Journée d’étude : « La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours » (13-14 octobre 2016, INHA, Paris)

citearchiJournée d’étude

La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours

13 octobre 2016
Galerie Colbert, salle Vasari

Sous la responsabilité scientifique de Jean-Philippe Garric et de Philippe Plagnieux
Comité organisateur : Charlotte Duvette, Justine François, Alison Gorel le Pennec et Léa D’Hommée-Kchouk

 

Chaque communication dure 20 min. et sera suivie de 10 minutes de débat. Continuer la lecture de Journée d’étude : « La notion de modèle en architecture : du Moyen Âge à nos jours » (13-14 octobre 2016, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

mode

Dans le cadre du programme « Histoire de la Mode et du Vêtement »

Les premiers mercredis du mois de 14h à 17h, salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, INHA

Entrée libre

Après une première année consacrée aux sources d’étude, la seconde année du séminaire  « La Mode masculine 1820-1970 », organisé dans le cadre du programme « Histoire de la mode et du vêtement », se propose de traiter des corps et des objets. En poursuivant le même objectif qui est de mettre en lumière la singularité et la complexité de ces cent cinquante années de mode masculine. Singularité et complexité en réalité occultées par une idée formulée au début des années 1930, celle d’un « grand renoncement » masculin, qui serait responsable à la fois du caractère soi-disant neutre et uniforme de la garde-robe virile et de l’abandon par l’homme à la femme de tout ce qui touche au domaine de la mode. De l’analyse des métamorphoses de la silhouette masculine, de la quête d’une apparence qui n’hésite pas à recourir aux artifices de la cosmétique, de la part importante de la subjectivité dans la composition du vestiaire et des comportements intimes,  il devrait ressortir que ces générations d’hommes participèrent bel et bien au système de la mode et qu’ils furent en réalité des consommateurs au même titre que les femmes, en dépit d’une certaine conception de la virilité moderne tendant à afficher sa méfiance à l’égard de la mode.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

Appel à communication : « Du fantôme » (jusqu’au 15 mars 2016)

Jacques-Henri Lartigue, Zissou comme fantôme, Pont-de-l'Arche

7-8 juin 2016, Paris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Notes pour une définition
Un essai de définition du fantôme mettrait en évidence les trois éléments suivants :

a) Une iconicité faible
Même s’il se manifeste souvent de manière sonore (plaintes, gémissements, coups répétés), le fantôme appartient avant tout à l’univers visuel, mais sur un mode incomplet, déficient ;  il s’agit bien d’une image mais qui serait privée de deux de ses constituants essentiels :

– l’inscription dans une  forme, un contour: ce qui spécifie la représentation fantomatique c’est son caractère trouble, incertain ; l’apparition  fantomatique appartient au registre du flou, de l’informe ; c’est un brouillard, une nuée, une transparence, qui peut aller jusqu’à sa limite, l’invisibilité; en termes sémantiques, le message qu’elle transmet, son information, est faible ; il n’est pas jusqu’à la couleur (aspect considéré comme secondaire dans la définition classique des images) dont elle est aussi dépourvue : le fantôme est blanc ou plutôt blanchâtre, déclinaison exténuée du blanc.

– la relation au réel : le fantôme est une représentation dont l’ontologie est, elle aussi, déceptive, problématique : on ne sait trop à quel référent elle renvoie et si elle y renvoie vraiment ; de ses origines étymologiques (le grec phantasma qui donnera nos fantasmes, à la fois si peu réels et si présents), l’image fantomatique a gardé les aspects négatifs (ceux qui depuis deux millénaires irritent Platon et tous ses disciples, avoués ou non), son caractère d’illusion. En conséquence, l’image fantomatique est un objet de croyance (et donc d’incroyance, pour les esprits dits « forts ») et non de vérité.

b) L’appartenance au monde des morts
Comme le rappellent anthropologues et historiens, quel que soit le type de formation sociale, une des questions les plus cruciales posées aux vivants d’une société donnée, c’est la relation à leurs morts, le statut qu’ils accordent aux disparus. Leur plus grande crainte c’est de n’en avoir jamais fini avec eux, et une grande partie des objets sacrés, des rites, des institutions, est consacrée à conjurer cette menace, à surmonter l’angoisse de l’indistinction, à s’assurer qu’ils sont et resteront bien à leur place : dans l’autre monde. La présence du fantôme (peu importe ici son nom, qui peut varier à l’infini) signe alors l’échec de cette mise à l’écart, le raté de ce partage, la preuve de la contamination du monde des vivants par celui des morts. Continuer la lecture de Appel à communication : « Du fantôme » (jusqu’au 15 mars 2016)

Cycle de séminaires : « Guernica, Picasso et l’Espagne franquiste (1936-1981) » (de janvier à juin 2016, INHA, Paris)

Spanish dancer Joshua Ullate performs during the general rehearsal of « Quiebro » in front of the painting « Guernica » by Pablo Picasso at the Reina Sofia Museum in Madrid on April 22, 2014. AFP PHOTO/ PEDRO ARMESTRE

Un mardi par mois à l’INHA, salle 111/CIRHAC, 1er étage, 18h à 19h30.

Mardi 12 janvier – séance d’introduction

Emilie Bouvard, conservatrice au Musée national Picasso-Paris.

Géraldine Mercier, technicienne de recherche, boursière du LabExCap.

Mardi 16 février

Célia Keren, ATER en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université : Les mobilisations antifranquistes internationales pendant la Guerre d’Espagne, l’exemple de l’évacuation des enfants espagnols en France.

Mardi 15 mars

Laura Karp-Lugo, docteure en histoire de l’art, Université Panthéon-Sorbonne : L’Ecole Espagnole de Paris avant 1936.

Amanda Herold-Marme, doctorante en histoire de l’art, Institut de Sciences Politiques de Paris : Picasso et les artistes espagnols de Paris. Convergence et divergence avec le leader du front antifranquiste à Paris (1937-1952).

Mardi 3 mai

Bertrand Tillier, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Bourgogne : Appel.les Fenosa à Ouradour-sur-Glane, un monument face à la mémoire après Guernica.

Marina Gauthier-Dubédat, docteure en histoire de l’art, Université Toulouse II-Le Mirail : Semprun-Picasso, un nouveau regard sur Guernica.

Mardi 24 mai

Miguel Cabañas Bravo, historien de l’art et chercheur, CSIC, Madrid : Picasso, referente y apoyo de los artistas refugiados españoles.

Hervé Sénant, historien de l’art et enseignant, ISDAT, Toulouse : Picasso, du 14 Juillet à Guernica : art et stratégie dans le champ politique (sous réserve).

Mardi 14 juin

Eugenia Afinoguenova, professeure d’espagnol, Marquette University : Guernica et le Front Populaire franco-espagnol, la quête de « l’art pour le peuple » au-delà du réalisme.

Nathalie Leleu, chargée de recherche, Musée national Picasso-Paris : MediaGuernica : l’image de Guernica sur son passage.

4 séances supplémentaires à l’automne 2016, de septembre à décembre.

Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Ecole d'architecture Nanterre

17 juin 2016, INHA

À la croisée de deux programmes de recherche consacrés respectivement aux architectures de l’enseignement supérieur et à l’enseignement de l’architecture, cette journée d’étude propose de s’intéresser aux écoles d’architecture et plus spécifiquement aux édifices qui ont été réalisés ou aménagés pour servir de lieux d’enseignement en France au cours des cinquante dernières années. Au travers de contributions thématisées, il s’agit d’évaluer dans quelle mesure les écoles d’architecture peuvent représenter des architectures manifestes, tant en termes d’usages (notamment en ce qui concerne les liens entre l’architecture des lieux et la pédagogie qui s’y déploie) que de représentations (dimension symbolique d’architectures dans lesquelles s’enseigne et s’apprend l’architecture). Si des réalisations pionnières telles que l’annexe construite en 1931 par Roger-Henri Expert rue Jacques Callot pour accueillir les ateliers extérieurs de l’École des beaux-arts de Paris ou le bâtiment élevé par Auguste Perret au tournant des années 1950 sur le site de la rue Bonaparte pourront être évoquées, l’intérêt se focalisera plutôt sur les réalisations postérieures, depuis la première génération d’écoles et d’unités pédagogiques construites à partir de la fin des années 1960, au moment où l’enseignement artistique se réformait et où l’architecture gagnait son autonomie par rapport aux beaux-arts, jusqu’aux constructions les plus récentes dans lesquelles la question de la valeur d’exemplarité des édifices est souvent posée avec acuité. Continuer la lecture de Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Colloque : « Le Corps en scène dans l’installation vidéo » (16 janvier 2016, Jeu de Paume, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-14-22-04

Colloque à l’auditorium du Jeu de Paume le samedi 16 janvier 2016 de 11h à 18h.

sous la direction de Mathilde Roman, en collaboration avec Jacinto Lageira, Françoise Parfait et Marta Ponsa avec le soutien de l’Institut ACTE de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de la Terra Foundation for American Art

Les premiers dispositifs utilisant la vidéo, tels ceux de Bruce Nauman, Dan Graham ou Peter Campus, ont donné au corps une place centrale. Inscrites dans la durée, ces œuvres s’adressent au spectateur et à la pluralité de ses sens, provoquant un état de présence autant mental que corporel. En amenant le mouvement des images dans le cadre muséal, les installations vidéo associent deux régimes esthétiques longtemps antagonistes, celui de la contemplation et celui de l’immanence propre aux arts scéniques. Le spectateur d’installations vidéo ne peut oublier ni son corps ni l’espace dans lequel il se trouve.

Le corps est saisi et signifié dans sa situation spatio-temporelle par des expériences perceptives qui font écho aux perspectives philosophiques et critiques développées par la phénoménologie. L’image sociale du corps est mise à distance pour ancrer un autre rapport au monde, cherchant à réunifier sensations et représentations, à mettre fin à un régime de séparation (split reality). Conçues d’emblée dans ce contexte, les installations vidéo sont nombreuses à questionner le rapport au corps, inventant des dispositifs spécifiques. Qu’elles soient intégrées à l’œuvre ou liées à une exposition, ces propositions scénographiées agencent les flux d’images et les sons dans des parcours de type sculptural qui s’adressent à des corps sensibles.

Continuer la lecture de Colloque : « Le Corps en scène dans l’installation vidéo » (16 janvier 2016, Jeu de Paume, Paris)

Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, ENSAS Strasbourg, France, 2013

Journée d’étude : Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960

Organisée par Guy Lambert (ENSA Paris-Belleville, UMR AUSser) et Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Comité scientifique : Marie-Hélène Contal (Cité de l’architecture et du patrimoine) ; Jean-Philippe Garric (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA) ; Philippe Grandvoinnet (ministère de la Culture, Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère) ; Guy Lambert (ENSA Paris-Belleville, UMR AUSser) ; Sibylle Le Vot (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA) ; Caroline Maniaque (ENSA de Normandie, UMR AUSser) ; Eléonore Marantz (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA) ; David Peyceré (Cité de l’architecture et du patrimoine).

Institutions partenaires : HiCSA (Équipe d’accueil 4100, Histoire culturelle et sociale de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; UMR AUSser (Unité mixte de recherche 3329, Architecture urbanisme société : savoirs enseignement recherche) ; Cité de l’architecture et du patrimoine

Date : vendredi 17 juin 2016

Lieu : salle Vasari, INHA – Galerie Colbert – 2 rue Vivienne / 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris Continuer la lecture de Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Appel à communication : « L’art et l’argent : financement du travail artistique et enjeux socio-esthétiques » (jusqu’au 15 janvier 2016)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2015/12/WarholTripleDollar.jpg
Andy Warhol, Triple Dollar Sign, 1981

Le mécénat, au sens large, ses enjeux et influences souffrent d’un manque d’études empiriques bien qu’il soit essentiel à la production d’œuvres aujourd’hui. Sans mécénat, qu’il soit institution ou individu, étatique ou non, la création contemporaine ne bénéficierait pas de la place qu’elle occupe dans nos sociétés contemporaines. Le financement demande de la mobilité ; les créateurs n’ont de cesse de passer d’un contexte institutionnel à un autre afin de décrocher les financements nécessaires à leurs projets. S’ensuit alors que pour nous, chercheurs, la comparaison nous aide à mieux comprendre nos objets – souvent nationaux – et nous montre aussi que les frontières ne sont pas suffisamment pertinentes pour que l’on s’y limite.

Ainsi, ce colloque a pour objectif d’étudier les formes et les figures actuelles du mécénat afin de cartographier les mondes artistiques et d’appréhender l’impact du financement sur la production esthétique. Pour ce faire, les arts dans leur diversité (architecture, musique, arts plastiques, théâtre, danse, littérature etc.) seront abordés, croisés et comparés par le biais des humanités (histoire de l’art, sociologie, anthropologie, études culturelles, économie, etc.) afin d’engager une articulation entre les modes de financement et leur impact sur la création.

Continuer la lecture de Appel à communication : « L’art et l’argent : financement du travail artistique et enjeux socio-esthétiques » (jusqu’au 15 janvier 2016)

Cycle de séminaires : « Les Trois Lumières » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

film-la-dolce-vita2

Un mercredi par mois de 17h30 à 20h, INHA, Galerie Colbert, salle 133 (salle Jean Mitry le 16 mars et le 13 avril). Organisé par « Les Trois Lumières », l’association des doctorants en Etudes Cinématographiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Les Trois Lumières » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « Les corps au cinéma, entre salle et écran » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

capture2015-08-10-18h39m33s607

Les jeudis de 18h00 à 20h00, INHA, Galerie Colbert, salle René Jullian (1er étage)

La question du corps au cinéma est loin de se limiter à une problématique figurale et à une perspective esthétique. Envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle, elle recouvre bien sûr des enjeux de représentations, mais aussi des interrogations liées à la nature même de l’expérience cinématographique, qu’il s’agisse de la performance de l’acteur devant la caméra ou de l’épreuve corporelle du spectateur dans la salle. Le séminaire « Histoire culturelle du cinéma » se propose, dans ce nouveau cycle, d’explorer ces diverses facettes d’une culture des corps cinématographiques.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Les corps au cinéma, entre salle et écran » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

Séminaire doctoral commun Paris 1/Paris 4 : « Comparaison est-elle raison? Approches comparatives en histoire de l’art » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

Séminaire méthodologique mensuel, organisé par et pour les doctorants.

L’équipe organisatrice est composée cette année de deux doctorantes de l’ED 124 (Sung Moon Cho et Marion Grébert) et de deux doctorantes de l’ED 441 de Paris 1 (Clémence Legoux et Claire Van Seters).

Toutes les séances se dérouleront salle Julian, 1er étage, Galerie Colbert-INHA, de 18h à 20h.

Comme chaque année depuis 7 ans, ce séminaire mensuel réunit des doctorants en histoire de l’art et archéologie autour de grandes questions méthodologiques dans le but de se rencontrer, d’échanger, et de débattre. Continuer la lecture de Séminaire doctoral commun Paris 1/Paris 4 : « Comparaison est-elle raison? Approches comparatives en histoire de l’art » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)