Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Organisé par Paris Musées et l’Institut national d’histoire de l’art.

Ce nouveau colloque tente de « dessiner une coupe » plutôt que de faire un bilan des expositions dans les musées de la Ville de Paris où elles ont souvent joué un rôle moteur, dans un rapport d’émulation, voire de compétition, avec les grands musées de l’État, face auxquels, ceux de la Ville affirmaient leur vitalité et des partis-pris autres.

Le colloque sera organisé selon quatre thématiques réparties sur autant de demi-journées :

  • La place que les expositions peuvent être amenées à tenir dans les relations internationales lorsque le moment de leur programmation prend sens dans un contexte politique.
  • Le rapport dialectique entre expositions et collections qui tend à se modifier. Longtemps perçu comme une activité préjudiciable aux collections, les expositions en sont aujourd’hui un vecteur de valorisation et d’enrichissement.
  • L’aspect expérimental de l’exposition pour les institutions-mêmes dont elles expriment un développement pionnier au sein du paysage muséographique.
  • L’évolution professionnelle des expositions, tant dans leur production que dans le rapport entre scénographe et commissaire.

Continuer la lecture de Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

colourmade

Les recherches sur la couleur ont été marquées par le débat des années 1960-1970 qui a opposé, sur le terrain africain, les tenants de la classification de l’évolution des langues en fonction des noms de couleurs, et ceux qui montraient la diversité de la perception et de la catégorisation des couleurs dans les populations classées comme primitives par les premiers. Cela montrait et montre encore aujourd’hui combien ce thème est un révélateur de questions sociales de fond sur la perception de soi-même et des autres. Récemment ont émergé de nouvelles recherches renouvelant l’histoire des classifications raciales et sociales en intégrant les phénotypes comme paramètre. Toutefois, une histoire des couleurs en Afrique, spécifique à chaque société, est encore très largement à écrire. Dans la lignée des travaux qui mettaient en avant une réalité complexe dans toute sa diversité, cette journée d’études entend faire le point sur les recherches en cours en élargissant les perspectives par une nouvelle réflexion méta-disciplinaire. Cet appel s’adresse donc aux historiens et anthropologues de l’art, physico-chimistes, restaurateurs, sociologues, politologues, linguistes, géologues, botanistes, économistes… pour penser ensemble les différents aspects de la fabrique, de l’utilisation, de la perception et de la dénomination des couleurs en Afrique à travers les siècles, et croiser les approches. Il s’agit de voir comment les couleurs sont créées, perçues, nommées, et utilisées dans la vie politique, sociale et religieuse pour communiquer et représenter soi-même et les autres.

Journée d’étude organisée par Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud dans le cadre du projet « Mutations et défis africains », projet NEXT (Noyau d’excellence thématique) de la COMUE HESAM-Université.

Vendredi 19 février 2016
, Salle Vasari, INHA, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, 9h-17h30

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « Retours sur la pratique de l’exposition de cinéma. Méthodes, archives, théories » (de janvier à avril 2016, INHA, Paris)

pratique_de_lexposition_de_cinema

Un vendredi par mois de 18h à 20h, INHA, Galerie Colbert, salle Walter Benjamin.

Ce séminaire consacrera cinq séances à une réflexion et à une transmission d’expérience concernant ce qu’il est coutume de nommer aujourd’hui « l’exposition de cinéma ».

Comité d’organisation: Ada Ackerman (CNRS/THALIM) et Dominique Païni (commissaire indépendant d’expositions)

Depuis une vingtaine d’années, les musées et les cinémathèques, profitant de la maîtrise de la technologie numérique, ont intégré sur leurs cimaises la projection d’extraits de films invitant le visiteur à comparer des films (comme on compare des œuvres plastiques), tout en facilitant le rapprochement de l’art du cinéma avec les autres arts, d’un point de vue iconographique d’une part et pour vérifier d’autre part, les influences réciproques. Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Retours sur la pratique de l’exposition de cinéma. Méthodes, archives, théories » (de janvier à avril 2016, INHA, Paris)

Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)

Date et lieu : 26 mai 2016, Institut national d’histoire de l’art, Galerie Colbert, Paris

Date limite : 6 mars 2016

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, nous souhaitons retenir l’idée d’un continuum entre les images mentales, les rêves et l’hallucination.

Si l’imagination artistique peut faire naître l’hallucination, tel le goût de l’arsenic dans la bouche de Gustave Flaubert lorsqu’il écrivait l’empoisonnement de Madame Bovary, c’est à la problématique inverse que nous voulons nous intéresser : comment l’hallucination imprègne-t-elle l’imaginaire des artistes de l’époque contemporaine ? Comment se matérialise-t-elle dans leurs pratiques ? Jouant de la double signification de ce verbe, il s’agit tout autant d’étudier l’objectivation des hallucinations sur un support artistique que les procédés visant à les communiquer au spectateur. Entre retranscription et transmission, le panel des pratiques peut s’étendre des arts conventionnels comme la peinture, la sculpture, la gravure, la photographie, etc., à des formes artistiques moins traditionnelles telles que les environnements, les installations, les spectacles lumineux et sonores, les discothèques, etc. Le corpus pourra comprendre aussi bien des œuvres produites simultanément à l’hallucination, possiblement de manière automatique, que celles réalisées postérieurement à l’expérience hallucinatoire. Qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par une substance psychotrope, l’hallucination met en jeu deux niveaux de réalité, le monde extérieur et l’univers mental. Continuer la lecture de Appel à communication pour la journée d’études 19-20 : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècle » (jusqu’au 6 mars 2016)

Colloque international : « Mind Control. Conditionnement psychologique et art expérimental pendant la guerre froide (1960-1980) » (18 décembre 2015, INHA, Paris)

The Mind Benders, 1963, extrait.

18 décembre 2015 – Auditorium de la Galerie Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.

Colloque international
HiCSA, HEAD, Centre Pompidou – dans le cadre du Labex CAP.

Responsables scientifiques : Pascal Rousseau, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne et Alexandra Midal, Haute Ecole d’Art et de Design de Genève, assistés de Jelena Martinovic (FNS) et Nicolas Brulhart (FNS).

Le colloque MIND CONTROL porte sur les relations entre l’art expérimental des années 1960/80 et les recherches psychologiques sur le conditionnement mental telles qu’elles se sont stratégiquement développées au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en posant l’hypothèse que ces relations « arts et sciences » n’ont pas été seulement inscrites dans une dynamique à sens unique qui partirait des sciences pour aller vers les arts, mais ont intégré de nouveaux circuits d’échanges et de médiations où l’art dialogue étroitement avec certains protocoles et modèles des sciences du contrôle psychologique.

Continuer la lecture de Colloque international : « Mind Control. Conditionnement psychologique et art expérimental pendant la guerre froide (1960-1980) » (18 décembre 2015, INHA, Paris)

Séminaire doctoral commun Paris 1/Paris 4 : « Comparaison est-elle raison? Approches comparatives en histoire de l’art » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

Séminaire méthodologique mensuel, organisé par et pour les doctorants.

L’équipe organisatrice est composée cette année de deux doctorantes de l’ED 124 (Sung Moon Cho et Marion Grébert) et de deux doctorantes de l’ED 441 de Paris 1 (Clémence Legoux et Claire Van Seters).

Toutes les séances se dérouleront salle Julian, 1er étage, Galerie Colbert-INHA, de 18h à 20h.

Comme chaque année depuis 7 ans, ce séminaire mensuel réunit des doctorants en histoire de l’art et archéologie autour de grandes questions méthodologiques dans le but de se rencontrer, d’échanger, et de débattre. Continuer la lecture de Séminaire doctoral commun Paris 1/Paris 4 : « Comparaison est-elle raison? Approches comparatives en histoire de l’art » (de novembre 2015 à juin 2016, INHA, Paris)

« Rencontres du Centre André Chastel 2015-2016 » (Paris, d’octobre 2015 à juin 2016)


italian_paintings_in_the_louvre_-_room_14_01_0
14 Octobre 20151 Juin 2016
Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Pour la cinquième année consécutive, le Centre André Chastel propose en 2015-2016 un cycle mensuel de rencontres scientifiques, dans des champs variés de l’histoire de l’art médiéval, moderne et contemporain. Conférences, tables rondes et présentations d’ouvrages permettent de faire connaître au public les travaux les plus récents de ses membres et correspondants.

Les rencontres du Centre André Chastel seront coordonnées cette année par Sabine Berger (université Paris-Sorbonne) et Stéphane Castelluccio (CNRS).

Ouvertes à tous, elles ont lieu le mercredi de 18h30 à 20h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Continuer la lecture de « Rencontres du Centre André Chastel 2015-2016 » (Paris, d’octobre 2015 à juin 2016)