Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

JE IMAGES MENTALES visuel dada

Jeudi 26 mai 2016 de 9h30 à 18h

INHA / Galerie Colbert / 2e etage / Salle Perrot

2 rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre

La journée d’études doctorale « Images mentales » propose de s’interroger et d’analyser la place de l’hallucination dans la création artistique de l’époque contemporaine, aussi bien dans les champs de la littérature, de la peinture, de l’installation et du cinéma.

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, l’hallucination, qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par un psychotrope, se caractérise par sa capacité à interroger la réalité – qui ne peut plus se réduire au monde physique – tout en ouvrant « les portes de la perception ». Il s’agira de comprendre comment cette notion s’est transmise dans les pratiques artistiques du XIXe, du XXe et du XXIe siècles.

Cette journée d’études est organisée par l’association 19-20, avec le soutien de l’Université Paris-Sorbonne, de l’École doctorale 124 et du Centre André Chastel.

 Programme :

  • Introduction de la journée d’études

9h30 – Arnauld Pierre, professeur en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris-Sorbonne

  • 1/ POÏETIQUE DE L’HALLUCINATION, pathologies créatrices

10h – Kathryn Haklin (Université de John Hopkins / ENS Paris) : L’hallucination et la poétique de la claustrophobie : le cas des Travailleurs de la mer

10h30 – Antonino Sorci (École des Hautes Études en Sciences Sociales Paris): L’hallucination comme désir de réalité. La mélancolie de Soutine entre réalisme et utopie

  • 11h – Pause
  • 2/ LA REALITE RENVERSEE, le continuum psychique-physique

11h15 – Allison Huetz (Université de Genève): Du champ de foire au parc d’attraction : jeux optiques et phénomènes hallucinatoires. Le cas de Genève entre 1890 et 1914.

11h45 – Yoann Hervey (Université Paul-Valéry Montpellier 3): « C’est une crise d’eczéma, mais à l’intérieur ». La question du « faux » dans le cinéma de Quentin Dupieux

  • 12h15  Table-ronde introduite par Julie Ramos, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 12h45 – Pause déjeuner
  • 3/ MATERIALISER L’INVISIBLE, la peinture de la pensée

14h30 – Flaurette Gautier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Stupéfiant cubisme, de la peinture de « vision » à la peinture de conception

15h – Marion Sergent (Université Paris-Sorbonne): Synopsie, hallucination et vision peyotlique : l’expression de l’intériorité chez les peintres musicalistes

  • 15h30 – Pause
  • 4/ DISPOSITIFS IMMERSIFS, une expérience psychédélique

15h45 – Elise Grandgeorge (Université Paris-Ouest Nanterre la Défence): Transmettre l’expérience psychédélique dans les années 1960, des machines scientifiques aux machines artistiques

16h15 – Nicolas Brulhat (Haute Écoles d’art et de design de Genève): L’émergence de la discothèque. LSD et multimédia à l’âge du cerveau électronique.

  • 16h45  Table ronde introduite par Fabrice Flahutez, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris-Ouest Nanterre la Défense
  • 17h15  Apéritif

Pour télécharger le programme détaillé : Journée d’études « Images mentales»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.