Colloque : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » (27 et 28 mai 2021 – en distanciel)

Après un an de report, le colloque reprend sa course!

Nous sommes heureux·ses de vous annoncer qu’il se déroulera les 27 et 28 mai 2021 (en distanciel). Le détail du programme est à retrouver ci-dessous.

Les inscriptions à l’évènement en ligne se font ici : https://forms.gle/n8f5r5cj3xwDeJ1E6 

Au plaisir de vous y retrouver!

Remerciements à Ombeline Blaise pour le graphisme.

 

[Report] Journée d’étude : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). »

Suite à l’annonce du gouvernement d’une sortie possible du confinement le 11 mai, nous sommes contraint.e.s de nous résoudre à reporter la journée initialement prévue le 28 mai à l’Institut National d’Histoire de l’art.

S’il est pour l’instant difficile de vous annoncer une nouvelle date, nous vous confirmons néanmoins le maintien de cette journée d’études, et nous ne manquerons pas de communiquer à ce sujet dès la confirmation d’une date propice à son bon déroulement.

Nous avons en outre décidé de dédoubler l’évènement pour l’étendre sur deux jours, au vu des nombreuses propositions de communications de qualité que nous avons reçues et des thématiques très larges abordées. De la même manière, nous vous informerons dès que possible de l’organisation de cette seconde journée.

Nous sommes désolé.e.s de ce report qui n’est, bien entendu, pas dépendant de notre volonté, et nous vous souhaitons bon courage à toutes et à tous en cette période troublée. 

Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

Thomas Schütte, Die Fremden [Les étrangers], céramique émaillée, 1992, Musik- und Kongresshalle (MuK), Lübeck. Photo : Jörg Schwarze

 

L’art, quel qu’il soit, est exclusivement politique 

                                                        Daniel Buren1

Les derniers siècles (XIX-XXIe) ont été le terrain d’une reconfiguration incessante des identités collectives et de leurs imaginaires. Ces fluctuations sont le résultat des transformations majeures que sont les révolutions politiques, les phénomènes de modernisation industrielle, les nouvelles dynamiques de territorialisation et de mondialisation. Par conséquent, il est important pour l’histoire de l’art d’engager une interprétation de l’œuvre artistique en l’intégrant aux facteurs extérieurs. Dans une volonté de s’éloigner des schémas traditionnels, qui excluent, désengagent, décontextualisent et dépolitisent, le monde artistique interroge le lien entre art et société, entre création et construction des identités collectives. Ce sont d’ailleurs l’émergence, la grande diversité et le caractère mouvant de ces dernières qui sont ici sujet d’intérêt.

À titre d’indication, et sans prétention d’exhaustivité, ces identités collectives peuvent recouvrir des réalités nationales, territoriales, socio-économiques, générationnelles, professionnelles, ethniques, raciales, de genre, sexuelles, religieuses, politiques, militantes, philosophiques, linguistiques, artistiques, culturelles, corporelles, humaines/post-humaines… Ainsi, pour appréhender la notion d’identité collective dans sa plus grande pluralité, il paraît intéressant de se focaliser sur les mécanismes et les conséquences particulières de ces constructions à travers l’art, que nous entendons ici dans toute son interdisciplinarité (peinture, sculpture, architecture, performance, cinéma, installation…). 

Continuer la lecture de Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

  1. Daniel Buren, Limites critiques. Paris : Galerie Yvon Lambert, 1970 []

Journée d’études “Fragmentations. Transcriptions d’un nouveau rapport au monde dans les pratiques artistiques du XIXe au XXIe siècle”

La journée d’études doctorale « Fragmentations » porte sur la transcription, dans les arts, d’une expérience renouvelée du réel. À partir du XIXe siècle, au moment où se développent les « machines à voir » telles que le kaléidoscope ou phénakistiscope et de nouveaux moyens de locomotion que sont la voiture et le train, un autre mode de perception se définit : la technique réduit les distances et parcellise la vision. Au XXe siècle, la prise d’importance exponentielle des médias de masse au travers de la télévision et des magazines, ainsi que les derniers outils de communication comme le téléphone et les réseaux sociaux, modifient significativement le rapport de l’être humain aux images. Conséquence des nouveaux usages technologiques, la représentation du monde se façonne, dans la seconde moitié du siècle, à travers un assemblage simultané et profondément hétérogène. Aujourd’hui, la multiplication des écrans, les pratiques de zapping, de scrolling et la juxtaposition d’éléments parfois sans lien, ainsi que l’accès instantané à l’information, deviennent autant d’obstacles à une expérience perceptive unifiée et continue, et imposent la nécessité d’une nouvelle écologie de la concentration.

PROGRAMME

09h45 – Introduction de la journée d’études

Angela Vettese, professeure associée de Théorie et critique de l’art contemporain et directrice du Master Arts visuels et mode au Dipartimento di Culture del progetto de l’université IUAV de Venise, L-ART/04

 

AXE 1. DISSÉQUER : DÉCOMPOSER LE CORPS

10h15

Quentin Petit Dit Duhal, doctorant à l’université Paris Nanterre, HAR

Consommer ORLAN : production fragmentée et corps prostitué

10h45

Rémi Lauvin, doctorant à l’université Paris Diderot, CERILAC

Les bras m’en tombent ! Les corps en kit du cinéma, 1896-1918

11h15 – Pause

AXE 2. ASSEMBLER : RÉVÉLER UNE NOUVELLE RÉALITÉ

11h30

Margaux Lyonnet, doctorante à l’université de Lille, ALITHILA

Atmosphère scénique futuriste : la fragmentation dans l’œuvre d’Enrico Prampolini des années 1920

12h00

Rosanna Gangemi, doctorante à l’université libre de Bruxelles – PHI, université Sorbonne Nouvelle – CEREG

Esthétique d’une apocalypse ordinaire : le dévoilement de la réalité dans les juxtapositions de John Heartfield et Alfred Döblin

12h30 – Questions et conclusion de la matinée

Théo Esparon, doctorant à l’université Paris Nanterre, HAR, co-organisateur de la journée d’études

13h00 – Pause déjeuner

AXE 3. DISTINGUER : CONSTRUCTIONS IMAGINAIRES

14h30

Nicole Cappellari, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise, HiCSA

La « ville comme collage » dans les théories des architectes de l’urbain en France (1970-1989)

15h00

Marie-Pierre Burquier, doctorante à l’université Paris Diderot, LARCA

Expérience fractionnée de l’Âge d’or hollywoodien par les remontages expérimentaux contemporains

15h30 – Pause

15h45

Anna Battiston, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise, HiCSA

La Biennale de Venise du 1964 et le Pop italien : fragments du réel pour une nouvelle mythologie iconique

16h15 – Questions et conclusion de l’après-midi

Déborah Laks, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Science Po, enseignante à l’École du Louvre, à l’université de Genève et à la Parsons New School.

16h45 – Apéritif

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Anna Battiston, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, université IUAV de Venise

Juliette Bessette, doctorante à Sorbonne Université

Juliette Degennes, doctorante à l’université Paris Nanterre

Théo Esparon, doctorant à l’université Paris Nanterre

Emeline Houssard, doctorante à Sorbonne Université

Marion Sergent, doctorante à Sorbonne Université

Cette journée d’études fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet Hypothèses de l’association.

Elle est organisée avec le soutien du Centre André Chastel (UMR 8150), du Laboratoire HAR (EA 4414), de l’École doctorale 124 (Sorbonne Université), de l’École doctorale 395 (Paris Nanterre) et de l’École doctorale 138 (Paris Nanterre).

Remerciements à Arnauld Pierre, Professeur à Sorbonne Université.

Remerciements à Athina Alvarez pour le graphisme.

Contact : association1920@gmail.com