Journée d’études : « Global Art & Cultural Periodicals » (14 novembre 2016 et 1er mars 2017, INHA, Paris)

Appel à communication : « Le côté obscur de la force. Représentations négatives de la femme au pouvoir » (jusqu’au 1er février 2017)

16359246_734858930002389_395201675_n

  • Date limite : 1er février 2017
  • Date et lieu de la journée d’étude : le 3 mars 2017, à la Faculté des lettres et sciences humaines Victor Segalen, UFR lettres et sciences humaines de Brest, Université de Bretagne Occidentale.

Avec le soutien de l’IBSHS et du laboratoire HCTI.

Traditionnellement la femme au pouvoir est souvent associée à une représentation négative voire maléfique (Catherine de Médicis, Margaret Thatcher, Lady Macbeth …). Clichés ou réalité effective, l’image de la femme puissante est souvent liée à la perfidie, la manipulation, la violence, suggérant un imaginaire marqué par une certaine peur de la femme au pouvoir.

La journée d’étude se propose d’examiner l’articulation entre femmes et pouvoir, centrée sur les représentations négatives. Comment la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts montrent-ils la femme puissante et à quelles fins ? Quelles influences morales, sociales et politiques se devinent dans la production et la réception de ces images selon les époques ?

Champs disciplinaires concernés : littérature, histoire, cinéma, télévision, arts plastiques et visuels, histoire des arts

Propositions (300 mots) à envoyer en français ou en anglais pour le 01 février 2017 à

agnes.cousson@univ-brest.fr; elizabeth.mullen@univ-brest.fr

Journée d’étude : Autour de l’Exposition Mexique 1900-1950, (18 janvier 2017, Grand Palais, Paris)

mexique-grand-palais

Journée d’étude autour de l’Exposition Mexique 1900-1950,

Studio Clemenceau au Grand Palais (3 avenue du Général Eisenhower, Paris 75008 • Entrée Clemenceau)
Mercredi 18 janvier 2017 9h30 – 17h
autour de l’exposition
Organisée par  Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais Ambassade du Mexique Maison Universitaire Franco-Mexicaine (MENESR/SEP)
PROGRAMME
9h30-12h30 Tradition et Modernité au Mexique : l’héritage du passé « L’indianité et l’art mexicain du premier XXe siècle » Dominique Michelet, Directeur de recherche au CNRS

« Tradition et modernité dans l´art plastique mexicain » Serge Fauchereau, Commissaire des expositions

Modératrice : Sonia V. Rose, Directrice de la Maison Universitaire Franco-Mexicaine
14h30-17h30 Trajectoires d’artistes : les mexicains à l’étranger « Les images de la ville : construction d´une identité moderne à Mexico » Christine Frérot, École des hautes études en sciences sociales

« Les artistes peintres mexicains de la période révolutionnaire à la rencontre des idées communistes [en Europe] » Ana Cecilia Hornedo Marín, École des hautes études en sciences sociales

Modératrice : Sonia V. Rose, Directrice de la Maison Universitaire Franco-Mexicaine

Organisée par  Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais Ambassade du Mexique Maison Universitaire Franco-Mexicaine (MENESR/SEP)

Source: http://www.grandpalais.fr/pdf/Programme_journee_etude_Mexique_18_janvier_2017.pdf

Journée d’étude : « Quel visage pour une théorie du design ? » (21 novembre 2016, ENS, Paris)

design

  • Date : 21 novembre 2016 – 9h30-17h30
  • Lieu : Salle Langevin, 1er étage, 29 rue d’Ulm, Paris 5e

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription

Organisée par Barbara Carnevali (CRAL), Roberto Casati (IJN) et Emanuele Coccia (CEHTA)
Avec :  Alain Findeli (Université de Nîmes) ; Ruedi Baur (ENSAD, Paris) ; Riccardo Falcinelli (ISIA, Rome)
Relevant d’une profession désormais fortement institutionnalisée, les choix du design façonnent durablement notre environnement personnel et social, imposant des normativités qui sont le résultat de décisions individuelles et collectives, soumises à des contraintes historiques, culturelles, cognitives, contextuelles. Ergonomie, design émotionnel, design for debate, reflective interaction, design inclusif, strange design, adversarial design, design et mode, recherche par le design… Une théorie du design doit-elle et peut-elle rendre compte de la variété des auto-représentations des acteurs en présence? Le travail du designer se veut un travail de recherche, mais quelle est l’articulation entre recherche et théorie?

Journée d’études: « Surréalisme et arts premiers » (10-11 octobre 2016, Centre Allemand d’histoire de l’art, Paris)

Date et lieu de la journée d’études: 10-11 OCTOBRE 2016, PARIS, CENTRE ALLEMAND D’HISTOIRE DE L’ART, 45, rue des Petits Champs 75001 Paris

Les objets « sauvages », autrement dit les artefacts de l’art dit « primitif », en provenance d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique du nord, ne prirent pas seulement une place centrale dans l’esthétique surréaliste, mais aussi au sein des collections des artistes et poètes du mouvement. Car au-delà de leur dimension magique et fétichique, ces objets ont toujours possédé une valeur concrète en termes de vente et d’échange.

Pourtant, la recherche ne s’est jusqu’ici quasiment pas intéressée à cet aspect matériel de la fascination des artistes, collectionneurs et marchands du surréalisme pour les arts premiers, tant il semble paradoxal que ce soient précisément les surréalistes qui aient contribué à la commercialisation de ces mêmes objets auxquels ils attribuaient, de par leur idéologie, des qualités d’images surréalistes.

L’analyse des collections d’art primitif des poètes et artistes de ce courant nous permet cependant d’identifier les liens étroits qui unissaient ici l’art et la vie. Il apparaît en outre que la vente et la distribution de l’art surréaliste ont massivement bénéficié de l’engouement des marchands de l’époque pour l’art de peuples indigènes. C’est seulement lorsqu’on interroge les rapports entre les recherches et présentations d’objets ethnologiques, d’une part ; et les développements révolutionnaires du surréalisme, d’autre part, que s’éclaire la façon dont s’est défini le surréalisme : une avant-garde internationale s’inscrivant dans un échange dialectique avec les arts anciens du monde entier.

PROGRAMME

Lundi 10 octobre 2016
10h00 — Accueil
Introduction par Julia Drost, Fabrice Flahutez et Martin Schieder

Quelles valeurs pour les arts premiers ?
Modération : Fabrice Flahutez

10h15 — André Breton’s Surrealist Aesthetics of Acquisition (1922–1966)
Sean Theodora O’Hanlan, Stanford University

11h — La divinité du Sepik : objet surréaliste ou lucratif ?
Léa Saint-Raymond, Paris / Élodie Vaudry, Paris

Pause

12h15 — La divinité du Sepik : objet surréaliste ou lucratif ?Comment l’objet « sauvage » devient un objet surréaliste
Sophie Leclercq, Poitiers

Déjeuner

Acteurs et passeurs
Modération : Julia Drost

15h — Carlebach, Heye et Ratton : le commerce des arts dits primitifs dans les années 1930–1940
Florence Duchemin-Pelletier, Paris

15h45 — The Artist as Seismograph: Primitive Art, Ethnology and the Introduction of Surrealism in « Cahiers d’Art »
Chara Kolokytha, Northumbria University

16h30 — Robert Lebel entre l’hôtel Drouot et la rue Fontaine
Jérôme Duwa, Paris


Mardi 11 octobre 2016

Diffusion des oeuvres
Modération : Martin Schieder

10h00 — Of Masks and Marquees
Rachael Barron-Duncan, Central Michigan University

10h45 —L’introduction des objets « sauvages » dans les expositions surréalistes britanniques des années trente
Caterina Caputo, Florence

Pause

11h45 — Surréalisme et préhistoire
Elke Seibert, DFK Paris

12h30 — Le surréalisme et Paul Klee
Michael Baumgartner, Centre Paul Klee, Berne

Conclusion

info@dfk-paris.org
www.dfk-paris.org

Source: http://blog.apahau.org/journees-detudes-surrealisme-et-arts-premiers-paris-10-11-octobre-2016/

 

Appel à communication : « « Petites mains » d’artistes dans les pratiques scientifiques » (jusqu’au 31 juillet/31 septembre 2016)

E.-Trouvelot-Eclipse-totale-de-soleil-pastel-OBSPM

Ces journées d’études proposent d’interroger l’histoire des rapports entre arts et sciences du point de vue d’une histoire sociale attentive aux acteurs. Il s’agit de saisir quelle(s) place(s) ont occupé les artistes dans le cadre neuf de la science professionnelle à partir du XIXe siècle : celle des laboratoires, des observatoires, des musées, des universités, etc.

Sur ces terrains, l’historiographie a été profondément renouvelée par des travaux récents d’historiens de l’art tout autant que d’historiens des sciences. Se détournant de l’analyse des idées, des questions d’esthétique ou de « l’histoire de la vérité[1] », ils se sont intéressés à celle des objets, des gestes, des sociabilités, de toute une matérialité concrète des pratiques savantes. Bruno Latour depuis les années 1980[2], ou plus récemment Lorraine Daston et Peter Galison[3], ont ainsi montré tout l’intérêt de l’étude des objets scientifiques, notamment des images, conçus comme des productions culturellement inscrites, des artéfacts. Ces apports rencontrent aujourd’hui des travaux mitoyens sur les « savoirs de la main » qui ont révélé l’existence d’échanges de savoirs hétérogènes, notamment avec le monde des artisans, ignorés des écrits théoriques, car incorporés (embodied knowledge)[4]. L’histoire pionnière des images naturalistes a permis d’éclairer les relations entre artistes et savants, et les enjeux épistémologiques de ces rencontres entre arts et sciences dans le cadre d’une « économie morale de l’objectivité[5] » réclamant à la fois l’effacement de la « manière » de l’artiste et la reconnaissance de ses compétences spécifiques. Celle-ci se fait parfois au plus haut niveau institutionnel, par exemple avec la création de la chaire d’iconographie naturelle du Museum, en 1793[6].

Continuer la lecture de Appel à communication : « « Petites mains » d’artistes dans les pratiques scientifiques » (jusqu’au 31 juillet/31 septembre 2016)

Journée d’études : « La sculpture, un écosystème ? » IVe journée des jeunes chercheurs en sculpture (17 juin 2016, Musée Rodin, Paris)

Sculptures

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

La métaphore de l’écosystème qui donne, sur le modèle des sciences naturelles, à penser la sculpture au cœur d’un environnement (biotope) définissable, composé d’éléments qui interagissent les uns avec les autres et avec cet environnement même, n’est sans aucun doute qu’une concession à la mode qui consiste à transposer d’un domaine de recherche à un autre, des concepts, des outils et un vocabulaire. Mais la fécondité des théories classificatoires de Cuvier sur les domaines des sciences humaines a montré, au XIXe siècle, que ces glissements pouvaient ne pas être dénués de sens et aider, sinon à progresser, du moins à déplacer les points de vue.

La quatrième journée de la jeune recherche en sculpture organisée au musée Rodin avait été mise sous les auspices de la diversité des arts et des pratiques artistiques avec lesquels fraient les sculpteurs aux XIXe et XXe siècles. Les propositions reçues ont fait évoluer cette perspective tout en permettant de dégager quelques thématiques. Ainsi, les quatre communications de la matinée creusent la question fondamentale de la sculpture dans l’espace, qu’il s’agisse du lieu de sa présentation, en particulier en milieu naturel (jardin, plein air) ou que soient envisagés des contextes plus spécifiques qui convoquent l’architecture et les arts du spectacle. L’après-midi, seront abordées des pratiques sculpturales dans des champs spécialisés (cire, médaille), ainsi que deux cas de « sculpteurs-bâtisseurs ».

Continuer la lecture de Journée d’études : « La sculpture, un écosystème ? » IVe journée des jeunes chercheurs en sculpture (17 juin 2016, Musée Rodin, Paris)

Journées d’étude : « Patrimoines spoliés. Regards croisés France – Allemagne » (Paris, 2–3 juin 2016)

Soldats americains du 101st Airborne Division chargeant sur un camion des oeuvres d'art volees par Hermann Goering, mai 1945 (ici des sculptures et le tableau "Adam et Eve" de Franz Floris que Goering gardait dans son bunker de Wemholz pres de Berchtesgaden. Les soldats vident le bunker. Ils organiseront par la suite une exposition de ces oeuvres a Konigsee) --- WWII: STOLEN ART, 1945. American soldiers loading works of art stolen by Hermann Goering onto a truck. Photograph, 1945.

2-3 JUIN 2016, PARIS

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

La recherche de provenance, discipline à part entière de l’histoire de l’art, suscite depuis une quinzaine d’années une attention accrue, tant auprès des spécialistes que d’un public plus large. Il s’agit d’explorer l’histoire du transfert de propriétés d’une œuvre d’art, avec des perspectives qui peuvent varier grandement selon que la recherche s’inscrit dans un contexte commercial, universitaire ou muséal. En Allemagne, la recherche de provenance a pris une place croissante dans la conscience collective, notamment depuis la signature des accords de Washington portant sur l’indemnisation des spoliations de familles juives (1998), et à travers des restitutions spectaculaires comme celle du tableau Scène de rue à Berlin d’Ernst Ludwig Kirchner issu de la collection Hess, la revendication des héritiers Flechtheim ou encore la découverte récente de la Collection Gurlitt à Munich. Toutefois, cette discipline est l’objet de controverses plus vives que jamais.

Les recherches de provenance ne s’arrêtent pas aux frontières nationales. Pourtant, il est fréquent que les institutions, les méthodes et les outils de travail à travers lesquels elles s’élaborent ne soient pas ou très peu connus hors de leur pays d’origine. C’est dans l’optique d’un renforcement de la coopération entre la France et l’Allemagne que l’Institut national du patrimoine (INP) et le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris) organisent, en partenariat avec l’Arbeitskreis Provenienzforschung (Association Recherches sur les Spoliations) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), ces journées d’études, qui permettront de présenter pour la première fois toutes les facettes de la recherche de provenance allemande et française. Les intervenants des deux pays, tous des experts dans les domaines respectifs du droit de l’art, de la muséologie et de la recherche de provenance, présenteront les sources et méthodes de leurs recherches, leurs projets actuels, et seront invités par les modérateurs à dialoguer ensemble.

Continuer la lecture de Journées d’étude : « Patrimoines spoliés. Regards croisés France – Allemagne » (Paris, 2–3 juin 2016)