Le Festival de l’Histoire de l’Art, Edition 2016, Rire et Espagne (3-4 et 5 juin 2016, Fontainebleau)

13102665_1089530251085536_5799926638978379479_n

Le site web du festival propose un filtre XIX-XX-XXIe siècles : http://festivaldelhistoiredelart.com/programme/?recherche=&periode%5B%5D=19e-siecle&periode%5B%5D=20e-21e-siecles&edition=2016

L’association 19-20 vous propose ici une sélection scientifique de quelques événements XIX-XX-XXIe siècle :

Conçu comme un carrefour des publics et des savoirs, le Festival de l’histoire de l’art propose gratuitement pendant trois jours conférences, débats, visites, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres au sein du château ainsi que dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau, à Avon et à Milly-la-Forêt. Événement convivial et ouvert, la manifestation a pour ambition de rassembler tous les publics, amateurs et professionnels. Cette année nous vous donnons rendez-vous les 3, 4 et 5 juin pour découvrir les liens entre l’art et le rire et l’actualité de l’histoire de l’art en Espagne, le pays invité 2016.

La sixième édition du Festival de l’histoire de l’art est organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Qu’est-ce que le festival ?

Destiné à être le rendez-vous de tous ceux qui aiment et font l’histoire de l’art, le Festival offre aux amateurs, aux curieux comme aux professionnels, un panorama riche sur l’histoire des arts visuels de la préhistoire à la création contemporaine, avec le souci de croiser les regards des chercheurs reconnus et des étudiants, des conservateurs, des marchands, des artistes. Il a souci aussi de montrer la fécondité de l’histoire de l’art quand elle dialogue avec d’autres disciplines des sciences humaines (anthropologie, psychanalyse, géographie, philosophie, sociologie…) et des sciences exactes (chimie, maths appliquées).

La programmation du Festival s’organise autour de trois volets : un thème, un pays invité et un Forum de l’actualité. Pendant trois jours, le visiteur acquiert, de conférence en performance, une connaissance sur le sujet traité cette année-là. Après la Folie, le Voyage, l’Éphémère, Collectionner et la Matière de l’œuvre, c’est au tour du Rire d’être l’objet de notre intérêt. Plus de 150 événements (conférences, débats, tables-rondes, visites guidées, lectures, concerts, projections, ciné-concerts, performances, ateliers, présentation d’ouvrage, concerts) permettront d’aborder le thème sous différents aspects : De quelle manière les images cherchent-elles à nous faire rire ? Qui rit de qui et de quoi ? Quelles sont les modalités de réception des images censées nous faire rire ?

Le Festival invite un pays à comparer ses recherches et ses méthodes avec celles de la France, aussi bien dans le domaine de la conservation du patrimoine que de l’enseignement. Après l’Italie, berceau de l’histoire de l’art, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suisse et des Pays-Bas, c’est au tour de l’Espagne de présenter la vitalité de leurs recherches. Le Festival entend également mettre en lumière les grandes problématiques de l’histoire de l’art espagnol et ses artistes phares, de Vélazquez à Picasso, de Zurbarán à Miró, de Goya à Juan Gris.

Le Festival inaugure cette année un nouveau volet, le Forum de l’Actualité, exclusivement consacré à l’actualité de l’histoire de l’art. Une dizaine de conférences et de tables rondes présentera l’actualité des expositions, des musées, du patrimoine, de la recherche et de l’enseignement, mais également celle de l’édition et du marché de l’art. Le Festival propose également pour la première fois des Rencontres professionnelles des métiers de l’histoire de l’art pour proposer aux étudiants un panel des débouchés offerts à eux.

Mais le Festival, c’est également :

– une importante section cinématographique, Art & Caméra, qui traite aussi bien du thème et du pays invité au cinéma que de la façon dont le cinéma prend l’art comme sujet. Art & Caméra propose environ 130 films accompagnés de conférences et débats, de rencontres avec des réalisateurs ou des acteurs et décerne deux prix : le Prix Jeune Critique et le Prix Art & Caméra. C’est l’occasion de découvrir aussi bien des chercheurs que des cinéastes, des jeunes artistes…

– un Salon du livre et de la revue d’art qui accueille dans la cour Ovale du château de Fontainebleau plus de 70 éditeurs spécialisés et les auteurs qui viennent présenter et signer leurs derniers ouvrages. Il décerne deux prix de la traduction qui récompensent d’une part un projet de traduction d’un essai sur l’art du français vers une langue étrangère et d’autre part un projet de traduction d’une langue étrangère vers le français. Le prix Olga Fradiss est également décerné pendant le Festival, qui récompense l’ouvrage d’un jeune chercheur français en histoire de l’art.

– une Université de Printemps organisée par l’Education nationale afin de réfléchir à des méthodes pour enseigner l’histoire de l’art à l’école.

– des visites, expositions et spectacles : visites guidées, médiation, ateliers pour petits et grands sont proposés au château de Fontainebleau à l’occasion du Festival. Il permettent de découvrir ou de re-découvrir la richesse du patrimoine de ce château royal qui abrite des collections variées du XVIe au XIXe siècle. Les concerts des élèves du Conservatoire supérieure de musique et de danse de Paris vous feront redécouvrir la musique espagnole, les acteurs de la Comédie française réinventeront Molière, des tableaux vivants feront revivre les Ménines de Vélasquez dans la cour d’Honneur du château. Trois expositions sont offertes au public : « Louis XV à Fontainebleau » (château), « Gaudi et la Sagrada Familia » (Avon, Maison dans la Vallée) et « Cocteau et la caricature » (Milly-la-Forêt, Maison Jean Cocteau)

– l’Espace des Amis du Festival, lieu de convivialité et d’échanges entre festivaliers, ouvert de 10h à 18h30 dans la Cour de la Fontaine. Tout au long des trois journées s’y dérouleront diverses activités, et notamment des dialogues ouverts avec les intervenants du Festival, des rencontres professionnelles et des discussions avec des associations œuvrant pour la promotion de l’Histoire de l’Art. Philippe Apeloig et Pierre Rosenberg viendront également dévoiler les coulisses du Festival.

Le Festival accueille les meilleurs spécialistes, qu’ils soient professeurs, conservateurs, collectionneurs, restaurateurs, galeristes, étudiants etc… heureux de partager leur savoir, leur passion, leurs découvertes, avec un public varié. Un public parmi lequel ils retrouvent leurs collègues mais aussi des familles, des scolaires, des étudiants, des professeurs du secondaire. On croise au Festival aussi bien des connaisseurs que des néophytes curieux, dans une atmosphère chaleureuse.

Entièrement gratuites, ces trois journées ont conquis un public très nombreux. En 2015, 32 000 visites ont été comptabilisées.

– « La Halle de Fontainebleau : histoire singulière d’un édifice à contretemps » par Emeline Houssard, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et membre de 19-20, le vendredi 3 juin et samedi 4 juin 2016 de 11h à 11h30 (visite guidée) 

Trois ans après sa destruction, le Festival d’Histoire de l’Art offre l’occasion de revenir sur l’histoire de ce bâtiment longtemps ignoré. Construit par Nicolas Esquillan, ingénieur bellifontain de naissance, cet édifice aux qualités architecturales certaines vient nuancer l’appréciation de la valeur d’usage de cette typologie au sein de l’espace urbain actuel.

– « Chronologies, chrononymies et autres figures du temps » avec Marc Bayard, Conseiller culturel et scientifique au Mobilier national, Julie Ramos, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et conseillère scientifique de l’INHA, Philippe Thiébaut, Conservateur général du patrimoine et conseiller scientifique de l’INHA et Henri Zerner, Research Professor à l’université d’Harvard, le vendredi 3 juin 2016 de 11h à 12h30 au Château de Fontainebleau, Quartier Henri IV (100 places) (table ronde)

Autour de Henri Zerner, la question de l’appréhension sensible du temps, avec ses échelles diverses où se heurtent les modes de périodisation, avec ses représentations et ses matérialités, confrontera l’histoire des différents arts, avec un accent particulier sur les arts du décor et du costume, où leslow made (concept créé par Marc Bayard) se confronte à l’éphémère des usages.

– Carte blanche à l’APAHAU avec Anne-Elisabeth Buxtorf, Directrice, Département de la Bibliothèque et de la Documentation Institut national d’histoire de l’art, Jérôme Delaplanche, Chargé de mission, Académie de France à Rome – Villa Medicis, Arnauld Pierre, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris-Sorbonne et Simon Texier, Professeur à l’université de Picardie Jules-Verne et membre du CRAE, le vendredi 3 juin de 11h30 à 13h, au Château de Fontainebleau, Chapelle de la Trinité (160 places)

L’association constitue le lien entre les enseignants d’archéologie et d’histoire de l’art de l’enseignement supérieur. Elle participe à l’édition d’une revue semestrielle, Histoire de l’art, qui publie les textes de jeunes chercheurs et des articles méthodologiques de spécialistes confirmés. Le Blog de l’Apahau assure par ailleurs la circulation de l’information relative aux colloques, journées d’études et publications.
L’Assemblée générale de l’Apahau, après ses opérations ordinaires réservées à ses membres, s’ouvre au public pour une série d’interventions et de tables rondes consacrées à la présentation des derniers numéros de la revue, aux bibliothèques d’histoire de l’art et aux activités de la Villa Médicis.  Le prix de l’Apahau, qui récompense un texte inédit d’un étudiant en doctorat d’histoire de l’art ou d’archéologie, sera remis lors du Festival. De 9h à 11h30 (réservé aux membres) et de 11h30 à 13h conférences ouvertes à tous.

– « Le musée national Picasso-Paris : déjà trente ans, et demain ? » par Laurent Le Bon, Directeur du musée Picasso-Paris, le vendredi 3 juin 2016 de 12h à 13h, au Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes (150 places) (conférence)

Le trentième anniversaire du musée qui conserve la plus importante collection au monde d’œuvres de Picasso est l’occasion de revenir sur l’histoire de l’institution et sur son avenir. Il s’agit de créer un musée Picasso-« moviment », dans le souhait d’éviter l’écueil d’un musée monographique-mausolée.

– « L’heure espagnole avec Salvador Dalí » avec Gabriel Montua, Docteur en histoire de l’art, commissaire d’exposition aux Musées Nationaux de Berlin et Thierry Dufrêne, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris X, le vendredi 3 juin 2016 de 13h30 à 14h30, au Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes (150 places) (conférence)

Maître de l’ironie, Dali a construit son personnage sur l’humour. Son oeuvre mêle les deux :  la peinture paranoïaque-critique, les oeuvres molles, l’architecture du musée-théâtre de Figueras avec ses petits pains catalans, les performances télévisuelles dont quelques extraits seront présentés pendant le dialogue. Dans « Le monde et le pantalon » (1945) Samuel Beckett disait de lui: « Pourquoi ne ferait-il pas du pompier délibérément, si cela fait son affaire ?”

– « Quand l’artiste s’efface devant l’animalier : le monument Rosa Bonheur (1822-1899) » par Olivier Vayron, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne, le vendredi 3 et dimanche 5 juin 2016 de 14h à 14h30, Ville de Fontainebleau (visite guidée)

Trente ans durant, Fontainebleau a arboré un singulier monument commémoratif, couronné d’un taureau de bronze. Cet ouvrage ne signalait pas la présence d’un abattoir, ni ne célébrait le charme bucolique que les Parisiens venaient chercher à Fontainebleau. Érigé en 1901 à la mémoire de l’artiste Rosa Bonheur, ce monument atypique révèle le triomphe d’un genre renouvelé au XIXe siècle : l’art animalier.

– Conférence inaugurale : entretien avec Miquel Barceló, artiste contemporain, le vendredi 3 juin 2016 de 15h à 16h, Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes (150 places)

Miquel Barceló compte parmi les figures majeures de l’art contemporain. Depuis plus de quarante ans, son œuvre foisonnante investit tous les domaines : peinture, dessin, gravure, céramique, sculpture, installation, performance. Il s’entretiendra avec Pierre Rosenberg, président-directeur honoraire du musée du Louvre et président du comité scientifique du Festival, de sa démarche créatrice, de son imaginaire, de ses voyages, de son amour du Museo del Prado…

– « Les archives de la critique d’art » par Nathalie Boulouch, Directrice des Archives de la critique d’art, Université de Rennes, le vendredi 3 juin 2016 de 16h à 17h, Château de Fontainebleau, Salon des Fleurs (19 places) (table ronde)

Selon le principe d’un inventaire à la Prévert, cette conférence présentera la richesse des collections des Archives de la critique d’art qui ont pour missions de collecter, conserver et valoriser les écrits et les archives des critiques d’art actifs depuis le milieu du XXe siècle. Elles offrent des ressources sur l’art et la création contemporaine grâce à des collections patrimoniales et à une bibliothèque spécialisée.

– « Les Arts incohérents (1882-1896), satiristes par anticipation ? » par Denys Riout, Historien de l’art, le samedi 4 juin 2016 de 10h à 11h à L’Âne Vert Théâtre (80 places) (conférence)

Les Arts incohérents ont organisé une dizaine d’expositions comiques. L’usage de matériaux inhabituels et la fantaisie plastique des participants égayaient un public friand de parodies et d’amusettes. Les Incohérents, prêts à rire de tout, caricaturaient volontiers l’art de leur temps. Est-il possible, comme on l’a prétendu un siècle plus tard, qu’ils aient raillé aussi les avant-gardes du XXe siècle ?

– « Le type comique au cinéma : Charlot entre exclusion et intégration » avec Hélène Brandon, Doctorante à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée et Géraldine Rodrigues, Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le samedi 4 juin 2016 de 11h à 11h50, au Cinéma L’Ermitage – Salle 1 (144 places) (conférence)

À travers une étude de Charlot, cette communication se propose d’interroger la spécificité du rire et de ses objets au cinéma. L’hypothèse proposée est la suivante : le type comique au cinéma aurait une fonction d’intégration et d’assimilation sociale, reconfigurant la perception de l’autre.

– « Daumier et le rire » par Ségolène Le Men, Professeur d’histoire de l’art à l’université Paris Ouest Nanterre, le samedi 4 juin 2016 de 13h30 à 14h30, au Château de Fontainebleau, Chapelle de la Trinité (160 places) (conférence)

Après avoir tenté de cerner les frontières et l’extension de l’art du rire chez Daumier, cette conférence en abordera deux formules caricaturales singulières, désignées par Baudelaire : celle de l’« argot plastique » qu’il « met à toutes les sauces » en démultipliant le signe de la Poire, tandis qu’il stigmatise le personnel politique du Roi-Bourgeois par des portraits-charges sculptés et lithographiés ; celle de la sérialisation du rire dans Le Charivari, notamment dans Robert Macaire et Histoire ancienne, « blasphème très amusant ».

– « Quand le rire s’exposait. La Société des dessinateurs humoristes, des origines à la Seconde Guerre mondiale » par Sophie Harent, Directrice du musée Bonna-Helleu, Conservatrice en chef, le samedi 4 juin 2016 de 15h à 16h, au Château de Fontainebleau, Salon des Fleurs (19 places) (conférence)

Joyeuse association d’entraide fondée en 1904, la Société des dessinateurs humoristes organise dès sa création un salon annuel. Avec son ancienne rivale, la Société des Artistes humoristes, elle perpétue ce rendez-vous régulier, tout en se dotant d’un bulletin soulignant son dynamisme et ses ambitions. À la veille de la Seconde Guerre mondiale cependant, la société connaît ses derniers feux.

– « Rire avec les bêtes » avec Laurent Baridon, Professeur d’histoire de l’art, Université Lumière Lyon 2, Martial Guédron, Professeur d’histoire de l’art, Université de Strasbourg, Michel Pastoureau, Directeur d’études, EPHE et Christophe Vendries, Professeur des universités, Université Rennes 2, le samedi 4 juin 2016 de 15h à 16h30, MINES ParisTech, Salle 108, Bat I (60 places) (table ronde)

Si « le rire est le propre de l’homme », pourquoi parle-t-on d’un « rire bête » ? L’animal apparaît souvent au sein des scènes comiques et dans des situations très diverses. De l’Antiquité à la période contemporaine, les formulations visuelles, les mises en scène et les intentions varient. L’animal est parfois l’indice d’un renversement des hiérarchies crées par l’homme, le premier s’humanisant autant que le second s’abêtit.

– « Rire en tremblant : l’humour noir de Grandville » par Laurent Baridon, Professeur d’histoire de l’art, Université Lumière Lyon 2, le samedi 4 juin 2016 de 16h30 à 17h30, au Théâtre municipal – Foyer (80 places) (conférence)

« Le sage ne rit qu’en tremblant » prévient Baudelaire qui n’aurait pu mieux définir le versant sombre et inquiétant de l’œuvre de Grandville. Ce dessinateur a en effet élaboré une forme particulièrement moderne de satire graphique. Il compte ainsi parmi les fondateurs de l’humour noir, celui qui nous permet de rire de tout, et même de ce qui nous révolte et nous effraye.

– Marcel Duchamp et la parodie par Bernard Blistène, Directeur du Musée national d’art moderne, le dimanche 5 juin 2016 de 10h30 à 11h30, au Château de Fontainebleau, Chapelle de la Trinité (160 places) (conférence)

– « Le « travail du rire » : la figure de Franco dans le cinéma post-franquiste » par Nancy Berthier, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, le dimanche 5 juin 2016 de 10h à 10h50, au Cinéma L’Ermitage, Salle 1 (144 places) (conférence)

A travers l’examen d’une série de films sortis en Espagne après la mort de Franco, cette conférence s’attachera à analyser la manière dont le cinéma espagnol a très tôt ressenti la nécessité de porter un regard critique sur la figure de Francisco Franco par un traitement subversif de son image, telle qu’elle s’était cristallisée durant la dictature (1939-1975), tant dans le documentaire (Caudillo, Basilio Martín Patino, ou Raza el espíritu de Franco, Gonzalo Herralde, réalisé en 1977) que dans la fiction (Espérame en el cielo, Antonio Mercero, 1987, Madregilda, Francisco Regueiro, 1993, ou encore Buen viaje Excelencia, Alberto Boadela, 2013). Nous y étudierons les mécanismes de ce qui, moyennant un véritable « travail du rire », s’apparente à une salutaire forme de déboulonnage de statue.

– « Le rire de Goya » par Victor Stoichita, Professeur d’histoire de l’art, département des sciences historiques, université de Fribourg, le dimanche 5 juin 2016 de 11h à 12h, au Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes (150 places) (conférence)

La communication se propose d’analyser l’iconographie du rire dans les Caprices de Goya (1799), avec une attention spéciale à la théorie humorale et à l’esprit carnavalesque.

– « Histoire de l’art et histoire du cinéma : nouvelles approches » avec Joséphine Jibokji, Docteur de l’Université Paris-Sorbonne, Barbara Le Maître, Professeur en études cinématographiques, Université Paris X, Pauline Mari, Docteur de l’Université Paris-Sorbonne et Arnauld Pierre, Professeur en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris-Sorbonne, le dimanche 5 juin 2016 de 11h30 à 13h, au Cinéma L’Ermitage, Salle 1 (144 places) (table ronde)

Si l’histoire de l’art et celle du cinéma ont pu prendre la forme d’histoires parallèles, quantité de recherches misent aujourd’hui sur l’articulation entre les études cinématographiques et cette discipline plus ancienne, en conséquence mieux identifiable, qu’est l’histoire de l’art. On abordera notamment ce croisement en réfléchissant au projet d’une histoire des formes soucieuse de dépasser les frontières disciplinaires en même temps que celles des mediums.

– « L’architecte, caricaturiste caricaturé : identité, (auto)dérision et confraternité » avec Isabelle Conte, Doctorante EPHE, Guy Lambert, Maître de conférences, Université Paris-Est, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS (UMR AUSser 3329) et Caroline Maniaque, Professeur HDR, Ecole nationale supérieure d’architecture de Normandie, le dimanche 5 juin 2016 de 14h à 15h30, MINES ParisTech – Grand Amphi, Bat B (54 places) (table ronde)

Organisée par l’Association d’histoire de l’architecture (AHA), cette table-ronde examinera les formes que peuvent prendre la dérision et la caricature dans la culture des architectes aux XIXe et XXesiècles, indice notamment d’une sociabilité confraternelle et d’une (auto)dérision corporative.

– « Compagnons de lutte contre le franquisme : critique d’art et avant-garde en Espagne » par Paula Barreiro Lopez, Université de Barcelone, le dimanche 5 juin 2016 de 14h30 à 15h30, Théâtre municipal, Foyer (80 places) (conférence)

Au début des années 1950, le régime franquiste traversa un processus de modernisation qui l’obligea à réexaminer sa relation à l’avant-garde. La participation d’artistes et de critiques aux mouvements de protestation rouvrit le débat autour du rôle de l’art dans la société. Un nouveau discours esthétique se développa au sein de la critique d’art, qui devait façonner les objectifs de l’avant-garde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *