Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Le numéro 4 de la revue À l’épreuve (Montpellier Paul-Valéry) sera consacré à la pratique de l’imposture dans les champs de l’art, de l’histoire ou de la sociologie. À travers des études de cas, des retours historiques ou des réflexions concernant ses enjeux esthétique, juridique ou axiologique par exemple, le numéro se voudrait une mise au point de l’importance historique de la notion et de sa capacité à éclairer certains aspects de notre époque contemporaine.

Argumentaire

« […] le monde aujourd’hui n’est plein que de ces larrons de noblesse, que de ces imposteurs qui tirent avantage de leur obscurité et s’habillent insolemment du premier nom illustre qu’ils s’avisent de prendre. »(Molière, L’Avare, V, 5)

Si l’on peut concéder au lecteur une discrète tendance à la paranoïa dans le caractère d’Harpagon, le brave homme n’a pas tort de saisir l’imposture comme l’un des plus énigmatiques, l’un des plus redoutables maux des temps modernes. Faussaires, escrocs, mystificateurs, plagiaires, falsificateurs peuplent depuis des siècles l’imaginaire occidental, circulant entre réel et fiction, entre arts et histoire, sans que jamais la fascination exercée sur les spectateurs de ce continuel va-et-vient ne se soit démentie. Car l’imposteur fascine. Celui qui impose, qui trompe par son double visage, par ses mensonges ou ses productions, inquiète autant qu’il intrigue, amuse autant qu’il scandalise, non sans que finissent par se cristalliser sur sa figure les traits d’un véritable mythe. Mais qui est-il au juste ? Que trouve-t-on derrière le masque d’un homme abusant de ses semblables, en jouant avec les frontières du vrai et du faux ?

Continuer la lecture de Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Pour un ouvrage collectif présentant diverses approches critiques de l’oeuvre de Jacques Tardi.

Après de très courts récits comme Prévoyez l’accident, ou Humperdick Clabottford, en 1971, Rumeurs sur le Rouergue, prépublié dans Pilote en 1972, marque les débuts de Jacques Tardi en bande-dessinée ; depuis, au même titre qu’Hugo Pratt, par exemple, cet artiste original a su accompagner ce mode d’expression, parfois jugé enfantin et commercial, sur le chemin de la maturité et de l’exigence artistique. A tel point que la critique a proposé, pour distinguer « le bon grain de l’ivraie », de désigner ce nouveau genre par une terminologie nouvelle ; littérature en images, BD adulte, neuvième art… avant que la notion de roman graphique n’émerge… Pourtant, avec Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Tardi ne renie ni la tradition populaire ni la dimension sérielle de la bande dessinée traditionnelle en 48 pages couleurs ; mais il s’évade également avec bonheur du cadre de ce format, dans de grandes fresques où il fait entrer tout son univers.

Tardi semble puiser dans l’Histoire les trames de ses histoires : la Commune de Paris, la Belle époque, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale… Ces périodes ne sont pas choisies au hasard : il s’agit souvent de moments de crises qui posent question à notre société, et qui mettent en scène la dialectique de la domination et de la résistance. Cet univers évoque parfois une certaine réalité historique, de façon référentielle, voire documentaire. Pourtant, ce réalisme est aussi l’occasion du surgissement du fantastique ou de l’anachronique, quand ce n’est pas de l’uchronique ou de l’utopique.

Continuer la lecture de Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Appel à publication : Revue Opus n°3 (jusqu’au 15 février 2017)

parisouest

 UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE,  Revue Opus n° 3

La revue Opus, mook des étudiants en master Conception et rédaction éditoriales de l’université de Paris Nanterre, éditée par Les Presses de l’université, lance un appel à contributions sur l’étude des rapports entre la peinture et la littérature réalistes en essayant de renouveler l’approche historique, poétique et critique.

La définition du réalisme est indissociable de la volonté de rendre compte de manière picturale de la réalité (mimèsis, portrait, ekphrasis, hypotypose, vues imageantes…). Il s’agira de s’interroger sur la naissance du réalisme en peinture et en littérature, sur leur essence mimétique, leur vocation encyclopédique. Les débats autour du réalisme (Champfleury, Courbet…) sont au cœur de la réflexion sur la question de la transposition et de la modélisation de la réalité. Quel rôle joue la poétique du détail, de la partie et du tout dans la représentation ? Dans quelle mesure l’analogie entre la peinture et la littérature est-elle encore opératoire pour rendre compte des formes de la mimèsis ?

La théorie de la mimèsis a largement été contestée depuis le XXe siècle. Quels rôles ont eu les avant-gardes du XXe au XXIe siècle dans cette recherche d’une réalité fondée sur l’immanence de l’art ? La peinture et la littérature contemporaine semblent  avoir renoué avec l’exigence du réel. Le réalisme n’est pas seulement un ensemble de conventions stylistiques, narratives, esthétiques. Il détermine les relations entre l’univers réel et la vérité en peinture et en littérature selon des critères très différents en fonction de la conception du réalisme : néoréalisme, réalisme magique, nouveau réalisme, hyperréalisme…. On s’interrogera sur cette vocation herméneutique du réalisme qui se fait, le plus souvent, au profit de l’effacement du style littéraire ou pictural.

La diversité des expérimentations esthétiques actuelles place la question du réalisme au cœur du travail artistique. Dans quelle mesure peut-on encore parler « d’imitation créatrice » ? Le street art, les performances, les multiples pratiques urbaines, font souvent appel à un réalisme cru qui ouvre sur la fiction. On s’interrogera sur la médiation des nouvelles images dans ces pratiques.

La distance entre le poète, le peintre et le réel parcourt toute l’histoire du paradigme mimétique, de sa déconstruction à sa reconfiguration. Aujourd’hui, les mondes fictionnels sont parfois plus réels que la réalité elle-même. Dans quelle mesure le réalisme littéraire et artistique engagent-ils une construction intelligible du monde, une expérience cognitive nouvelle ? Comment le réel est-il alors dénoté et signifié ?

Les propositions de contribution (3000 signes environ) accompagnées d’une brève notice biographique, sont à envoyer par courriel avant le 15 février 2017, à l’adresse suivante : pierre.hyppolite@u-paris10.fr    Elles seront examinées par les étudiants du master Cored (Humanités et Industries Créatives).

Les réponses seront transmises début mars 2017 ; les articles (texte et images) demandés pour juillet 2017. Le numéro 3 de la revue Opus sortira en 2018.

Source: https://www.fabula.org/actualites/litterature-et-peinture-desirs-de-realismes_77297.php