Séminaire doctoral commun Paris 1/Paris 4 : « Comparaison est-elle raison? Approches comparatives en histoire de l’art » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

Séminaire méthodologique mensuel, organisé par et pour les doctorants.

L’équipe organisatrice est composée cette année de deux doctorantes de l’ED 124 (Sung Moon Cho et Marion Grébert) et de deux doctorantes de l’ED 441 de Paris 1 (Clémence Legoux et Claire Van Seters).

Toutes les séances se dérouleront salle Julian, 1er étage, Galerie Colbert-INHA, de 18h à 20h.

Comme chaque année depuis 7 ans, ce séminaire mensuel réunit des doctorants en histoire de l’art et archéologie autour de grandes questions méthodologiques dans le but de se rencontrer, d’échanger, et de débattre.

PROGRAMME 2015/2016

  • Séance d’introduction : jeudi 12 novembre 2015
  • Séance 1 : 10 décembre 2015

LA COMPARAISON COMME MOTEUR DE L’ANALYSE DES OEUVRES

Le travail de l’historien de l’art a été analysé, décortiqué : il en ressort une énumération d’étapes aboutissant à une interprétation de la signification de l’oeuvre et de son sujet. Cette méthode d’analyse iconographique et iconologique a été théorisée, notamment par Aby Warburg et Erwin Panofsky. Dans le cadre de cette analyse nous sommes amenés à mettre en relation une œuvre avec un sujet, des œuvres au projet iconographique commun, des artistes, des techniques, en somme des objets d’étude inscrits dans un cadre spatio-temporel spécifique. En outre, la survivance de l’iconologie peut être perçue dans les recherches sur les liens entre une œuvre plastique et une œuvre littéraire, thématique que nous accueillerons avec grand intérêt.

  • Séance 2 : 14 janvier 2016

ANALOGIE ET SIMILITUDES, LA COMPARAISON COMME OUTILS DE PERSUASION

Selon Charlotte Guichard, « la reconnaissance de l’oeuvre est le produit d’une comparaison entre les peintres, dans un jeu d’analogies et de similitudes 1». De fait, l’usage de la comparaison semble bien ancré dans la tradition du connoisseurship, tradition dont nous aimerions questionner la survivance actuelle, entre fantasme et efficacité savante. Notre deuxième séance permettra alors d’étudier la comparaison comme preuve dans les domaines particuliers que sont les attributions, l’expertise et le travail du connoisseurship, les études de corpus disparus, les études monographiques.

  • Séance 3 : 11 février 2016

OBJETS ET OBJECTIVITE DE LA PENSEE COMPARATIVE

En prenant la question à rebours, nous nous demanderons de quelle façon la production, la signification ou l’interprétation des images peuvent être a priori déterminées par l’esprit de comparaison lorsque celui-ci se caractérise par sa propension à mêler différents régimes de représentation. On pense notamment aux transferts entre images artistiques et images scientifiques (dans les sciences dures et naturelles, la médecine, la phrénologie ou encore la physiognomonie). Nous pourrons ainsi interroger la pertinence des distinctions entre le vrai et le beau, le discursif et le visuel, et aborder les méthodes systématiques de l’art élaborées par Jacob Burckhardt, Aby Warbug ou Heinrich Wölfflin.

  • Séance 4 : 10 mars 2016

LA DISPOSITION DES ŒUVRES DANS L’ESPACE MUSEAL

Le voisinage des œuvres dans un lieu n’est pas sans incidence pour l’œil du visiteur, pour qui la comparaison devient obligation : simple juxtaposition, confrontation ou dialogue. Des premiers Salons aux scénographies les plus actuelles, nous nous demanderons comment l’accrochage et la mise en espace en viennent à constituer, en termes historiques, génériques et formels, une interprétation des œuvres exposées et comment l’élaboration de cette interprétation prend place dans le travail du chercheur. Nous souhaitons également que cette séance soit l’occasion d’aborder les études récentes sur la comparaison des expositions. Les doctorants-commissaires seront en outre les bienvenus.

  • Séance 5 : 14 avril 2016

LA PENSEE COMPARATIVE DANS LES DISCOURS SUR L’ART

Que ce soit dans les Vies des artistes…, rédigées par Giorgio Vasari au XVIe siècle, dans la préface des Conférences de l’Académie écrite par André Félibien en 1667, ou encore dans l’Art et les Arts où Theodor W. Adorno évoque l’effrangement des arts exactement trois siècles plus tard, les discours sur l’art sont jalonnés de réflexions visant à construire ou à déconstruire des catégories d’art.

Lors d’approches contextuelles, nous sommes inévitablement confrontés à ces discours qui orientent parfois notre interprétation des oeuvres. C’est pourquoi nous vous invitons ici à intervenir sur ces textes et les difficultés qu’ils posent afin de voir s’ils contiennent, de façon implicite ou explicite, des systèmes comparatifs ayant pu nourrir la présence ou le rejet d’une catégorisation.

  • Séance 6 : 12 mai 2016

LA QUESTION DU GOUT

La question du goût est de plus en plus présente dans l’histoire de l’art, qui tend à prendre en compte des aspects sociologiques et économiques. Comment mesurer les données de comparaison fluctuantes qui jouent sur la valeur d’une œuvre ou sur la fortune d’un artiste ? Quelles sont les voies par lesquelles un style se diffuse et devient dominant ? Cette séance invite tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du goût et à ses acteurs tels que les musées et institutions culturelles, Salons, critiques, commanditaires, collectionneurs et marchands…

  • Séance 7 : 9 juin 2016

LE NUMERIQUE, CONCRETISATION DU « MUSEE IMAGINAIRE

Aujourd’hui, les outils numériques permettent l’accumulation incommensurable d’images dans un espace virtuel, semblant donner vie à des utopies imaginées par des historiens ou des passionnés d’art. Tout en paraissant faciliter le processus comparatif, le numérique nous oblige cependant à réinventer cette pratique en cherchant les moyens d’associer le qualitatif au quantitatif.

(Source : https://seminairedoctoralp1p4.wordpress.com/2015/10/27/programme-des-seances/)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *