Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Au cours du XXe siècle, la musique occidentale, dans ses expressions savantes et populaires, a considérablement évolué et s’est développée sous de multiples formes. Aujourd’hui, les frontières entre arts visuels, musique, danse, théâtre, cinéma sont de plus en plus perméables et tendent à s’effacer. Les artistes créent des œuvres pluridisciplinaires où sons, corps, voix, images fixes ou en mouvement participent à un même projet. Irradiant et alimentant la plupart des formes d’art, de l’improvisation à la composition, du divertissement aux formes savantes, des arts de la scène au cinéma ou au jeu vidéo, l’art des sons constitue à la fois une activité indépendante et un nœud où naissent une multitude d’interactions. C’est ce nœud aussi bien pratique que conceptuel que le présent colloque entend interroger.

11-12 Octobre 2017 – Université Rennes 2
Continuer la lecture de Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

illustrationseminairecrp19-2

« Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations »

On a l’habitude d’employer le terme d’altérité dès qu’il s’agit d’aborder les rapports entre la littérature et le voyage. Mais, bien que le XIXe siècle ait ses ailleurs choisis, en Europe, en Amérique ou en Orient, il ne sera pas question de destination au long cours hors des frontières géographiques dans le séminaire des jeunes chercheurs de l’année universitaire 2016-2017.

Nous proposons plutôt, à partir des travaux de recherche des doctorants du CRP19, d’aborder la complexité de la littérature du XIXe siècle, dans ses formes et dans ses représentations, par d’autres détours et retours qui lui permettent également de se penser : d’où ce pluriel possible d’altérité(s) qui désigne le dialogue de la littérature avec d’autres disciplines, d’autres langages, d’autres normes, jusque dans ses propositions de renouvellement par rapport à une tradition.

Comme les sujets proposés par les doctorants relèvent, pour cette année, d’un corpus situé dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette question nous incite en effet à envisager la littérature dans la perspective de la modernité, entendue au moins autant au sens d’une période historique, qu’au sens d’une attitude, qui se définirait comme une « lutte contre des attitudes de ‘contre-modernité’ », comme l’écrit Michel Foucault, au sujet de Baudelaire dans son article « Qu’est-ce que les Lumières ? » (Dits et écrits, Tome IV).

Continuer la lecture de Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

Conférence : « ’This is the End’ : Music for End Titles and the Patriotic Rituals of the American War Film » (21 novembre 2016, Université Paris 8, Saint-Denis)

apocalypse_now_2

Lundi 21 novembre 2016 – 18h30-20h30 dans l’Amphi Y de l’Université Paris 8n 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

Cette conférence s’appuiera sur des films de guerre hollywoodiens entre Apocalypse Now (1979) et American Sniper (2014) pour analyser la façon dont interagissent la forme filmique, étendue au générique de fin, la partition musicale et l’identité américaine (le patriotisme et la figure du soldat ou vétéran).

Ces films sont un produit hollywoodien très particulier : destinées à un public national plutôt qu’international, ils ont construit une forme rituelle du patriotisme. Cette conférence concerne à la fois l’histoire du cinéma, la musique de film, la question du nationalisme et militarisme américain et les études américaines.

Todd Decker est l’auteur de trois livres majeurs sur la musique populaire commerciale aux États-Unis des années 20 à nos jours : Music Makes Me : Fred Astaire and Jazz (University of California Press, 2011), Show Boat : Performing Race in an American Musical (Oxford University Press, 2013), et Who Should Sing “Ol’ Man River” ? : The Lives of an American Song (Oxford University Press, 2015).

En tant que professeur, il a donné de nombreuses conférences aux Etats-Unis ainsi qu’à l’international, comme par exemple à la Library of Congress, au Victoria and Albert Museum, University of Texas at Austin, le College of William and Mary, et Northwestern University. Les articles de Decker, chapitres d’ouvrage et posts de blogs traitent de nombreux thèmes :les questions de race à Hollywood et dans les comédies musicales de Broadway, les recherches archivistiques sur les comédies musicales de Broadway, l’enfermement des personnages gays dans les films des années 90, l’utilisation de la musique populaire par Martin Scorsese dans le film Casino, etc.

Todd Decker est titulaire d’un PhD en musicologie historique de l’Université du Michigan et a été sélectionné pour l’obtention de la bourse Alvin H. Johnson AMS 50 par l’American Musicological Society en 2006-2007. Il a rejoint l’Université de Washington en 2007 (après un poste de professeur invité d’un an à l’université UCLA), où il enseigne la musique populaire américaine du 20e siècle, la musique dans le cinéma ainsi que la musique européenne du 18e siècle.

(source : http://www.labex-arts-h2h.fr/todd-decker-1044.html)

Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

liztspan

Appel à communication pour une journée d’étude, vendredi 13 janvier 2017, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

« Écouter est un art »[1]Figures d’auditeurs au XIXe siècle

On a pu observer ces dix dernières années un intérêt croissant pour la notion d’écoute ; en témoignent notamment l’ouvrage majeur de Martin Kaltenecker, qui s’attache à reconstituer une histoire des discours sur l’écoute entre le XVIIIe et le XIXe siècle, ou encore les travaux de Peter Szendy qui déploient l’éventail des pratiques et des techniques auditives qui jalonnent « l’histoire de nos oreilles ». Dans les nouvelles ou les romans comme dans l’iconographie musicale au sens large, on connaît l’aura dont le XIXe siècle dote les interprètes et les compositeurs (voir à ce sujet le futur colloque international intitulé « Le compositeur dans la littérature », organisé par le CRLC Paris-Sorbonne les 8 et 9 décembre 2016). Mais on a peut-être, dans le champ littéraire, moins pris la mesure des nouveaux régimes d’écoute : la musique se démocratise peu à peu, elle arrive dans les foyers par des relais – que l’on pense au piano ou aux instruments mécaniques – qui bouleversent l’accès, le statut et la valeur des airs qui parviennent désormais jusqu’à tant d’oreilles. En cherchant à prolonger l’écho de ces travaux en dehors du discours technique sur la musique, il s’agira de proposer une réflexion autour des figurations de l’écoute musicale dans le champ des productions littéraires et picturales européennes au XIXe siècle. Il faudra tendre l’oreille vers les représentations de l’écoute, vers ce que nous montrent ou nous font entendre les représentations littéraires et picturales d’une perception en pleine mutation.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Écouter est un art. Figures d’auditeurs au XIXe siècle » (jusqu’au 15 septembre 2016)

Hors pistes 2016 : « L’art de la révolte » – « Les signes du combat : La musique, la politique et l’écoute émue » (28 avril 2016, Centre Pompidou, Paris)

Blank_Placard_SanLeandro-e1430415239853

Jeudi 28 avril 2016, 19h, Petite salle
Entrée dans la limite des places disponibles

Le chant ne remplace pas la parole à l’heure de faire de la politique, et pourtant, il a maintes fois marqué la vie politique comme l’indice d’une parole littéralement exceptionnelle. Les situations d’ « effervescence », les mouvements sociaux par exemple, ou encore les révolutions, ont souvent convoqué le chant et la musique, et ces événements ont à leur tour trouvé leur place dans la musique, qu’elle soit d’ailleurs savante ou populaire. Si du point de vue étymologique l’émotion implique le mouvement, c’est peut-être la figure de l’individu affecté par les sons, autrement dit celle de l’écoute émue, qui permet de comprendre les ressorts de cet entêtement musical au cœur du politique.
Une conférence d’Esteban Buch, avec Karine Le Bail.

Continuer la lecture de Hors pistes 2016 : « L’art de la révolte » – « Les signes du combat : La musique, la politique et l’écoute émue » (28 avril 2016, Centre Pompidou, Paris)

Appel à publication : « Extra-terrestre », Image re-vues (jusqu’au 30 juin 2016)

Extra-terrestres

« Bien qu’il puisse paraître que, dans un tel sujet, il n’y ait aucune limite nécessaire au libre essor de l’imagination ;
que, lorsqu’il s’agit de définir les propriétés des habitants des mondes lointains, on ait le droit de lâcher la bride à la fantaisie,
avec plus d’abandon même que le peintre qui veut figurer les plantes et les animaux de terres inconnues, et que tout ce qu’on voudra
penser de ces habitants  ne puisse être ni démontré ni contredit ;
pourtant faut-il avouer que, de la distance des astres au Soleil, naissent certains rapports qui exercent une influence essentielle sur
les facultés des êtres pensants qui y sont placés […]
[1].

Continuer la lecture de Appel à publication : « Extra-terrestre », Image re-vues (jusqu’au 30 juin 2016)

Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à contribution pour le numéro 78 (2016/1) de la revue Histoire de l’Art 

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un synopsis d’une page avant le 15 janvier 2016 avec un titre et une présentation de l’auteur en 2-3 lignes à l’adresse mail suivante : revueredachistoiredelart@gmail.com. Une première sélection sera effectuée par le comité de rédaction qui invitera les contributeurs potentiels à remettre leur article courant mars. Un choix définitif sera fait alors.

Collage ?

Pour son numéro 78, la revue Histoire de l’Art souhaite revenir sur le collage afin de susciter de nouvelles études interrogeant l’histoire et l’historiographie de ce phénomène, la multiplicité de ses définitions et approches, les moyens concrets de ses mises en œuvre, ses usages et ses fonctions, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et dans les cultures occidentales comme non occidentales.

Continuer la lecture de Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à communication : « Manifester : formes et aspects des phénomènes de protestation dans les arts et les cultures françaises et francophones » (jusqu’au 1er février 2016)

Des manifestants du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) s'affrontent aux forces de l'ordre le 08 novembre 1972 à Bobigny pendant l'audience en correctionnel de Mme Chevalier dans l'affaire de l'avortement clandestin de sa fille Marie-Claire, enceinte à la suite d'un viol et relaxée le 11 octobre précédent. Mme Chevalier a été condamnée à 500 francs d'amende pour complicité d'avortement et Mme Bambuck, la personne ayant pratiqué l'interruption de grossesse, à un an de prison avec sursis le 22 novembre.
Manifestation des militants du Mouvement de libération des femmes pendant le procès de Bobigny, le 8 novembre 1972. (Photo AFP)

Date et lieu : 23 avril 2016, Londres, IMLR, Senate House

Propre à l’activité humaine, la manifestation comme forme de protestation permet aux individus d’exprimer leur mécontentement vis-à-vis des structures sociales et des hiérarchies de pouvoir hégémoniques existantes. Les formes de manifestations varient selon les contextes et périodes, allant de l’expression du mécontentement personnel aux appels aux changements révolutionnaires. L’acte de manifester peut donc être individuel ou collectif, personnel ou politique, spontané ou organisé, mais il est presque toujours orienté vers la déstabilisation du statu quo et vise souvent à proposer de nouvelles façons d’exister. A travers l’Histoire, les manifestations, qu’elles soient légales ou non, ont ainsi permis aux peuples de renverser des régimes autoritaires, exposer et confronter des déséquilibres de pouvoir, ou encore d’améliorer les conditions de vie des individus privés de droits sociaux. Si l’art (littérature, musique, cinéma, etc.) est souvent utilisé par les hiérarchies hégémoniques pour étayer les régimes totalitaires, sa propension subversive lui permet également de jouer un rôle fondamental dans la lutte contre les structures de pouvoir oppressives et les mœurs sociales dominantes. Au fil des temps et des contextes, le rôle crucial des arts dans les changements sociaux, politiques et culturels est incontournable en ce qu’ils facilitent l’émergence de perspectives subversives et de voix et subjectivités auparavant réduites au silence. Parfois de manière claire, parfois plus obscurément, les arts permettent de défier l’injustice sociale en se faisant l’expression du mécontentement individuel et collectif.

La Society for French Studies du Royaume-Uni invite les doctorants et jeunes chercheurs à participer à cette journée d’étude consacrée au thème de la manifestation. Les contributions peuvent être rédigées en français ou en anglais et ne devront pas dépasser une vingtaine de minutes environ. Les contributions traitant de toute périodes et disciplines (littérature, cinéma, théâtre, musique, études postcoloniales, de genres, queer, cultural studies, urbanisme, traductologie, etc.) sont les bienvenues. L’objectif est d’examiner les manières dont les formes artistiques françaises et francophones ont contribués aux formes de manifestation et de protestation politiques, sociales, culturelles, économiques, discursives, personnelles et collectives en France et dans le monde francophone au fil de l’Histoire.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Manifester : formes et aspects des phénomènes de protestation dans les arts et les cultures françaises et francophones » (jusqu’au 1er février 2016)