Soutenance de thèse : « L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015) » par Jeanne-Marie Portevin (3 décembre 2016, INHA, Paris)

expo-art-degeneref

Soutenance de thèse de Madame Jeanne-Marie Portevin, préparée sous la direction de Madame Marina Vanci-Perahim

L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015)

3 décembre 2016
Salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage) à 9h30

Jury
Marina VANCI-PERAHIM, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de thèse
Philippe DAGEN, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Dominique JARRASSE, Professeur, Université Bordeaux Montaigne
Alexandre KOSTKA, Professeur, Université de Strasbourg

Résumé
Nombreux sont les ouvrages – et ce dans tous les domaines du savoir – qui traitent de l’Allemagne nationale-socialiste. Depuis 1947, et le livre d’Adolf Behne (Entartete Kunst), le sort des artistes dans le Troisième Reich suscite l’intérêt, si ce n’est la compassion, des historiens de l’art. Néanmoins, seuls les persécutés, ceux que le régime nazi avait taxés de « dégénérés », retiennent l’attention, célébrés comme autant de héros. Ce sont eux qui vont être appelés par les Alliés pour « décontaminer » un peuple tout entier corrompu par douze ans de dictature, et racheter la faute.
C’est précisément l’histoire de cette image de l’artiste, tantôt qualifié de « dégénéré », tantôt d’ « émigré intérieur », que nous retraçons, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Si les publications et expositions consacrées à l’art moderne à l’époque nazie sont nombreuses, jamais, en effet, le travail de mise en perspective des propos sur ce sujet n’avait été fait. Articulés en un récit cohérent, capable de rendre compte des changements d’appréciation sur le temps long du XXe siècle et du début du XXIe siècle, ces derniers rendent comptent des contradictions parfois manifestes d’une monographie à l’autre qu’il faut élucider, et permettent de mettre à jour des manières de penser et de voir, conditionnées par un horizon d’attente en constante mutation. Replacés dans un contexte politique et social, associés à des changements de mentalités, ces discours, problématisés et hiérarchisés, écrivent en filigranes une histoire de l’art au XXe siècle et nous obligent à réfléchir sur la place, le sens de l’art, et l’image de l’artiste.

Mots clés : émigration intérieure, national-socialisme, critique, historiographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *