Appel à communication: « Ces matières sans rivales », la céramique architecturale et la Manufacture de Sèvres (jusqu’au 16 mai 2017)

Journée d’études organisée par la Cité de la céramique et le LABEX CAP (Création, Arts, Patrimoine), Paris, INHA, 13 octobre 2017
Si la céramique architecturale, comprise comme matériau ou élément de décors, occupe une grande place dans le paysage urbain européen, elle reste encore mal connue et la Manufacture de Sèvres apparaît de surcroît comme la grande absente des publications sur ce sujet.
Lieu d’exception tant par sa production que par ses expérimentations techniques, Sèvres, tantôt pionnière, tantôt suiveuse, apparaît néanmoins importante pour retracer l’histoire de ce matériau en architecture. En effet, ce type de production est présent dès la fin du XVIIIe siècle et la Manufacture est même célébrée par la presse et le grand public pour ses créations monumentales au XXe siècle.
Cette journée débutera avec les premières cheminées décorées par la Manufacture dès 1792 et s’étendra jusqu’à nos jours avec le projet de Barthélémy Toguo pour la station Château Rouge de la ligne 4 du métro parisien. L’étude de ses productions permettra ainsi d’offrir un nouvel éclairage sur des lieux et édifices célèbres, du château de Fontainebleau au Louvre Abu-Dhabi, en passant par les pavillons des Expositions universelles et le paquebot Normandie.
Organisée par la Cité de la céramique dans le cadre du programme Immersion du LABEX CAP, cette journée d’étude sera l’occasion de rassembler des artistes, conservateurs, doctorants et universitaires autour des recherches en cours initiées par cette collaboration.
Elle contribuera à décloisonner les approches en liant création et patrimoine, problématiques au cœur de ces deux institutions.
La réflexion pourra s’organiser autour des thématiques suivantes :
  • L’évolution de la conception et de l’utilisation de ces matériaux en architecture au XIXe et XXe siècles.
  • Les projets, réalisés ou non, de céramique architecturale de la Manufacture de Sèvres
  • Les collaborations artistiques entre un artiste ou un architecte et la Manufacture
  • Les approches comparatives entre Sèvres et d’autres manufactures ou faïenceries

    Date limite d’envoi des propositions de communications : le mardi 16 mai 2017.Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes maximum espaces compris), accompagnées d’une bio-bibliographie sont à envoyer aux adresses suivantes: laurence.tillard@sevresciteceramique.fr et emeline.houssard@sevresciteceramique.fr. Une prise en charge des frais de transports pourra être assurée.

Journée d’études: « Autour de Roger Taillibert – Structures architecturales et ingénieurs du XXe siècle », 23 mars 2017, Paris, INHA

Les interactions entre architecture et ingénierie constituent un champ de recherche fertile. Depuis les années 1990, les publications et expositions monographiques permettent d’envisager une réflexion synthétique sur les architectes et ingénieurs qui ont su allier recherches structurelles et force expressive au cours du XXe siècle : travaux universitaires et fonds d’agences conservés dans les collections muséales offrent l’opportunité de s’interroger sur le processus de conception du projet architectural, de ces voûtes, coques, coupoles en béton, structures tendues et autres modèles structurels. À travers les maquettes et les plans, les matériaux performants, l’ingénierie intégrée et l’utilisation de l’informatique, les projets d’Eduardo Torroja, Pier Luigi Nervi, Felix Candela, Roger Taillibert, Frei Otto et Myron Goldsmith révèlent des expérimentations sans cesse renouvelées pour défier les lois de la statique et dominer la matière.

En partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine – musée des Monuments français

Responsables scientifiques

  • Stéphanie Quantin (Cité de l’architecture et du patrimoine)
  • Arnaud Timbert (INHA)

Programme

Pionniers et modèles. De la science à l’art des structures
_“Architectes et ingénieurs de l’entre-deux-guerres à la Reconstruction : l’émergence de la maîtrise d’œuvre moderne”, par Nicolas Nogue (ministère de la Culture et de la Communication).
_“Le fonds de maquettes de l’agence Roger Taillibert”, par Stéphanie Quantin-Biancalani (MMF-Cité de l’architecture et du patrimoine).
_“Shell structures of Eduardo Torroja: The cheapest solution”, par Joaquín Antuňa Bernardo (Universidad Politécnica de Madrid).
_“The Structural Art of Felix Candela’s Shells”, par Marisela Mendoza Ramos (School of Architecture Design and the Built Environment, Nottingham Trent University).
_“Pier Luigi Nervi’s reduced scale models: « Masterpieces in Miniature »”, par Gabriele Neri (Università della Svizzera italiana, Mendrisio).

Discours de Roger Taillibert architecte.

Roger Taillibert et ses contemporains. Vers une approche interdisciplinaire du projet ?
_“Architecte et ingénieur : l’usine SICLI par Heinz Isler ou la chronique tumultueuse d’une collaboration magistrale”, par Yvan Delemontey (École polytechnique fédérale de Lausanne, Laboratoire TSAM).
_“Stéphane du Château : l’activité libérale d’un ingénieur-conseil”, par Christel Palant-Frapier (ENSA Versailles).
_“Frei Otto. Thinking by Modeling”, par Georg Vrachliotis (Karlsruhe Institute for Technology, Stuttgart).

Le Parc olympique de Montréal. Connaissance, reconnaissance
_“Le Stade olympique de Montréal, signification historique, valeur patrimoniale”, par France Vanlaethem (UQAM, Montréal).
_“Présentation de l’ouvrage Le Parc olympique. 40 ans d’émotions (Dominion Modern, 2016) par son auteur Benoît Clairoux.

_____

Informations pratiques

23 mars 2017 – 9H-18H

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Sources: https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mars-2017/autour-de-roger-taillibert.html

Appel à communication : Châteaux et spectacles (jusqu’au 30 janvier 2017)

leon_cogniet_-_feu_dartifice_au_cha%cc%82teau_saint-ange

  • Date limite : jusqu’au 30 janvier 2017
  • Date et lieu du colloque : 29, 30 septembre et 1er octobre 2017, Périgueux.

À l’heure de l’exposition que le château de Versailles dédie, jusqu’au printemps 2017, aux Fêtes et divertissements à la cour, l’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord a choisi de consacrer son colloque annuel aux liens entre châteaux et spectacles en élargissant le propos des pratiques curiales à celles ayant pour cadre, du Moyen-âge à nos jours, les châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la lignée de la partition culture savante/culture populaire initiée par Robert Mandrou[1], la seconde étant présentée à la fois comme la seule « authentique » et comme une forme de résistance à l’acculturation des élites. Critiqué et révisé par Jacques Revel et Roger Chartier, ce clivage entre les deux cultures a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle aux limites de plus en plus floues englobant histoire sociale et histoire politique. Pour la période médiévale, après les travaux de Jean Verdon[2] et la publication du congrès du CTHS de Chambéry de 1991[3], le sujet a été longtemps délaissé. Depuis la première décennie 2000, de nouvelles approches sont le fait de littéraires[4] et d’historiens qui ont surtout renouvelé la connaissance de la culture festive de la noblesse, comme élément marqueur de son identité, en particulier Sébastien Nadot qui, dans sa thèse publiée en 2012, assimile les joutes à une pratique sportive[5]. D’autres, en particulier Evelyne Van den Neste pour les villes de Flandres[6], ont revu cette question des joutes et tournois, aujourd’hui la mieux explorée pour la période médiévale tant en milieu urbain que rural où les abords des châteaux en constituent le cadre essentiel.

L’histoire des spectacles urbains à l’époque moderne est en plein renouvellement, croisant histoire et histoire littéraire, comme en atteste, depuis 2014-15, le séminaire d’histoire sociale des spectacles du Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne)[7]. Dans le prolongement de celui-ci une journée d’études s’est tenue à Lyon en juin dernier envisageant les spectacles comme un laboratoire du gouvernement urbain[8]. Que ce soit à Naples[9], à Londres[10] ou dans d’autres villes européennes, il s’agit ici à la fois d’inscrire les spectacles dans une société, dans des pratiques politiques mais aussi dans un espace urbain ce qui conduit à croiser le regard des urbanistes comme à Paris étudiée dans la première modernité par Goulven Oiry[11].

L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose de conforter l’adhésion, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe de la cérémonie du pouvoir, comme l’explore un colloque, organisé en 1990, sur les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles[12]. Les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, peuvent tout aussi bien servir à appuyer la souveraineté qu’à susciter une contre-image, sous l’égide des légitimistes par exemple, le spectacle servant à construire un imaginaire politique de l’assentiment comme du ressentiment.

Continuer la lecture de Appel à communication : Châteaux et spectacles (jusqu’au 30 janvier 2017)

Colloque « Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960 », 24-25 novembre 2016

photo-colloque-f-bozzano-hte-def-400x300

Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960

24 et 25 novembre 2016, de 9 h à 18 h

École nationale des chartes, salle Léopold-Delisle (Rdc)

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Se munir d’une pièce d’identité.

Les formes et les manifestations du patrimoine cinématographique ont fortement évolué depuis les années 1960. Si de nouveaux publics ont découvert autrement les films «anciens» et ont inventé des pratiques inédites de visionnement, cette évolution amène aujourd’hui les cinémathèques et archives du film, généralement considérées comme des musées pour le cinéma, à s’interroger  sur leur identité et les frontières de leur activité.

En étudiant la mutation des lieux, des supports, des acteurs, des pratiques, qui s’est opérée depuis cinquante ans, il s’agira de dresser un état des lieux de la réflexion sur ces enjeux de patrimonialisation jusqu’à l’ère du tout-numérique et de la dissémination des écrans, tout en s’inscrivant dans un panorama international qui ménage un important espace aux récits historiques et aux pratiques de pays où archives et cinémathèques jouent un rôle important.

Organisation scientifique :

Christophe Gauthier (École nationale des chartes)Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) Ophir Lévy (Université Paris 3)

Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

PROGRAMME :

JEUDI 24 NOVEMBRE

  • 9 h Accueil des participants
  • 9 h 30 Ouverture : Michelle Bubenicek (directrice de l’ENC), Jean-Philippe Garric (directeur du Labex Cap), Philippe Dagen (directeur de l’HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Patrick Arabeyre (Centre Jean-Mabillon), Christophe Gauthier (ENC)
  • 9 h 50 Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Le patrimoine cinématographique est-il soluble dans le marché ? »

La constitution d’un panthéon

Modérateur : Joël Daire (Cinémathèque française)

La première thématique de ce colloque concerne les modalités d’élaboration d’un panthéon cinématographique. Quels sont, en dehors des critiques et des cinémathèques, les prescripteurs qui, depuis une cinquantaine d’années, participent à la définition des classiques, et comment interagissent ces différents agents de l’édification d’un système de références, élaboré dès les années 1920 ? Comment ce « répertoire » s’élabore-t-il et comment évolue-t-il ? Les critères de sélection, leur définition, les acteurs en présence (festivals de cinéma, congrès, nouveaux acteurs institutionnels…), les différentes relations entre ceux-ci, sont autant de thèmes qui seront abordés par les participants.

  • 10 h 20 Christophe Gauthier (ENC) : introduction
  • 10 h 35 Christophe Dupin (FIAF) : « Le congrès de la FIAF à Brighton (1978) – un “Woodstock” des archives du film ? »
  • 11 h 05 Pause
  • 11 h 20 Marie Frappat (Université Paris 3) : « La place et le panthéon : quand le festival Il Cinema ritrovato de Bologne revoit ses classiques »
  • 11 h 50 François Ede : « La restauration numérique des films : Viollet-le-Duc ou Cesare Brandi ? »
  • 12 h 20 Discussion
  • 12 h 35 Déjeuner

Quels dispositifs pour le patrimoine cinématographique ?

Modérateur : Laurent Véray (Université Paris 3)

À partir des années 1960, le patrimoine cinématographique, qui n’était jusque-là visible que dans quelques lieux clairement identifiés (les cinémathèques et les ciné-clubs), est progressivement devenu accessible grâce à d’autres dispositifs : télévision, édition vidéo, réseau de salles art et essai, festivals, et surtout « révolution numérique » qui permet le visionnement de films anciens sur des écrans individuels de taille variable (ordinateurs, tablettes, téléphones). Quelles conséquences ce processus a-t-il sur le périmètre de ce que l’on nomme « patrimoine cinématographique », sur le rôle et les missions des cinémathèques et des lieux de conservation du cinéma, sur les relations entre les différents acteurs de la « filière », sur la place de la salle de cinéma ?

  • 14 h 30 Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : introduction
  • 14 h 45 Evelyne Cohen (Enssib) : « Le Ciné-club d’Antenne 2 présenté par Claude-Jean Philippe – critères de sélection et programmation »
  • 15 h 15 Barbara Laborde (Université Paris 3) : « Lorsque l’École se voit disputer sa légitimité par YouTube – vers une reconfiguration de la cinéphilie en milieu scolaire »
  • 15 h 45 Discussion
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 – Table ronde avec Aurélie Pinto (Université Paris 3), Jean-Marc Zekri
  • 17 h 30 (exploitant du Reflet-Médicis), François Causse (exploitant de la Filmothèque du quartier latin) et Dimitri Vezyroglou : « La place de l’art et essai dans la patrimonialisation du cinéma »

VENDREDI 25 NOVEMBRE

Programmer, est-ce accrocher ?

Modératrice : Sylvie Lindeperg (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La programmation a joué un rôle central dans le processus de patrimonialisation du cinéma. La diversification des propositions de programmation, qui s’est accentuée depuis une cinquantaine d’années, révèle des conceptions différentes de l’histoire du cinéma, du rôle des cinémathèques, du positionnement du cinéma par rapport à l’histoire de l’art. Qu’il s’agisse de l’engouement actuel pour les expositions de cinéma, des différentes modalités d’entrée du 7e art dans le monde des musées, ou du glissement progressif du statut du film de multiple vers l’unique, les évolutions actuelles sont une invitation à réfléchir sur ce rapprochement entre programmation et accrochage : la conception et la mise en œuvre d’une programmation de films anciens constituent-elles un geste qui pourrait s’apparenter à celui qui conduit à l’exposition d’objets d’art ? Ce geste est-il scientifique ou artistique ? Comment est-il influencé par la présence d’une collection spécifique, dont la valorisation constitue un objectif majeur ?

  • 9 h 30 Présentation introductive : Yaël Kreplak (CEMS-IMM-EHESS et Labex CAP) : « L’accrochage en perspectives – vers une écologie de l’institu- tion muséale »
  • 10 h Esteve Riambau (Filmoteca de Catalunya), Pepe Serra (Mnac) : « Pour l’amour de l’art et du cinéma. La collaboration entre la Filmo- teca de Catalunya et le Musée national d’art de Catalogne »
  • 10 h 45 Discussion
  • 11 h Pause
  • 11 h 15 Stéphanie Louis (IHTP) : « Je montre donc je suis. Programmation et identité institutionnelle »
  • 11 h 45 Alex Horwath (Österreichisches Filmmuseum), dialogue avec Nata- cha Laurent : « A Utopia of Film – Projection is Restoration »
  • 12 h 30 – Discussion
  • 12 h 45 – Déjeuner

L’expérience sensible du spectateur

Modératrice : Béatrice de Pastre (CNC)

De façon paradoxale, l’accroissement continu de la définition des écrans (téléviseurs, ordinateurs, tablettes) s’accompagne d’une grande pauvreté de la qualité technique du contenu disponible en ligne. Si bien que pour nombre de spectateurs, notamment les plus jeunes, la découverte de films sur YouTube, sur les sites de streaming ou via le téléchargement a lieu sous une forme beaucoup plus compressée et dégradée que celle du DVD (et a fortiori que celle du film projeté en salle). À cet égard, du fait de sa rareté, l’expérience de la projection pellicule tendrait même à revêtir, non sans une certaine ironie, une dimension d’« aura » que W. Benjamin ne pouvait anticiper. Doit-on en déduire, chez une partie du public, une tolérance plus grande aux mauvaises conditions de visionnage ? Le cas échéant, un tel rapport aux images, dans lequel l’immédiateté de l’accès au film prime le souci de sa qualité, induit-il une forme nouvelle de cinéphilie ? Par ailleurs, grâce aux échanges des internautes entre eux (forums, blogs), cette cinéphilie en ligne réaffirme une certaine horizontalité de l’accès à la culture cinématographique, loin de la verticalité éditoriale d’un programmateur de cinémathèque ou d’une chaîne télévisée.

  • 14 h Ophir Lévy (Université Paris 3) : introduction
  • 14 h 15 Pierre-Olivier Toulza (Université Paris-Diderot) : « Évaluer les musi- cals de Gene Kelly : les jugements des spectateurs des previews des années 1950 »
  • 14 h 45 Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine) : « Déterritorialisation et reterritorialisation du spectacle cinématographique – les usages cinéphiles d’Internet »
  • 15 h 15 Discussion
  • 15 h 30 Pause
  • 15 h 45 Pascale Ferran : « LaCinetek, un nouvel outil pour les cinéphiles ? »
  • 16 h 15 – Conférence conclusive par Paolo Cherchi Usai (George Eastman 17 h House) : « Lindgren Manifesto, 10e partie : le patrimoine cinémato- graphique vu par le spectateur distrait »

Source: http://labexcap.fr/evenement/patrimoine-et-patrimonialisation-du-cinema-depuis-les-annees-1960/

Journée d’étude: « Villes et circulations culturelles en Afrique Subsaharienne, XXe-XXIe siècles. Acteurs, Modalités, Impacts » (4 novembre 2016, Paris 7)

Journée organisée conjointement par Jean-Luc Martineau (INALCO-CESSMA) et Didier Nativel (Paris Diderot-Paris 7/CESSMA)
Le 4 novembre 2016 de 9h à 17h à l’Université Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle M019, Place Paul Ricoeur, Paris 75013

Présentation :

Cette journée d’étude est l’aboutissement d’un séminaire interdisciplinaire organisé en 2015 et 2016 à l’INALCO. Celui-ci entendait réfléchir à la relation complexe entre des productions artistiques et patrimoniales, des politiques culturelles publiques et l’émergence d’identités sociales, collectives ou individuelles, dans des espaces urbains en Afrique subsaharienne depuis le XIXe siècle. Cette journée entend approfondir une analyse dialoguée de phénomènes complexes induits par la notion de « circulation ». Il ne s’agit pas d’envisager de simples transferts rendant compte de manière mécanique de relations culturelles coloniales et post-coloniales dissymétriques mais de comprendre en profondeur la nature et les échelles d’échanges Nord-Sud qui se combinent, et parfois de longue date, à des échanges Sud-Sud engageant une large gamme d’acteurs aux logiques spécifiques. Continuer la lecture de Journée d’étude: « Villes et circulations culturelles en Afrique Subsaharienne, XXe-XXIe siècles. Acteurs, Modalités, Impacts » (4 novembre 2016, Paris 7)

Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

apuntes

La revue APUNTES Journal of cultural heritage studies – de la Faculté d’Architecture et de Design de la Pontificia Universidad Javeriana (Bogotá, Colombie) prépare un numéro thématique (No. 30) intitulé “Actualidad de la investigación sobre patrimonio cultural, arquitectónico y urbano” (“Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain”), à paraître fin 2017 en ligne et dans sa version imprimée.

Inscrite dans les champs de la recherche et des études sur le patrimoine culturel, APUNTES vise à mettre à jour ses lecteurs latino-américains au sujet des investigations et des travaux sur le patrimoine, développés récemment en France et concernant la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

Colloque : « Les éphémères et l’événement (16e-21e siècles) » (12-13 février 2016, Archives nationales, Paris)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2016/02/Ephe%CC%81me%CC%80res.jpg

12-13 février 2016, Paris, Archives Nationales

Soutenu par le LabEx Patrima, PatrimEph (Patrimonialisation des Ephémères) est un projet porté par les laboratoires Agora et LDI/UMR 7187 de l’Université de Cergy-Pontoise, ainsi que le CHCSC de l’UVSQ, l’UMR 5605 de l’Université de Bourgogne/CNRS, en partenariat avec la BNF et les Archives Nationales.

Programme de recherche pluriannuel (2014-2016), PatrimEph propose d’interroger la place des éphémères dans notre patrimoine. Collecte, conservation, valorisation : il s’agit d’analyser le paradoxe que constitue la patrimonialisation de ces petits documents du quotidien (tracts, étiquettes, affiches, prospectus…) mais aussi d’interpréter le rôle de ces imprimés dans la construction de notre histoire culturelle, dans une perspective diachronique large (16e-21e siècles) et comparatiste (avec une dimension européenne).

Après des journées d’études consacrées à la définition, à la terminologie et aux usages des éphémères, dont les actes sont publiés sur Fabula, PatrimEph entre dans une phase thématique avec l’organisation d’un colloque sur les liens entre « Les éphémères et l’événement ».

Comment les éphémères s’articulent-ils à l’événement (politique, artistique, religieux) ? En sont-ils la trace, le reflet, ou ce qui contribue à le construire comme tel ? Il s’agira de recontextualiser les éphémères, d’envisager leur rôle dans la fabrique de l’histoire – ou d’histoires -, leurs temporalités, et la dialectique qu’ils peuvent faire jouer entre l’événement et le quotidien, mais aussi de se demander quelle valeur prennent hors de leur contexte d’origine ces documents qui en sont si fortement tributaires.
Continuer la lecture de Colloque : « Les éphémères et l’événement (16e-21e siècles) » (12-13 février 2016, Archives nationales, Paris)