Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

colourmade

Les recherches sur la couleur ont été marquées par le débat des années 1960-1970 qui a opposé, sur le terrain africain, les tenants de la classification de l’évolution des langues en fonction des noms de couleurs, et ceux qui montraient la diversité de la perception et de la catégorisation des couleurs dans les populations classées comme primitives par les premiers. Cela montrait et montre encore aujourd’hui combien ce thème est un révélateur de questions sociales de fond sur la perception de soi-même et des autres. Récemment ont émergé de nouvelles recherches renouvelant l’histoire des classifications raciales et sociales en intégrant les phénotypes comme paramètre. Toutefois, une histoire des couleurs en Afrique, spécifique à chaque société, est encore très largement à écrire. Dans la lignée des travaux qui mettaient en avant une réalité complexe dans toute sa diversité, cette journée d’études entend faire le point sur les recherches en cours en élargissant les perspectives par une nouvelle réflexion méta-disciplinaire. Cet appel s’adresse donc aux historiens et anthropologues de l’art, physico-chimistes, restaurateurs, sociologues, politologues, linguistes, géologues, botanistes, économistes… pour penser ensemble les différents aspects de la fabrique, de l’utilisation, de la perception et de la dénomination des couleurs en Afrique à travers les siècles, et croiser les approches. Il s’agit de voir comment les couleurs sont créées, perçues, nommées, et utilisées dans la vie politique, sociale et religieuse pour communiquer et représenter soi-même et les autres.

Journée d’étude organisée par Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud dans le cadre du projet « Mutations et défis africains », projet NEXT (Noyau d’excellence thématique) de la COMUE HESAM-Université.

Vendredi 19 février 2016
, Salle Vasari, INHA, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, 9h-17h30

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)

Date et lieu : 26 mai 2016, Institut national d’histoire de l’art, Galerie Colbert, Paris

Date limite : 6 mars 2016

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, nous souhaitons retenir l’idée d’un continuum entre les images mentales, les rêves et l’hallucination.

Si l’imagination artistique peut faire naître l’hallucination, tel le goût de l’arsenic dans la bouche de Gustave Flaubert lorsqu’il écrivait l’empoisonnement de Madame Bovary, c’est à la problématique inverse que nous voulons nous intéresser : comment l’hallucination imprègne-t-elle l’imaginaire des artistes de l’époque contemporaine ? Comment se matérialise-t-elle dans leurs pratiques ? Jouant de la double signification de ce verbe, il s’agit tout autant d’étudier l’objectivation des hallucinations sur un support artistique que les procédés visant à les communiquer au spectateur. Entre retranscription et transmission, le panel des pratiques peut s’étendre des arts conventionnels comme la peinture, la sculpture, la gravure, la photographie, etc., à des formes artistiques moins traditionnelles telles que les environnements, les installations, les spectacles lumineux et sonores, les discothèques, etc. Le corpus pourra comprendre aussi bien des œuvres produites simultanément à l’hallucination, possiblement de manière automatique, que celles réalisées postérieurement à l’expérience hallucinatoire. Qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par une substance psychotrope, l’hallucination met en jeu deux niveaux de réalité, le monde extérieur et l’univers mental. Continuer la lecture de Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)

Appel à communication : « Esthétiques de l’absence » (jusqu’au 6 mars 2016)

212MAG369_Rembrandt-Tempete2

Date de la journée d’étude : vendredi 10 juin 2016

Journée d’étude organisée par le laboratoire de doctorants OVALE – rattaché au laboratoire VALE EA4085 Université Paris-Sorbonne

De l’ineffable aux réflexions contemporaines sur l’absence de sens, la spectralité et le posthumain en passant par les poétiques du silence et les représentations du vide, les figures de l’absence marquent l’art et la littérature de leur présence paradoxale. La question des limites du langage et de la représentation façonne ainsi l’esthétique et la pensée occidentales, et la littérature moderne, notamment depuis le milieu du XIXème siècle, accorde un statut privilégié à la figuration de l’absence. La deuxième moitié du vingtième siècle a d’ailleurs vu se renforcer l’intérêt pour ce problème esthétique fondamental : la fin des grands récits dont parlait Lyotard a en effet laissé un vide intellectuel béant, et la perte, l’attente et donc l’absence manifeste du divin ont rendu problématique l’idée d’une transcendance, d’un au-delà de la représentation. Continuer la lecture de Appel à communication : « Esthétiques de l’absence » (jusqu’au 6 mars 2016)

Appel à communication : « Métamorphoses : corps, arts visuels et littérature. La traversée des genres » (jusqu’au 21 février 2016)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2016/02/hausmann-raoul-dada-messe-1920.jpg
Raoul HAUSMANN. Selbstporträt des Dadasophen (Autoportrait du Dadasophe), 1920.

Besançon, 31 mars 2016

Cette journée d’étude voudrait se centrer autour des métamorphoses du corps et de ses  transformations au sein des textes littéraires et des œuvres artistiques. Nœud d’énonciation et source de changements continus (J. Fontanille 2004, I. Darrault- Harris 2007), substrat principal de perception (Thomson-Varela, 2001) et de construction du monde (Merleau-Ponty, 1945), le corps a toujours fasciné ces deux domaines qui l’ont rendu sujet ou objet d’expressions esthétiques. À l’image d’une Virginia Woolf qui dans Une chambre à soi prône le féminin-masculin ou le masculin-féminin en écriture, la traversée des genres tant esthétiques que sexués en art comme en littérature, permet de poser le corps en mutation comme moteur privilégie de la création, suscitant/exigeant de nouveaux modes d’expression et se donnant à voir, lire et entendre de multiples manières. Du moment que le corps a toujours été appréhendé dans sa performativité par ses mises-en-scène comme par ses mises-en-texte, nous allons étudier l’expression de ces mutations qui peuvent prendre la forme de simples modifications à la limite de l’imperceptible ou de changements beaucoup plus radicaux, allant jusqu’à la crise des codes mêmes de la représentation. Continuer la lecture de Appel à communication : « Métamorphoses : corps, arts visuels et littérature. La traversée des genres » (jusqu’au 21 février 2016)

Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Ecole d'architecture Nanterre

17 juin 2016, INHA

À la croisée de deux programmes de recherche consacrés respectivement aux architectures de l’enseignement supérieur et à l’enseignement de l’architecture, cette journée d’étude propose de s’intéresser aux écoles d’architecture et plus spécifiquement aux édifices qui ont été réalisés ou aménagés pour servir de lieux d’enseignement en France au cours des cinquante dernières années. Au travers de contributions thématisées, il s’agit d’évaluer dans quelle mesure les écoles d’architecture peuvent représenter des architectures manifestes, tant en termes d’usages (notamment en ce qui concerne les liens entre l’architecture des lieux et la pédagogie qui s’y déploie) que de représentations (dimension symbolique d’architectures dans lesquelles s’enseigne et s’apprend l’architecture). Si des réalisations pionnières telles que l’annexe construite en 1931 par Roger-Henri Expert rue Jacques Callot pour accueillir les ateliers extérieurs de l’École des beaux-arts de Paris ou le bâtiment élevé par Auguste Perret au tournant des années 1950 sur le site de la rue Bonaparte pourront être évoquées, l’intérêt se focalisera plutôt sur les réalisations postérieures, depuis la première génération d’écoles et d’unités pédagogiques construites à partir de la fin des années 1960, au moment où l’enseignement artistique se réformait et où l’architecture gagnait son autonomie par rapport aux beaux-arts, jusqu’aux constructions les plus récentes dans lesquelles la question de la valeur d’exemplarité des édifices est souvent posée avec acuité. Continuer la lecture de Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)