Appel à publication : Revue Opus n°3 (jusqu’au 15 février 2017)

parisouest

 UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE,  Revue Opus n° 3

La revue Opus, mook des étudiants en master Conception et rédaction éditoriales de l’université de Paris Nanterre, éditée par Les Presses de l’université, lance un appel à contributions sur l’étude des rapports entre la peinture et la littérature réalistes en essayant de renouveler l’approche historique, poétique et critique.

La définition du réalisme est indissociable de la volonté de rendre compte de manière picturale de la réalité (mimèsis, portrait, ekphrasis, hypotypose, vues imageantes…). Il s’agira de s’interroger sur la naissance du réalisme en peinture et en littérature, sur leur essence mimétique, leur vocation encyclopédique. Les débats autour du réalisme (Champfleury, Courbet…) sont au cœur de la réflexion sur la question de la transposition et de la modélisation de la réalité. Quel rôle joue la poétique du détail, de la partie et du tout dans la représentation ? Dans quelle mesure l’analogie entre la peinture et la littérature est-elle encore opératoire pour rendre compte des formes de la mimèsis ?

La théorie de la mimèsis a largement été contestée depuis le XXe siècle. Quels rôles ont eu les avant-gardes du XXe au XXIe siècle dans cette recherche d’une réalité fondée sur l’immanence de l’art ? La peinture et la littérature contemporaine semblent  avoir renoué avec l’exigence du réel. Le réalisme n’est pas seulement un ensemble de conventions stylistiques, narratives, esthétiques. Il détermine les relations entre l’univers réel et la vérité en peinture et en littérature selon des critères très différents en fonction de la conception du réalisme : néoréalisme, réalisme magique, nouveau réalisme, hyperréalisme…. On s’interrogera sur cette vocation herméneutique du réalisme qui se fait, le plus souvent, au profit de l’effacement du style littéraire ou pictural.

La diversité des expérimentations esthétiques actuelles place la question du réalisme au cœur du travail artistique. Dans quelle mesure peut-on encore parler « d’imitation créatrice » ? Le street art, les performances, les multiples pratiques urbaines, font souvent appel à un réalisme cru qui ouvre sur la fiction. On s’interrogera sur la médiation des nouvelles images dans ces pratiques.

La distance entre le poète, le peintre et le réel parcourt toute l’histoire du paradigme mimétique, de sa déconstruction à sa reconfiguration. Aujourd’hui, les mondes fictionnels sont parfois plus réels que la réalité elle-même. Dans quelle mesure le réalisme littéraire et artistique engagent-ils une construction intelligible du monde, une expérience cognitive nouvelle ? Comment le réel est-il alors dénoté et signifié ?

Les propositions de contribution (3000 signes environ) accompagnées d’une brève notice biographique, sont à envoyer par courriel avant le 15 février 2017, à l’adresse suivante : pierre.hyppolite@u-paris10.fr    Elles seront examinées par les étudiants du master Cored (Humanités et Industries Créatives).

Les réponses seront transmises début mars 2017 ; les articles (texte et images) demandés pour juillet 2017. Le numéro 3 de la revue Opus sortira en 2018.

Source: https://www.fabula.org/actualites/litterature-et-peinture-desirs-de-realismes_77297.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.