Soutenance de thèse : « ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968) » par Noemi Joly (28 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Noemi Joly soutiendra sa thèse de doctorat : ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968)

sous la direction d’Arnauld Pierre

le vendredi 28 avril 2017
à 13h30

à l’INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2e

En présence du jury :

MME BERTRAND-DORLÉAC ( Science Po )
M. DUFRENE ( PARIS 10 )
M. LEEMAN ( BORDEAUX 3 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
MME STAVRINAKI ( PARIS 1 )

ZERO apparaît le 24 avril 1958 à l’occasion de la septième « exposition d’un soir » qui a lieu à Düsseldorf, dans l’atelier d’Otto Piene et de Heinz Mack. La thématique de cette exposition, « Le tableau rouge », rejoint celle du premier numéro de cette nouvelle revue d’artistes, ZERO. S’ensuivent deux autres numéros, respectivement sortis en octobre 1958 (« Vibration ») et en juillet 1961 (« Dynamo »). Autour de la revue pilotée par Mack et Piene se nouent alors différents projets collaboratifs et expositions collectives, à partir desquels ZERO devient une sorte d’échangeur entre plusieurs tendances nées au tournant des années 1950-1960. Cette recherche monographique a pour ambition première de renouveler les perspectives sur une revue et une mouvance artistique peu étudiées en France, et ce à partir de la question de l’immatériel réfractée au prisme de la technique. L’optimisme technologique présumé de ZERO est réexaminé à l’aune du « discours autorisé », de la poïétique des oeuvres, de l’expérience esthétique et de leur réception critique. Dès lors, les oeuvres et les discours dévoilent une image bien moins nette du passé, tissée de contradictions, qui traduit d’une part la difficile négociation d’un tournant sociétal marqué par la mécanisation et l’automation, l’information, l’accélération et la menace nucléaire et, d’autre part, l’ambition pour l’art dynamique (vitaliste) et « idéaliste » de ZERO de jouer un rôle actif dans la définition de l’époque, en s’adressant aux imaginaires et en occupant les territoires de l’expérience sensible.

(source http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-NOEMI-JOLY-ZERO-et-le-devenir)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *