Soutenance de thèse : « Aldo Crommelynck (1931-2008). Un imprimeur de gravures entre Paris et New York » par Emmanuelle Aynard (18 mars 2017, INHA, Paris)

Mme Emmanuelle Aynard soutiendra sa thèse de doctorat : Aldo Crommelynck (1931-2008). Un imprimeur de gravures entre Paris et New York.

le samedi 18 mars 2017

à 9h30

à l’INHA, salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage – 2, rue Vivienne – Paris 2e

Jury
M. Emmanuel Pernoud, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Céline Chicha-Castex, Conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France
M. Fabrice Flahutez, Maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Mme Marianne Grivel, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
M. Pierre Wat, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Résumé
Aldo Crommelynck (1931-2008)  a animé l’atelier Crommelynck à Paris de 1956 à 1986, en compagnie de son frère Piero, puis a travaillé seul entre Paris et New York en partenariat avec Pace Editions, jusqu’en 1998. Sa collaboration avec les peintres modernes,  dont Picasso à Mougins, a inauguré une carrière internationale auprès d’une quarantaine d’artistes contemporains. Sa maîtrise de l’eau-forte s’est intégrée au milieu artistique international, entre Paris,  Londres et New York, dans un contexte profitable au marché de l’art. Son nom est associé à un mouvement de retour à la taille-douce qui coïncide avec le goût des artistes issus du Pop pour le travail de la main et pour la figuration du quotidien. D’autres, issus du minimalisme et du néo-expressionnisme, verront en lui le dépositaire d’un certain métier de la gravure identifié à Paris. Cette thèse entend déterminer ce que fut le « style Crommelynck », dans toutes ses dimensions.

(source : http://ed-histart.univ-paris1.fr/page.php?r=55&id=420&lang=fr)

Journée d’études : « L’internationale de la photographie sociale. Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930 » (3 mars 2017, INHA, Paris)

L’arrivée d’une jeune génération de photographes venue de toute l’Europe a inscrit le Paris des années 1930 dans des réseaux internationaux de la photographie sociale. Aussi furent éditées, vues et discutées les productions visuelles de nombreux pays. Les photographes furent associés aux organisations culturelles de la gauche internationaliste et anticolonialiste, contribuant à faire de Paris tout à la fois une caisse de résonance des transformations du monde, et un haut-lieu de débats sur les rapports entre les images et la politique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de celle du 25 mars 2016 sur la « photographie comme arme de classe » et s’intéressera tout particulièrement aux circulations transnationales et aux transferts culturels dans la gauche des années 1930.

Continuer la lecture de Journée d’études : « L’internationale de la photographie sociale. Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930 » (3 mars 2017, INHA, Paris)

Journée d’études : « Autour de La Vie parisienne » (29 novembre 2016, INHA, Paris)

 

jde_vie%20parisienne_page_1_150dpi

 

29 novembre 2016, 9h30-18h00.

Institut National d’Histoire de l’Art.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

À l’occasion de la numérisation, en partenariat avec la bibliothèque de l’Institut de France, de la revue La Vie parisienne, et de la mise en ligne dans AGORHA à partir du 28 novembre, des années correspondant au Second Empire, une journée d’études est consacrée à cette revue hebdomadaire illustrée, fondée en 1863 par l’illustrateur et graveur Émile Planat, plus connu sous le pseudonyme de Marcelin. Son sous-titre – Mœurs élégantes. Choses du jour. Voyages. Théâtre. Musique. Modes – donne une idée exacte de son contenu.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Autour de La Vie parisienne » (29 novembre 2016, INHA, Paris)

Soirée de fin d’année 19-20 (18 juin 2016, Grand Train, Paris)

13413522_911099572333451_3263803419852601087_n

L’association doctorale 19-20 est heureuse de vous convier à son dernier événement de l’année universitaire : une soirée au Grand Train le samedi 18 juin 2016 à partir de 19h.

L’adresse : 26 ter rue Ordener, 75018 Paris.

Venez avec vos amis/es doctorants/es ou toutes personnes intéressées par les activités de 19-20.

Nous espérons vous retrouver toujours plus nombreux et nombreuses,

Amanda, Camille, Émeline, Juhayna, Marion, Piyush, Sarah, et Ségolène

Appel à communication : « The Avant-garde and its Networks: Surrealism in Paris, North Africa and the Middle East from the 1930s » (jusqu’au 15 juin 2016)

Beyrouth

Surrealism – along with Futurism – can be considered as one of the few avant-garde movements of the early twentieth century that was established in Cairo. In 1939, Georges Henein, Kamel el-Telmessany, Ramses Younan and Anwar and Fouad Kamel founded the Art and Freedom group (Jamaat al fann wal-hurriya), which continued until the late 1940s. The group was probably the only official one in the region with a direct link to André Breton. Surrealist ideas also spread to other places in the region: In Beirut in the early 1930s for example, a group of writers, artists and intellectuals, including Georges Schéhadé, Georges Cyr, Antoine Tabet, Gabriel Bounoure and others, met regularly and debated Surrealism. This group never became official, though, or released a manifesto. A few decades later, in 1981, the Algerian writer Habib Tengour authored a “Manifesto of Maghrebian Surrealism”, in which he relates Surrealism to Sufism.

The Paris of André Breton is commonly recognized as the intellectual and artistic center from which Surrealism spread into other European and non-European cities. This was mainly due to individuals who lived and worked in Paris for a certain period of time, mingled in Surrealist circles and took back the new ideas to their home countries. Others, such as the Iraqi writer Abdel Kader el-Janabi, who settled in Paris in the 1970s, embraced Surrealist ideas outside their country or culture of reference, but never tried to transfer them. Continuer la lecture de Appel à communication : « The Avant-garde and its Networks: Surrealism in Paris, North Africa and the Middle East from the 1930s » (jusqu’au 15 juin 2016)

Journée d’étude : « L’histoire des musées à la source : Le Louvre et ses archives » (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

L’histoire des musées à la source : le Louvre et ses archives

Journée d’étude organisée par les Archives nationales et le musée du Louvre (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

Les Archives nationales et le musée du Louvre, avec le soutien du LabEx Patrima, organisent une première journée d’étude consacrée aux sources de l’histoire du Louvre.

Cette journée s’inscrit dans une dynamique renouvelée de la recherche historique et du travail sur les sources archivistiques impulsée au sein du musée du Louvre par les départements de conservation, le service de l’Histoire du Louvre, la délégation aux archives, et désormais le Centre de recherche Dominique-Vivant Denon, qui ouvrira ses portes au public en juillet 2016. Elle intervient quelques mois après la fin du versement des archives des Musées nationaux aux Archives nationales. Ce transfert, en opérant un rapprochement entre les archives du Louvre, les archives des administrations successives en charge des Musées nationaux et les fonds déjà conservés aux Archives nationales, pourra également favoriser l’émergence de nouvelles perspectives de recherche. Continuer la lecture de Journée d’étude : « L’histoire des musées à la source : Le Louvre et ses archives » (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

Journée d’étude : « Scénographies d’aujourd’hui » (11 mars 2016, Centre Bièvre, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-15-58-56

11 mars 2016, Paris, Centre Bièvre, (1, rue Censier 75005), 3e étage, Salle E  (réservation obligatoire : contact.giros@gmail.com).

La scénographie évolue aujourd’hui sous des visages et des formes que notre époque commence réellement à reconnaître. Un événement tel que la Quadriennale de Prague qui dure depuis 1967, ou la transdisciplinarité avérée de certains scénographes au parcours non linéaire, témoignent d’un ancrage de plus en plus marqué d’une scénographie protéiforme, où le théâtre constitue un repère plus qu’un invariant.

En ces jours, les positionnements forts de praticien.nes font émerger des orientations inattendues et des réflexions innovantes quant à la pratique. La scénographie se découvre dans des domaines qui n’avaient pas été nommés jusqu’à ces dernières décennies, bien au-delà du milieu théâtral.

Quels sont donc les points actifs et originaux de la scénographie contemporaine ? Un territoire très diversifié et toujours en évolution se dessine. Des intervenant.es praticien.nes et théoricien.nes apporteront des éléments de réflexion afin de poser des points de repère dans le paysage en mutation de la scénographie contemporaine lors de cette journée d’étude.

Dans le programme, le mélange des pratiques et des démarches scientifiques provenant de différents domaines ou à la croisée de ceux-ci, vise à permettre un réel dialogue ouvert afin d’aborder les diverses facettes que peut comporter la scénographie aujourd’hui. Plus que de se poser la question d’une définition de la scénographie et de chercher la place du théâtre, la problématique de cette journée est d’observer l’évolution réelle et plurielle de la scénographie de nos jours. Cela n’empêche pas l’expression des divergences de points de vue, bien au contraire, et l’émergence de débats est encouragé.

La finalité de cette rencontre est d’enrichir la recherche, théâtrale et autre, ainsi que la pratique par la prise en compte de la diversité existante. Elle s’offre comme un lieu d’expression des positionnements actuels, aussi contraires soient-ils.

La scénographie d’aujourd’hui a aussi un impact sur son époque et il est temps de le prendre en compte.

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Scénographies d’aujourd’hui » (11 mars 2016, Centre Bièvre, Paris)

Colloque : « Si Paris m’étais conté. L’invention d’une capitale des Arts » (2-3 mars 2016, Mairie du 11ème, Paris)

Vue-de-lHotel-Dieu-au-XIXe-siècle

Comment les arts ont-ils inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ?

Continuer la lecture de Colloque : « Si Paris m’étais conté. L’invention d’une capitale des Arts » (2-3 mars 2016, Mairie du 11ème, Paris)

Appel à communication : Atelier de recherche « Klee / Benjamin » (jusqu’au 13 mars 2016)

angelus

Au mois de mai 1921, Walter Benjamin fait l’acquisition de l’Angelus novus (1920, 32) de Paul Klee dans une galerie munichoise. Si cette représentation d’un ange ne tarde pas à gagner une place centrale dans l’environnement de travail et de vie du philosophe, elle devient aussi un véritable point de référence de sa pensée. Le tableau accompagne Benjamin jusque dans son exil parisien. Au printemps 1940, quelques mois avant qu’il ne se donne la mort, l’aquarelle lui inspire l’allégorie de « l’Ange de l’histoire ». Aujourd’hui encore, la perception de l’« ange nouveau » est dominée par les réflexions philosophiques et de philosophie de l’histoire. L’œuvre elle-même semble presque disparaître derrière ces interprétations, alors même que le concept doit sa carrière philosophique à la présence matérielle de la peinture auprès des penseurs qui l’ont tour à tour possédée, de Walter Benjamin à Gershom Scholem, en passant par Theodor W. Adorno.

Continuer la lecture de Appel à communication : Atelier de recherche « Klee / Benjamin » (jusqu’au 13 mars 2016)

Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

colourmade

Les recherches sur la couleur ont été marquées par le débat des années 1960-1970 qui a opposé, sur le terrain africain, les tenants de la classification de l’évolution des langues en fonction des noms de couleurs, et ceux qui montraient la diversité de la perception et de la catégorisation des couleurs dans les populations classées comme primitives par les premiers. Cela montrait et montre encore aujourd’hui combien ce thème est un révélateur de questions sociales de fond sur la perception de soi-même et des autres. Récemment ont émergé de nouvelles recherches renouvelant l’histoire des classifications raciales et sociales en intégrant les phénotypes comme paramètre. Toutefois, une histoire des couleurs en Afrique, spécifique à chaque société, est encore très largement à écrire. Dans la lignée des travaux qui mettaient en avant une réalité complexe dans toute sa diversité, cette journée d’études entend faire le point sur les recherches en cours en élargissant les perspectives par une nouvelle réflexion méta-disciplinaire. Cet appel s’adresse donc aux historiens et anthropologues de l’art, physico-chimistes, restaurateurs, sociologues, politologues, linguistes, géologues, botanistes, économistes… pour penser ensemble les différents aspects de la fabrique, de l’utilisation, de la perception et de la dénomination des couleurs en Afrique à travers les siècles, et croiser les approches. Il s’agit de voir comment les couleurs sont créées, perçues, nommées, et utilisées dans la vie politique, sociale et religieuse pour communiquer et représenter soi-même et les autres.

Journée d’étude organisée par Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud dans le cadre du projet « Mutations et défis africains », projet NEXT (Noyau d’excellence thématique) de la COMUE HESAM-Université.

Vendredi 19 février 2016
, Salle Vasari, INHA, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, 9h-17h30

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

Appel à publication : « L’artiste-historien », pour le n° 79 de la revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 mars 2016)

Couv76

L’artiste-historien

Numéro 79, coordonné par Juliette Lavie et Pierre Sérié

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un synopsis d’une page avant le 15 mars 2016 avec un titre et une présentation de l’auteur en 2 ou 3 lignes à l’adresse mail suivante : revueredachistoiredelart@gmail.com.

Pour son 79e numéro, la revue Histoire de l’art se propose de traiter d’un sujet d’historiographie critique inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et sociale de l’art en abordant le thème de l’artiste-historien. Le choix de ce thème appelle une précision. Par « artiste-historien », nous entendons les artistes – peintres, sculpteurs, architectes, photographes, etc. – qui ont pris en charge, par l’écrit et l’image, leur histoire.

Continuer la lecture de Appel à publication : « L’artiste-historien », pour le n° 79 de la revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 mars 2016)

Rencontres Scientifiques : « Holland America: A Transatlantic Dialogue, from 1609 to Today » (Paris, février-avril 2016)

 

Harry-Holtzman-et-Piet-Mondrian-Atelier-dHoltzman-New-York-City-1941

FÉVRIER-AVRIL 2016, PARIS, TERRA FOUNDATION PARIS CENTER

To celebrate our recent move next to the Fondation Custodia, an institution dedicated for more than a century to Dutch and Flemish art, the Paris Center & Library is hosting an exceptional series of dialogues focused on cultural exchange between Holland and America.

Running from February to April 2016, the dialogues will bring together international scholars and curators to evoke four particular moments in this shared cultural history.

Continuer la lecture de Rencontres Scientifiques : « Holland America: A Transatlantic Dialogue, from 1609 to Today » (Paris, février-avril 2016)

Projection cinéma : « Priscilla folle du désert, Stephan Elliott » ( Paris, 4 février 2016 )

4411_5

Le ciné-club Ciném’attack propose pour sa deuxième séance un film de Stephan Elliot, Priscilla folle du désert, le jeudi 4 février de 18h à 20h30 en salle Doucet à Michelet. 

Continuer la lecture de Projection cinéma : « Priscilla folle du désert, Stephan Elliott » ( Paris, 4 février 2016 )

Appel à communication : « Ce que le support fait à l’image de propagande » (jusqu’au 25 février 2016)

Marx-Engels-Lénine-et-Staline

Cet atelier s’inscrit dans une série de cycles de journées d’étude sur la propagande. Après une première série de trois journées centrées sur la définition, la mise en œuvre et les conditions d’échec de la propagande, une seconde série a débuté, davantage consacrée à la dimension proprement visuelle de la propagande. En 2015, un premier atelier a examiné l’utilisation de la notion de beauté par les propagandistes ; les prochaines années, nous nous intéresserons à la marchandisation des images de propagande et à la question essentielle du kitsch. Au préalable, cette année doit permettre une réflexion sur les supports de la propagande. Quelles sont les raisons qui déterminent le choix de supports différents et quelle est la conséquence de ce choix sur l’action de propagande ? Il s’agit de reprendre la question usuelle en histoire de l’art des mediums afin de trouver une nouvelle entrée pour comprendre la propagande, ses objets concrets et sa réception. C’est un nouveau moyen de nous rapprocher de ces images, trop souvent regardées à distance, et de reconstituer l’expérience visuelle de la propagande.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Ce que le support fait à l’image de propagande » (jusqu’au 25 février 2016)

Colloque : « Le Corps en scène dans l’installation vidéo » (16 janvier 2016, Jeu de Paume, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-14-22-04

Colloque à l’auditorium du Jeu de Paume le samedi 16 janvier 2016 de 11h à 18h.

sous la direction de Mathilde Roman, en collaboration avec Jacinto Lageira, Françoise Parfait et Marta Ponsa avec le soutien de l’Institut ACTE de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de la Terra Foundation for American Art

Les premiers dispositifs utilisant la vidéo, tels ceux de Bruce Nauman, Dan Graham ou Peter Campus, ont donné au corps une place centrale. Inscrites dans la durée, ces œuvres s’adressent au spectateur et à la pluralité de ses sens, provoquant un état de présence autant mental que corporel. En amenant le mouvement des images dans le cadre muséal, les installations vidéo associent deux régimes esthétiques longtemps antagonistes, celui de la contemplation et celui de l’immanence propre aux arts scéniques. Le spectateur d’installations vidéo ne peut oublier ni son corps ni l’espace dans lequel il se trouve.

Le corps est saisi et signifié dans sa situation spatio-temporelle par des expériences perceptives qui font écho aux perspectives philosophiques et critiques développées par la phénoménologie. L’image sociale du corps est mise à distance pour ancrer un autre rapport au monde, cherchant à réunifier sensations et représentations, à mettre fin à un régime de séparation (split reality). Conçues d’emblée dans ce contexte, les installations vidéo sont nombreuses à questionner le rapport au corps, inventant des dispositifs spécifiques. Qu’elles soient intégrées à l’œuvre ou liées à une exposition, ces propositions scénographiées agencent les flux d’images et les sons dans des parcours de type sculptural qui s’adressent à des corps sensibles.

Continuer la lecture de Colloque : « Le Corps en scène dans l’installation vidéo » (16 janvier 2016, Jeu de Paume, Paris)