Appel à communication : « Écriture et équation du « hasard » dans les arts, les lettres et les sciences » (jusqu’au 30 mai 2017)

DATE LIMITE : 30 mai 2017

DATE ET LIEU DE LA JOURNEE D’ETUDES : 27 septembre 2017 à l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Le hasard existe-t-il?

Sommes-nous des êtres qui suivons un chemin déjà tracé? Le mystère des coïncidences fortuites n’a cessé tout au long de l’histoire de marquer les esprits.  Les religions ont persuadé les croyants des interventions divines, la coïncidence provenant d’une volonté d’ordre cosmique : la naissance du miracle affaiblit le hasard. Les questionnements sur le destin et la destinée éveillent du même tenant la vieille querelle entre Jésuites et Jansénistes à propos de l’aventure humaine sur terre et de son degré de liberté.

Les analogies, les correspondances, les rencontres improbables nous propulsent hors de notre rapport logique au monde et posent la question d’un au-delà de la raison. Elles semblent renvoyer à des phénomènes parapsychologiques et paranormaux qui mettent au débat, par exemple, la répétition de scénarios de vie, les hésitations de la mémoire quant à la saisie de scènes entre illusion du possible et l’impression du déjà vu ou vécu, la conscience inductive ou les expériences de la pensée positive : autant de pistes interrogeant le hasard entre opération et équation.

Les Arts et les Lettres déploient ce mythe du hasard dans la fiction, comme thématique ou mise en scène formelle : l’improvisation artistique défie le hasard. L’écriture du hasard et le hasard de l’écriture est une dialectique qui oblige à se convaincre de ce que le hasard est l’énergie diffuse de la création et l’empreinte de l’algorithme du factuel. A la fois origine et conséquence des manifestations des possibles, le hasard est une disposition de l’architecture du monde qui met en balance le talent, la compétence, la certitude, le probable, le jeu…

Du côté scientifique, la question du hasard se trouve au cœur d’un débat contemporain qui a opposé les mathématiques à la physique et la chimie : les premières, portées à décliner les lois de l’univers sous forme d’algorithmes, laissent peu de place au hasard, les secondes considèrent que l’aléatoire se trouve au cœur de la matière. Si l’univers se comportait de manière hasardeuse, la science n’aurait pas lieu d’être: « Toute science est déterministe, ou elle n’est pas », dit René Thom[1]. Le déterminisme abolit le hasard en l’expliquant par le contexte qui a provoqué l’événement a priori invraisemblable. L’étude des probabilités minimise le hasard. Pourtant, certains faits fortuits échappent à tout calcul. Qu’en est-il du tirage au sort?…En outre, les facteurs de chance et d’incertitude sont remis à l’ordre du jour dans l’observation du comportement aléatoire des particules quantiques. La science est obligée aujourd’hui de tenir compte et d’incorporer dans ses calculs l’imprédictible, l’aléatoire, le désordre, la dispersion et le chaos. La mécanique quantique par l’entremise de Schrödinger a mis en équation l’incertitude qui est une possibilité du hasard et son principe fonctionnel. « Nous avons désormais une connaissance à double entrée, l’une aléatoire et l’autre déterministe », affirme Edgar Morin[2].

Entre intuition, intention et tension, le hasard piège les sciences dans l’antre de leur certitude.

Quelques axes de réflexions

– Le Hasard et le talent dans le processus de création

– Hasard, savoir et technique dans les recherches scientifiques

– Le Hasard comme thématique : les rencontres et les découvertes hasardeuses, les coïncidences fortuites, etc.

– Prophétie et hasard au cours du temps

– Dire, nommer, expliquer le Hasard, l’Incertitude, l’Aléatoire

 

Organisateurs :

DIANDUÉ Bi Kacou Parfait, Professeur des Universités, Université Félix Houphouët-Boigny

RENOUPREZ Martine, Professeur des Universités, Université de Cadix

 

Merci d’adresser vos propositions de contribution (résumé de 500 mots maximum + mots clés + Nom et Prénoms + filiation institutionnelle) avant le 30 mai 2017 aux adresses suivantes :
1- martine.renouprez@uca.es
2- diandueb@yahoo.fr

[1] René Thom, Lettre en réponse à Levy-Leblond, Bures-sur-Yvette, 17 mars 1977.

[2] Edgar Morin, « Au-delà du déterminisme, le dialogue de l’ordre et du désordre ». Réponses à René Thom, Le Débat, nº 6, 1980, p.5.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.