Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Colloque : 27-29 novembre 2017
Abstracts à envoyer avant le 30 juin 2017

Centre Allemand d’Histoire de l’Art
45, rue des Petits Champs
75001 Paris
Métro : Pyramides (lignes 7 et 14)

Conseil scientifique: Julia Drost (DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Paris Nanterre), Anne Helmreich (College of Fine Arts, Texas Christian University), Martin Schieder (Universität Leipzig) and Susan Power (chercheuse indépendante).

Tout en se considérant comme une avant-garde internationale, Breton et les surréalistes n’avaient au départ pas intégré les États-Unis à leur planisphère, comme l’atteste en 1929 le fameux Le monde au temps des surréalistes. Cependant, dès 1930, le surréalisme y fut soutenu économiquement et institutionnellement. En novembre 1931, la première exposition d’art surréaliste aux États-Unis, Newer Super Realism, fut organisée au Wastworth Athaneum à Hartford dans le Connecticut. La Julien Levy Gallery, qui ouvrit la même année, offrit à Salvador Dalí, Max Ernst, Alberto Giacometti et René Magritte leur première exposition aux États-Unis, tandis que des artistes américains comme Man Ray, Joseph Cornell, Walter Quirt ou Lee Miller y furent également exposés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreux surréalistes avaient trouvé refuge aux États-Unis, les expositions, objets, publications surréalistes et les différents soutiens du mouvement permirent à de nouvelles formes hybrides de se propager à travers les États-Unis, de la côte Ouest à Chicago et au-delà, et ce bien après la fin du conflit.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Colloque international : « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme » (du 26 au 27 avril 2017, Paris, INHA & BnF)

BRETON après BRETON (1966-2016) PHILOSOPHIES du SURREALISME

Colloque international

INHA, 2 rue Vivienne (Auditorium de la Galerie Colbert) et BnF, site François- Mitterrand (Petit auditorium).

« Revenir à l’œuvre même pour l’appréhender en termes d’idées, de travail de la pensée et du regard, telle est l’ambition de ce colloque qui réunit des spécialistes de notoriété internationale, reconnus dans des disciplines aussi variées que la philosophie, l’histoire – histoire de l’art, des sciences et de la culture –, la littérature ou la psychanalyse. Accompagné de la présentation de manuscrits surréalistes, le programme propose d’interroger la postérité d’André Breton en l’ouvrant à la confrontation et au dialogue. »

Organisé sous la responsabilité scientifique
de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS)

« Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps » a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.

Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le « faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place ».  Jacqueline Chénieux-Gendron

Continuer la lecture de Colloque international : « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme » (du 26 au 27 avril 2017, Paris, INHA & BnF)

Demi-journée d’étude : « Regards sur la matière des oeuvres » (16 décembre 2016, Centre Pompidou, Paris)

0_1

  • Date : le 16 décembre 2016, à 14h00
  • Lieu : Cinéma 2 – Centre pompidou, Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Cette après-midi d’étude revient sur les principes qui ont guidé la restauration de certaines œuvres présentées dans l’exposition Art et Liberté : Rupture, Guerre et Surréalisme en Egypte (1938-1948). Une analyse des conditions de conservation dans un contexte donné ainsi que de la matérialité des supports, sera exposée à travers les présentations de cas d’études menés par des restauratrices peinture, photographie et arts graphiques.

Cet évènement est organisé dans le cadre du service Recherche et Mondialisation dirigé par Catherine David (Centre Pompidou, Paris), sous la responsabilité de Véronique Sorano-Stedman (Centre Pompidou, Paris) avec la collaboration de l’atelier Arcanes, Paris et du Mathaf : Arabe Museum of Modern Art, Doha. photograp

PROGRAMME
14h-14h30 : Surréalisme en Égypte : contexte des restaurations
Véronique Sorano-Stedman, chef du service de la restauration au Centre Pompidou, Paris ;
14h30-15h : La conservation-restauration des photographies : connaître, restaurer, conserver
Véronique Landy, restauratrice photographie au Centre Pompidou, Paris ;
15h-15h30 : Arts graphiques : des œuvres singulières
Clotilde Cooper, restauratrice arts graphiques au Centre Pompidou, Paris ;
15h30-16h : La peinture surréaliste en Égypte : cas significatifs de restauration
Diletta Sorrentini, restauratrice peinture à l’atelier Arcanes, Paris ;
16h-16h30 : La collection du Mathaf et les dérivés du bois comme support de peinture: problématique de conservation et de mise en réserve. Cas d’études : les artistes égyptiens
Elodie Niclot, chef du service de la restauration au Mathaf : Arab Museum of Modern Art, Doha.

Renseignements :
Inès Bouaillon : ines.bouaillon@centrepompidou.fr
Pour recevoir les annonces de nos soirées :
Christine Bolron : paroleaucentre@centrepompidou.fr

Organisateur : DDC / Paroles, J-P. Criqui

Journée d’études: « Surréalisme et arts premiers » (10-11 octobre 2016, Centre Allemand d’histoire de l’art, Paris)

Date et lieu de la journée d’études: 10-11 OCTOBRE 2016, PARIS, CENTRE ALLEMAND D’HISTOIRE DE L’ART, 45, rue des Petits Champs 75001 Paris

Les objets « sauvages », autrement dit les artefacts de l’art dit « primitif », en provenance d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique du nord, ne prirent pas seulement une place centrale dans l’esthétique surréaliste, mais aussi au sein des collections des artistes et poètes du mouvement. Car au-delà de leur dimension magique et fétichique, ces objets ont toujours possédé une valeur concrète en termes de vente et d’échange.

Pourtant, la recherche ne s’est jusqu’ici quasiment pas intéressée à cet aspect matériel de la fascination des artistes, collectionneurs et marchands du surréalisme pour les arts premiers, tant il semble paradoxal que ce soient précisément les surréalistes qui aient contribué à la commercialisation de ces mêmes objets auxquels ils attribuaient, de par leur idéologie, des qualités d’images surréalistes.

L’analyse des collections d’art primitif des poètes et artistes de ce courant nous permet cependant d’identifier les liens étroits qui unissaient ici l’art et la vie. Il apparaît en outre que la vente et la distribution de l’art surréaliste ont massivement bénéficié de l’engouement des marchands de l’époque pour l’art de peuples indigènes. C’est seulement lorsqu’on interroge les rapports entre les recherches et présentations d’objets ethnologiques, d’une part ; et les développements révolutionnaires du surréalisme, d’autre part, que s’éclaire la façon dont s’est défini le surréalisme : une avant-garde internationale s’inscrivant dans un échange dialectique avec les arts anciens du monde entier.

PROGRAMME

Lundi 10 octobre 2016
10h00 — Accueil
Introduction par Julia Drost, Fabrice Flahutez et Martin Schieder

Quelles valeurs pour les arts premiers ?
Modération : Fabrice Flahutez

10h15 — André Breton’s Surrealist Aesthetics of Acquisition (1922–1966)
Sean Theodora O’Hanlan, Stanford University

11h — La divinité du Sepik : objet surréaliste ou lucratif ?
Léa Saint-Raymond, Paris / Élodie Vaudry, Paris

Pause

12h15 — La divinité du Sepik : objet surréaliste ou lucratif ?Comment l’objet « sauvage » devient un objet surréaliste
Sophie Leclercq, Poitiers

Déjeuner

Acteurs et passeurs
Modération : Julia Drost

15h — Carlebach, Heye et Ratton : le commerce des arts dits primitifs dans les années 1930–1940
Florence Duchemin-Pelletier, Paris

15h45 — The Artist as Seismograph: Primitive Art, Ethnology and the Introduction of Surrealism in « Cahiers d’Art »
Chara Kolokytha, Northumbria University

16h30 — Robert Lebel entre l’hôtel Drouot et la rue Fontaine
Jérôme Duwa, Paris


Mardi 11 octobre 2016

Diffusion des oeuvres
Modération : Martin Schieder

10h00 — Of Masks and Marquees
Rachael Barron-Duncan, Central Michigan University

10h45 —L’introduction des objets « sauvages » dans les expositions surréalistes britanniques des années trente
Caterina Caputo, Florence

Pause

11h45 — Surréalisme et préhistoire
Elke Seibert, DFK Paris

12h30 — Le surréalisme et Paul Klee
Michael Baumgartner, Centre Paul Klee, Berne

Conclusion

info@dfk-paris.org
www.dfk-paris.org

Source: http://blog.apahau.org/journees-detudes-surrealisme-et-arts-premiers-paris-10-11-octobre-2016/

 

Appel à communication : « Surréalisme et arts premiers » (jusqu’au 15 juin 2016)

Galerie Surréaliste

Quand, en mai 1936, la galerie Charles Ratton présente l’« Exposition surréaliste d’objets », cette exposition cherche à démontrer la capacité du surréalisme de transfigurer le réel, sans pour autant le métamorphoser. Les objets exposés – objets mathématiques, objets trouvés et interprétés, objets d’Amérique ou d’Océanie – sont tous des objets qui n’ont reçu aucune modification, aucune transformation et sont, quand même, élevés au rang du merveilleux surréaliste. Comme le dira André Breton dans le Dictionnaire abrégé du Surréalisme en 1938 : ce sont les poètes qui en font un « objet usuel promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste ». De nombreuses études et la récente exposition « Le surréalisme et l’objet » du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou en 2013, ont depuis souligné le paradoxe inhérent entre le domaine du rêve et de l’imaginaire d’un côté et la réalité matérielle de l’autre. Continuer la lecture de Appel à communication : « Surréalisme et arts premiers » (jusqu’au 15 juin 2016)

Appel à communication : « The Avant-garde and its Networks: Surrealism in Paris, North Africa and the Middle East from the 1930s » (jusqu’au 15 juin 2016)

Beyrouth

Surrealism – along with Futurism – can be considered as one of the few avant-garde movements of the early twentieth century that was established in Cairo. In 1939, Georges Henein, Kamel el-Telmessany, Ramses Younan and Anwar and Fouad Kamel founded the Art and Freedom group (Jamaat al fann wal-hurriya), which continued until the late 1940s. The group was probably the only official one in the region with a direct link to André Breton. Surrealist ideas also spread to other places in the region: In Beirut in the early 1930s for example, a group of writers, artists and intellectuals, including Georges Schéhadé, Georges Cyr, Antoine Tabet, Gabriel Bounoure and others, met regularly and debated Surrealism. This group never became official, though, or released a manifesto. A few decades later, in 1981, the Algerian writer Habib Tengour authored a “Manifesto of Maghrebian Surrealism”, in which he relates Surrealism to Sufism.

The Paris of André Breton is commonly recognized as the intellectual and artistic center from which Surrealism spread into other European and non-European cities. This was mainly due to individuals who lived and worked in Paris for a certain period of time, mingled in Surrealist circles and took back the new ideas to their home countries. Others, such as the Iraqi writer Abdel Kader el-Janabi, who settled in Paris in the 1970s, embraced Surrealist ideas outside their country or culture of reference, but never tried to transfer them. Continuer la lecture de Appel à communication : « The Avant-garde and its Networks: Surrealism in Paris, North Africa and the Middle East from the 1930s » (jusqu’au 15 juin 2016)

Conférences : « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres » (Paris, 11-12 Mars 2016)

Galerie-surréaliste1-300x217

Alors qu’en 1924, la Révolution surréaliste s’amorce à Paris et que, pendant l’entre-deux-guerres, la capitale française reste incontestablement le centre du mouvement, il se répand dès ses débuts dans de nombreux pays européens. Le workshop propose une réévaluation du surréalisme au prisme de l’Europe, s’intéressant particulièrement à la façon dont cette avant-garde se forme au moment de l’émergence des grandes idéologies qui vont bouleverser l’Europe. L’étude du surréalisme s’inscrit ainsi comme champ interdisciplinaire au croisement de l’histoire de l’art et de l’esthétique, des transferts culturels et de l’économie.

Qui furent les premiers promoteurs et collectionneurs du surréalisme en Europe ? Comment les œuvres circulent-elles, en franchissant les frontières nationales et politiques?

Continuer la lecture de Conférences : « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres » (Paris, 11-12 Mars 2016)

Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à contribution pour le numéro 78 (2016/1) de la revue Histoire de l’Art 

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un synopsis d’une page avant le 15 janvier 2016 avec un titre et une présentation de l’auteur en 2-3 lignes à l’adresse mail suivante : revueredachistoiredelart@gmail.com. Une première sélection sera effectuée par le comité de rédaction qui invitera les contributeurs potentiels à remettre leur article courant mars. Un choix définitif sera fait alors.

Collage ?

Pour son numéro 78, la revue Histoire de l’Art souhaite revenir sur le collage afin de susciter de nouvelles études interrogeant l’histoire et l’historiographie de ce phénomène, la multiplicité de ses définitions et approches, les moyens concrets de ses mises en œuvre, ses usages et ses fonctions, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et dans les cultures occidentales comme non occidentales.

Continuer la lecture de Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à communication : « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Stratégies, réseaux et collections » (jusqu’au 15 janvier 2016)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2015/12/Galerie-surr%C3%A9aliste1.jpg

Journée d’études : « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Stratégies, réseaux et collections »

Paris, 11 – 12 mars 2016

Alors qu’en 1924, la Révolution surréaliste s’amorce à Paris et que, pendant l’entre-deux-guerres, la capitale française reste incontestablement le centre du mouvement, il se répand dès ses débuts dans de nombreux pays européens. En Belgique, les galeries Le Centaure et Schwarzenberg organisent parmi les premières expositions de Magritte et de Max Ernst, en Suisse, le Kunsthaus Zurich consacre en 1929 la première exposition Abstrakte und surrealistische Malerei und Plastik dans un musée européen. C’est à Londres qu’aura lieu l’International Surrealist Exhibition aux Burlington Galleries en 1936. Mais des groupes surréalistes se forment également dans les pays scandinaves, en Suède et au Danemark, en Europe de l’est ainsi qu’en Tchécoslovaquie, en Serbie, et en Roumanie.

La journée d’études propose une réévaluation du surréalisme au prisme de l’Europe, s’intéressant particulièrement à la façon dont cette avant-garde se forme au moment de l’émergence des grandes idéologies qui vont bouleverser l’Europe. L’étude du surréalisme s’inscrit ainsi comme champ interdisciplinaire au croisement de l’histoire de l’art et de l’esthétique, des transferts culturels, de la politique et de l’économie. Quel est l’impact de tous ces aspects sur les questions identitaires des artistes ? Qui furent les premiers promoteurs et collectionneurs du surréalisme en Europe ? Où les expositions avaient-elles lieu et comment l’internationalisation du mouvement contribue-t-elle à la formation de nouvelles pratiques artistiques et performatives ? Comment les œuvres circulent-elles, en franchissant les frontières nationales et politiques?

La journée d’études s’adresse notamment aux jeunes chercheurs. Elle s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherché intitulé « Le monde au temps des surréalistes – Centres, périphéries et itinéraires du commerce de l’art surréaliste » et fait suite aux premières journées d’études « Le monde au temps des surréalistes », organisées en novembre 2014 au Centre allemand d’histoire de l’art.

Un appel à candidature est lancé jusqu’au 15 janvier 2016. Les intéressés devront envoyer une courte présentation de leur projet (maximum une page), ainsi qu’un bref CV.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Stratégies, réseaux et collections » (jusqu’au 15 janvier 2016)