COLLOQUE INTERNATIONAL – FOUCAULT ET LES ARTS » Université Paris-Ouest Nanterre – Fondation Gulbenkian Paris, 30-31 mars 2017

COLLOQUE INTERNATIONAL – FOUCAULT ET LES ARTS

30-31 mars 2017

Université Paris-Ouest Nanterre – Fondation Gulbenkian Paris

Organisatrices : Fabienne Brugère, Judith Revel, Arianna Sforzini

Comité scientifique : Danièle Cohn, Arnold Davidson, Frédéric Gros, Béatrice Han, Jacqueline Lichtenstein

Institutions partenaires : Université Paris-Ouest Nanterre (UFR Phillia, département de philosophie, ED 139, laboratoire Sophiapol), Université Paris 8 (département de philosophie, laboratoire LLCP), Association pour le Centre Michel Foucault, Fondation Gulbenkian Paris.

 

MICHEL FOUCAULT n’est pas seulement le philosophe de l’archéologie des discours, de la généalogie des pouvoirs, des modes de subjectivation et des jeux de vérité. Il est aussi le penseur qui a décelé dans les Ménines de Vélasquez l’emblème plastique du savoir classique, dans les toiles de Manet la matérialité vive de la modernité, dans le surréalisme de Magritte la paradoxale représentation de la rupture de l’espace représentatif à l’époque contemporaine.

Cet intérêt foucaldien pour la peinture est connu et a fait déjà l’objet de nombreuses recherches et études. Mais, bien au-delà des usages diversifiés du pictural dans ses travaux, Foucault a ouvert le discours philosophique à sa contamination réelle et active avec la pluralité des pratiques artistiques, souvent reléguées aux limites de la pensée traditionnelle. Littérature, théâtre, cinéma, musique, photographie, « performances » de la parole : autant de dimensions qui ne sont aucunement des « divertissements » esthétisants, de simples incursions dans des champs de pratiques et de pensées éloignés du discours philosophique classique, mais qui participent directement de la construction de la philosophie foucaldienne et en mobilisent la force théorico-politique.

Notre colloque se propose de repartir de ce constat pour déployer toute une série de questionnements essentiels. Il s’agira bien entendu de se pencher à nouveau sur une dimension presque « interne » à la philosophie foucaldienne : les archives récemment déposées à la Bibliothèque nationale de France contiennent de nombreux inédits, sur la peinture notamment, qui peuvent constituer un noyau important à la fois de re-contextualisation et de réactualisation des réflexions foucaldiennes sur les arts. Il faut pourtant éviter le double écueil du « fétichisme » des inédits et de l’« esthétisation » de ces travaux hétérogènes, comme si la réflexion esthétique de Foucault ne faisait pas partie intégrante d’un projet philosophique et intellectuel plus large. Il nous semble donc important de repenser la portée théorique et politique du questionnement des pratiques artistiques, en replaçant le discours de Foucault dans la trame des relations multiples que la pensée française contemporaine a tissées avec le domaine de l’esthétique (cf. par exemple Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, Gilles Deleuze, Georges Bataille, Maurice Blanchot, Jacques Rancière). Mais il faut surtout ouvrir Foucault aux usages variés et importants que les arts ont faits de sa pensée ; et réfléchir à la manière dont s’est construite dans les dernières années, à travers Foucault, une circulation extrêmement féconde entre pratiques artistiques et pratiques politiques. En faisant dialoguer des chercheurs et des artistes, notre colloque souhaite questionner la force concrète et actuelle des réflexions foucaldiennes, sa fécondité pour des réappropriations hybrides, concrètes, politiquement engagées : mettons la philosophie à l’épreuve du questionnement artistique.

Programme

Jeudi 30 mars 2017

Université Paris-Ouest Nanterre, amphithéâtre W (nouveau bâtiment Max Weber, RdC)

9h30-9h50 Ouverture et introduction : Fabienne Brugère, Judith Revel, Arianna Sforzini

9h5010h30 Conférence : Marielle Macé (EHESS) – L’éclat d’une vie

10h30-11h10 Conférence : Philippe Sabot (Université Lille 3) – Le Brisset de Michel Foucault

11h10-11h40 Discussion

11h40-12h Pause-café

12h-12h40 Conférence : Patrice Maniglier (Université Paris Nanterre) – Le moment cinéma de Foucault 

12h40- 13h10 Discussion

13h10-14h30 Déjeuner (Buffet)

14h30-15h10 Conférence : Jacinto Lageira (Paris 1 Panthéon/Sorbonne) – Dévaluation esthétique et capital humain

15h10-15h50 Conférence : Judith Revel (Université Paris Nanterre) – L’invention de soi sous contrainte (Foucault à la manière de l’Oulipo)

15h50-16h20 Discussion

16h20-16h40 Pause-café

16h40-17h20 Conférence : Georges Didi-Huberman (EHESS) – Un art de l’inservitude volontaire

17h20-17h50 Discussion

 

Vendredi 31 mars 2017
Fondation Gulbenkian – Paris
9h00-9h40 Conférence : Frédéric Rambeau (Université Paris 8) – Les Ménines : Foucault-Lacan, 1966.

9h40-10h20 Conférence : Fabienne Brugère (Université Paris 8) – Y a-t-il une pensée de la peinture chez Foucault ?

10h20-10h50 Discussion

10h50-11h10 Pause-café

11h10-11h50 Conférence : Claudia Blümle / Ann-Cathrin Drews (Humboldt-Universität zu Berlin) – Le fou et le cynique. Les lectures de la peinture avec Michel Foucault

11h50-12h20 Discussion

12h20-14h00 Déjeuner (buffet sur place)

14h00-14h40 Conférence : Eric Alliez (Université Paris 8) – « C’est donc en profane que je vous parlerai de Manet ». Portrait de Foucault en hétéro.

14h40-15h20 Conférence : Alessandro Francisco (Pontificale Université Catholique de São Paulo) – Pour une archéologie de la musique: premières approches

15h20-15h50 Discussion

15h50-16h10 Pause

16h10-16h50 Conférence : Thomas Hirschhorn (artiste) – L’Amitié entre Art et Philosophie

16h50-17h30 Discussion finale

Appel à publication : Revue Opus n°3 (jusqu’au 15 février 2017)

parisouest

 UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE,  Revue Opus n° 3

La revue Opus, mook des étudiants en master Conception et rédaction éditoriales de l’université de Paris Nanterre, éditée par Les Presses de l’université, lance un appel à contributions sur l’étude des rapports entre la peinture et la littérature réalistes en essayant de renouveler l’approche historique, poétique et critique.

La définition du réalisme est indissociable de la volonté de rendre compte de manière picturale de la réalité (mimèsis, portrait, ekphrasis, hypotypose, vues imageantes…). Il s’agira de s’interroger sur la naissance du réalisme en peinture et en littérature, sur leur essence mimétique, leur vocation encyclopédique. Les débats autour du réalisme (Champfleury, Courbet…) sont au cœur de la réflexion sur la question de la transposition et de la modélisation de la réalité. Quel rôle joue la poétique du détail, de la partie et du tout dans la représentation ? Dans quelle mesure l’analogie entre la peinture et la littérature est-elle encore opératoire pour rendre compte des formes de la mimèsis ?

La théorie de la mimèsis a largement été contestée depuis le XXe siècle. Quels rôles ont eu les avant-gardes du XXe au XXIe siècle dans cette recherche d’une réalité fondée sur l’immanence de l’art ? La peinture et la littérature contemporaine semblent  avoir renoué avec l’exigence du réel. Le réalisme n’est pas seulement un ensemble de conventions stylistiques, narratives, esthétiques. Il détermine les relations entre l’univers réel et la vérité en peinture et en littérature selon des critères très différents en fonction de la conception du réalisme : néoréalisme, réalisme magique, nouveau réalisme, hyperréalisme…. On s’interrogera sur cette vocation herméneutique du réalisme qui se fait, le plus souvent, au profit de l’effacement du style littéraire ou pictural.

La diversité des expérimentations esthétiques actuelles place la question du réalisme au cœur du travail artistique. Dans quelle mesure peut-on encore parler « d’imitation créatrice » ? Le street art, les performances, les multiples pratiques urbaines, font souvent appel à un réalisme cru qui ouvre sur la fiction. On s’interrogera sur la médiation des nouvelles images dans ces pratiques.

La distance entre le poète, le peintre et le réel parcourt toute l’histoire du paradigme mimétique, de sa déconstruction à sa reconfiguration. Aujourd’hui, les mondes fictionnels sont parfois plus réels que la réalité elle-même. Dans quelle mesure le réalisme littéraire et artistique engagent-ils une construction intelligible du monde, une expérience cognitive nouvelle ? Comment le réel est-il alors dénoté et signifié ?

Les propositions de contribution (3000 signes environ) accompagnées d’une brève notice biographique, sont à envoyer par courriel avant le 15 février 2017, à l’adresse suivante : pierre.hyppolite@u-paris10.fr    Elles seront examinées par les étudiants du master Cored (Humanités et Industries Créatives).

Les réponses seront transmises début mars 2017 ; les articles (texte et images) demandés pour juillet 2017. Le numéro 3 de la revue Opus sortira en 2018.

Source: https://www.fabula.org/actualites/litterature-et-peinture-desirs-de-realismes_77297.php

Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

liztspan

Appel à communication pour une journée d’étude, vendredi 13 janvier 2017, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

« Écouter est un art »[1]Figures d’auditeurs au XIXe siècle

On a pu observer ces dix dernières années un intérêt croissant pour la notion d’écoute ; en témoignent notamment l’ouvrage majeur de Martin Kaltenecker, qui s’attache à reconstituer une histoire des discours sur l’écoute entre le XVIIIe et le XIXe siècle, ou encore les travaux de Peter Szendy qui déploient l’éventail des pratiques et des techniques auditives qui jalonnent « l’histoire de nos oreilles ». Dans les nouvelles ou les romans comme dans l’iconographie musicale au sens large, on connaît l’aura dont le XIXe siècle dote les interprètes et les compositeurs (voir à ce sujet le futur colloque international intitulé « Le compositeur dans la littérature », organisé par le CRLC Paris-Sorbonne les 8 et 9 décembre 2016). Mais on a peut-être, dans le champ littéraire, moins pris la mesure des nouveaux régimes d’écoute : la musique se démocratise peu à peu, elle arrive dans les foyers par des relais – que l’on pense au piano ou aux instruments mécaniques – qui bouleversent l’accès, le statut et la valeur des airs qui parviennent désormais jusqu’à tant d’oreilles. En cherchant à prolonger l’écho de ces travaux en dehors du discours technique sur la musique, il s’agira de proposer une réflexion autour des figurations de l’écoute musicale dans le champ des productions littéraires et picturales européennes au XIXe siècle. Il faudra tendre l’oreille vers les représentations de l’écoute, vers ce que nous montrent ou nous font entendre les représentations littéraires et picturales d’une perception en pleine mutation.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

JE IMAGES MENTALES visuel dada

Jeudi 26 mai 2016 de 9h30 à 18h

INHA / Galerie Colbert / 2e etage / Salle Perrot

2 rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre

La journée d’études doctorale « Images mentales » propose de s’interroger et d’analyser la place de l’hallucination dans la création artistique de l’époque contemporaine, aussi bien dans les champs de la littérature, de la peinture, de l’installation et du cinéma.

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, l’hallucination, qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par un psychotrope, se caractérise par sa capacité à interroger la réalité – qui ne peut plus se réduire au monde physique – tout en ouvrant « les portes de la perception ». Il s’agira de comprendre comment cette notion s’est transmise dans les pratiques artistiques du XIXe, du XXe et du XXIe siècles.

Cette journée d’études est organisée par l’association 19-20, avec le soutien de l’Université Paris-Sorbonne, de l’École doctorale 124 et du Centre André Chastel.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

Journée d’études : « La photographie comme arme ». Photographie sociale et documentaire dans les années 30 (25 mars 2016, INHA, Paris)

téléchargement

INHA, salle Vasari

L’engagement des photographes dans les structures politiques et culturelles de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Il a été en effet longtemps éclipsé par la notion de « photographie humaniste » forgée dans l’après-guerre pour décrire l’optimisme populaire qui caractérisait la production visuelle des Trente Glorieuses. Aussi a-t-on souvent considéré les photographies sociales et documentaires de l’entre-deux-guerres comme les prémices du regard humaniste arrivé plus tard à maturité.

Continuer la lecture de Journée d’études : « La photographie comme arme ». Photographie sociale et documentaire dans les années 30 (25 mars 2016, INHA, Paris)

Appel à communication : « Un portrait intérieur. Le Musée imaginaire des Impressionnistes » (jusqu’au 10 janvier 2016)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2015/11/bazille_studio_condamine.jpg
Frédéric Bazille (1841-1870), Edouard Manet (1832-1883), L’atelier de Bazille, 1870 © RMN-Grand Palais-Grand Palais-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Un portrait intérieur.
 Le Musée imaginaire des Impressionnistes

Colloque international autour de l’exposition Scènes de la vie impressionniste, Rouen, Musée des Beaux-arts (15 avril – 23 septembre 2016), organisé par l’Université de Rouen et le labex Les Passés dans le Présent de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, avec le soutien de la Terra Foundation for American Art.

Date : 6-7 septembre 2016

Lieu : Auditorium, Musée des Beaux-arts de Rouen

Continuer la lecture de Appel à communication : « Un portrait intérieur. Le Musée imaginaire des Impressionnistes » (jusqu’au 10 janvier 2016)