Appel à communication : « Sculptures horizontales. 5e journée des jeunes chercheurs en sculpture » (jusqu’au 17 avril 2017)

Date et lieu de la journée d’études : 9 juin 2017 à l’auditorium du Musée Rodin.

À l’horizontal

Sculptures horizontales, bodenplastik, floor pieces

On a récemment marché à Paris sur les plaques au sol de Carl Andre et relu le texte où il explique que sa fascination pour l’horizontal vient probablement de sa pratique du kayak dans l’enfance. La sculpture horizontale n’est donc pas seulement une réponse à l’érection quasi phallique des statues : c’est une voie, une direction, un cheminement (un cas qu’on rencontre souvent dans le monumental horizontal des villes nouvelles, axes, voies, etc). Il y a « horizon » dans « horizontale ». Les sculptures-promenades de Richard Serra en attestent, mais on parlera plutôt de sculptures oblongues, de longues courbes. Pour un Giuseppe Penone, la sculpture à l’horizontale est un rappel de pratiques agricoles, où culture rime avec sculpture. Pour d’autres sculpteurs, le sol devient une surface de projection ou de dispersion (Barry Le Va). Il y a aussi des retombées de la sculpture (les “felts” de Robert Morris). La performance ajoute les reptations et les figures horizontales (on pense à Klaus Rinke). Faire tomber la sculpture, la passer de la verticale à l’horizontale, brouiller les axes du vertical et de l’horizontal (Daniel Spoerri) opère une remise en question des valeurs pratiques et symboliques, peut être politique dans le cas de l’iconoclasme renversant. Les inscriptions au sol de l’art minimal et post-minimal renouvellent, pour leur part, un usage longtemps réservé à la statuaire funéraire. Mais parler d’horizontalité en sculpture, c’est aussi parler du lieu d’implantation de la sculpture, surtout quand il s’étend à la place dans l’in situ, voire à l’open space dans les earthworks.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Sculptures horizontales. 5e journée des jeunes chercheurs en sculpture » (jusqu’au 17 avril 2017)