Cycle de séminaires : « Appropriation(s) / Ré-appropriation(s) De la culture en situation coloniale et post-coloniale 1930 – 2015 » (d’octobre 2016 à juin 2017, INHA, Paris)

14492497_10154487060734462_3378041103287317416_n

Organisatrice : Fadila Yahou – Doctorante en Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 sous la direction de Philippe Dagen (ED 441 – HICSA)

L’histoire de la colonisation est parsemée de manifestations culturelles glorifiant l’hégémonie française. L’exposition coloniale de 1931 est, de ce point de vue, édifiante. Bien au-delà de ces expositions d’envergures, la situation coloniale a conditionné le développement des arts, du cinéma, de l’architecture mais aussi de l’enseignement. Dès 1951, Georges Balandier qualifiait la colonisation de « fait social total » et la culture, dans son sens le plus large, érigée en moyen de domination ultime, en fut l’un des chaînons. Elle comprenait la langue, l’enseignement, les traditions mais aussi le pouvoir de création et système de représentations des sociétés conquises
En réaction à cet état de domination, la « situation post-coloniale » a vu naître les Festivals panafricains, espaces de résistances en faveur d’une culture proprement africaine. Le Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966 en passant par le Premier festival panafricain d’Alger en 1969 ont été fondateurs de la démarche de réappropriation culturelle des pays nouvellement indépendants. Ces évènements artistiques, d’ampleur internationale, avaient pour objectif de « décoloniser les esprits ». Quel a donc été leur impact dans la réappropriation de la culture africaine ? Marquent-ils une rupture avec la culture coloniale ou au contraire la perpétuent ?
Bien que le sujet soit d’actualité, une approche historique sera privilégiée et élargie aux enjeux que cette question soulève encore aujourd’hui chez des artistes contemporains. Quelles stratégies développent-ils pour composer avec cet héritage colonial ? Quelles formes adoptent-ils pour mettre à nu les ressorts de la colonisation ou de ses réminiscences ?
Cette série de séminaires aura, dès lors, pour objectif d’interroger, par des discussions thématiques – les festivals, le cinéma, la photographie, l’architecture et l’enseignement seront abordés – et en réunissant des chercheurs, doctorants, docteurs et artistes de divers horizons disciplinaires, la relation complexe et cruciale entre culture et colonisation. A-t-elle contribué au ralentissement, à la paralysie ou au contraire à l’émergence de pratiques artistiques ? Dans quelle mesure a-t-elle pu être considérée comme un outil d’émancipation, avec toute l’ambivalence que cela suppose ?
Lieu / Horaire : Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e / de 18h à 20h
En salle Jullian, au 1er étage sauf le 23 novembre (salle AVD).

Programme

20 Octobre 2016 / La photographie, entre source d’inspiration et objet historique
Intervenante : Zineb Sedira, Artiste plasticienne
Répondant : Philippe Dagen, Professeur d’Histoire de l’art – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
23 novembre 2016 / Cinéma et colonisation, l’image mouvante et militante
Intervenants :
Olivier Hadouchi, Historien du cinéma – Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle et Ahmed Bedjaoui, Professeur Histoire du cinéma – Université d’Alger
Répondante : Agnès Devictor, Maître de conférences – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
26 janvier 2017 / Architecture et colonisation
Intervenant : Aiche Boussad – maître de conférences Histoire de l’architecture – Université de Tizi-Ouzou
Répondantes : Marguerite Vappereau – docteur en études cinématographiques – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du groupe de recherche PLAYTIME
et Marie Gaimard – Maître assistant associé à l’Ecole nationale supérieure de Paris-La Villette


16 mars 2017
/ L’enseignement artistique durant la colonisation
Intervenant : Malik Chebahi, docteur en Architecture – Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Répondant : Jean-Philippe Garric, Professeur Histoire de l’architecture – Université Paris 1 Panthéon -Sorbonne
6 avril 2017 / L’affirmation culturelle, voie vers l’indépendance ? Le cas des Festivals panafricains
Intervenante : Sarah Frioux-Salgas – Responsable des Archives et de la documentation des collections, musée du quai Branly
Répondant : Amzat Boukari-Yabara – Docteur en Histoire et civilisations de l’Afrique – EHESS
22 juin 2017 / Artiste en témoin

(source : http://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=94&id=854&lang=fr))

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.