Cycle de conférences « Livre d’architecture » (du 13 au 14 septembre 2016, INHA, Paris)

Vue de l'intérieur du Ômiya-in depuis la clôture principale. Sanctuaire intérieur (Naikû) après la reconstruction de 2013 © Bureau central de l'administration du Jingû

« Du fictif au réel. Dix essais sur le Pop art anglais et le Nouveau Brutalisme en architecture » le 13 septembre 2016 de 18h à 20h en salle Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art

Le cycle « Livre d’Architecture » a pour objet de mettre à l’honneur un livre traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite mis en valeur par un répondant. Au-delà d’une simple présentation il s’agit donc de faire état d’une pensée et de favoriser les débats, de comprendre les polémiques ou tout simplement de dégager les réflexions engendrées par le volume.

Dans une lettre adressée par Erwin Panofsky à Louis Grodecki au sujet d’Architecture gothique et pensée scolastique, celui-ci écrivait: « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui la prolongent. » Il est certain que beaucoup d’ouvrages supposent le même intérêt critique et les mêmes débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture. Il a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions engendrées par le volume, de faire état d’une pensée, d’une méthodologie ou d’une doctrine et de favoriser les débats sur le fondement d’un dialogue ; dialogue qui, on l’aura compris, n’est ni didactique, ni polémique, mais dialectique.

Présentation de la séance

Stefania Kenley, Du fictif au réel. Dix essais sur le Pop art anglais et le Nouveau Brutalisme en architecture, Dijon, Les presses du réel, 2016

Cet ensemble d’essais inédits gravite autour de la reproduction de l’image, la mécanisation, la vitesse de construction, ou encore la production en série, qui ont préoccupé les artistes et les architectes au cours du XXesiècle. En croisant plusieurs disciplines (littérature, anthropologie, sculpture, peinture, photographie, architecture, design), ce livre décline chaque thème à travers des procédés spécifiques et des notions clés, révélant un changement de critères esthétiques – l’éphémère, le jetable, le transitoire, le brut, l’abondance, l’informe. Ce nouveau vocabulaire demeure et il apparaît comme un moulage en négatif des notions classiques de pérennité, de beauté, de convenance ou d’harmonie.

Intervenants

Jean-Baptiste Minnaert (université François-Rabelais, Tours)

Anca Vasiliu (CNRS, Centre Léon-Robin)

(source : http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2016/agenda-de-l-inha/du-fictif-au-reel.html)

« Le Sanctuaire d’Ise. Récit de la 62e reconstruction » le 14 septembre 2016 de 17h à 19h en salle Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art

Vue de l’intérieur du Ômiya-in depuis la clôture principale. Sanctuaire intérieur (Naikû) après la reconstruction de 2013 © Bureau central de l’administration du Jingû

Le cycle « Livre d’Architecture » a pour objet de mettre à l’honneur un livre traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite mis en valeur par un répondant. Au-delà d’une simple présentation il s’agit donc de faire état d’une pensée et de favoriser les débats, de comprendre les polémiques ou tout simplement de dégager les réflexions engendrées par le volume.

Dans une lettre adressée par Erwin Panofsky à Louis Grodecki au sujet d’Architecture gothique et pensée scolastique, celui-ci écrivait: « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui la prolongent. » Il est certain que beaucoup d’ouvrages supposent le même intérêt critique et les mêmes débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle « À propos d’un livre d’architecture ». Il a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions engendrées par le volume, de faire état d’une pensée, d’une méthodologie ou d’une doctrine et de favoriser les débats sur le fondement d’un dialogue ; dialogue qui, on l’aura compris, n’est ni didactique, ni polémique, mais dialectique.

Présentation de la séance

Jean-Sébastien Cluzel et Nishida Masatsugu (dir.), Le Sanctuaire d’Ise. Récit de la 62e reconstruction, Paris, Mardaga, 2015

Ce livre est avant tout le récit de la 62e reconstruction du grand sanctuaire d’Ise, le dernier des grands sanctuaires shintô à être cycliquement reconstruit. Tous les vingt ans, depuis le VIIe siècle, avant d’être démantelé, le sanctuaire ancien sert de modèle pour bâtir le nouveau. L’ampleur du chantier et sa régularité font de ce lieu sacré un cas unique au monde. Pourtant, si cette architecture et ces reconstructions jouissent d’une immense notoriété, elles ont toujours été gardées au secret, à l’abri des regards. À l’occasion de sa 62e reconstruction, à l’automne 2013, les autorités religieuses ont exceptionnellement ouvert les portes du vieux temple aux auteurs de cet ouvrage.

Intervenants

Jean-Sébastien Cluzel (université Paris IV-Sorbonne)

Nishida Masatsugu (université technologique de Kiôto)

(source : http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2016/agenda-de-l-inha/le-sanctuaire-d-ise.html)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.