Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Cette journée est organisée par l’université Paris I (ED 441 – HICSA).

Présentation

Historiquement présentée comme un « art pour tous », la photographie est associée aux valeurs démocratiques. Qu’en est-il, cependant, de ses relations avec le capitalisme dont elle est contemporaine ? Sur le plan économique et culturel, la production des photographies met-elle en jeu des valeurs différentes de celles que lui attribuaient les promoteurs de l’invention au XIXe siècle ? Associée au monde des images, aux enjeux politiques du pouvoir, aux formes de propagande et à une société de consommation, la photographie n’est pas étrangère aux débats sur l’aliénation et les dérives du capitalisme. Il est temps d’ouvrir le chantier d’une étude poussée des relations entre la photographie et le système capitaliste, et d’analyser les ambiguïtés d’un médium toujours dépendant des pratiques et des usages.

Les interventions proposées lors de cette journée aborderont les liens entre photographie et capitalisme au XXe siècle, appréhendé ici non pas dans sa seule dimension économique, mais en tant que valeur politique et idéologique. C’est sous un angle inédit que seront confrontés les paradoxes d’un art entretenant une relation ambigüe au système capitaliste, accentuant sa domination ou nourrissant sa contestation.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Appel à communication: « Ces matières sans rivales », la céramique architecturale et la Manufacture de Sèvres (jusqu’au 16 mai 2017)

Journée d’études organisée par la Cité de la céramique et le LABEX CAP (Création, Arts, Patrimoine), Paris, INHA, 13 octobre 2017
Si la céramique architecturale, comprise comme matériau ou élément de décors, occupe une grande place dans le paysage urbain européen, elle reste encore mal connue et la Manufacture de Sèvres apparaît de surcroît comme la grande absente des publications sur ce sujet.
Lieu d’exception tant par sa production que par ses expérimentations techniques, Sèvres, tantôt pionnière, tantôt suiveuse, apparaît néanmoins importante pour retracer l’histoire de ce matériau en architecture. En effet, ce type de production est présent dès la fin du XVIIIe siècle et la Manufacture est même célébrée par la presse et le grand public pour ses créations monumentales au XXe siècle.
Cette journée débutera avec les premières cheminées décorées par la Manufacture dès 1792 et s’étendra jusqu’à nos jours avec le projet de Barthélémy Toguo pour la station Château Rouge de la ligne 4 du métro parisien. L’étude de ses productions permettra ainsi d’offrir un nouvel éclairage sur des lieux et édifices célèbres, du château de Fontainebleau au Louvre Abu-Dhabi, en passant par les pavillons des Expositions universelles et le paquebot Normandie.
Organisée par la Cité de la céramique dans le cadre du programme Immersion du LABEX CAP, cette journée d’étude sera l’occasion de rassembler des artistes, conservateurs, doctorants et universitaires autour des recherches en cours initiées par cette collaboration.
Elle contribuera à décloisonner les approches en liant création et patrimoine, problématiques au cœur de ces deux institutions.
La réflexion pourra s’organiser autour des thématiques suivantes :
  • L’évolution de la conception et de l’utilisation de ces matériaux en architecture au XIXe et XXe siècles.
  • Les projets, réalisés ou non, de céramique architecturale de la Manufacture de Sèvres
  • Les collaborations artistiques entre un artiste ou un architecte et la Manufacture
  • Les approches comparatives entre Sèvres et d’autres manufactures ou faïenceries

    Date limite d’envoi des propositions de communications : le mardi 16 mai 2017.Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes maximum espaces compris), accompagnées d’une bio-bibliographie sont à envoyer aux adresses suivantes: laurence.tillard@sevresciteceramique.fr et emeline.houssard@sevresciteceramique.fr. Une prise en charge des frais de transports pourra être assurée.

Journée d’études: « Autour de Roger Taillibert – Structures architecturales et ingénieurs du XXe siècle », 23 mars 2017, Paris, INHA

Les interactions entre architecture et ingénierie constituent un champ de recherche fertile. Depuis les années 1990, les publications et expositions monographiques permettent d’envisager une réflexion synthétique sur les architectes et ingénieurs qui ont su allier recherches structurelles et force expressive au cours du XXe siècle : travaux universitaires et fonds d’agences conservés dans les collections muséales offrent l’opportunité de s’interroger sur le processus de conception du projet architectural, de ces voûtes, coques, coupoles en béton, structures tendues et autres modèles structurels. À travers les maquettes et les plans, les matériaux performants, l’ingénierie intégrée et l’utilisation de l’informatique, les projets d’Eduardo Torroja, Pier Luigi Nervi, Felix Candela, Roger Taillibert, Frei Otto et Myron Goldsmith révèlent des expérimentations sans cesse renouvelées pour défier les lois de la statique et dominer la matière.

En partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine – musée des Monuments français

Responsables scientifiques

  • Stéphanie Quantin (Cité de l’architecture et du patrimoine)
  • Arnaud Timbert (INHA)

Programme

Pionniers et modèles. De la science à l’art des structures
_“Architectes et ingénieurs de l’entre-deux-guerres à la Reconstruction : l’émergence de la maîtrise d’œuvre moderne”, par Nicolas Nogue (ministère de la Culture et de la Communication).
_“Le fonds de maquettes de l’agence Roger Taillibert”, par Stéphanie Quantin-Biancalani (MMF-Cité de l’architecture et du patrimoine).
_“Shell structures of Eduardo Torroja: The cheapest solution”, par Joaquín Antuňa Bernardo (Universidad Politécnica de Madrid).
_“The Structural Art of Felix Candela’s Shells”, par Marisela Mendoza Ramos (School of Architecture Design and the Built Environment, Nottingham Trent University).
_“Pier Luigi Nervi’s reduced scale models: « Masterpieces in Miniature »”, par Gabriele Neri (Università della Svizzera italiana, Mendrisio).

Discours de Roger Taillibert architecte.

Roger Taillibert et ses contemporains. Vers une approche interdisciplinaire du projet ?
_“Architecte et ingénieur : l’usine SICLI par Heinz Isler ou la chronique tumultueuse d’une collaboration magistrale”, par Yvan Delemontey (École polytechnique fédérale de Lausanne, Laboratoire TSAM).
_“Stéphane du Château : l’activité libérale d’un ingénieur-conseil”, par Christel Palant-Frapier (ENSA Versailles).
_“Frei Otto. Thinking by Modeling”, par Georg Vrachliotis (Karlsruhe Institute for Technology, Stuttgart).

Le Parc olympique de Montréal. Connaissance, reconnaissance
_“Le Stade olympique de Montréal, signification historique, valeur patrimoniale”, par France Vanlaethem (UQAM, Montréal).
_“Présentation de l’ouvrage Le Parc olympique. 40 ans d’émotions (Dominion Modern, 2016) par son auteur Benoît Clairoux.

_____

Informations pratiques

23 mars 2017 – 9H-18H

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Sources: https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mars-2017/autour-de-roger-taillibert.html

Appel à communication : « Sculptures horizontales. 5e journée des jeunes chercheurs en sculpture » (jusqu’au 17 avril 2017)

Date et lieu de la journée d’études : 9 juin 2017 à l’auditorium du Musée Rodin.

À l’horizontal

Sculptures horizontales, bodenplastik, floor pieces

On a récemment marché à Paris sur les plaques au sol de Carl Andre et relu le texte où il explique que sa fascination pour l’horizontal vient probablement de sa pratique du kayak dans l’enfance. La sculpture horizontale n’est donc pas seulement une réponse à l’érection quasi phallique des statues : c’est une voie, une direction, un cheminement (un cas qu’on rencontre souvent dans le monumental horizontal des villes nouvelles, axes, voies, etc). Il y a « horizon » dans « horizontale ». Les sculptures-promenades de Richard Serra en attestent, mais on parlera plutôt de sculptures oblongues, de longues courbes. Pour un Giuseppe Penone, la sculpture à l’horizontale est un rappel de pratiques agricoles, où culture rime avec sculpture. Pour d’autres sculpteurs, le sol devient une surface de projection ou de dispersion (Barry Le Va). Il y a aussi des retombées de la sculpture (les “felts” de Robert Morris). La performance ajoute les reptations et les figures horizontales (on pense à Klaus Rinke). Faire tomber la sculpture, la passer de la verticale à l’horizontale, brouiller les axes du vertical et de l’horizontal (Daniel Spoerri) opère une remise en question des valeurs pratiques et symboliques, peut être politique dans le cas de l’iconoclasme renversant. Les inscriptions au sol de l’art minimal et post-minimal renouvellent, pour leur part, un usage longtemps réservé à la statuaire funéraire. Mais parler d’horizontalité en sculpture, c’est aussi parler du lieu d’implantation de la sculpture, surtout quand il s’étend à la place dans l’in situ, voire à l’open space dans les earthworks.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Sculptures horizontales. 5e journée des jeunes chercheurs en sculpture » (jusqu’au 17 avril 2017)

Journée d’études : « L’internationale de la photographie sociale. Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930 » (3 mars 2017, INHA, Paris)

L’arrivée d’une jeune génération de photographes venue de toute l’Europe a inscrit le Paris des années 1930 dans des réseaux internationaux de la photographie sociale. Aussi furent éditées, vues et discutées les productions visuelles de nombreux pays. Les photographes furent associés aux organisations culturelles de la gauche internationaliste et anticolonialiste, contribuant à faire de Paris tout à la fois une caisse de résonance des transformations du monde, et un haut-lieu de débats sur les rapports entre les images et la politique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de celle du 25 mars 2016 sur la « photographie comme arme de classe » et s’intéressera tout particulièrement aux circulations transnationales et aux transferts culturels dans la gauche des années 1930.

Continuer la lecture de Journée d’études : « L’internationale de la photographie sociale. Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930 » (3 mars 2017, INHA, Paris)

Appel à communication : « Dubuffet vs la culture » (jusqu’au 28 février 2017)

DATE LIMITE : 28 février 2017

DATE ET LIEU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES : le 6 avril 2017, Université Rennes 2.

Résumé :

Jean Dubuffet a produit une « critique de la culture », projet éminemment culturel et paradoxal qui vise un « en dehors » de la culture tout en sachant que de tels « en dehors » ne sont, comme il dit, que des « chimères » ou des « mirages ». Cette « critique de la culture » qu’il présente comme un nihilisme actif répondant joyeusement au nihilisme de la culture occidentale a des accents à la fois rousseauiens et nietzschéens, mais ne sombre jamais dans le « primitivisme ». L’objectif de cette journée d’étude est de décrire cette critique sous ses diverses espèces — car Dubuffet la formule théoriquement et l’exerce à travers ses pratiques artistiques (peinture, sculpture, musique, édifices…) — et d’en préciser l’esprit. Quelles énergies s’est-il appropriées pour la formuler ? Qui l’a suivi ? Qui s’est montré réservé ? Quelle est son actualité ? Et quel est son devenir ?

 

Annonce :

Cette journée d’étude aura lieu à l’université Rennes 2 le jeudi 6 avril 2017. Elle est organisée par Baptiste Brun (Histoire et Critique des Arts, EA 1279, Université de Rennes 2) et Christophe David (Histoire et Critique des Arts, EA 1279, Université de Rennes 2).

Continuer la lecture de Appel à communication : « Dubuffet vs la culture » (jusqu’au 28 février 2017)

Appel à communication : « Tommies, Poilus, Frontschweine. Représentations artistiques de soi et l’autre dans la Grande Guerre » (jusqu’au 15 mars 2017)

DATE LIMITE : 15 mars 2017

DATE ET LIEU DU COLLOQUE : 16 et 17 novembre 2017, Université Paul Valéry (Montpellier III)

Partant du constat d’un profond bouleversement des identités civiles et combattantes au cours de la Grande Guerre, ce colloque vise à mieux comprendre comment les arts ont pu se ressaisir de ces images de soi et de l’autre, nouvelles ou préexistentes, tout au long du XXe siècle. En cherchant à déterminer en quoi ces représentations fluctuèrent au fil du temps, l’enjeu serait aussi de déterminer en quoi elles se présentèrent aux artistes comme un défi susceptible de provoquer de profonds renouvellements techniques et esthétiques.

Journée d’études : « L’administration des Beaux-Arts et le cinéma de l’entre-deux-guerres à 1959 » (28 février 2017, Archives Nationales)

schermata-2017-02-04-alle-11-49-45
DATE ET LIEU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES : 28 février 2017, Auditorium des Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine.

 

Les Archives nationales et l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 organisent une première journée d’étude consacrée à la politique cinématographique française de l’entre-deux-guerres à la création du ministère de la Culture en 1959. Cet événement constitue l’aboutissement d’un projet de recherche mené durant l’année universitaire 2015-2016 avec un groupe d’étudiants inscrits en master dans le séminaire « Face aux archives » du département cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (UFR arts et médias).

Argumentaire

Les Archives nationales et l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 organisent une première journée d’étude consacrée à la politique cinématographique française de l’entre-deux-guerres à la création du ministère de la Culture en 1959.

Cet événement constitue l’aboutissement d’un projet de recherche mené durant l’année universitaire 2015-2016 avec un groupe d’étudiants inscrits en master dans le séminaire « Face aux archives » du département Cinéma et Audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (UFR Arts et Médias), dont le point de départ fut le dépouillement de quinze cartons d’archives non classées provenant de l’administration des Beaux-Arts et témoignant de son activité en faveur du cinéma entre les années 1920 et 1950. Il fait suite à la récente publication en ligne de l’instrument de recherche issu de ces travaux et à l’ouverture au public de ce matériau inédit pour l’histoire du cinéma.

L’objectif de la rencontre, qui fait intervenir aussi bien des étudiants du séminaire « Face aux archives » que des historiens ou des personnalités du monde du cinéma, est multiple : présenter aux chercheurs les nouvelles archives mises à leur disposition ; donner aux étudiants l’opportunité de restituer leurs travaux au public et, ainsi, illustrer la variété des recherches rendues possibles par l’exploitation de ces archives « administratives » ; analyser de façon plus large la notion de politique publique du cinéma et les spécificités françaises des origines à nos jours.

Continuer la lecture de Journée d’études : « L’administration des Beaux-Arts et le cinéma de l’entre-deux-guerres à 1959 » (28 février 2017, Archives Nationales)

Appel à communication: « Les formes de l’agir créatif : quelles pratiques culturelles d’émancipation aujourd’hui ? » (jusqu’au 10 février 2017)

factory

Journée d’études – Paris, INHA, Jeudi 27 avril 2017

Organisatrices :

Aline Caillet, MCF en esthétique et philosophie de l’art, Université Paris 1

Cécile Mahiou, Docteure en esthétique et philosophie de l’art, Université Paris 1

UMR ACTE / Équipe Études de la culture

En partenariat avec Sophie Cras (MCF en Histoire de l’art, Université Paris 1, HiCSA)

Les études critiques de la culture se sont établies dans le refus de considérer les pratiques culturelles et la consommation de biens culturels comme étant uniquement soumises aux déterminismes économiques et sociaux. Récusant les théories de l’aliénation et de la culture de masse, ces analyses, formulées en termes de culture du pauvre (The Uses of Literacy / R. Hoggart), de culture populaire (The Making of the English Working Class / E.P. Thompson), d’échanges de significations (« giving and taking of meaning » / S. Hall) ou encore d’invention du quotidien (M. de Certeau), ont eu pour point commun de repérer des manières de faire, des rituels de la vie sociale ou encore des formes de vie dont la liberté créatrice œuvre à la production d’une subjectivité émancipée.

Ces approches – y compris dans leurs prolongements contemporains – examinent des « manières de faire » immatérielles et restent pour l’essentiel centrées sur la figure de la réception, au risque d’opérer une triple réduction du champ de l’émancipation – pensée comme activité réceptrice, individuelle, et fondamentalement de nature esthétique. Il s’agit alors de faire valoir comment le spectateur peut retourner la passivité en activité et mettre en œuvre une subjectivation qui permet la réappropriation d’un rapport à soi (J. Rancière), ou comment les consommateurs sont en quelque sorte des « producteurs méconnus, poètes de leurs affaires, inventeurs de sentiers » (M. de Certeau). Une telle position n’évacue-t-elle pas la question de la production proprement dite – qui suppose l’inscription dans un champ économique et social et une maîtrise scientifique et technique –, sans prendre suffisamment en compte les limites que les conditions sociales réelles imposent à de telles opérations culturelles ?

À son encontre, peut-on proposer une analyse de pratiques créatives d’émancipation qui, d’une part, se passerait des notions de « consommateur » et de « spectateur » – tout en prenant en compte la question importante de la subjectivation – et, d’autre part, intégrerait les données propres à tout processus de production (mobilisation d’un appareil de production, insertion dans un contexte économique et social) ? En effet, toute pratique émancipatrice se définit certes comme une praxis (activité humaine) mais suppose également une poièsis (une production, une appropriation créatrice d’œuvres (H. Lefebvre) ralliant ainsi un projet politique, social et collectif qui postule que « l’à-venir » de la société est « non seulement à penser mais à faire » (C. Castoriadis).

Cette question apparaît d’autant plus nécessaire dans un contexte où l’institution de l’art tend à assimiler tout type de pratiques de nature créatrice, brouillant les frontières entre art et culture. À cela s’ajoute une certaine fascination de la critique pour des pratiques et des formes qui témoignent d’une certaine indétermination : c’est ainsi qu’esthétiques relationnelles, pratiques non-art, gestes ordinaires se sont vus assimilés par le monde de l’art au risque d’être coupés de leur substrat politique et social. Réduits à une simple esthétique de l’existence, ne perdent-ils pas alors leur potentiel émancipateur ?

Peut-on encore, sans nostalgie ni repli sur la sphère privée, concevoir des manières d’agir, de penser, d’échanger, de s’organiser dans la sphère de la culture, qui puissent réarticuler esthétique et politique au sein d’un projet collectif ? À l’horizon d’une telle réflexion se joue la capacité transformatrice de la culture, à même, d’une part, de déjouer les forces de domination et d’hégémonie et, d’autre part, de lutter contre l’autonomisation et l’atomisation par le monde de l’art – qui ont précisément pour fonction une dépolitisation des formes (K. Ross).

C’est ce potentiel émancipateur des pratiques culturelles que nous souhaiterions interroger à l’occasion de cette journée. Quelles sont les manières de faire, les modes d’organisation et de production à l’œuvre dans le champ social, culturel et artistique ? Quelles formes prennent aujourd’hui des activités de création non conditionnée qui amorcent un processus de subjectivation ? Dans quelle mesure de telles pratiques portent-elles leurs propres théorisations et font-elles l’objet de reprises et de réappropriations au sein d’une culture et d’un savoir partagés ? Comment se matérialise un agir créatif collectif ?

Un retour historique ainsi qu’une perspective sur l’art actuel permettront de réfléchir à des modes de production tels que les pratiques contre-culturelles ou amateures, les pratiques d’édition collective, d’investissement des lieux publics, de déploiements numériques ou hacktivistes. Sont attendues des propositions de participation portant, soit sur des manières de faire, d’échanger et de s’organiser dans le champ social, politique, militant, artistique et culturel (incluant notamment les domaines de l’architecture, du design et des arts appliqués) ; soit sur une approche théorique privilégiant la place et la fonction de pratiques culturelles de nature émancipatrice au sein d’une théorie plus générale de la culture et de la société.

Merci d’envoyer votre proposition d’une page à aline.caillet@univ-paris1.fr  et cmahiou@gmail.com, accompagnée d’une courte notice bio-bibliographique.

Date limite : 10 février 2017

Thèmes possibles :

•       Culture populaire / Invention de la tradition

•       Histoire culturelle et sociale des pratiques contre-culturelles

•       Productions collectives (revue, édition…)

•       Pratiques culturelles à l’ère du numérique

•       Formes artistiques et culturelles liées aux collectifs hacktivistes

•       Pratiques culturelles liées à la production de l’espace, au droit à la ville, à l’écologie

•       Pratiques amateurs

Source: https://www.fabula.org/actualites/les-formes-de-l-agir-creatif-quelles-pratiques-culturelles-d-emancipation-aujourd-hui_77434.php

Journée d’études : « Une histoire de l’Écran français » (26 janvier 2017, La cinémathèque française, Paris)

capture-decran-2017-01-23-a-11-05-18

Jeudi 26 janvier 2017 de 9h à 18h30

Salle Jean Epstein, La cinémathèque française

Il s’agira lors de cette journée, de renouveler la connaissance d’un périodique à la fois connu et méconnu de la presse cinématographique française de l’après Deuxième Guerre mondiale afin d’enrichir l’histoire de la critique française, de la cinéphilie et des débats « de fonds » qui ont pu la nourrir dont certains eurent et ont encore des prolongements au-delà de l’existence même de l’Écran français.
Continuer la lecture de Journée d’études : « Une histoire de l’Écran français » (26 janvier 2017, La cinémathèque française, Paris)

Journée d’études inaugurale : « Bibliographies de critiques d’art francophones » (31 mars 2017, INHA, Paris)

schermata-2017-01-13-alle-12-45-10

DATE ET LIEU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES : 31 mars 2017, 14h30-18h00 à l’auditorium de la Galerie Colbert, Paris.

Organisée par Anne-Sophie Aguilar, Éléonore Challine, Christophe Gauthier, Marie Gispert, Gérald Kembellec, Lucie Lachenal, Éléonore Marantz et Catherine Méneux.

Initié en 2014 et soutenu par le Labex CAP, la Comue HéSam, l’HiCSA et l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le programme de recherche Bibliographies de critiques d’art francophones réunit une équipe interdisciplinaire d’historiens de l’art, de l’architecture, du cinéma, de la photographie et de spécialistes des sciences de la communication et de l’information. S’inscrivant dans la dynamique des humanités numériques, il a pour objectif de valoriser la recherche dans le domaine de la critique d’art par le biais d’un site internet et d’une base de données. Il met ainsi à disposition des chercheurs les bibliographies d’auteurs ayant exercé la critique d’art, issues de travaux de recherche préexistants et éditées par l’équipe de recherche. Le programme est centré sur une période allant du milieu du XIXe siècle à la fin des années 1930, bornes chronologiques bien entendu poreuses en fonction de l’activité de chaque auteur, qui sera toujours considérée dans son ensemble. Portant sur les critiques d’art francophones, le site est susceptible d’accueillir des acteurs des scènes artistiques françaises, belges ou suisses, tout en prenant également en compte le contexte colonial.

Cette journée est destinée à présenter le site au public et à engager une réflexion sur ses potentialités au travers, notamment, de deux tables rondes.

Continuer la lecture de Journée d’études inaugurale : « Bibliographies de critiques d’art francophones » (31 mars 2017, INHA, Paris)

Appel à communication : « Le temps du posthumain ? » (jusqu’au 6 février 2017)

  • 6 FEVRIER 2017
  • 2 JUIN 2017, PARIS, UNIVERSITÉ PARIS-DIDEROT – PARIS

Journée d’études : « Autour de La Vie parisienne » (29 novembre 2016, INHA, Paris)

 

jde_vie%20parisienne_page_1_150dpi

 

29 novembre 2016, 9h30-18h00.

Institut National d’Histoire de l’Art.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

À l’occasion de la numérisation, en partenariat avec la bibliothèque de l’Institut de France, de la revue La Vie parisienne, et de la mise en ligne dans AGORHA à partir du 28 novembre, des années correspondant au Second Empire, une journée d’études est consacrée à cette revue hebdomadaire illustrée, fondée en 1863 par l’illustrateur et graveur Émile Planat, plus connu sous le pseudonyme de Marcelin. Son sous-titre – Mœurs élégantes. Choses du jour. Voyages. Théâtre. Musique. Modes – donne une idée exacte de son contenu.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Autour de La Vie parisienne » (29 novembre 2016, INHA, Paris)

Journée d’études : « Otto Dix – Crois en tes yeux », 28-29 novembre 2016, Musée Unterlinden, Colmar

schermata-2016-11-15-alle-13-09-31

28-29 novembre 2016

MUSÉE UNTERLINDEN, COLMAR

Entrée libre sur réservation

Lundi 28 et mardi 29 novembre, journées d’études consacrées aux différents aspects de la carrière et de l’oeuvre d’Otto Dix en association avec le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris (Deutsches Forum für Kunstgeschichte) et son directeur Thomas Kirchner et le Musée Unterlinden.

Télécharger le programme

Continuer la lecture de Journée d’études : « Otto Dix – Crois en tes yeux », 28-29 novembre 2016, Musée Unterlinden, Colmar

Journée d’études: « L’art japonais exposé à Paris de 1865 à la Première Guerre mondiale » 24-25 novembre 2016

rubon1606

• Entrée gratuite
• SERVATION OBLIGATOIRE : Conference@lesartsdecoratifs.fr
(merci d’indiquer vos nom, prénom, courriel ainsi que la mention « Journées d’études : L’art japonais exposé à Paris, de 1865 à la Première Guerre mondiale » en objet de votre message.

111, rue de Rivoli – 75001 Paris (Métro Palais-Royal – Musée du Louvre ou Pyramides)

Du musée rétrospectif en 1865 à la Première Guerre mondiale, l’art japonais a fait l’objet d’une riche programmation d’expositions au sein de l’Union centrale. Il s’est également distingué dans le cadre des Expositions universelles, au sein de galeries ou lors de ventes de collections. La période a ainsi été capitale pour la constitution des collections japonaises en France.

Universitaires et conservateurs de musée interviennent sur ces moments de découverte des objets d’art, du théâtre, de la religion, du quotidien et de l’histoire du Japon.

JEUDI 24 NOVEMBRE

9h30
Introduction

LES EXPOSITIONS INSTITUTIONNELLES
Modération : Olivier Gabet, directeur des musées des Arts décoratifs

9h45
Le japonisme architectural
Jean-Sébastien Cluzel, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, Centre de recherche sur l’Extrême-Orient (CREOPS)

10h15
Le rôle d’Hayashi et Wakai dans la découverte de la céramique japonaise entre les expositions universelles de 1878 à 1900
Basile Valetoux, étudiant à l’université Panthéon-Sorbonne

10h45
Discussion et pause

11h15
La politique d’expositions d’art japonais de l’Union centrale, de 1865 à 1914
Béatrice Quette, chargée des collections asiatiques, musée des Arts décoratifs

11h45
« Toute l’histoire figurée de la gravure japonaise » à Paris le temps de six expositions au musée des Arts décoratifs (1909-1914)
Shanti Devi Luraghi, étudiante à l’université Paris-Sorbonne

LELE DES COLLECTIONNEURS
Modération : Jean-Sébastien Cluzel

14h
Une collection prêtée par Eugène Dutuit au « musée oriental » de 1869 et conservée au musée du Petit Palais : de prestigieux laques du Japon arrivés en France avant la révolution
Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine, chargée de mission au musée d’Orsay

14h30
Philippe Burty (1830-1890) et les expositions d’art japonais : première analyse d’une collection japonisante
Léa Ponchel, étudiante à l’université Lille 3

15h
Discussion et pause

15h30
L’exposition de l’Extrême-Orient au Palais de l’Industrie en 1873-1874 et la collection Cernuschi
Michel Maucuer, conservateur des collections japonaises du musée national des Arts asiatiques – Guimet

16h
Les collections de textiles japonais de 1865 à 1914
Aude Chaufourier, étudiante à l’université Paris-Sorbonne,

16h30
Discussion

Organisé par les Arts décoratifs, en partenariat avec le CREOPS

Source: http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/qui-sommes-nous/ressources-et-recherche/colloques-et-journees-d-etudes/journees-d-etudes-l-art-japonais-expose-a-paris-de-1865-a-la-premiere-guerre/