Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Au cours du XXe siècle, la musique occidentale, dans ses expressions savantes et populaires, a considérablement évolué et s’est développée sous de multiples formes. Aujourd’hui, les frontières entre arts visuels, musique, danse, théâtre, cinéma sont de plus en plus perméables et tendent à s’effacer. Les artistes créent des œuvres pluridisciplinaires où sons, corps, voix, images fixes ou en mouvement participent à un même projet. Irradiant et alimentant la plupart des formes d’art, de l’improvisation à la composition, du divertissement aux formes savantes, des arts de la scène au cinéma ou au jeu vidéo, l’art des sons constitue à la fois une activité indépendante et un nœud où naissent une multitude d’interactions. C’est ce nœud aussi bien pratique que conceptuel que le présent colloque entend interroger.

11-12 Octobre 2017 – Université Rennes 2
Continuer la lecture de Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Appel à communication : « La mort et l’art » (jusqu’au 1er avril 2017)

Journée d’étude organisée par les doctorant-e-s d’Histoire et Critique des Arts

Les doctorant-e-s de l’équipe d’accueil 1279 Histoire et Critique des Arts de l’université Rennes 2, après avoir organisé deux journées d’études « Présenter l’art » (2015) et « Art et pouvoir » (2016) souhaitent développer une réflexion sur les relations entre l’art et la mort.

Depuis le milieu du XXe siècle, et particulièrement à partir des années 1970, la mort est une thématique récurrente des sciences humaines, ce qui a permis à l’historien Michel Vovelle d’affirmer, en 1982, que « l’histoire de la mort n’était pas une mode : elle ne fait que commencer1 ». Ce dernier, selon une approche davantage anthropologique et culturelle, mettait alors en évidence qu’à travers le prisme de cet « invariant2 », les vies humaines se reflètent, comprenant les croyances et les comportements face aux événements qui rythment leurs existences. L’auteur ouvrait ainsi l’étude de la mort à tout un répertoire de connaissances, de gestes et de pratiques dont les incidences et les correspondances dans les productions artistiques méritent amplement d’être interrogées.

Continuer la lecture de Appel à communication : « La mort et l’art » (jusqu’au 1er avril 2017)

Appel à communication : « Dubuffet vs la culture » (jusqu’au 28 février 2017)

DATE LIMITE : 28 février 2017

DATE ET LIEU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES : le 6 avril 2017, Université Rennes 2.

Résumé :

Jean Dubuffet a produit une « critique de la culture », projet éminemment culturel et paradoxal qui vise un « en dehors » de la culture tout en sachant que de tels « en dehors » ne sont, comme il dit, que des « chimères » ou des « mirages ». Cette « critique de la culture » qu’il présente comme un nihilisme actif répondant joyeusement au nihilisme de la culture occidentale a des accents à la fois rousseauiens et nietzschéens, mais ne sombre jamais dans le « primitivisme ». L’objectif de cette journée d’étude est de décrire cette critique sous ses diverses espèces — car Dubuffet la formule théoriquement et l’exerce à travers ses pratiques artistiques (peinture, sculpture, musique, édifices…) — et d’en préciser l’esprit. Quelles énergies s’est-il appropriées pour la formuler ? Qui l’a suivi ? Qui s’est montré réservé ? Quelle est son actualité ? Et quel est son devenir ?

 

Annonce :

Cette journée d’étude aura lieu à l’université Rennes 2 le jeudi 6 avril 2017. Elle est organisée par Baptiste Brun (Histoire et Critique des Arts, EA 1279, Université de Rennes 2) et Christophe David (Histoire et Critique des Arts, EA 1279, Université de Rennes 2).

Continuer la lecture de Appel à communication : « Dubuffet vs la culture » (jusqu’au 28 février 2017)

Colloque : « Les artistes africains-américains et la Color Line » (le 13 et 14 janvier 2017, Musée du Quai Branly, Paris)

color-line-musee-du-quai-branl_3410147855305712458

  • Date : le vendredi 13 et samedi 14 janvier 2017 de 09:30 à 18:30
  • Lieu : Théâtre Claude Lévi-Strauss, Musée du Quai Branly, Paris.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Ce colloque international est organisé conjointement par le musée du quai Branly – Jacques Chirac et l’Université de Rennes 2 (équipes d’accueil « Histoire et critique des arts », « Arts, Pratiques et Poétiques ») à l’occasion de l’exposition The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation au musée du quai Branly – Jacques Chirac (octobre 2016-janvier 2017) avec le soutien de la Terra Foundation for American Art.
La nécessité d’intégrer la mémoire collective de la communauté noire dans l’étude des œuvres d’artistes africains-américains, notamment en raison du rôle qu’ont joué l’esclavage et la ségrégation aux Etats-Unis, s’impose. Depuis la fin du XIXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, l’inégalité de la réception, la méconnaissance des conséquences propres au traumatisme de l’esclavage, l’espace déployé par les artistes pour faire vivre leur travail dans le double héritage africain et européen, le lien aux médias et à la diffusion, ont été les points d’orgue d’un contexte culturel où la pluralité signifiait paradoxalement à la fois communauté et isolement. Au sein de ces contradictions et riches d’une expérience singulière croisant conscience du monde, engagement politique, création artistique, connaissance du terrain, les artistes africains-américains ont réussi à maintenir une production consciente des limites auxquelles elle a été soumise tout en soulignant par les formes d’expression privilégiées la possibilité d’échapper au carcan imposé. Ces expressions artistiques côtoient gestes militants autant que fusion avec des espaces spirituels ancestraux et permettent, par leur radicalité devenue forme, leur silence devenu son, leur invisibilité devenue visuelle, la liberté d’une création unique dans l’histoire de l’art.Envisageant les pratiques des artistes africains-américains des XIXe-XXIe siècles au prisme des enjeux historiques, esthétiques et politiques, ce colloque se propose de penser la réécriture d’une histoire de l’art dans son lien à l’actualité de la recherche ainsi que  d’interroger la façon dont les différentes politiques culturelles officielles ont tenté d’entretenir la spécificité africaine-américaine en produisant en contrepartie des disparités et des distinctions quant à la possibilité d’accorder une lecture mainstream à l’art produit par les artistes. Historiens de l’art, conservateurs de musée, théoriciens, critiques, artistes pensent  le cloisonnement  dans lequel se sont trouvés longtemps les arts africains-américains tout en réfléchissant étroitement à la possibilité de dépasser ces frontières.Grâce à la présence physique des œuvres et des documents qui seront  présentés dans l’exposition « THE COLOR LINE, Les artistes africains-américains et la ségrégation » pour la première fois en France avec une ampleur qui doit être soulignée, les propositions critiques et théoriques des spécialistes invité-e-s pour ce colloque résonneront en direct avec la réalité de la création africaine-américaine.

Continuer la lecture de Colloque : « Les artistes africains-américains et la Color Line » (le 13 et 14 janvier 2017, Musée du Quai Branly, Paris)

Appel à communication : « L’installation : une approche cognitive et phénoménologique » (jusqu’au 30 novembre 2016)

tim-hawkinson-uberorgan-2000-mass-moca

L’installation, une expérience esthétique interactive du déplacement dans un espace dédié, ses dispositifs et potentialités : approche phénoménologique et cognitive dans une perspective inter-artistique, interculturelle.

Les journées d’étude concerneront l’expérience esthétique produite par des installations comprises comme la mise en relation, par un auteur, d’un sujet observateur mobile et d’un environnement prescriptif. Elles viseront à mettre en lumière les mécanismes phénoménologiques, kinesthésiques, cognitifs et dialogiques qui régissent ces expériences, à travers plusieurs dispositifs artistiques (arts plastiques, musique, littérature, cinéma), en Occident comme en Asie. L’objectif est de mettre à jour :

– les représentations symboliques de soi induites par l’espace de l’installation et à travers lui celles induites le lieu dans lequel nous vivons, que nous habitons, que nous construisons par nos déplacements et contacts avec les personnes et les choses (espace social, affectif, mémoriel, territoire, espace naturel, voire « anthropocène » (l’espace naturel mis au service de l’homme).

– les difficultés et enjeux de la construction de tels dispositifs esthétiques (enjeux subjectifs, symboliques, spirituels, politiques, de genre) et évaluer leur potentiel transformateur. Le passage par les différentes formes artistiques permettra d’interroger les passerelles entre imaginaire/mémoire et expérience.

On privilégiera les analyses appliquées à des œuvres précises, permettant de déterminer les conditions structurantes de l’émergence d’une telle expérience réflexive, d’en évaluer la nature et la richesse. Certaines communications pourront prendre la forme de performance ou d’expérience avec le public. Les contributions d’artistes exposant leurs processus de conception et leurs attentes sont bienvenues. Les journées d’étude seront filmées.

Ces journées d’études auront lieu :

– à Rennes le 7 avril 2017, Université Rennes 2, APP (Arts : Pratiques, Poétiques) ;
– à Marseille le 19 mai, Aix-Marseille Université, LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts) ;
– à Paris, Langarts, 29 juin (bibliothèque BIS-Sorbonne).

https://langarts.hypotheses.org

Modalités de soumission
Date limite de soumission des propositions: 30 novembre 2016.
Envoi des propositions par voie électronique comportant un titre, un résumé de 350 mots maximum et des mots-clés ; une courte biographie, affiliation institutionnelle éventuelle et bibliographie indicative, format Word.
Langue : français et anglais. Les communications pourront être faite en anglais.
Les contributeurs peuvent indiquer une préférence pour un lieu/date; réponse donnée, après avis du Comité scientifique, le 15 janvier au plus tard.

Contact: langarts@orange.fr.

N.B. : Malheureusement le budget ne permet aucune prise en charge des transports ou frais de séjour n’est possible. Le déjeuner sur place sera offert aux participants retenus.

***

Installations, a phenomenological and cognitive approach
Langarts workshops series on installations art 2017

Installation as an interactive aesthetic experience of moving within a dedicated space, its devices and potentialities: a phenomenological and cognitive approach in an interartistic and intercultural perspective.

Location and time: The workshops will take place:
– In Rennes, 7 April 2017, Université Rennes 2, APP (Arts: Pratiques, Poétiques);
– In Marseille, 19 May 2017, Aix-Marseille Université, LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts);
– In Paris, Langarts, 29 June (BIS-Sorbonne library).

Modalities:
Deadline for sending proposal 30 November 2016. Send a proposal of a maximum of 350 words, with a title, keywords and accompanied by a short bio indicating institutional affiliation (if any) and an indicative bibliography, in a Word format. Language: English with French translation. Communications can be delivered in English. Proposals may indicate a preferred date/location. Notifications of participation will be sent, after the meeting of the Scientific Committee, by Sunday 15 January.
Contact: langarts@orange.fr.
N.B.: Unfortunately no provision to pay for transportation or local expenses is made. Lunch will be offered to participants.

Rationale
The workshop series will address the aesthetic experience generated by installations conceived as a spatial apparatus, designed by a producer, linking a moving observer and a prescriptive environment. They will aim to highlight the phenomenological, kinaesthetic, cognitive and dialogical mechanisms governing these experiences, in a variety of artistic fields (visual arts, music, literature, cinema), in Asia and the West. The goal is to unravel:
– The symbolic representations of the self-induced by the installation space,and through it those triggered by the place we inhabit, we dwell in, that we build through our journeys and contacts with people and things (social space, emotional, memorial space, territory, natural space, even the « Anthropocene » (the natural space put to the service of man).
– The challenges and issues involved and addressed in the building of such aesthetic devices (subjective, symbolic, spiritual, political, gender issues), as well as to assess their potential transformative power. The convocation of a variety of artistic formats should interrogate the bridges between fantasy/memory and experience.

Preference will be given to analysis applied to specific works, aiming to determine the structural conditions for the emergence of such a reflective experience, to evaluate its nature and value. Contributions by artists regarding their practice are solicited. Some communications may take the form of a performance or an experience with the public. Communications by artists presenting their goals, methods and creative process are very welcome. The workshops will be video recorded.

Source: http://blog.apahau.org/appel-a-communication-linstallation-une-approche-cognitive-et-phenomenologique-rennesmarseilleparis-avril-juin-2017/

Appel à communication : « De la complexité. L’oeuvre d’art comme énigme » (jusqu’au 1er octobre 2016)

Giorgio-de-Chirico-LEnigme-dun-jour-1914-MOMA

La conception du sens de l’œuvre d’art la plus répandue veut que l’esprit de l’œuvre s’incarne dans sa « lettre » et indique ainsi à son interprète le chemin qu’il doit suivre pour atteindre ce sens-esprit. Pour l’herméneutique des œuvres d’art, chaque œuvre a autant de sens que d’interprètes. Dans Théorie esthétique, Adorno, qui n’adhère pas à cette vision des choses, écrit que, pour l’herméneutique des œuvres d’art, on peut alors «satisfaire [à une quantité infinie d’interprétations] sans que la satisfaction de l’une porte préjudice à l’autre ». Cette infinité fonde ce qu’il appelle, non sans ironie, une « polysémie objective » des œuvres. Cette position correspond à ce qu’Odo Marquard appelle l’« herméneutique pluralisante ». Le sens de l’œuvre d’art est la raison de la série des sens produits par chacun de ses interprètes. L’esthétique de la réception d’un Hans Robert Jauss (qui se réclame de l’herméneutique de Gadamer et prend position par rapport à Adorno depuis ce point de vue) incarne parfaitement cette position.

Dans Théorie esthétique, sur une vingtaine de pages, Adorno développe une autre conception du sens-esprit de l’œuvre d’art qui va à l’encontre de cette herméneutique des œuvres d’art. Il ne croit pas en l’expérience que propose l’herméneutique de l’œuvre d’art, cette remontée de la « lettre » vers le sens-esprit. Il ne conçoit plus l’œuvre comme un symbole, « concept assez suspect », dit-il, parce qu’il synthétise le sens-esprit et la « lettre » : « Chaque phrase est littérale et chacune signifie. Ces deux choses ne se confondent pas comme l’exigerait le symbole, mais elles sont séparées par un abime d’où jaillit, aveuglante, la lumière crue de la fascination ». « L’esprit des œuvres s’illumine dans ce qui lui est opposé, dans la matérialité ». L’esthétique adornienne de la négativité joue la « lettre » contre le sens-esprit et transforme l’œuvre en « énigme », en « point d’interrogation ».

Continuer la lecture de Appel à communication : « De la complexité. L’oeuvre d’art comme énigme » (jusqu’au 1er octobre 2016)

Journée d’études doctorales : « Orients ? L’architecture entre altérité, internationalisation et fin de l’ethnocentrisme » (10 juin, INHA, Paris)

Jean Dubuisson, ensemble Vanack, Téhéran, Iran, 1970‐1976 / SIAF/CAPA, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Jean Dubuisson, ensemble d’habitation Les jardins de Vanack, Téhéran, Iran, 1970‐1976 / SIAF/CAPA, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle

Vendredi 10 juin 2016 de 10h à 18h

Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Salle Benjamin, galerie Colbert

2, rue Vivienne, Paris

 

Journée d’études doctorales proposée par Simon Texier (université de Picardie, EA CRAE) dans le cadre du séminaire doctoral en Histoire de l’architecture organisé par Anne‐Marie Châtelet (EA Arche, ENSA Strasbourg, université de Strasbourg), Hélène Jannière (EA Histoire et critique des arts, université Rennes 2) et Jean‐Baptiste Minnaert (InTRu, université François‐Rabelais, Tours).

Continuer la lecture de Journée d’études doctorales : « Orients ? L’architecture entre altérité, internationalisation et fin de l’ethnocentrisme » (10 juin, INHA, Paris)