Soutenance de thèse : « L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015) » par Jeanne-Marie Portevin (3 décembre 2016, INHA, Paris)

expo-art-degeneref

Soutenance de thèse de Madame Jeanne-Marie Portevin, préparée sous la direction de Madame Marina Vanci-Perahim

L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015)

3 décembre 2016
Salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage) à 9h30

Jury
Marina VANCI-PERAHIM, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de thèse
Philippe DAGEN, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Dominique JARRASSE, Professeur, Université Bordeaux Montaigne
Alexandre KOSTKA, Professeur, Université de Strasbourg

Résumé
Nombreux sont les ouvrages – et ce dans tous les domaines du savoir – qui traitent de l’Allemagne nationale-socialiste. Depuis 1947, et le livre d’Adolf Behne (Entartete Kunst), le sort des artistes dans le Troisième Reich suscite l’intérêt, si ce n’est la compassion, des historiens de l’art. Néanmoins, seuls les persécutés, ceux que le régime nazi avait taxés de « dégénérés », retiennent l’attention, célébrés comme autant de héros. Ce sont eux qui vont être appelés par les Alliés pour « décontaminer » un peuple tout entier corrompu par douze ans de dictature, et racheter la faute.
C’est précisément l’histoire de cette image de l’artiste, tantôt qualifié de « dégénéré », tantôt d’ « émigré intérieur », que nous retraçons, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Si les publications et expositions consacrées à l’art moderne à l’époque nazie sont nombreuses, jamais, en effet, le travail de mise en perspective des propos sur ce sujet n’avait été fait. Articulés en un récit cohérent, capable de rendre compte des changements d’appréciation sur le temps long du XXe siècle et du début du XXIe siècle, ces derniers rendent comptent des contradictions parfois manifestes d’une monographie à l’autre qu’il faut élucider, et permettent de mettre à jour des manières de penser et de voir, conditionnées par un horizon d’attente en constante mutation. Replacés dans un contexte politique et social, associés à des changements de mentalités, ces discours, problématisés et hiérarchisés, écrivent en filigranes une histoire de l’art au XXe siècle et nous obligent à réfléchir sur la place, le sens de l’art, et l’image de l’artiste.

Mots clés : émigration intérieure, national-socialisme, critique, historiographie.

Soutenance de thèse : Marion Alluchon, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (5 novembre 2016, INHA, Paris)

les-jeux-influence-douanier-rousseau_4_1400_961

Mme Marion Alluchon soutiendra sa thèse « Du Douanier Rousseau à Gaston Chaissac : la reconnaissance de l’art naïf en France et aux Etats-Unis (1886-1948) ».

préparée sous la direction de Monsieur Philippe Dagen

5 novembre 2016
à 9h30, Salle Georges Perrot, Galerie Colbert, 2ème étage
Jury
Philippe DAGEN, Professeur d’histoire de l’art, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
Laurence CAMPA, Professeur de littérature française, Université de Paris Ouest Nanterre
Emmanuel PERNOUD, Professeur d’histoire de l’art,  Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnauld PIERRE, Professeur d’histoire de l’art, Université de Paris Sorbonne Paris IV
Résumé
Reconnu par les avant-gardes au tournant du XXe siècle pour sa rafraîchissante primitivité, encensé jusqu’aux années 1950, l’art naïf est aujourd’hui tout à fait négligé. Grâce aux expositions rares mais régulières qui lui sont consacrées, seul Henri Rousseau dit le Douanier semble encore susciter quelque intérêt. Mais les peintres révélés à sa suite, autodidactes et d’extraction populaire comme lui et répondant aux noms d’André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine Louis, René Rimbert ou Louis Vivin, ne jouissent plus du même succès. Pourtant, leur reconnaissance durant l’entre-deux-guerres prit des dimensions insoupçonnées. « Peintres du Cœur Sacré », « Primitifs Modernes », « Maîtres Populaires de la Réalité » ou encore, outre-Atlantique, artistes folk et self-taught, ceux qui furent définitivement labellisés art naïf à partir de 1950, comptaient parmi les peintres les plus appréciés. Outre le fait de combler un chapitre encore peu investi de l’histoire de l’art et de celle du primitivisme, nous cherchons à comprendre les raisons d’un tel décalage. Notre thèse retrace et analyse ainsi la reconnaissance de l’art naïf, de son émergence avec Henri Rousseau en 1886 à son institutionnalisation par le Musée national d’art moderne français en 1948. A travers l’étude des définitions qui lui furent successivement appliquées, nous constatons que ce type de « primitifs », loin de demeurer associés aux artistes les plus avant-gardistes, fut aussi célébré par une famille artistique conservatrice et réactionnaire qui, tout en les encensant, eut certainement raison de leur postérité.

(source : http://ed-histart.univ-paris1.fr/page.php?r=55&id=402&lang=fr)

Appel à communication : « Rodin, l’onde de choc » (jusqu’au 16 novembre 2016)

auguste-rodin

Parallèlement à l’exposition Rodin, L’exposition du centenaire, le musée Rodin s’associe à la RMN-Grand Palais pour organiser un colloque qui se propose d’examiner le rayonnement de Rodin jusqu’à nos jours et dans tous les champs de la création, des domaines des beaux-arts les plus attendus aux territoires les moins explorés : danse, cinéma, bande-dessinée, littérature…

Rodin, comme Monet ou Picasso, a connu et connait toujours une célébrité mondiale incontestable. Ce phénomène s’est poursuivi sans discontinuer et ne laisse pas d’étonner : des musées Rodin se sont constitués au XXe siècle aux États-Unis, au Mexique, au Japon, en Corée. A chaque génération, le public et les artistes se sont positionnés par rapport à lui, quelquefois pour en prendre le contrepied, souvent pour s’en inspirer ou renchérir sur une invention, un aspect, une forme. A chaque période, un Rodin différent est mis en exergue, découvert, mis en lumière. Ces mutations du regard contemporain, loin d’épuiser l’oeuvre de l’artiste, ont permis un enrichissement de sa compréhension.

Le colloque, qui aura lieu les mercredi 22 et jeudi 23 mars 2017 dans l’auditorium du Grand Palais à Paris, s’adresse aux chercheurs en histoire de l’art mais il est ouvert aux chercheurs issus d’autres disciplines qui apporteraient un regard nouveau sur l’oeuvre de Rodin et plus largement sur son entourage.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Rodin, l’onde de choc » (jusqu’au 16 novembre 2016)

Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)

Appel à contribution pour le numéro 78 (2016/1) de la revue Histoire de l’Art 

Les jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un synopsis d’une page avant le 15 janvier 2016 avec un titre et une présentation de l’auteur en 2-3 lignes à l’adresse mail suivante : revueredachistoiredelart@gmail.com. Une première sélection sera effectuée par le comité de rédaction qui invitera les contributeurs potentiels à remettre leur article courant mars. Un choix définitif sera fait alors.

Collage ?

Pour son numéro 78, la revue Histoire de l’Art souhaite revenir sur le collage afin de susciter de nouvelles études interrogeant l’histoire et l’historiographie de ce phénomène, la multiplicité de ses définitions et approches, les moyens concrets de ses mises en œuvre, ses usages et ses fonctions, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et dans les cultures occidentales comme non occidentales.

Continuer la lecture de Appel à contribution : « Collage ? », revue Histoire de l’art (jusqu’au 15 janvier 2016)