Appel à communication: « Ces matières sans rivales », la céramique architecturale et la Manufacture de Sèvres (jusqu’au 16 mai 2017)

Journée d’études organisée par la Cité de la céramique et le LABEX CAP (Création, Arts, Patrimoine), Paris, INHA, 13 octobre 2017
Si la céramique architecturale, comprise comme matériau ou élément de décors, occupe une grande place dans le paysage urbain européen, elle reste encore mal connue et la Manufacture de Sèvres apparaît de surcroît comme la grande absente des publications sur ce sujet.
Lieu d’exception tant par sa production que par ses expérimentations techniques, Sèvres, tantôt pionnière, tantôt suiveuse, apparaît néanmoins importante pour retracer l’histoire de ce matériau en architecture. En effet, ce type de production est présent dès la fin du XVIIIe siècle et la Manufacture est même célébrée par la presse et le grand public pour ses créations monumentales au XXe siècle.
Cette journée débutera avec les premières cheminées décorées par la Manufacture dès 1792 et s’étendra jusqu’à nos jours avec le projet de Barthélémy Toguo pour la station Château Rouge de la ligne 4 du métro parisien. L’étude de ses productions permettra ainsi d’offrir un nouvel éclairage sur des lieux et édifices célèbres, du château de Fontainebleau au Louvre Abu-Dhabi, en passant par les pavillons des Expositions universelles et le paquebot Normandie.
Organisée par la Cité de la céramique dans le cadre du programme Immersion du LABEX CAP, cette journée d’étude sera l’occasion de rassembler des artistes, conservateurs, doctorants et universitaires autour des recherches en cours initiées par cette collaboration.
Elle contribuera à décloisonner les approches en liant création et patrimoine, problématiques au cœur de ces deux institutions.
La réflexion pourra s’organiser autour des thématiques suivantes :
  • L’évolution de la conception et de l’utilisation de ces matériaux en architecture au XIXe et XXe siècles.
  • Les projets, réalisés ou non, de céramique architecturale de la Manufacture de Sèvres
  • Les collaborations artistiques entre un artiste ou un architecte et la Manufacture
  • Les approches comparatives entre Sèvres et d’autres manufactures ou faïenceries

    Date limite d’envoi des propositions de communications : le mardi 16 mai 2017.Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes maximum espaces compris), accompagnées d’une bio-bibliographie sont à envoyer aux adresses suivantes: laurence.tillard@sevresciteceramique.fr et emeline.houssard@sevresciteceramique.fr. Une prise en charge des frais de transports pourra être assurée.

Colloque : « Nouveaux regards sur la haute couture parisienne de 1850 à nos jours », 24 et 25 mars 2017, Paris, INHA

Le colloque s’inscrit dans le cadre des événements liés à l’ouverture de la bibliothèque de l’INHA, collections Jacques - Doucet. Mécène et collectionneur, Jacques Doucet fut aussi – il convenait de le rappeler – l’un des plus brillants représentants de la haute couture parisienne au tournant des XIXe et XXe siècles. Le colloque propose un nouveau regard sur les composantes de cette histoire de la haute couture : ses protagonistes, ses processus créatifs, ses matériaux, ses modes de diffusion, ses clientes, mais aussi son propre statut qui a largement évolué depuis son apparition et ses premières formulations à la fin du XIXe siècle, sous l’égide de Charles Frederick Worth. Séculaire, cette histoire a été trop souvent appréhendée du seul point de vue des créateurs, dont le nom et la griffe, investis d’un pouvoir « quasi-magique », pour reprendre la célèbre expression de Pierre Bourdieu, ont été prioritairement convoqués afin de comprendre le succès de la couture parisienne. Pour asseoir cette réévaluation de l’histoire de la haute couture, les intervenants prendront en considération les contradictions inhérentes à sa construction et à son système, notamment les tensions entre couture, art et commerce, la relation de la couture avec le prêt-à-porter et la production en série. Seront également évoqués les questionnements actuels touchant d’une part à l’industrialisation extrême de la mode avec la fast fashion, d’autre part à l’impact des outils numériques sur la couture.

En partenariat avec l’Institut français de la mode, l’Institut d’histoire du temps présent-CNRS et avec le concours de la Fédération de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode.

Intervenants

  • Miren Arzalluz (Barcelone)
  • Marco Belfanti (Brescia)
  • Géraldine Blanche (Paris, SciencesPo)
  • Ivana Culjak (Zagreb City Museum)
  • Maria do Carmo Rainho (Rio de Janeiro, National Archives)
  • Karolien De Clippel (Hasselt, Modemuseum)
  • William DeGregorio (New York, Bard Graduate Center)
  • Émile Hammen (Paris, IFM)
  • Michelle Finamore (Boston, Museum of Fine Arts)
  • Christian Gros (Paris, Palais Galliera)
  • Didier Grumbach (Paris)
  • Anna Lebovic (The Univeristy of Sydney)
  • Marie McLoughin (University of Brighton)
  • Michele Majer (New York, Bard Graduate Center)
  • Zsolt Mészàros (Budapest, université Eötvos Lorànd)
  • Jérôme Neutres (Paris, Réunion des musées nationaux)
  • Tomoko Okawa (Tokyo, Jissen Women’s University)
  • Adelheid Rasche (Nuremberg, Germanisches National Museum)
  • Maurizio Rofrano (Paris)
  • Marine Schweitzer (Paris, Paris IV Sorbonne)
  • E.-J. Scott (Arts University, Bornemouth)
  • Sara Skillen (Stockholm University)
  • Katarzyna Stempniak (Duke University)
  • Françoise Tétart-Vittu (Paris)
  • Alessandra Vaccari (Université de Venise)
  • Marlène van de Casteele (Université Lyon 2 Lumière)
  • Johanna Zanon (Université d’Oslo)

Comité scientifique

Maude Bass-Krueger (Tel Aviv University et IHTP / CNRS), Dominique Jacomet (IFM), Sophie Kurkdjian (IHTP / CNRS), Pascal Morand (Fédération de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode), Philippe Thiébaut (INHA), David Zajtmann (IFM)

_____

Informations pratiques

24 mars 2017 – 9H30-18H
INHA, galerie Colbert, auditorium

25 mars 2017 – 9H30-18H
Institut Français de la Mode, amphithéâtre Yves Saint Laurent

entrée libre sur inscription : conferencehautecouture.wordpress.com/registration

Source: http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mars-2017/nouveaux-regards-sur-la-haute-couture-parisienne-de-1850-a-nos-jours.html?search-keywords=colloque

Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

illustrationseminairecrp19-2

« Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations »

On a l’habitude d’employer le terme d’altérité dès qu’il s’agit d’aborder les rapports entre la littérature et le voyage. Mais, bien que le XIXe siècle ait ses ailleurs choisis, en Europe, en Amérique ou en Orient, il ne sera pas question de destination au long cours hors des frontières géographiques dans le séminaire des jeunes chercheurs de l’année universitaire 2016-2017.

Nous proposons plutôt, à partir des travaux de recherche des doctorants du CRP19, d’aborder la complexité de la littérature du XIXe siècle, dans ses formes et dans ses représentations, par d’autres détours et retours qui lui permettent également de se penser : d’où ce pluriel possible d’altérité(s) qui désigne le dialogue de la littérature avec d’autres disciplines, d’autres langages, d’autres normes, jusque dans ses propositions de renouvellement par rapport à une tradition.

Comme les sujets proposés par les doctorants relèvent, pour cette année, d’un corpus situé dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette question nous incite en effet à envisager la littérature dans la perspective de la modernité, entendue au moins autant au sens d’une période historique, qu’au sens d’une attitude, qui se définirait comme une « lutte contre des attitudes de ‘contre-modernité’ », comme l’écrit Michel Foucault, au sujet de Baudelaire dans son article « Qu’est-ce que les Lumières ? » (Dits et écrits, Tome IV).

Continuer la lecture de Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

Appel à publication : « Caricatures et censures », Cahiers Daumier, n°8, automne 2017 (jusqu’au 1er janvier 2017)

Honoré Daumier, Victor Hugo, 1849 ©BnF
Honoré Daumier, Victor Hugo, 1849 ©BnF

La rédaction des Cahiers Daumier lance un appel à contribution pour les sections « Dossier » de son numéro 8, sur le thème « Caricatures et censures » :

Depuis l’Ancien Régime, la caricature et le dessin de presse subissent les assauts de la censure. Les évènements tragiques de janvier 2015 posent à nouveau la question du rapport de la caricature avec le pouvoir (et les contre-pouvoirs, comme les associations), son rapport à l’auto-censure, à la liberté d’expression, au poids de l’opinion, etc. Des interrogations qui font également écho à l’histoire de la censure : religieuse, morale, politique, la censure et son double parodique « Anastasie » occupent les pages des journaux du XIX jusqu’à nos jours.

La section « Essais » regroupe des articles en lien avec les thèmes de la revue (dessin de presse, caricature, presse) mais dont les sujets sont libres.

Les Cahiers Daumier se présentent comme un support de travail et de recherche autour de l’art de Daumier et, plus largement, de la caricature et du dessin de presse en France et à l’étranger, du XIXème à nos jours. La revue milite pour une pluridisciplinarité et fait appel aussi bien aux spécialistes (historiens et historiens de l’art, conservateurs…) qu’aux personnalités du monde de l’art (artistes, collectionneurs…).

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 1er janvier 2017 à sophiepauliac@gmail.com

L’échéance de remise des textes (30 000 signes max.) est fixée au 30 juin 2017.

La publication est prévue pour l’automne 2017.

Colloque «  »Sans blague aucune, c’était splendide ». Regards sur le Second Empire » 24-25 novembre 2016

Longtemps prisonnier de sa « légende noire », le Second Empire est de plus en plus étudié par les spécialistes du XIXe siècle, toutes disciplines confondues. Ce colloque a pour ambition – sans viser à l’exhaustivité – de donner un aperçu des diverses façons dont historiens et historiens de l’art abordent de nos jours la France des années 1850 et 1860. Les quatre sessions du colloque, qui auront pour sujet le pouvoir impérial, les échanges, la culture et les héritages du régime, brosseront ainsi le portrait d’une époque par bien des aspects proches de la nôtre.

Comité scientifique

Guy Cogeval, président des musées d’Orsay et de l’Orangerie
Yves Badetz, conservateur général du patrimoine, musée d’Orsay
Paul Perrin, conservateur du patrimoine, musée d’Orsay
Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine honoraire
Jean-Claude Yon, professeur des universités, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, directeur du CHCSC

Organisation

Musée d’Orsay / Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (UVSQ)

24 – 25 novembre 2016
Musée d’Orsay
Auditorium niveau -2
Tarifs

Accès libre dans la limite des places disponibles

PROGRAMME

Première journée

jeu. 24 novembre 2016 – 10h00 Introduction
Jean-Claude Yon et les commissaires de l’exposition
Le pouvoir impérial : incarnations, contestations
Président de séance : Jean-François Sirinelli, Institut d’Etudes Politiques de Paris

jeu. 24 novembre 2016 – 10h20 Parlementarisme et antiparlementarisme sous le Second Empire

Eric Anceau, université Paris-Sorbonne

jeu. 24 novembre 2016 – 10h40Les musées des souverains : légitimation, édification, vulgarisation
Arnaud Bertinet, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
jeu. 24 novembre 2016 – 11h00 « On se réveillera ». L’opposition républicaine au Second Empire
Sylvie Aprile, université Lille 3
jeu. 24 novembre 2016 – 11h20 :  Pause et discussion
jeu. 24 novembre 2016 – 11h50 La cour de Napoléon III : des héritages réinventés
Charles-Eloi Vial, Bibliothèque nationale de France
jeu. 24 novembre 2016 – 12h10 Le péché originel ? Le coup d’Etat du 2 décembre 1851
Dominique Houte, université Paris-Sorbonne
jeu. 24 novembre 2016 – 12h30 : Discussion et pause
 Echanges et ouverture sur le monde
Président de séance : Francis Démier, université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense
jeu. 24 novembre 2016 – 14h30 La diplomatie du sphinx : Napoléon III et les relations internationales

Yves Bruley, Ecole Pratique des Hautes Etudes

jeu. 24 novembre 2016 – 14h50 De l’Orient au Mexique : les photographes historiographes du règne de Napoléon III
Sylvie Aubenas, Bibliothèque nationale de France
jeu. 24 novembre 2016 – 15h10 : Discussion et pause
jeu. 24 novembre 2016 – 15h40 Paris et le financement de l’Europe sous le Second Empire
Nicolas Stoskopf, université de Haute-Alsace
jeu. 24 novembre 2016 – 16h00 D’un empire l’autre. Le fait colonial sous le Second Empire
Pierre Singaravélou, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
jeu. 24 novembre 2016 – 16h20 Discussion

Deuxième journée

ven. 25 novembre 2016 – 10h00 Accueil
Jean-Claude Yon et les commissaires de l’exposition.
 Culture et société aux temps des prémices de la culture de masse
Président de séance : Theodore Zeldin, Oxford University

ven. 25 novembre 2016 – 10h20 « Dis-donc, beau masque, on dit que tu aimes à faire boire du champagne… » Second Empire et fièvre turbulente des bals masqués

Corinne Legoy, université d’Orléans

ven. 25 novembre 2016 – 10h40 La leçon viollet-le-ducienne d’éclectisme raisonné : fédérer l’Orient et l’Occident par la couleur et le rationalisme architectural
Viviane Delpech, université de Pau et des Pays de l’Adour
ven. 25 novembre 2016 – 11h00 Le logement populaire urbain entre expériences et expérimentations
Florence Bourillon, université Paris-Est Créteil
ven. 25 novembre 2016 – 11h20 : Discussion et pause
ven. 25 novembre 2016 – 11h50 : Croquer les moeurs du Second Empire : Daumier versus Gavarni
Bertrand Tillier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ven. 25 novembre 2016 – 12h10 Gustave Flaubert, « une des splendides curiosités » du Second Empire
Yvan Leclerc, université de Rouen
ven. 25 novembre 2016 – 12h30 :  Discussion et pause
Les héritages du Second Empire
Président de séance : Jean-Claude Caron, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand

ven. 25 novembre 2016 – 14h30 La loi d’imprégnation : Zola écrivain-journaliste ou comment l’Empire survit à la République

Adeline Wrona, Celsa Paris-Sorbonne

ven. 25 novembre 2016 – 14h50 Du Second Empire au musée : l’exemple de Compiègne
Laure Chabanne, musées et domaines nationaux de Compiègne, musée du Second Empire
ven. 25 novembre 2016 – 15h10 : Pause
ven. 25 novembre 2016 – 15h40 Le régime renversé au moment où il devenait utile ? Le Second Empire et la guerre de 1870-71
Jean-François Chanet, Rectorat de Besançon
 ven. 25 novembre 2016 – 16h00 De la « fête impériale » aux ors de la République : pérennité du Second Empire après 1870
Xavier Mauduit, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ven. 25 novembre 2016 – 16h20 : Discussion / Clôture du colloque

Source: http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/colloques/presentation-generale/article/regards-sur-le-second-empire-45428.html?tx_ttnews%5BbackPid%5D=220&cHash=50910555ee

Journée d’études : « La porte de l’Enfer » (18 novembre 2016, Musée Rodin, Paris)

porte_de_lenfer

  • Date : VENDREDI 18 NOVEMBRE 2016
  • Lieu : AUDITORIUM DU MUSÉE RODIN, 21 bd des Invalides 75007 Paris

De 9h30 à 17h30.
Accessible aux personnes à mobilité réduite. Entrée libre, dans la limite des places disponibles.
Ouverture des portes 15 minutes avant le début de la journée d’études.

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE

François Blanchetière, Conservateur du patrimoine, commissaire de l’exposition L’Enfer selon Rodin, musée Rodin

ORGANISATION

Hélène Pinet, chef du servcie de la recherche, musée Rodin

Hélène Zanin, chargée des colloques, musée Rodin

PROGRAMME

MATINÉE : CONTEXTE ET SOURCES D’INSPIRATION DE LA PORTE DE L’ENFER

Modérateur : Amélie Simier, musée Bourdelle

9H 15 – 9H30

Accueil des auditeurs

9H30

Catherine Chevillot, Directrice du Musée Rodin

Accueil

09H40

Aida Audeh, Hamline University

Rodin’s Gate of Hell in Context: Dante and Nineteenth-Century French Art

10H20

Claudine Grammont, Musée Matisse de Nice

Les dessins noirs de Rodin : statut et diffusion

11H00

Pause

11H20

Sébastien Mullier, CPGE littéraires, lycée Auguste Blanqui, Saint-Ouen

Rodin et « le satanique Baudelaire », ou la métaphysique sculptée ?

 12H00

Christine Lancestremère, Musée Rodin

Un répertoire de formes : la documentation iconographique architecturale de Rodin

 12H40

Pause déjeuner

APRÈS-MIDI : QUE MONTRE ET QUE DIT LA PORTE DE L’ENFER?

Modérateur : Claire Barbillon, Université de Poitiers et École du Louvre

14H15 – 14H30

Accueil des auditeurs

14H30

Olivier Schuwer, Université Paris I-Panthéon Sorbonne

« Il n’y a pas de littérature là-dedans » : l’ombre du symbolisme sur La Porte de l’Enfer

 15H10

Aline Magnien, Laboratoire de recherche des monuments historiques

La Porte de l’Enfer ou le portrait de l’âme moderne

 15H50

Pause

16H10

Table ouverte :

François Blanchetière (dir), Musée Rodin

Les recoins de La Porte de l’Enfer

 17H00

Camille Morineau, AWARE, Archives of Women Artists, Research and Exhibitions

Extase et damnation. Résonances de La Porte de l’Enfer dans l’art contemporain

17H45

Fin de la journée

Programme

Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

apuntes

La revue APUNTES Journal of cultural heritage studies – de la Faculté d’Architecture et de Design de la Pontificia Universidad Javeriana (Bogotá, Colombie) prépare un numéro thématique (No. 30) intitulé “Actualidad de la investigación sobre patrimonio cultural, arquitectónico y urbano” (“Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain”), à paraître fin 2017 en ligne et dans sa version imprimée.

Inscrite dans les champs de la recherche et des études sur le patrimoine culturel, APUNTES vise à mettre à jour ses lecteurs latino-américains au sujet des investigations et des travaux sur le patrimoine, développés récemment en France et concernant la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

Appel à communication : « Il n’y a pas d’art, ni d’historien de l’art neutres » (jusqu’au 14 octobre 2016)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2016/09/Keith-Haring-Free-South-Africa-1985-affiche.jpg

Ainsi il reste vrai que, dans le monde de l’art,
tout ce qui vient de quelqu’un qui n’est pas un homme blanc
est relégué aux annales des politiques identitaires,
comme si l’identité de l’homme blanc était intrinsèquement neutre.

Merray Gerges, “Notes toward an In(con)clusive Identity Politics”,
Canadian Art, été 2016.

À la lumière des événements en cours mettant en exergue des problèmes sociaux profonds et systémiques en “Amérique du Nord” tels que le racisme à l’encontre des Autochtones, des Noirs canadiens, des Noirs américains, et d’autres groupes racisés, ainsi que l’homophobie, la transphobie et le sexisme, AHGSA Concordia aimerait faciliter un dialogue ouvert sur les rôles de la formation d’identités qui contestent la soit-disant neutralité du processus de création artistique et d’écriture de l’histoire de l’art, et comment cela peut être mis en perspective par l’étude des champs de la culture visuelle et matérielle. Nous vous invitons à nous envoyer toute proposition de recherche relative à cette problématique, sans aucune contrainte thématique ou historique de notre part.

Nous encourageons les intervenants à adopter une position critique sur des questions de race, classe, genre, sexualité, en relation avec un objet d’étude et/ou leur propre identité ou expérience.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Il n’y a pas d’art, ni d’historien de l’art neutres » (jusqu’au 14 octobre 2016)

Journée d’étude : « La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours » (13-14 octobre 2016, INHA, Paris)

citearchiJournée d’étude

La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours

13 octobre 2016
Galerie Colbert, salle Vasari

Sous la responsabilité scientifique de Jean-Philippe Garric et de Philippe Plagnieux
Comité organisateur : Charlotte Duvette, Justine François, Alison Gorel le Pennec et Léa D’Hommée-Kchouk

 

Chaque communication dure 20 min. et sera suivie de 10 minutes de débat. Continuer la lecture de Journée d’étude : « La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours » (13-14 octobre 2016, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

mode

Dans le cadre du programme « Histoire de la Mode et du Vêtement »

Les premiers mercredis du mois de 14h à 17h, salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, INHA

Entrée libre

Après une première année consacrée aux sources d’étude, la seconde année du séminaire  « La Mode masculine 1820-1970 », organisé dans le cadre du programme « Histoire de la mode et du vêtement », se propose de traiter des corps et des objets. En poursuivant le même objectif qui est de mettre en lumière la singularité et la complexité de ces cent cinquante années de mode masculine. Singularité et complexité en réalité occultées par une idée formulée au début des années 1930, celle d’un « grand renoncement » masculin, qui serait responsable à la fois du caractère soi-disant neutre et uniforme de la garde-robe virile et de l’abandon par l’homme à la femme de tout ce qui touche au domaine de la mode. De l’analyse des métamorphoses de la silhouette masculine, de la quête d’une apparence qui n’hésite pas à recourir aux artifices de la cosmétique, de la part importante de la subjectivité dans la composition du vestiaire et des comportements intimes,  il devrait ressortir que ces générations d’hommes participèrent bel et bien au système de la mode et qu’ils furent en réalité des consommateurs au même titre que les femmes, en dépit d’une certaine conception de la virilité moderne tendant à afficher sa méfiance à l’égard de la mode.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

Appel à communication : « La femme fatale » (jusqu’au 15 octobre 2016)

Dante-Gabriel-Rossetti-Lilith-1866-1868-Delaware-Art-Museum

Souvent associé à la décadence de la fin du XIXe siècle, le thème de la femme fatale ne cesse de nourrir les arts et la littérature. Cette femme, dont le comportement conscient ou inconscient amène l’homme ou la société à sa déchéance, se retrouve dans les textes mythologiques et bibliques. Véritable mythologie de la féminité, elle questionne les rapports qu’entretiennent l’homme, l’artiste et l’écrivain avec cette muse devenue fatale. Comment comprendre cette fascination où se mêle fantasme et angoisse ?

Notre propos vise à questionner les identités de cette femme fatale au cours des siècles. De la réception de ces grandes figures féminines de l’histoire des civilisations dans les différents domaines artistiques à l’élaboration de nouvelles femmes fatales à partir du XIXe siècle, ce colloque souhaite questionner ce personnage en mettant en place une certaine typologie de la femme fatale avec ses codes et ses attributs. Le but est de comprendre les enjeux sociaux, culturels, et esthétiques quant à l’élaboration de ce thème et d’en questionner son devenir.

Au-delà de la traduction plastique et littéraire d’un thème, l’enjeu est de comprendre comment les interprétations parviennent à s’insérer dans la pensée de leur société, c’est-à-dire comment ils arrivent à influer sur la lecture de ce thème.

Continuer la lecture de Appel à communication : « La femme fatale » (jusqu’au 15 octobre 2016)

Appel à communication : « Le XIXe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure médiévale en France au temps du livre industriel » (jusqu’au 5 octobre 2016)

Capture-d’écran-2016-07-23-à-19.35.52-e1469653601835

Moins connu que la réhabilitation de l’architecture gothique ou la redécouverte des tableaux des Primitifs, le regain d’intérêt pour l’enluminure médiévale fut pourtant l’une des manifestations majeures du vaste mouvement de « retour au Moyen Âge » qui gagna l’Europe presque toute entière au XIXe siècle. Mais si ce phénomène est aujourd’hui bien identifié pour l’Angleterre et la Belgique, les recherches spécifiques sur la France demeurent encore peu nombreuses malgré un patrimoine exceptionnel.

En lien avec l’exposition Trésors enluminés de Normandie qui se tiendra au Musée des Antiquités de Rouen du 5 décembre 2016 au 19 mars 2017, ce colloque a pour ambition d’établir une première synthèse d’envergure sur la connaissance et la compréhension que les Français avaient de cet art, des années 1800 jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, en envisageant le problème sous tous ses aspects, depuis la bibliophilie jusqu’aux entreprises éditoriales, en passant par les travaux d’érudition ou encore la pratique artistique.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Le XIXe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure médiévale en France au temps du livre industriel » (jusqu’au 5 octobre 2016)

Appel à communication : « Une histoire du regard est-elle possible ? Le cinéma au cœur de la ‘culture visuelle’ » (jusqu’au 1er aout 2016)

John Huston, "Griffes jaunes", 1942« Un nouvel organe humain s’est développé », écrivait Béla Balázs en 1930 : c’est le cinéma. Grâce à lui, on ne regarde déjà plus le monde comme on le regardait avant que les gros plans, les travellings et le montage le re-présentent d’une autre façon. Bientôt, il faudrait l’ajouter à la liste des « oculistes » dressée par Marcel Proust, ces grands peintres dont la touche forme notre œil et nous amène insensiblement à apprécier ce qui naguère nous semblait trop banal pour être même remarqué ou trop confus pour être contemplé. Sans parler des dispositifs qui, hors l’art, offrent eux aussi des points de vue nouveaux : Walter Benjamin pourrait ainsi reprendre à son compte, en 1936, l’affirmation du psychologue Henri Wallon selon laquelle « l’usage de l’avion a inéluctablement modifié notre manière de voir ».

Est-ce à dire que le regard est quelque chose qui se change aussi facilement, et dont on pourrait par conséquent faire l’histoire sans trop de problèmes ? Le Zeitgeist comprend-il donc toujours une nouvelle paire de lunettes ?… Ou faut-il s’abstenir de prendre toutes ces assertions au pied de la lettre ? Continuer la lecture de Appel à communication : « Une histoire du regard est-elle possible ? Le cinéma au cœur de la ‘culture visuelle’ » (jusqu’au 1er aout 2016)

Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

liztspan

Appel à communication pour une journée d’étude, vendredi 13 janvier 2017, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

« Écouter est un art »[1]Figures d’auditeurs au XIXe siècle

On a pu observer ces dix dernières années un intérêt croissant pour la notion d’écoute ; en témoignent notamment l’ouvrage majeur de Martin Kaltenecker, qui s’attache à reconstituer une histoire des discours sur l’écoute entre le XVIIIe et le XIXe siècle, ou encore les travaux de Peter Szendy qui déploient l’éventail des pratiques et des techniques auditives qui jalonnent « l’histoire de nos oreilles ». Dans les nouvelles ou les romans comme dans l’iconographie musicale au sens large, on connaît l’aura dont le XIXe siècle dote les interprètes et les compositeurs (voir à ce sujet le futur colloque international intitulé « Le compositeur dans la littérature », organisé par le CRLC Paris-Sorbonne les 8 et 9 décembre 2016). Mais on a peut-être, dans le champ littéraire, moins pris la mesure des nouveaux régimes d’écoute : la musique se démocratise peu à peu, elle arrive dans les foyers par des relais – que l’on pense au piano ou aux instruments mécaniques – qui bouleversent l’accès, le statut et la valeur des airs qui parviennent désormais jusqu’à tant d’oreilles. En cherchant à prolonger l’écho de ces travaux en dehors du discours technique sur la musique, il s’agira de proposer une réflexion autour des figurations de l’écoute musicale dans le champ des productions littéraires et picturales européennes au XIXe siècle. Il faudra tendre l’oreille vers les représentations de l’écoute, vers ce que nous montrent ou nous font entendre les représentations littéraires et picturales d’une perception en pleine mutation.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

JE IMAGES MENTALES visuel dada

Jeudi 26 mai 2016 de 9h30 à 18h

INHA / Galerie Colbert / 2e etage / Salle Perrot

2 rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre

La journée d’études doctorale « Images mentales » propose de s’interroger et d’analyser la place de l’hallucination dans la création artistique de l’époque contemporaine, aussi bien dans les champs de la littérature, de la peinture, de l’installation et du cinéma.

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, l’hallucination, qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par un psychotrope, se caractérise par sa capacité à interroger la réalité – qui ne peut plus se réduire au monde physique – tout en ouvrant « les portes de la perception ». Il s’agira de comprendre comment cette notion s’est transmise dans les pratiques artistiques du XIXe, du XXe et du XXIe siècles.

Cette journée d’études est organisée par l’association 19-20, avec le soutien de l’Université Paris-Sorbonne, de l’École doctorale 124 et du Centre André Chastel.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)