[Report] Journée d’étude : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). »

Suite à l’annonce du gouvernement d’une sortie possible du confinement le 11 mai, nous sommes contraint.e.s de nous résoudre à reporter la journée initialement prévue le 28 mai à l’Institut National d’Histoire de l’art.

S’il est pour l’instant difficile de vous annoncer une nouvelle date, nous vous confirmons néanmoins le maintien de cette journée d’études, et nous ne manquerons pas de communiquer à ce sujet dès la confirmation d’une date propice à son bon déroulement.

Nous avons en outre décidé de dédoubler l’évènement pour l’étendre sur deux jours, au vu des nombreuses propositions de communications de qualité que nous avons reçues et des thématiques très larges abordées. De la même manière, nous vous informerons dès que possible de l’organisation de cette seconde journée.

Nous sommes désolé.e.s de ce report qui n’est, bien entendu, pas dépendant de notre volonté, et nous vous souhaitons bon courage à toutes et à tous en cette période troublée. 

Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

Thomas Schütte, Die Fremden [Les étrangers], céramique émaillée, 1992, Musik- und Kongresshalle (MuK), Lübeck. Photo : Jörg Schwarze

 

L’art, quel qu’il soit, est exclusivement politique 

                                                        Daniel Buren1

Les derniers siècles (XIX-XXIe) ont été le terrain d’une reconfiguration incessante des identités collectives et de leurs imaginaires. Ces fluctuations sont le résultat des transformations majeures que sont les révolutions politiques, les phénomènes de modernisation industrielle, les nouvelles dynamiques de territorialisation et de mondialisation. Par conséquent, il est important pour l’histoire de l’art d’engager une interprétation de l’œuvre artistique en l’intégrant aux facteurs extérieurs. Dans une volonté de s’éloigner des schémas traditionnels, qui excluent, désengagent, décontextualisent et dépolitisent, le monde artistique interroge le lien entre art et société, entre création et construction des identités collectives. Ce sont d’ailleurs l’émergence, la grande diversité et le caractère mouvant de ces dernières qui sont ici sujet d’intérêt.

À titre d’indication, et sans prétention d’exhaustivité, ces identités collectives peuvent recouvrir des réalités nationales, territoriales, socio-économiques, générationnelles, professionnelles, ethniques, raciales, de genre, sexuelles, religieuses, politiques, militantes, philosophiques, linguistiques, artistiques, culturelles, corporelles, humaines/post-humaines… Ainsi, pour appréhender la notion d’identité collective dans sa plus grande pluralité, il paraît intéressant de se focaliser sur les mécanismes et les conséquences particulières de ces constructions à travers l’art, que nous entendons ici dans toute son interdisciplinarité (peinture, sculpture, architecture, performance, cinéma, installation…). 

Continuer la lecture de Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

  1. Daniel Buren, Limites critiques. Paris : Galerie Yvon Lambert, 1970 []