Appel à communication : « Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950 » (jusqu’au 15 mai 2017)

Bernard Buffet, Portrait de Jacqueline Delubac, 1955, Lyon, musée des Beaux-Arts

Dates des journées d’étude : 15 – 16 septembre 2017
Responsables scientifiques : Philippe Dagen et Catherine Wermester, HiCSA

« …on me traite au mieux comme un monument » (Otto Dix, 1951)
Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950


Que les années 1950 aient été marquées par la victoire de l’abstraction sur la figuration est un phénomène bien connu et documenté. À l’inverse, l’histoire des artistes figuratifs consacrés dans l’entre-deux-guerres et pour qui la décennie fut synonyme de relégation et d’oubli, reste pour une part à écrire. Dans leurs journaux, leurs correspondances, ces derniers réagissent cependant à leur progressive mise à l’écart. Perdus, dépités, les plus amers se trouvent des alliés inattendus pour attaquer l’abstraction du moment. De leur côté, les critiques qui autrefois défendaient ces figuratifs, se sont choisis d’autres champions et le cercle de ceux qui les soutiennent encore dans quelques revues s’est considérablement restreint.
L’enjeu de cette journée d’étude sera ainsi d’examiner les parcours et, pour les artistes, les stratégies de survie dans l’attente d’une hypothétique redécouverte. Il s’agira aussi de mettre en évidence les réseaux la plupart du temps informels des défenseurs de la figuration et, enfin, de décrypter des discours aux accents souvent réactionnaires.

Les propositions de contribution (un résumé de 300 mots) sont à adresser pour le 15 mai 2017 au plus tard à l’adresse suivante : Catherine.Wermester@univ-paris1.fr
Les interventions ne devront pas excéder 40 mn.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.