Appel à publication : « Littérature et arts au XIXe siècle : questions de genre », Revue Romantisme (2018) (jusqu’au 15 janvier 2017)

romantisme

Date limite : 15 janvier 2017

Date de remise des textes : 15 septembre 2017

Romantisme a déjà abordé à plusieurs reprises et de diverses façons la question de la place des femmes dans l’histoire littéraire et artistique du XIXe siècle, et plus largement dans son histoire culturelle : tout d’abord, en envisageant les femmes comme des objets de représentation toujours prêts à être subsumés sous l’espèce générique « la femme » (avec les dossiers « Voix de femmes » en 1971, « Mythes et représentations de la femme » en 1976 et « Femmes écrites » en 1989) ; par la suite, en écoutant davantage le discours porté par les femmes elles-mêmes (avec les dossiers « Les femmes et le bonheur d’écrire » en 1992, « Pouvoirs, puissances : qu’en pensent les femmes ? » en 1994, « Savoirs de jeunes filles » en 2014). La question des sexualités a été abordée dans les numéros « Sodome et Gomorrhe » en 2013 et « La pornographie » en 2015. La revue souhaite aujourd’hui réunir des études qui s’inscrivent dans une perspective de genre : plutôt que de traiter des femmes, il s’agit d’interroger la différence des sexes comme une construction sociale et culturelle résultant d’un processus complexe qui assigne les individus à des rôles complémentaires et hiérarchisés. On souhaite, dans cette perspective, penser la singularité éventuelle du XIXe siècle comme période et comme objet d’étude.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Littérature et arts au XIXe siècle : questions de genre », Revue Romantisme (2018) (jusqu’au 15 janvier 2017)

Appel à communication : « Pour une histoire culturelle du décorateur XVIIIe – XXe siècle » (jusqu’au 1er avril 2016)

 Ce colloque, en analysant et précisant le rôle du décorateur dans l’aménagement intérieur, souhaiterait proposer une lecture nouvelle de l’histoire traditionnelle des styles occidentaux de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XXe siècle. Si l’historiographie a souvent privilégié l’enchaînement des innovations formelles et techniques ainsi que la notion d’avant-garde, le colloque entend davantage mettre l’accent sur le contexte socio-économique dans lequel s’inscrit l’activité du décorateur. En effet, cette approche permet de dégager une vision propre à une génération ou à un groupe social à un moment donné de l’histoire. Elle enrichit la définition de notions encore mal étudiées telles que celles d’œil collectif et de tolérance visuelle, susceptibles d’expliquer par exemple l’alternance de périodes de sur-ameublement et de dépouillement. Elle explique également de nombreuses variations relatives à la densité de l’occupation de l’espace ou à l’intensité des couleurs et de la lumière.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Pour une histoire culturelle du décorateur XVIIIe – XXe siècle » (jusqu’au 1er avril 2016)

Appel à communication : « Art et psychiatrie » (jusqu’au 31 mars 2016)

Aloïse Corbaz, Nativité, 1955

Depuis longtemps, les créations de personnes atteintes de troubles psychiques suscitent aussi bien l’intérêt des artistes et des historiens de l’art que de psychiatres renommés, tel Walter Morgenthaler (1882–1965) qui travaillait à la clinique de la Waldau, près de Berne. Dès la première moitié du XXe siècle, des collections spécialisées seront constituées, comme celle du médecin psychiatre et historien de l’art de Heidelberg Hans Prinzhorn (1886–1933), que Harald Szeemann exposa pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale à la Kunsthalle de Berne, en 1963. Citons également la Collection de l’Art Brut, initiée par Jean Dubuffet, qui, à la suite d’une donation, sera transférée à Lausanne en 1975 – l’année où fut créée la Fondation Adolf Wölfli au Musée des beaux-arts de Berne. Elle ouvrira ses portes au public en 1976.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Art et psychiatrie » (jusqu’au 31 mars 2016)

Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)

Date et lieu : 26 mai 2016, Institut national d’histoire de l’art, Galerie Colbert, Paris

Date limite : 6 mars 2016

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, nous souhaitons retenir l’idée d’un continuum entre les images mentales, les rêves et l’hallucination.

Si l’imagination artistique peut faire naître l’hallucination, tel le goût de l’arsenic dans la bouche de Gustave Flaubert lorsqu’il écrivait l’empoisonnement de Madame Bovary, c’est à la problématique inverse que nous voulons nous intéresser : comment l’hallucination imprègne-t-elle l’imaginaire des artistes de l’époque contemporaine ? Comment se matérialise-t-elle dans leurs pratiques ? Jouant de la double signification de ce verbe, il s’agit tout autant d’étudier l’objectivation des hallucinations sur un support artistique que les procédés visant à les communiquer au spectateur. Entre retranscription et transmission, le panel des pratiques peut s’étendre des arts conventionnels comme la peinture, la sculpture, la gravure, la photographie, etc., à des formes artistiques moins traditionnelles telles que les environnements, les installations, les spectacles lumineux et sonores, les discothèques, etc. Le corpus pourra comprendre aussi bien des œuvres produites simultanément à l’hallucination, possiblement de manière automatique, que celles réalisées postérieurement à l’expérience hallucinatoire. Qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par une substance psychotrope, l’hallucination met en jeu deux niveaux de réalité, le monde extérieur et l’univers mental. Continuer la lecture de Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)