[Report] Journée d’étude : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). »

Suite à l’annonce du gouvernement d’une sortie possible du confinement le 11 mai, nous sommes contraint.e.s de nous résoudre à reporter la journée initialement prévue le 28 mai à l’Institut National d’Histoire de l’art.

S’il est pour l’instant difficile de vous annoncer une nouvelle date, nous vous confirmons néanmoins le maintien de cette journée d’études, et nous ne manquerons pas de communiquer à ce sujet dès la confirmation d’une date propice à son bon déroulement.

Nous avons en outre décidé de dédoubler l’évènement pour l’étendre sur deux jours, au vu des nombreuses propositions de communications de qualité que nous avons reçues et des thématiques très larges abordées. De la même manière, nous vous informerons dès que possible de l’organisation de cette seconde journée.

Nous sommes désolé.e.s de ce report qui n’est, bien entendu, pas dépendant de notre volonté, et nous vous souhaitons bon courage à toutes et à tous en cette période troublée. 

Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

Thomas Schütte, Die Fremden [Les étrangers], céramique émaillée, 1992, Musik- und Kongresshalle (MuK), Lübeck. Photo : Jörg Schwarze

 

L’art, quel qu’il soit, est exclusivement politique 

                                                        Daniel Buren1

Les derniers siècles (XIX-XXIe) ont été le terrain d’une reconfiguration incessante des identités collectives et de leurs imaginaires. Ces fluctuations sont le résultat des transformations majeures que sont les révolutions politiques, les phénomènes de modernisation industrielle, les nouvelles dynamiques de territorialisation et de mondialisation. Par conséquent, il est important pour l’histoire de l’art d’engager une interprétation de l’œuvre artistique en l’intégrant aux facteurs extérieurs. Dans une volonté de s’éloigner des schémas traditionnels, qui excluent, désengagent, décontextualisent et dépolitisent, le monde artistique interroge le lien entre art et société, entre création et construction des identités collectives. Ce sont d’ailleurs l’émergence, la grande diversité et le caractère mouvant de ces dernières qui sont ici sujet d’intérêt.

À titre d’indication, et sans prétention d’exhaustivité, ces identités collectives peuvent recouvrir des réalités nationales, territoriales, socio-économiques, générationnelles, professionnelles, ethniques, raciales, de genre, sexuelles, religieuses, politiques, militantes, philosophiques, linguistiques, artistiques, culturelles, corporelles, humaines/post-humaines… Ainsi, pour appréhender la notion d’identité collective dans sa plus grande pluralité, il paraît intéressant de se focaliser sur les mécanismes et les conséquences particulières de ces constructions à travers l’art, que nous entendons ici dans toute son interdisciplinarité (peinture, sculpture, architecture, performance, cinéma, installation…). 

Continuer la lecture de Appel à communication : « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIX-XXIe siècle). » Date limite : 24 février 2020

  1. Daniel Buren, Limites critiques. Paris : Galerie Yvon Lambert, 1970 []

19-20 au Ground Countrol / Soirée de fin d’année (27 juin 2019)

L’association doctorale 19-20 est heureuse de vous convier à son dernier événement de l’année universitaire : une soirée au Ground Control le jeudi 27 juin 2019 à partir de 19h.

L’adresse : 81 Rue du Charolais, 75012 Paris

Venez avec vos ami·e·s doctorants/es ou toutes personnes intéressées par les activités de 19-20.

L’événement facebook : https://www.facebook.com/events/515720429258180/

Visite de l’exposition « Dora Maar » (10 juillet 2019, MNAM-Centre Pompidou, Paris)

L’association 19-20 organise une visite de l’exposition « Dora Maar » conduite par l’une de ses commissaires, Damarice Amao.

Cette visite aura lieu le mercredi 10 juillet 2019 à 10h30 au Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou.

Cet événement est gratuit et exclusivement réservé à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

Visite de l’architecture de Renzo Piano, de la collection des appareils cinématographiques et projection de films courts muets (25 mai 2019, Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, Paris)

Visite commentée de l’architecture, de la collection des appareils cinématographiques et projection de films courts muets à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

L’édifice de verre a été construit par Renzo Piano en 2014 derrière une façade sculptée par Auguste Rodin vers 1869 devant un bâtiment qui était un théâtre.

La visite aura lieu le samedi 25 mai de 12h à 15h :

12h : Visite d’architecture (environ 1h) : visite du bâtiment de Renzo Piano.

13h-13h15 : Visite de la galerie des appareils cinématographiques (environ 50min) : visite permettant de découvrir des caméras, des projecteurs et des accessoires de cinéma de Pathé.

14h : Séance de projection de films courts muets datant de 1911 à 1913 intitulé « Les héros s’amusent » (48min) : le cycle est consacré aux marques Comica et Nizza de Pathé, basées à Nice. La séance sera accompagnée d’un pianiste.

Vous pouvez vous inscrire à l’une ou l’autre des activités proposées. Merci de préciser lors de votre inscription à quelle activité vous souhaitez vous inscrire. 

L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com. Cet événement est gratuit. Cette visite est exclusivement réservée à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. 

Visite de l’exposition « Et la matière devint lumière : Bang Hai Ja » (27 février 2019, Musée Cernuschi, Paris)

Visite commentée de l’exposition « Et la matière devint lumière : Bang Hai Ja » en présence de l’artiste Mercredi 27 février 2019 – 17h

L’association 19-20 organise la visite de l’exposition « Bang Hai Ja. Et la matière devint lumière ».

Cette visite sera conduite par Mael Bellec, conservateur du département arts graphiques et archéologie chinoise, le mercredi 27 février 2019 à 17h au musée Cernuschi. L’artiste Bang Hai Ja sera présente pendant la visite.

Cet événement est gratuit. Cette visite est exclusivement réservée à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.




Visite de l’exposition « Les Nadar, une légende photographique » (9 janvier 2019, Bibliothèque nationale de France, Paris)

L’association 19-20 organise la visite de l’exposition « Les Nadar, une légende photographique » conduite par Sylvie Aubenas, Conservatrice, Directrice, Département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire.

Cette visite d’exposition aura lieu jeudi 29 novembre 2018 à 17h (à noter la date de cette visite a changé et se tiendra le mercredi 9 janvier 2019 à 17h) à la Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac.

Cet événement est gratuit. Cette visite est exclusivement réservée à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

Appel à communications : « Fragmentations. Transcriptions d’un nouveau rapport au monde dans les pratiques artistiques du XIXe au XXIe siècle » (jusqu’au 11 février 2019)


John McHale, Sans titre, collage, non daté (vers 1954),  30 x 46 cm,
Yale Center for British Art, don de Magda Cordell McHale 
© Yale Center for British Art


Si ce sont les plumes qui font le plumage, ce n’est pas la colle qui fait le collage
.[1]

Max Ernst

       Comme le laisse ici deviner Max Ernst, les qualités d’un collage, en art, ne tiennent pas tant dans ses propriétés de médium artistique que dans le nouveau rapport au monde qu’il permet à l’artiste d’exprimer. Cette pratique résulte d’un processus de fragmentation visuelle, d’une séparation et d’un découpage du réel en morceaux, puis d’une recomposition de ce dernier dans une forme inédite : de quoi découle cette idée de morcellement ?

À partir du XIXe siècle, au moment où se développent les « machines à voir », kaléidoscope ou phénakistiscope, et les nouveaux moyens de locomotion, voiture ou train, un nouveau mode de perception se définit : la technique réduit les distances et parcellise la vision. Au XXe  siècle, la prise d’importance exponentielle des médias tels que la télévision et les magazines, ainsi que les nouveaux outils de communication, du téléphone aux réseaux sociaux, modifient significativement le rapport de l’homme à l’image, qui devient un élément essentiel de la société du spectacle théorisée par Guy Debord. De plus une multitude d’images, devenues désormais symboles au service de la consommation de masse, envahissent l’espace urbain contemporain. Conséquence des nouveaux usages technologiques, la représentation du monde se façonne, dans la seconde moitié du siècle, à travers un assemblage simultané et profondément hétérogène. La multiplication des écrans, le zapping, le scrolling et la juxtaposition d’éléments parfois sans lien, ainsi que l’accès instantané à l’information, deviennent autant d’obstacles à une expérience perceptive unifiée et continue, et imposent la nécessité d’une nouvelle écologie de la concentration.

Ce nouveau rapport au réel est exprimé par les artistes à travers un large éventail de solutions plastiques. Les premiers, les artistes cubistes et futuristes cherchent à traduire l’expérience simultanée des différentes dimensions de l’espace et du temps sur une surface plane. La juxtaposition de divers points de vue au sein d’un même espace visuel et temporel est ainsi systématisée. Il est notable qu’Umberto Boccioni décrit le phénomène de fragmentation comme l’expression d’une unification, d’une continuité : « L’accusation de cinématographie nous fait rire comme une imbécillité vulgaire. Nous ne subdivisons pas les images visuelles, nous recherchons un signe, ou plutôt, une forme unique qui remplace l’ancien concept de division par le nouveau concept de continuité[2]. »

Quelques années plus tard, les artistes dada et surréalistes composent et décomposent avec des procédés de juxtaposition aléatoire et de libre association, laissant une large place au hasard, pour rendre compte de la combinaison d’éléments disparates du réel. Dans l’après Seconde Guerre mondiale, ce sont les affichistes qui, à travers la pratique de l’arrachement, déchirent les publicités qui les entourent dans l’espace quotidien et rendent ainsi compte de l’expérience de la multiplicité des images produite par la société de masse. Les artistes du pop art s’approprient cette même iconographie en la saisissant à travers de multiples sources, notamment journaux, pulps et magazines. De même le cinéma, par le montage, peut créer une continuité diégétique ou faire s’entrechoquer les images, accentuant les hiatus. En littérature, les écrivains de la Beat Generation mettent au point la technique du cut-up, consistant en le prélèvement de fragments d’écrits existants, réarrangés entre eux de manière à créer un nouveau texte.

Les exemples donnés ici à titre indicatif sont loin d’être exhaustifs. Des questions communes émergent cependant face à ces multiples expérimentations : comment les artistes intègrent-ils l’expérience de la fragmentation à leur pratique ? Comment l’esthétique du morcellement peut-elle nous aider à cerner notre rapport au réel ? Nous accueillons tous les projets de communication qui se proposent d’étudier la traduction d’une expérience fractionnée de la réalité dans les productions artistiques, du XIXe siècle au XXIe siècle, dans le champs des arts plastiques, de la photographie, du cinéma, de l’architecture et des nouveaux médias.
Cette journée d’études est ouverte à toutes les doctorantes et tous les doctorants. Les personnes intéressées doivent envoyer leur bio-bibliographie et leur proposition de communication (entre 2000 et 3000 signes) à association1920@gmail.com avant le 11 février 2019.
Elle se tiendra le vendredi 3 mai de 9h30 à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art et fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet hypothèse de l’association.

Visite de l’exposition « Picasso. Chefs-d’oeuvre ! » (7 janvier 2019, Musée national Picasso, Paris)

L’association 19-20 propose une visite de l’exposition « Picasso. Chefs-d’oeuvre ! » conduite par Emilie Bouvard, conservatrice et co-commissaire de l’exposition.

Cette visite guidée gratuite, réservée à des doctorant.e.s et docteur.e.s en sciences humaines, aura lieu le lundi 7 janvier 2019 à 14h00 (au lieu de 16h) au musée national Picasso Paris. 

Le nombre de place est limité. L’inscription est obligatoire et s’effectue par courriel à l’adresse association1920@gmail.com

Visite de l’exposition « Persona Grata » (12 décembre 2018, Musée de l’histoire de l’immigration, Paris)


L’association 19-20 organise la visite de l’exposition « Persona Grata » conduite par Isabelle Renard, commissaire de l’exposition et cheffe du service des collections et des expositions du musée national de l’histoire de l’immigration.

Cette visite d’exposition aura lieu le mercredi 12 décembre 2018 à 11h30 au musée de l’histoire de l’immigration. Cette visite sera l’occasion d’évoquer la politique d’acquisition d’oeuvres contemporaines du musée ainsi que les projets de rénovation du parcours permanent.

Cet événement est gratuit. Cette visite est exclusivement réservée à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

Captation sonore de la journée d’études « Transformations photographiques. Expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle »

L’association 19-20 est heureuse de mettre en ligne la captation sonore des interventions de la journée d’études qu’elle a organisée le jeudi 17 mai 2018 à l’INHA sur le thème : « Transformations photographiques. Expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle »

Introduction de la journée d’études par Guillaume Le Gall, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Sorbonne Université 

  1. DÉFORMATION ET DISSIMULATION

Expérimentations optiques dans la première moitié du XXe siècle. Stéphanie Barbier, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne 

La peinture sur photographie des années 1960-1970 : « une projection compensatoire » ? Jean-Rémi Touzet, Doctorant à l’université Paris Nanterre

L’altération du médium comme procédé critique dans Embedded (2011) de David Birkin. Julie Martin, Doctorante à l’université Toulouse Jean Jaurès

      2. DÉMONTAGE ET ASSEMBLAGE

Combination-printing : les « patchworks » d’Henry Peach Robinson (1831-1901). Hélène Orain, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Expérimentations entre 2D et 3D : la modélisation au cœur des pratiques photographiques contemporaines. Marie Auger, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

      3. ARCHITECTURE ET MATÉRIALITÉ

Objets et matières photographiques au XXIe siècle. Marine Allibert, Doctorante à l’université de Lille

L’enjeu de la réalité et le jeu de l’illusion dans la photographie d’architecture. Alessia Nizovtseva, Doctorante à l’université Toulouse Jean Jaurès

      4. EXPÉRIENCE DANS L’ESPACE

Le simulacre photographique chez Michelangelo Pistoletto, les usages et la spatialisation de l’épreuve. Ségolène Liautaud, Doctorante à Sorbonne Université

Oscar Muñoz : un usage paraphotographique. Raphaël Yung Mariano, Doctorant à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Conclusion de la journée d’études par Karolina Lewandowska, Conservatrice au Cabinet de la Photographie, MNAM

Visite de l’exposition « Annette Messager – Alberto Giacometti. Nos Chambres » (26 novembre 2018, Institut Giacometti, Paris)

Visite commentée d’Annette Messager – Alberto Giacometti. Nos Chambres

Lundi 26 novembre 2018 – 17h

19-20 organise la visite commentée privée de l’exposition Annette Messager – Alberto Giacometti. Nos Chambres à l’Institut Giacometti, conduite par Hugo Daniel, chargé de mission culturelle et scientifique à la Fondation Giacometti et docteur de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L’Institut Giacometti a ouvert ses portes cette année. Cette visite d’exposition aura lieu le lundi 26 novembre 2018 à 17h au 5 Rue Victor Schoelcher, 75014 Paris.

Cet événement est gratuit. Cette visite est exclusivement réservée à des doctorant·e·s et docteur·e·s en sciences humaines. L’inscription est obligatoire et se fait par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.L’inscription est obligatoire et s’effectue par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.