  • 17 h 30 (exploitant du Reflet-Médicis), François Causse (exploitant de la Filmothèque du quartier latin) et Dimitri Vezyroglou : « La place de l’art et essai dans la patrimonialisation du cinéma »

VENDREDI 25 NOVEMBRE

Programmer, est-ce accrocher ?

Modératrice : Sylvie Lindeperg (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La programmation a joué un rôle central dans le processus de patrimonialisation du cinéma. La diversification des propositions de programmation, qui s’est accentuée depuis une cinquantaine d’années, révèle des conceptions différentes de l’histoire du cinéma, du rôle des cinémathèques, du positionnement du cinéma par rapport à l’histoire de l’art. Qu’il s’agisse de l’engouement actuel pour les expositions de cinéma, des différentes modalités d’entrée du 7e art dans le monde des musées, ou du glissement progressif du statut du film de multiple vers l’unique, les évolutions actuelles sont une invitation à réfléchir sur ce rapprochement entre programmation et accrochage : la conception et la mise en œuvre d’une programmation de films anciens constituent-elles un geste qui pourrait s’apparenter à celui qui conduit à l’exposition d’objets d’art ? Ce geste est-il scientifique ou artistique ? Comment est-il influencé par la présence d’une collection spécifique, dont la valorisation constitue un objectif majeur ?

  • 9 h 30 Présentation introductive : Yaël Kreplak (CEMS-IMM-EHESS et Labex CAP) : « L’accrochage en perspectives – vers une écologie de l’institu- tion muséale »
  • 10 h Esteve Riambau (Filmoteca de Catalunya), Pepe Serra (Mnac) : « Pour l’amour de l’art et du cinéma. La collaboration entre la Filmo- teca de Catalunya et le Musée national d’art de Catalogne »
  • 10 h 45 Discussion
  • 11 h Pause
  • 11 h 15 Stéphanie Louis (IHTP) : « Je montre donc je suis. Programmation et identité institutionnelle »
  • 11 h 45 Alex Horwath (Österreichisches Filmmuseum), dialogue avec Nata- cha Laurent : « A Utopia of Film – Projection is Restoration »
  • 12 h 30 – Discussion
  • 12 h 45 – Déjeuner

L’expérience sensible du spectateur

Modératrice : Béatrice de Pastre (CNC)

De façon paradoxale, l’accroissement continu de la définition des écrans (téléviseurs, ordinateurs, tablettes) s’accompagne d’une grande pauvreté de la qualité technique du contenu disponible en ligne. Si bien que pour nombre de spectateurs, notamment les plus jeunes, la découverte de films sur YouTube, sur les sites de streaming ou via le téléchargement a lieu sous une forme beaucoup plus compressée et dégradée que celle du DVD (et a fortiori que celle du film projeté en salle). À cet égard, du fait de sa rareté, l’expérience de la projection pellicule tendrait même à revêtir, non sans une certaine ironie, une dimension d’« aura » que W. Benjamin ne pouvait anticiper. Doit-on en déduire, chez une partie du public, une tolérance plus grande aux mauvaises conditions de visionnage ? Le cas échéant, un tel rapport aux images, dans lequel l’immédiateté de l’accès au film prime le souci de sa qualité, induit-il une forme nouvelle de cinéphilie ? Par ailleurs, grâce aux échanges des internautes entre eux (forums, blogs), cette cinéphilie en ligne réaffirme une certaine horizontalité de l’accès à la culture cinématographique, loin de la verticalité éditoriale d’un programmateur de cinémathèque ou d’une chaîne télévisée.

  • 14 h Ophir Lévy (Université Paris 3) : introduction
  • 14 h 15 Pierre-Olivier Toulza (Université Paris-Diderot) : « Évaluer les musi- cals de Gene Kelly : les jugements des spectateurs des previews des années 1950 »
  • 14 h 45 Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine) : « Déterritorialisation et reterritorialisation du spectacle cinématographique – les usages cinéphiles d’Internet »
  • 15 h 15 Discussion
  • 15 h 30 Pause
  • 15 h 45 Pascale Ferran : « LaCinetek, un nouvel outil pour les cinéphiles ? »
  • 16 h 15 – Conférence conclusive par Paolo Cherchi Usai (George Eastman 17 h House) : « Lindgren Manifesto, 10e partie : le patrimoine cinémato- graphique vu par le spectateur distrait »

Source: http://labexcap.fr/evenement/patrimoine-et-patrimonialisation-du-cinema-depuis-les-annees-1960/

Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Organisé par Paris Musées et l’Institut national d’histoire de l’art.

Ce nouveau colloque tente de « dessiner une coupe » plutôt que de faire un bilan des expositions dans les musées de la Ville de Paris où elles ont souvent joué un rôle moteur, dans un rapport d’émulation, voire de compétition, avec les grands musées de l’État, face auxquels, ceux de la Ville affirmaient leur vitalité et des partis-pris autres.

Le colloque sera organisé selon quatre thématiques réparties sur autant de demi-journées :

  • La place que les expositions peuvent être amenées à tenir dans les relations internationales lorsque le moment de leur programmation prend sens dans un contexte politique.
  • Le rapport dialectique entre expositions et collections qui tend à se modifier. Longtemps perçu comme une activité préjudiciable aux collections, les expositions en sont aujourd’hui un vecteur de valorisation et d’enrichissement.
  • L’aspect expérimental de l’exposition pour les institutions-mêmes dont elles expriment un développement pionnier au sein du paysage muséographique.
  • L’évolution professionnelle des expositions, tant dans leur production que dans le rapport entre scénographe et commissaire.

Continuer la lecture de Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « Retours sur la pratique de l’exposition de cinéma. Méthodes, archives, théories » (de janvier à avril 2016, INHA, Paris)

pratique_de_lexposition_de_cinema

Un vendredi par mois de 18h à 20h, INHA, Galerie Colbert, salle Walter Benjamin.

Ce séminaire consacrera cinq séances à une réflexion et à une transmission d’expérience concernant ce qu’il est coutume de nommer aujourd’hui « l’exposition de cinéma ».

Comité d’organisation: Ada Ackerman (CNRS/THALIM) et Dominique Païni (commissaire indépendant d’expositions)

Depuis une vingtaine d’années, les musées et les cinémathèques, profitant de la maîtrise de la technologie numérique, ont intégré sur leurs cimaises la projection d’extraits de films invitant le visiteur à comparer des films (comme on compare des œuvres plastiques), tout en facilitant le rapprochement de l’art du cinéma avec les autres arts, d’un point de vue iconographique d’une part et pour vérifier d’autre part, les influences réciproques. Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Retours sur la pratique de l’exposition de cinéma. Méthodes, archives, théories » (de janvier à avril 2016, INHA, Paris)

Appel à communication : « Les arts contemporains et leur espace institutionnel » (jusqu’au 6 mars 2016)

White Cube

L’interrogation scientifique, autour de la création artistique et de son espace institutionnel, voit aujourd’hui un développement important. Il s’agit d’un vaste sujet d’étude et les axes de recherches (critique institutionnelle, nouvelle muséographie, etc.) sont nombreux, tout comme les argumentations qui en découlent (white cube, espace alternatif, l’effet Bilbao, nouvelles institutions, etc.). De même, la pratique artistique, comme celle des institutions muséales, a vu une évolution importante qui a contribué à une redéfinition continue de la notion et du territoire de l’art et de l’institution. Ce que nous souhaitons interroger suit cette réflexion autour du « seuil » institutionnel.

Aujourd’hui, s’interroger sur l’institution muséale signifie aussi réinterroger ses rôles (Chaumier, 2010) et surtout revenir sur ses origines (Gonseth, 2007 ; Mairesse, 2002 ; Fabianski, 1995). En effet, le plus souvent, le musée devient théâtre d’une mise en exposition. En particulier, l’art contemporain semble puiser dans les arts du spectacle des formes nouvelles d’expérimentation ; cela ne fait que conditionner la nature des espaces investis, en donnant vie à une sorte d’hybridation entre diverses formes de création. De même, pourrions-nous aussi parler d’une nouvelle nécessité, muséographique et expographique, qui exploite le pouvoir communicatif (Boutaud, 2007), économique et social (Jacobi, 2013 ; Rosa, 2005) de propositions artistiques multidisciplinaires, afin d’évoluer et de proposer au public une forme différente d’expérience artistique (l’effet « Sehgal », Bishop, 2012).

Il s’agit ainsi d’une discussion sur l’influence des arts sur l’institution contemporaine et réciproquement de l’institution sur les arts.

La journée d’étude cherche ainsi à s’ouvrir, d’une part, sur les problématiques possibles de la convergence entre les arts (vivants, visuels, etc.) et le système d’exposition des institutions d’art contemporain et, d’autre part sur leur influence réciproque.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Les arts contemporains et leur espace institutionnel » (jusqu’au 6 mars 2016)