Appel à publication : « Animal-Animalité » (jusqu’au 31 mars 2017)

Appel à contributions pour le n° 81 de la revue Histoire de l’art coordonné par Marion Duquerroy et Natacha Pernac

Pour son 81e numéro, la revue Histoire de l’art se penche sur la question de l’animal et de l’animalité et sur le rapport qu’entretient l’artiste avec son double bestial.

Depuis quelques années, la figure animale fait son grand retour sur la scène contemporaine ; en témoigne actuellement et parmi d’autres, Plenty More Fish in the Sea (2016), œuvre créée in situ par l’artiste britannique Claire Morgan dans l’hôpital Saint-Jean d’Angers. Dédiée au thème de l’Apocalypse, l’installation de plumes et de fils fait écho au travail de Jean Lurçat – lui-même inspiré par la tapisserie de l’Apocalypse –  auquel le musée des Beaux-Arts de la même ville offrait l’année dernière une rétrospective. L’incendie en 2008 de la maison Deyrolles, spécialisée depuis 1831 en entomologie et taxidermie, a été lui-même le moteur de multiples réactions artistiques fortes, hommages à un conservatoire des sciences naturelles qui avait déjà séduit les Surréalistes. Si, aujourd’hui, le spectateur assidu des expositions développe une certaine habitude à voir la faune envahir les collections, cela n’a pas toujours été le cas.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Animal-Animalité » (jusqu’au 31 mars 2017)

Appel à contribution : « L’art et la fabrique de l’Histoire » pour le n°80 de la revue Histoire de l’art (jusqu’au 25 septembre 2016)

800px-El_Tres_de_Mayo_by_Francisco_de_Goya_from_Prado_in_Google_Earth

Pour son 80e numéro, afin de poursuivre la réflexion sur le thème de « L’artiste historien » envisagé du point de vue interne à l’art, la revue Histoire de l’art souhaite aborder désormais la question de manière dialectique et plurielle : l’image face à l’Histoire, l’artiste acteur de l’Histoire, l’art et l’Histoire.

Le thème n’est évidemment pas nouveau, et il ne veut pas se limiter à la peinture d’histoire, mais questionner les différents processus par lesquels l’artiste ou une image rend compte de l’Histoire, parfois dans une intertextualité avec les textes, la fait comprendre, et même agit sur l’Histoire. Il s’inscrit dans un renouveau des problématiques, depuis l’exposition Face à l’histoire (Paris, 1996) qui interrogeait les regard portés par l’artiste sur les événements politiques du XXe siècle à travers différent médium à Imagining the Past in France (Los Angeles, 2010) qui s’intéressait aux processus d’élaboration d’un imaginaire visuel du passé profane au Moyen Age, en passant par les considérations sur l’agentivité de l’image (Gell, 1998, 2009, ; Bloch, Une nouvelle théorie de l’art, 1999) ou les réflexions sur la fonction performative de l’image dans la cité grecque (Hölscher, La vie des images grecques, 2015).
Un thème qui s’inscrit dans l’actualité scientifique récente, ,(« L’ir-responsabilité de l’artiste », colloque international tenu à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, à Paris, les 27-28 avril 2016), mais aussi dans le temps présent tout court aiguillonné par le retour d’une histoire syncopée, tragique et sans boussole.

Pour les périodes passées, multiples sont les pistes de recherche, depuis l’ordre végétal augustéen qui est aussi un ordre politique (Sauron) , jusqu’à certaines formulations stylistiques de la première architecture gothique et du gothique classique pouvant participer à l’affirmation du pouvoir capétien (Branner) comme refléter le mode de raisonnement scolastique (Panofsky/Bourdieu). C’est aussi le cas du développement des possibilités de représentation de la peinture comme éléments du progrès de la Renaissance (Baxandall). Avec le développement et la diversité des moyens de reproduction et la mise en place d’un état moderne, les stratégies de la gloire, et ses processus visuels ont été souvent étudiés (Burke 1992/1995), mais on s’est aussi attaché justement, depuis quelque temps, à la conflictualité des iconographies politiques (Ziegler, Louis XIV et ses ennemis, 2010/2013). A certains moments, de la démocratie grecque à la Révolution (Khole, Reichardt, Visualizing the Revolution, 2008), c’est le politique qui stimule une construction de l’histoire par l’image, à d’autres, comme à la Renaissance, c’est l’art qui élabore un lieu pour l’Histoire, comme avec l’invention de la perspective (Argan).

Continuer la lecture de Appel à contribution : « L’art et la fabrique de l’Histoire » pour le n°80 de la revue Histoire de l’art (jusqu’au 25 septembre 2016)

Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à contribution pour le numéro 78 (2016/1) de la revue Histoire de l’Art 

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un synopsis d’une page avant le 15 janvier 2016 avec un titre et une présentation de l’auteur en 2-3 lignes à l’adresse mail suivante : revueredachistoiredelart@gmail.com. Une première sélection sera effectuée par le comité de rédaction qui invitera les contributeurs potentiels à remettre leur article courant mars. Un choix définitif sera fait alors.

Collage ?

Pour son numéro 78, la revue Histoire de l’Art souhaite revenir sur le collage afin de susciter de nouvelles études interrogeant l’histoire et l’historiographie de ce phénomène, la multiplicité de ses définitions et approches, les moyens concrets de ses mises en œuvre, ses usages et ses fonctions, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et dans les cultures occidentales comme non occidentales.

Continuer la lecture de Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)