Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Cette journée est organisée par l’université Paris I (ED 441 – HICSA).

Présentation

Historiquement présentée comme un « art pour tous », la photographie est associée aux valeurs démocratiques. Qu’en est-il, cependant, de ses relations avec le capitalisme dont elle est contemporaine ? Sur le plan économique et culturel, la production des photographies met-elle en jeu des valeurs différentes de celles que lui attribuaient les promoteurs de l’invention au XIXe siècle ? Associée au monde des images, aux enjeux politiques du pouvoir, aux formes de propagande et à une société de consommation, la photographie n’est pas étrangère aux débats sur l’aliénation et les dérives du capitalisme. Il est temps d’ouvrir le chantier d’une étude poussée des relations entre la photographie et le système capitaliste, et d’analyser les ambiguïtés d’un médium toujours dépendant des pratiques et des usages.

Les interventions proposées lors de cette journée aborderont les liens entre photographie et capitalisme au XXe siècle, appréhendé ici non pas dans sa seule dimension économique, mais en tant que valeur politique et idéologique. C’est sous un angle inédit que seront confrontés les paradoxes d’un art entretenant une relation ambigüe au système capitaliste, accentuant sa domination ou nourrissant sa contestation.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Colloque : « L’invention photographique du Caire historique : jalons, raisons, leçons » (Paris, INHA, 17 mai 2017)

Date et lieu du colloque : le 17 mai 2017 de 10h à 18h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

À l’occasion de la présentation en salle Roberto Longhi, du 21 avril au 8 juillet 2017, de l’exposition consacrée aux vues du Caire du photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895), ce colloque se propose de revenir sur les multiples entreprises photographiques qui se sont vouées à l’inventaire des richesses artistiques du Caire ancien par le biais du nouveau medium. La photographie topographique n’est certes  pas née au Caire, mais la cité des Fatimides et des Mamelouks en a été l’une des grandes capitales, aux côtés de Rome ou de Paris. Cette riche iconographie aurait par là-même contribué à la « médiévalisation » de la ville dans les représentations contemporaines, c’est-à-dire à la fixation d’un stéréotype visuel éloigné de la réalité urbaine de la capitale égyptienne. Outre la théorie critique, l’archéologie s’est également intéressée à ces images pour documenter l’histoire des bâtiments photographiés. Plus rares sont les travaux dédiés à l’histoire même de ces corpus visuels, à leurs modes de constitution et de diffusion. La rencontre ambitionne de revenir sur quelques grands jalons et raisons de ces opérations de photographie topographique, que la motivation en ait été commerciale, documentaire, artistique ou architecturale. Elle s’intéressera à la circulation des images produites ainsi qu’à leurs usages, de la création architecturale ou ornementale à l’édition de livres illustrés. Elle évoquera enfin les enseignements que peut livrer aujourd’hui cette imagerie historique sur la physionomie architecturale et urbaine du Caire historique et sur sa vie sociale.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Intervenants

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Dina Bakhoum (université Panthéon-Sorbonne et AUC, Le Caire)
  • Thomas Cazentre (Bnf)
  • Jérôme Delatour (INHA)
  • Ezio Godoli (Università degli Studi di Firenze, Florence)
  • Ella Ravilious (V&A, Londres)
  • Estelle Sohier (université de Genève)
  • Harald R. Stühlinger (ETH, Zurich)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Comité scientifique

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Pour en savoir plus

Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Dates et lieux du colloque : 8-12 mai 2017, Genève, Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCO) et Université de Genève

La XVe École de Printemps organisée par le Réseau International de Formation en Histoire de l’Art, se déroulera à l’Université de Genève du 8 au 12 mai 2017 et portera sur l’imagination. L’École permettra aux doctorants et post-doctorants de spécialisations et d’horizons divers de partager leurs recherches, leurs approches et leurs expériences dans un forum au cours duquel ils coopèreront avec des chercheurs avancés. Les programmes des précédentes Écoles de Printemps se trouvent sur le site www.proartibus.net.

PROGRAMME  Continuer la lecture de Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Colloque: Pierre-Albert Birot (1876-1967), au confluent des avant-gardes, (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC, 4-5 mai 2017)

Pierre Albert-Birot (1876-1967) au confluent des avant-gardes

Couverture de la maquette de Sic. Fonds Pierre Albert-Birot/Archives IMEC

Colloque à l’IMEC dirigé par Carole Aurouet et Marianne Simon-Oikawa

« Pierre Albert-Birot est une sorte de pyrogène / Si vous voulez enflammer des allumettes / Frottez-les donc sur lui / Elles ont des chances de prendre / Trop peu de pyrogènes aujourd’hui / Mais je ne dis rien des allumettes ». Un artificier de la création, un homme rare parmi les poètes et les artistes de son époque : tel est le jugement que porte sur lui Apollinaire, dont il fut l’un des plus proches amis.

Pierre Albert-Birot (1876-1967), venu tard à la poésie, à 40 ans, fut un infatigable expérimentateur. Tour à tour sculpteur, peintre, éditeur, imprimeur, poète, homme de théâtre, scénariste, il est aussi l’auteur d’une oeuvre à bien des égards pionnière. Fondateur de la revue SIC (Sons, Idées, Couleurs, 1916-1919), il accueille les œuvres des créateurs les plus audacieux de son époque : Apollinaire, Soupault, Reverdy, Picasso, Zadkine, mais aussi Survage ou Chana Orloff. Dans son œuvre personnelle, il innove dans des domaines aussi variés que la poésie visuelle (poèmes-affiches, poèmes-pancartes), la poésie sonore (poèmes à crier et à danser), le théâtre (pièces pour marionnettes, théâtre circulaire) ou le cinéma avec ses ciné-textes poétiques. Il s’illustre dans le haiku comme dans l’épopée, avec son Grabinoulor, une coulée de près de 1 000 pages sans aucun signe de ponctuation. Parallèlement, il explore dans toute son œuvre, une série de thèmes récurrents qui sont la marque de son univers : la relation avec les arts, le double intérieur, la quête des origines.

Longtemps éclipsée par les surréalistes, qui ne lui pardonnaient pas son indépendance, l’œuvre de Pierre Albert-Birot fait l’objet d’une nouvelle reconnaissance. Il importe aujourd’hui de retracer le parcours peu commun de ce créateur joyeusement moderne qui, sûr de son chemin, écrivait : « Je peux conduire, ou marcher côte à côte, marcher derrière, jamais ». Le présent colloque se donne ainsi pour but d’étudier comment Albert-Birot, à l’issue d’un long cheminement vers la modernité, découvrit les avant-gardes et y participa pleinement, sans adhérer à aucune école ni même à aucun mouvement autre que le nunisme, qu’il avait fondé. Il sera ainsi l’occasion de mesurer sa place dans les avant-gardes européennes, dans les arts de la scène et les arts visuels, mais aussi dans l’univers de l’épopée avec Grabinoulor. Ses relations avec les peintres et les poètes seront aussi abordées.

Ce colloque constitue l’une des manifestations phares de l’année 2017, parallèlement à une série d’autres événements organisés autour de l’œuvre de Pierre Albert-Birot : Huitièmes Rencontres poétiques à l’IMEC en partenariat avec le Rectorat de l’académie de Caen d’octobre 2016 à mai 2017, publication de Petites gouttes de poésie avec quelques poèmes sans gouttes (poèmes d’Albert-Birot et illustrations de Bobi + Bobi, Møtus) en février, parution d’un numéro double de la revue Europe « Pierre Albert-Birot / Claude Cahun » en avril, entre autres.

Programme

Premier jour : PAB dans son temps

10h15-10h30. Accueil des participants

10h30-10h45. Allocutions de bienvenue : Région, IMEC (Albert Dichy) et Joëlle Jean

10h45-11h. Présentation : Carole Aurouet et Marianne Simon-Oikawa

11h-12h30 PAB et les avant-gardes européennes Modératrice : Barbara Meazzi

Pascal Rousseau : « « Être nuniste ou ne pas être » : le présentisme de Pierre-Albert Birot »

Prosper Hillairet : « Survage et les Rythmes colorés »

Montserrat Prudon-Moral : « De « L’art poétique », le dialogue catalan de PAB »

12h30-14h : déjeuner

14h-16h La guerre, creuset des avant-gardes Modératrice : Joëlle Jean

Laurent Véray : « Présentation et projection du film En Somme »

Debra Kelly : « Pierre Albert-Birot n’ira pas à la guerre : expériences et imaginaires en temps de guerre »

Luc Vigier : « SIC et le design musical de la pensée »

16h-16h30 : pause

16h30-17h30 PAB, homme d’images Modérateur : Laurent Véray

Anne Reverseau : « Pierre Albert-Birot, photographe photographié »

Carole Aurouet : « PAB et le cinéma » 20h30-21h30 Salut à Arlette Albert-Birot

Deuxième jour : PAB en lui-même

9h45 : Accueil

10h00-11h30 L’avant-garde au quotidien : PAB, Apollinaire et Grey Modératrice : Debra Kelly

Bernard Baillaud : « Entre Guillaume Apollinaire et Jean Paulhan, la ligne PAB »

Peter Read : « Albert-Birot en coulisses : Les Mamelles de Tirésias »

Barbara Meazzi : « PAB et Roch Grey : histoire d’une amitié »

11h30 : pause

11h45-13h15 PAB et le livre Modératrice : Madeleine Renouard –

Sophie Lesiewicz : « PAB éditeur de livres graphiques » –

Marianne Simon-Oikawa : « La genèse des poèmes visuels de PAB : l’histoire d’une métamorphose »

Anne-Christine Royère : « Poèmes-affiches, poèmes-pancartes, poème-timbre : tradition et filiation de la poésie visuelle de PAB »

13h15-14h30 : Déjeuner

14h30-16h Avant-gardes théâtrales et arts et la scène Modérateur : Peter Read –

Didier Plassard : « L’écriture théâtrale pour marionnettes de Pierre Albert-Birot »

Jean-Pierre Bobillot : « Poême à crier et à danser etc. : une approche médiopoétique »

Julien Blaine : « Interactions & in(ter)ventions en faveur de Silex »

Conclusions du colloque

Source: https://www.fabula.org/actualites/pierre-albert-birot-1876-1967-au-confluent-des-avant-gardescolloque-l-imec-dirige-par-carole_79038.php

Journée d’étude : « Écrire l’image. Dialogues en histoire de la photographie autour des sources et de leurs usages » (20 avril 2017, Archives de France, Pierrefitte)

 

Les Archives nationales organisent une journée d’étude à l’occasion de leur participation au Mois de la Photo du Grand Paris 2017. La publication de l’ouvrage De l’image fixe à l’image animée (1820-1910) : actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie en 2015, en est un point de départ, ainsi que l’exposition En avion au-dessus de…, dialogues entre Mathieu Pernot et le fonds LAPIE, présentée du 4 avril au 19 septembre 2017 sur les deux sites des Archives nationales. L’objectif de cette journée est de croiser différentes approches sur les sources, écrites ou imagées, qui enrichissent une histoire du visuel et leurs usages dans différents contextes. Des initiatives individuelles, universitaires et institutionnelles sont à l’origine de la constitution d’outils prosopographiques. Quelles méthodologies ont été envisagées ? Quels usages chercheurs, représentants d’institutions, professionnels du marché de l’art et collectionneurs font-ils de ces mêmes outils dans leurs domaines d’expertise respectifs ?

Au-delà des outils, l’histoire de la culture visuelle, vaste champ d’investigation en sciences sociales se bâtit aussi autour des échanges entre ces différents acteurs. C’est pourquoi, à travers plusieurs études de cas à deux voix, il s’agira d’ouvrir la réflexion sur l’exploration et l’exploitation des sources dans les domaines de l’image fixe comme de l’image animée. Les photographies constituant par ailleurs un type de source abondamment représenté dans les archives publiques, se pose la question de leur identification comme de leur repérage et de leur valorisation, qui sera abordée lors d’une quatrième session.

L’archive photographique peut enfin inspirer un travail de création, comme en témoigne l’oeuvre de Mathieu Pernot, conçue à partir de cartes postales issues du fonds LAPIE des Archives nationales. Jeux visuels et déplacements de sens traduisent le dialogue de l’artiste avec l’objet photographique : la présentation de son travail par l’artiste lui-même débouchera, à l’issue de la journée, sur l’inauguration de l’exposition.

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Écrire l’image. Dialogues en histoire de la photographie autour des sources et de leurs usages » (20 avril 2017, Archives de France, Pierrefitte)

Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Dates et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017, Université de Lausanne.

Ce colloque entend réunir des contributions qui abordent l’histoire de la photographie avant tout comme l’histoire de la collecte, du traitement et de la production de vastes ensembles de données visuelles. Que peut-on apprendre d’une approche de la photographie qui ne la réduise ni aux seules pratiques artistiques ou amateurs, ni à des ensembles limités d’images individuelles, mais l’envisage comme une technologie de l’information ? Que peut-elle apporter aux recherches actuelles menées sur les dimensions scientifiques et pédagogiques du médium ?

Argumentaire

Continuer la lecture de Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Appel à communication : « Photographier le chantier (transformation, inachèvement et altération » (jusqu’au 10 avril 2017)

Date et lieu : 17 octobre 2017 et 18 octobre 2018, Université Jean-Monnet, Saint-Étienne

Argumentaire : L’étymologie du mot chantier renvoie au latin « canterius » qui désigne un support servant au maintien d’un objet, en vue de son stockage ou de son travail par un ouvrier. Depuis, ce mot fait également écho aux matières premières, bois, roche et minerai ; il désigne les lieux où elles sont entreposées, à partir desquels leur extraction est réalisée. Son acception contemporaine la plus fréquente permet de dénommer le terrain à l’intérieur duquel démolitions, réparations et constructions sont en cours de réalisation, mais aussi la séquence, d’ordinaire transitoire, durant laquelle une configuration matérielle succède à une autre. Mettre en chantier signifie également amorcer un ouvrage. Si ses temporalités peuvent varier, comme ses formes, sa taille ou l’envergure des moyens déployés, ces variables ne font pas oublier que le chantier, est a priori, orienté vers sa fin. Cependant, ce sens usuel ne doit pas effacer la polysémie du mot et la polymorphie des sites qu’il peut qualifier. Une carrière, une mine, des configurations instables et désordonnées peuvent être assimilées au chantier. La pluralité de ses formes, de ses significations et de ses apparences transitoires en font un objet dynamique qui suscite de nombreux questionnements photographiques.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Photographier le chantier (transformation, inachèvement et altération » (jusqu’au 10 avril 2017)

Cycle de rencontres entre historien-n-e-s et artistes : « Matérialismes à l’oeuvre », ENS/BAL, (19 janvier au 22 juin 2017, le BAL, Paris)

Cycle organisé par L’École normale supérieure et le BAL

DU 19 JANVIER AU 22 JUIN

Amy Greenfield, Element (still), 1973

Dans la continuité du cycle « Marx en scène » en 2016, l’École normale supérieure (ENS) et LE BAL s’associent de nouveau pour un cycle de débats-projections consacrés aux multiples approches matérialistes de la création artistique : comment les artistes travaillent-ils la matière photochimique ou numérique de l’image ? Comment représenter l’invisible ? Peut-on donner corps à l’immatériel des flux financiers, de la radioactivité, des connexions numériques et autres clouds ? Comment matérialiser le corps marchandise ?

Les débats exploreront les imaginaires développés autour de la matière dans tous ses états : de l’idéologie de la dématérialisation au mythe du Golem, jusqu’aux représentations de la catastrophe de Fukushima.

Cycle conçu par Ada Ackerman et Antonio Somaini, avec le soutien des unités de recherche THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité – CNRS) et LIRA (Laboratoire international de recherches en arts – université Paris III) et la collaboration de Mariya Nikiforova (LightCone).

Programme (sous réserve de modification) :

Continuer la lecture de Cycle de rencontres entre historien-n-e-s et artistes : « Matérialismes à l’oeuvre », ENS/BAL, (19 janvier au 22 juin 2017, le BAL, Paris)

Appel à communications : « Claude Simon, images fixes, images mobiles », 10 juin 2017, Toulouse (jusqu’au 31 janvier 2017)

claude_simon_paravent_salses

Séminaire « Claude Simon »

Le 10 juin 2017 à Toulouse, Librairie Ombres blanches et Ecole Supérieure de l’Audiovisuel.

Le 30e Séminaire « Claude Simon » organisé par l’ALCS (Association des Lecteurs de Claude Simon) aura pour thème « Claude Simon, images fixes, images en mouvement ». Il aura lieu le samedi 10 juin à Toulouse, à la librairie Ombres Blanches et dans les locaux de l’École Supérieure d’Audiovisuel (Université Toulouse-Jean Jaurès).
Claude Simon se reconnaît une extraordinaire mémoire visuelle et ses mots sont gros de puissance d’image. La preuve de l’importance de l’image dans son œuvre n’est plus à faire. Une grande place y est ainsi accordée à la peinture, la photographie, le cinéma, mais aussi la bande dessinée, la cartographie, le schéma, les graffiti, la publicité, le blason, l’image d’Épinal, le timbre.

Continuer la lecture de Appel à communications : « Claude Simon, images fixes, images mobiles », 10 juin 2017, Toulouse (jusqu’au 31 janvier 2017)

Appel à communication : « Immigration, littérature, BD et arts visuels » (jusqu’au 15 décembre 2016)

bd-imm

  • Date de l’atelier : 27-30 mai 2017
  • Lieu : Toronto

Congrès APFUCC

Selon Hou Hanru et Évelyne Jouanno, commissaires en 2011-2012 de l’exposition « J’ai deux amours » à la Cité nationale de l’histoire l’Immigration à Paris, « L’immigration qu’elle soit temporaire ou pérenne n’[est] plus un passage mais une transformation ». Parallèlement aux larges mouvements de population à l’échelle internationale, depuis les années 1950, immigration et migrance ont progressivement émergé comme thèmes importants de la littérature et des arts visuels (Nepveu, 1999 ; Chartier, 2002 ; Cazenave, 2003 ; Durpraire, 2012).

Le but de cet atelier sera d’analyser l’immigration, et tout ce qu’englobe ce terme, dans la littérature, la bande dessinée et les arts visuels contemporains. Il s’agira, en effet, de mettre en relief les différentes manières dont l’immigré-e (ou le/la réfugié-e) est représenté-e à travers la forme et le contenu, image dessinée ainsi que figurée, et ce à quoi il/elle fait face avant que « l’intégration » ne soit possible.

Dans le contexte du questionnement actuel de l’identité et de ses catégories, nous souhaitons tenter de mettre au jour certains aspects du rapport complexe à soi, à l’autre et à la culture dans l’art (im)migrant.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Immigration, littérature, BD et arts visuels » (jusqu’au 15 décembre 2016)

Rencontre « Histoire photosensible de la photographie sans appareil » jeudi 24 novembre 2016

borinski_fire_walk_with_me7

Juliana Borinski, fire walk with me, photograme, 2016

Rencontre avec Marc Lenot, historien de l’art et auteur du blog Lunettes rouges, Juliana Borinski, photographe, et Denis Bernard, photographe et enseignant en design graphique.

Fondation Henri Cartier-Bresson,
2 Impasse Lebouis, 75014 Paris

Jeudi 24 novembre de 18h30 à 20h

> Entrée libre dans la limite des places disponibles
> Réservation en ligne obligatoire

Source: http://www.henricartierbresson.org/rencontres/histoire-photosensible-de-photographie-appareil/

Soutenance de thèse : Alice Gerosa, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (18 novembre 2016, INHA, Paris)

soutenance

Mme Alice Gerosa soutiendra sa thèse « La pédagogie de la vision : Usages de la photographie dans la recherche artistique entre 1917 et 1933 ».

préparée sous la direction de Monsieur Michel Poivert

le 18 novembre 2016 à 9h30, Galerie Colbert, 1er étage, salle 111 (dans la limite des place disponibles)
Jury
Michel POIVERT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Arnauld PIERRE, Professeur, Université Paris IV Paris-Sorbonne, Rapporteur
Alexander STREITBERGER, Professeur, Université catholique de Louvain (UCL), Rapporteur
Elvan ZABUNYAN, Professeure, Université Rennes 2

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Alice Gerosa, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (18 novembre 2016, INHA, Paris)

Appel à publication : « Femmes au travail : quelles archives visuelles ? » revue Images du travail, Travail des images (jusqu’au 15 octobre 2016)

images_travail

Femmes au travail : quelles archives visuelles ?

Appel à propositions d’articles pour le n° 6 de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Marianne Cailloux, Françoise F. Laot et Anne Monjaret

Que nous apprennent les archives visuelles sur l’histoire des femmes et du genre,
sur celle des rapports sociaux de sexe au travail, sur les silences de l’histoire ?

Présentation de la revue
Appel complet


Histoire des femmes et du genre et le travail
L’histoire des femmes, puis des femmes et du genre, qui se constitue en France à partir des années 1970 (Duby & Perrot, 1991 ; Perrot, 1998 ; Thébaud, 2007 ; Zancarini-Fournel, 2005), s’est tout de suite intéressée aux occupations (travaux, emplois, métiers) des femmes. Dans les années 1980, les études féministes ont fait de la question du travail des femmes le point nodal de leur remise en question de l’ordre scientifique masculin. Le travail lui-même était questionné à travers ces recherches : de quoi parle-t-on lorsque l’on parle du travail des femmes ? Qu’en est-il du travail domestique ? De la reproduction ? Le travail apparaît alors comme un phénomène bien plus ample que le seul emploi salarié ou rémunéré, lesquels constituent des enjeux politiques autant qu’économiques, mais qui ne composent qu’une facette récente de l’ontologie « travail ». Néanmoins, les études de genre, maintenant bien installées, ont fait la part belle aux problèmes posés par la reconnaissance des femmes travailleuses, notamment les agricultrices, en pointant en particulier la cécité et l’arbitraire des recensements de l’activité féminine (Maruani & Meron, 2012). Si bien qu’aujourd’hui, en France, comme dans de très nombreux pays, l’histoire du travail des femmes (Battagliola, 2000 ; Schweitzer, 2002) se trouve relativement bien documentée et a fait l’objet de nombreuses publications.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Femmes au travail : quelles archives visuelles ? » revue Images du travail, Travail des images (jusqu’au 15 octobre 2016)

Appel à communication : « L’imaginaire ludique : création et enjeux » (jusqu’au 30 septembre 2016)

IAIN BAXTER&, The Lecture, 2009, Toronto

Poursuivant ses travaux sur l’imaginaire, le laboratoire LERIC se propose d’approfondir son exploration du sacré – objet de son dernier colloque – en étendant la réflexion à  la question du jeu, un autre pan de l’imaginaire que la culture contemporaine semble mettre au pinacle. Quel autre recours que l’esprit ludique pour faire face à la violence chaotique du monde, pour rétablir  les valeurs du vivre-ensemble qui semblent avoir été ébranlées, bref, pour se défaire, ne serait-ce que momentanément, des angoisses, y compris celles que pose une certaine lecture du sacré ? Le jeu ne serait-il pas finalement l’unique moyen d’une désacralisation libératrice et salutaire ? Ne serait-il pas la seule échappatoire qui nous reste pour apaiser les craintes face à cet accroissement vertigineux du péril – du puérilisme, au sens que lui confère Huizinga[i] –, face à cette montée en puissance de l’insignifiance – selon la formule de Cornelius Castoriadis – et du non-sens ? Continuer la lecture de Appel à communication : « L’imaginaire ludique : création et enjeux » (jusqu’au 30 septembre 2016)

Appel à communication : « ‘Disassembled Images’: Contemporary Art After Allan Sekula » (jusqu’au 12 septembre 2016)

Allan Sekula, Ship of Fools, 2010-2013

This conference takes the US artist, theoretician, critic, teacher and poet Allan Sekula’s Ship of Fools / The Dockers’ Museum(2010-2013) as its point of departure. At the very end of his life Sekula produced this unfinished, multifaceted and variably installable work of art, which contains ca. 1250 objects. By taking as subject dock workers and seafarers, Sekula wished to pay tribute to all the joined, past efforts of human labor now irretrievably lost in history—a struggle he identifies as “Sisyphean.” In doing so, Sekula provides a message of hope: his last work contributes to imagining possible forms of solidarity in a globalized economy confronted ever-more with its own limitations.
The conference is organized around three thematic sections.
Each forms a separate session that opens up to contemporary art engaging with Sekula’s seminal legacy of making artworks as “disassembled plays”—a term he connected to the work of Bertolt Brecht, and which served to indicate that he demands a substantial productive and temporal input from the spectators who are experiencing his works. Continuer la lecture de Appel à communication : « ‘Disassembled Images’: Contemporary Art After Allan Sekula » (jusqu’au 12 septembre 2016)