Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Pour un ouvrage collectif présentant diverses approches critiques de l’oeuvre de Jacques Tardi.

Après de très courts récits comme Prévoyez l’accident, ou Humperdick Clabottford, en 1971, Rumeurs sur le Rouergue, prépublié dans Pilote en 1972, marque les débuts de Jacques Tardi en bande-dessinée ; depuis, au même titre qu’Hugo Pratt, par exemple, cet artiste original a su accompagner ce mode d’expression, parfois jugé enfantin et commercial, sur le chemin de la maturité et de l’exigence artistique. A tel point que la critique a proposé, pour distinguer « le bon grain de l’ivraie », de désigner ce nouveau genre par une terminologie nouvelle ; littérature en images, BD adulte, neuvième art… avant que la notion de roman graphique n’émerge… Pourtant, avec Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Tardi ne renie ni la tradition populaire ni la dimension sérielle de la bande dessinée traditionnelle en 48 pages couleurs ; mais il s’évade également avec bonheur du cadre de ce format, dans de grandes fresques où il fait entrer tout son univers.

Tardi semble puiser dans l’Histoire les trames de ses histoires : la Commune de Paris, la Belle époque, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale… Ces périodes ne sont pas choisies au hasard : il s’agit souvent de moments de crises qui posent question à notre société, et qui mettent en scène la dialectique de la domination et de la résistance. Cet univers évoque parfois une certaine réalité historique, de façon référentielle, voire documentaire. Pourtant, ce réalisme est aussi l’occasion du surgissement du fantastique ou de l’anachronique, quand ce n’est pas de l’uchronique ou de l’utopique.

Si l’Histoire est le récit des vainqueurs, Tardi se propose de mettre en cases un contre-récit : « j’essaye de faire passer un autre message – comme disent les critiques – en un mot, l’éloge de la lâcheté et de la démission » [Mouh Mouh, Pepperland, p. 26]. L’engagement de Tardi, et son refus de la légion d’honneur pour « rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit » [Le Monde, 2 janvier 2013], actualisent ses préoccupations, en lien avec sa vision de l’Histoire.

Cet univers, complexe et problématique, porteur de préoccupations qui sont propres à l’artiste – il est souvent à lui-même son propre scénariste – peut également être le lieu d’accueil de collaborations avec d’autres auteurs, qu’ils viennent de la bande-dessinée, comme Pierre Christin, Jean-Claude Forest ou Philippe Picaret, ou de la littérature populaire ou policière, comme Jean Vautrin, Léo Malet, Jean-Patrick Manchette, Didier Daeninckx, Michel Boujut ou encore Daniel Pennac… D’un autre côté, Tardi met en image, dans le cadre du roman illustré, l’œuvre des frères Grimm, de Jules Verne, ou surtout de Céline. Tardi, qui n’adhère pas à l’opposition culture savante / culture populaire, a pourtant le sentiment que les uns et les autres ne peuvent pas être transposés de la même façon : ainsi estime-t-il s’être rendu compte, en illustrant Céline, qu’ « on ne peut rien ôter, ni changer quoi que ce soit dans ce texte. Ce n’est pas la même chose qu’une adaptation de Léo Malet. Ce n’est pas parce que l’on passe d’une littérature populaire, à une littérature reconnue, mais quand [Léo Malet] écrit que Nestor Burma traverse le pont de Tolbiac, par exemple, il est évident que je peux changer cette phrase, et la remplacer par une image. Avec Céline, ça ne fonctionne pas, c’est comme cela que je le ressens. » [Le Lézard n°4-5, p. 20, 1991]

Mais, de la même façon que Tardi s’est nourri de l’univers d’un certain nombre d’auteurs, il est lui-même devenu source d’inspiration, et son œuvre a parfois été prolongée par d’autres : le personnage d’Adèle Blanc-Sec s’est échappé des cases des albums pour se retrouver sur grand écran ; l’univers et les codes graphiques de Tardi se sont émancipés dans le film d’animation Avril et le monde truqué ; le personnage de Nestor Burma lui-même, dont la silhouette doit tant à sa plume, a poursuivi ses enquêtes entre les mains d’autres auteurs comme Emmanuel Moynot ou encore Nicolas Barral.

Les propositions de communication pourront concerner aussi bien un aspect particulier de l’œuvre de Tardi qu’une approche transversale ; elles s’inscriront dans des perspectives variées : littéraire, stylistique, narratologique, graphique, historique, sociologique, idéologique, ethnographique, philosophique, cinématographique, comparatiste…

Elles pourraient s’intégrer dans un ouvrage dont l’organisation reste à établir, en fonction des contributions, mais qui pourrait être structuré selon les axes suivants :

  1. I) Entre tradition et modernité (approche graphique)

On pourra évoquer le format traditionnel de certains albums (dimension sérielle desAdèle Blanc-Sec, par exemple, BD de 48 pages, cartonnée et en couleurs – 48CC) en le confrontant à celui d’albums plus expérimentaux…

  1. II) Entre histoire et géographie (approche thématique)

On abordera les relations de Tardi à l’espace et au temps. (Paris / province, ici / ailleurs, passé / présent…)

III) Entre réalisme et merveilleux (approche liée aux registres)

On examinera comment l’univers de Tardi s’articule entre une dimension référentielle, avec le poids du récit historique et l’importance de la documentation, et une dimension fantastique voire merveilleuse, ré-enchantant la réalité. Ici pourront prendre place des contributions sur la littérature de genre.

  1. IV) Entre épopée collective et aventure individuelle (approche idéologique)

Comment l’anarchisme de Tardi s’exprime-t-il, entre l’évocation de grandes fresques collectives et l’attachement à des trajectoires individuelles ?

  1. V) La dimension testamentaire (approche biographique et autobiographique)

Tardi aborde parfois le fait historique à travers le prisme familial : comment s’inscrit-il dans une généalogie passant par son grand-père et son père ? Quel rôle jouent, dans ses récits, les allusions graphiques qu’il fait à ses amis ou à sa compagne ?

  1. VI) Tardi influencé / Tardi influençant (approche intertextuelle et trans-médiatique)

L’univers graphique et narratif de Tardi est marqué par de nombreuses influences ; mais il est lui-même devenu source d’inspiration pour divers créateurs, aussi bien en bande-dessinée que dans les autres arts et notamment le cinéma. Ces jeux d’influences mériteront une approche particulière.

Merci de faire parvenir vos propositions avec un titre et une brève bio-bibliographie, à cedric.perolini@univ-avignon.fr, avant le 30 avril 2017. Les contributions sélectionnées seront réunies dans un volume collectif qui paraîtra aux Editions Passage(s).

Avec tous mes remerciements à Juliette Feyel pour l’aide qu’elle a apportée à ce projet.

RESPONSABLE :

Cédric Pérolini / Editions Passage(s)

(source : https://www.fabula.org/actualites/hardi-tardi-appel-communications-pour-un-ouvrage-collectif-presentant-diverses-approches-critiques_77570.php)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.