Conférence: Matisse et le coup du bambou, Paris, INHA, 12 mai 2017

Spécialiste de l’art européen et américain du  XXe siècle, Yve-Alain Bois s’intéressera à la canne de bambou comme instrument de dessin pour Henri Matisse. Cette pratique inhabituelle est directement liée à la découverte, dès les années 1900, qu’il lui est impossible de mettre au carreau un dessin en vue d’une grande composition, puisque la qualité d’une couleur se modifie en fonction de la quantité de surface qu’elle recouvre.

À la fin des années 1940, alors qu’il décore la Chapelle du Rosaire à Vence, Matisse a encore recours à cet outil particulièrement difficile à manier. Mais si l’usage de la canne va de soi pour certains muraux, il semble paradoxal pour le Chemin de Croix dont les quatorze stations sont d’abord esquissées séparément sur papier à leur échelle définitive. Et s’il s’agissait cette fois pour Matisse, dans cette œuvre délibérément sauvage, de trouver le moyen de perdre le contrôle?

Intervenant

  • Yve-Alain Bois (School of Historical Studies, Princeton)

Responsable scientifique

  • Elitza Dulguerova (INHA)

___

Informations pratiques

12 mai 2017 – 18H-20H

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Source: https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mai-2017/matisse-et-le-coup-du-bambou.html

Conférence : « ’This is the End’ : Music for End Titles and the Patriotic Rituals of the American War Film » (21 novembre 2016, Université Paris 8, Saint-Denis)

apocalypse_now_2

Lundi 21 novembre 2016 – 18h30-20h30 dans l’Amphi Y de l’Université Paris 8n 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

Cette conférence s’appuiera sur des films de guerre hollywoodiens entre Apocalypse Now (1979) et American Sniper (2014) pour analyser la façon dont interagissent la forme filmique, étendue au générique de fin, la partition musicale et l’identité américaine (le patriotisme et la figure du soldat ou vétéran).

Ces films sont un produit hollywoodien très particulier : destinées à un public national plutôt qu’international, ils ont construit une forme rituelle du patriotisme. Cette conférence concerne à la fois l’histoire du cinéma, la musique de film, la question du nationalisme et militarisme américain et les études américaines.

Todd Decker est l’auteur de trois livres majeurs sur la musique populaire commerciale aux États-Unis des années 20 à nos jours : Music Makes Me : Fred Astaire and Jazz (University of California Press, 2011), Show Boat : Performing Race in an American Musical (Oxford University Press, 2013), et Who Should Sing “Ol’ Man River” ? : The Lives of an American Song (Oxford University Press, 2015).

En tant que professeur, il a donné de nombreuses conférences aux Etats-Unis ainsi qu’à l’international, comme par exemple à la Library of Congress, au Victoria and Albert Museum, University of Texas at Austin, le College of William and Mary, et Northwestern University. Les articles de Decker, chapitres d’ouvrage et posts de blogs traitent de nombreux thèmes :les questions de race à Hollywood et dans les comédies musicales de Broadway, les recherches archivistiques sur les comédies musicales de Broadway, l’enfermement des personnages gays dans les films des années 90, l’utilisation de la musique populaire par Martin Scorsese dans le film Casino, etc.

Todd Decker est titulaire d’un PhD en musicologie historique de l’Université du Michigan et a été sélectionné pour l’obtention de la bourse Alvin H. Johnson AMS 50 par l’American Musicological Society en 2006-2007. Il a rejoint l’Université de Washington en 2007 (après un poste de professeur invité d’un an à l’université UCLA), où il enseigne la musique populaire américaine du 20e siècle, la musique dans le cinéma ainsi que la musique européenne du 18e siècle.

(source : http://www.labex-arts-h2h.fr/todd-decker-1044.html)

Conférence : « Of Curating and Other stories » (15 novembre 2016, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

00001472

« Of Curating and Other stories » : conférence de Simon Njami au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), le 15 novembre 2016 à 18h.

Simon Njami est commissaire d’exposition, écrivain, essayiste et critique d’art. Il a été le commissaire de la 12ème édition de la Biennale de Dakar (2016), et de nombreuses expositions d’art africain, notamment Die Andere Reise/The Other Journey: Africa and the Diaspora, Kunsthalle Krems, Vienne (1996), Les Rencontres Africaines de la Photographie, Biennale de Photographie de Bamako, Mali (2001 et 2009), Up and Coming, ARCO, Madrid (2003), Africa Remix: Contemporary Art of a Continent, Paris, Centre Pompidou (2004-07, l’exposition a été montrée à Londres, Düsseldorf, Tokyo, et Johannesburg), et As You Like It, the first African contemporary art fair in Johannesburg (2008). Il a aussi été co-commissaire, avec l’artiste angolais Fernando Alvim, du premier pavillon africain de la 52ème Biennale de Venise (2007). Simon Njami a cofondé laRevue Noire, magazine consacré à l’art africain contemporain et extra-occidental, et fut professeur invité à l’Université de Californie à San Diego (UCSD). Il est l’auteur de plusieurs romans, et de deux biographies : l’une de l’écrivain noir américain James Baldwin et l’autre de Léopold Sédar Senghor. Il a écrit plusieurs nouvelles, des scénarios pour le cinéma et des films documentaires.

Il interviendra dans le cadre du theme annuel du DFK Paris : « L’art en France à la croisée des cultures ».

Centre allemand d’histoire de l’art,
salle Julius Meier-Graefe
45 rue des Petits-Champs, 75001 Paris.
(source : https://dfk-paris.org/fr/event/conf%C3%A9rence-de-simon-njami-1547.html)