Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Résumé

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux français, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des productions. Ce colloque se propose donc de faire dialoguer des praticiens, artistes et techniciens avec des chercheurs et des théoriciens universitaires.

Annonce

Colloque international, Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 8 – 9 – 10 mars 2018, Dans le cadre de l’exposition « Effets spéciaux : crevez l’écran ! » (octobre 2017 – août 2018) et dans le cadre du projet de recherche, « Les arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »

Argumentaire 

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des films. Car depuis son invention – et même avant avec la photographie, la féerie théâtrale, le théâtre de magie et la prestidigitation – le trucage a toujours été omniprésent au cinéma et s’y est déployé sous différentes formes, partout dans le monde, y compris en France.

En effet, en dépit d’un stéréotype tenace, les films français regorgent d’effets spéciaux et d’effets visuels : il est temps de mettre en lumière cet aspect du cinéma français, au-delà des figures fondatrices (et donc incontournables) de Georges Méliès, Segundo de Chomón et d’Émile Cohl.

Tout au long de son histoire, le cinéma français a été nourri par les trouvailles de personnalités tombées dans l’oubli, comme les Assola père et fils ou les artistes étrangers accueillis sur les plateaux avec leur conception des techniques d’illusion : le peintre sur verre britannique Walter Percy Day, les décorateurs russes Paul Wilcké et Nicolas Minine, et même le chef opérateur Eugène Schüfftan, inventeur de l’effet qui porte son nom. Inversement, les techniques et images françaises ont souvent inspiré, plus ou moins légalement, d’autres cinématographies : le procès d’Abel Gance contre Gregg Toland après la sortie de Citizen Kane, est un exemple parmi d’autres. Qui, du Français André Debrie ou de l’Américain Linwood Dunn, inventa le premier la tireuse optique pour trucage ? Quels liens entre le Transflex mis au point par Henri Alekan avec Georges Gérard en 1954 et la projection frontale utilisée par Stanley Kubrick pour réaliser le prologue de 2001 l’odyssée de l’espace en 1968 ?

Continuer la lecture de Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Cycle de séminaires Kinétraces 2017 (de janvier à juin 2017, ENS Ulm et Paris 3 Censier, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-12-01-05

Les séances auront lieu de 18h à 20h à l’ENS (45 rue d’Ulm) ou Paris 3 (Censier)

Mardi 31 janvier 2017 : ENS, Amphi Rataud

Nataliya Puchenkina (Université François-Rabelais de Tours /InTRu – EA6301) : « Réception critique ou construction d’un mythe : la presse cinématographique française face au cinéma soviétique de l’entre-deux-guerres».

Caroline Damiens (CREE / Inalco) : « (Re)découvrir les téléfilms soviétiques comme des objets cinématographiques ».

Lundi 13 février 2017 : ENS, Amphi Rataud

Fanny Van Exaerde (Alithila, Université Lille SHS / VUB) : « « Une poésie de cinéma » Etude historique, génétique et intermédiale des scénarios et dialogues de Jean Cocteau ».

Laetitia Dumont-Lewi (Université Paris8 – Labex Arts H2H) : « Gens de théâtre derrière la caméra : expérimentations télévisuelles de metteurs en scène italiens ».

Lundi 13 mars 2017 : Paris 3 “Semaine des Arts et des Médias ” – la salle sera communiquée quelques jours avant

Roxane Sauvage (Université Paris3 / IRET) : « Sur les interactions entre danse et théâtre entre 1880 et 1921 : au croisement des disciplines et des archives ».

Myriam Fouillet (Université Paris3 / IRCAV) : « La création des costumes dans le cinéma d’après-guerre».

Lundi 24 avril 2017 : ENS, Amphi Rataud

Priscilla Guy (Université de Lille SHS/CEAC) :  » Performer l’archive : perspectives féministes et présences fantomatiques de femmes artistes dans l’oeuvre Singeries  »

Matthieu Péchenet (Université de Lille SHS/CEAC) : « Le témoin dans l’archive autour de 1900 : au croisement de la photographie animée et de l’histoire »

Lundi 15 mai 2017 : ENS, salle Weil

Mathilde Lejeune (Université Lille SHS / CEAC-UNIL / Université de Lausanne) / CEC) : « Les théories de Charles Dekeukeleire à la rencontre de ses propres archives. La notion de « technographie » comme approche méthodologique de l’histoire en cinéma »

Lundi 19 juin 2017 : Paris 3 – la salle sera communiquée quelques jours avant

Thomas Pillard (Université Paris 3 et Bordeaux Montaigne / IRCAV) : « Air France et le cinéma : histoire et archives d’une rencontre audiovisuelle».

Daniel Morgan (Université Paris3 / IRCAV) : « Rétablir la légitimité de l’État : la justice pénale dans le cinéma français de l’après-guerre».

(source : http://www.afrhc.fr/wp-content/uploads/2017/01/2017-01-17_587e445581be7_ProgrammeSeminaireKinetraces-compressed-min.pdf)

Appel à communication : « La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980 » (jusqu’au 30 janvier 2017)

schermata-2016-12-22-alle-16-44-37

  • DATE LIMITE : 30 JANVIER 2017
  • DATE ET LIEU DU COLLOQUE : 16-17 JUIN 2017, BERLIN, CENTRE MARC BLOCH ; 26-27 SEPTEMBRE 2017, PARIS, INHA.

L’ouvrage Perspectives croisées. La critique d’art franco-allemande 1870-1945, publié en 2009, met l’accent sur le déséquilibre dans les relations artistiques franco-allemandes au détriment de l’Allemagne. La France et l’Allemagne portent chacune un regard empreint de rivalités sur tous les plans. Qu’en est-il pour la période allant des années 1960 aux années 1980 ? Dans quelle mesure ce déséquilibre se poursuit-il alors, et comment peut-il être modulé dans ce qui n’est plus un face à face mais un triangle d’interactions et de rejets, incluant la France, la RFA et la RDA ? Alors que la politique culturelle française avait dominé la scène artistique de l’Allemagne occupée dans l’immédiat après-guerre, qu’en est-il dans les années suivantes ? Les relations franco-allemandes évoluent dans le contexte de la création de deux États allemands idéologiquement et culturellement antinomiques en pleine Guerre Froide. De ce fait, l’Allemagne de l’Est entretient des liens diplomatiques très ténus avec l’Allemagne de l’Ouest et avec la France jusqu’en 1973. Dès lors, quel est le rôle de la critique d’art dans ces relations interculturelles ?

Continuer la lecture de Appel à communication : « La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980 » (jusqu’au 30 janvier 2017)

Journée d’études: « L’art japonais exposé à Paris de 1865 à la Première Guerre mondiale » 24-25 novembre 2016

rubon1606

• Entrée gratuite
• SERVATION OBLIGATOIRE : Conference@lesartsdecoratifs.fr
(merci d’indiquer vos nom, prénom, courriel ainsi que la mention « Journées d’études : L’art japonais exposé à Paris, de 1865 à la Première Guerre mondiale » en objet de votre message.

111, rue de Rivoli – 75001 Paris (Métro Palais-Royal – Musée du Louvre ou Pyramides)

Du musée rétrospectif en 1865 à la Première Guerre mondiale, l’art japonais a fait l’objet d’une riche programmation d’expositions au sein de l’Union centrale. Il s’est également distingué dans le cadre des Expositions universelles, au sein de galeries ou lors de ventes de collections. La période a ainsi été capitale pour la constitution des collections japonaises en France.

Universitaires et conservateurs de musée interviennent sur ces moments de découverte des objets d’art, du théâtre, de la religion, du quotidien et de l’histoire du Japon.

JEUDI 24 NOVEMBRE

9h30
Introduction

LES EXPOSITIONS INSTITUTIONNELLES
Modération : Olivier Gabet, directeur des musées des Arts décoratifs

9h45
Le japonisme architectural
Jean-Sébastien Cluzel, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, Centre de recherche sur l’Extrême-Orient (CREOPS)

10h15
Le rôle d’Hayashi et Wakai dans la découverte de la céramique japonaise entre les expositions universelles de 1878 à 1900
Basile Valetoux, étudiant à l’université Panthéon-Sorbonne

10h45
Discussion et pause

11h15
La politique d’expositions d’art japonais de l’Union centrale, de 1865 à 1914
Béatrice Quette, chargée des collections asiatiques, musée des Arts décoratifs

11h45
« Toute l’histoire figurée de la gravure japonaise » à Paris le temps de six expositions au musée des Arts décoratifs (1909-1914)
Shanti Devi Luraghi, étudiante à l’université Paris-Sorbonne

LELE DES COLLECTIONNEURS
Modération : Jean-Sébastien Cluzel

14h
Une collection prêtée par Eugène Dutuit au « musée oriental » de 1869 et conservée au musée du Petit Palais : de prestigieux laques du Japon arrivés en France avant la révolution
Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine, chargée de mission au musée d’Orsay

14h30
Philippe Burty (1830-1890) et les expositions d’art japonais : première analyse d’une collection japonisante
Léa Ponchel, étudiante à l’université Lille 3

15h
Discussion et pause

15h30
L’exposition de l’Extrême-Orient au Palais de l’Industrie en 1873-1874 et la collection Cernuschi
Michel Maucuer, conservateur des collections japonaises du musée national des Arts asiatiques – Guimet

16h
Les collections de textiles japonais de 1865 à 1914
Aude Chaufourier, étudiante à l’université Paris-Sorbonne,

16h30
Discussion

Organisé par les Arts décoratifs, en partenariat avec le CREOPS

Source: http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/qui-sommes-nous/ressources-et-recherche/colloques-et-journees-d-etudes/journees-d-etudes-l-art-japonais-expose-a-paris-de-1865-a-la-premiere-guerre/

Appel à communication : « L’image satirique en France et en Angleterre au XIXe siècle: parodie, citation, pastiche » (jusqu’au 31 août 2016)

Honoré Daumier, Victor Hugo, "Le Charivari", 20 juillet 1849

Session du  Congrès international AIERTI, Lausanne (Suisse) 10-14 juillet 2017
organisé par Camilla Murgia (murgia.camilla@gmail.com) et Peggy Davis (davis.peggy@uqam.ca).

Cette session vise l’étude de la caricature au XIXe siècle, période au cours de laquelle la production d’images satiriques joue un rôle fondamental tant dans la représentation de la société que dans la formulation de modèles visuels qui servent à la définir. Ce processus est particulièrement évident en France et en Angleterre où, depuis la Révolution française, les images satiriques constituent un point de repère fondamental dans la compréhension de soi et de l’autre. Continuer la lecture de Appel à communication : « L’image satirique en France et en Angleterre au XIXe siècle: parodie, citation, pastiche » (jusqu’au 31 août 2016)

Appel à communication : « L’espace domestique en France et en Belgique : Arts, Littérature et Design 1850-1920 » (jusqu’au 31 mai 2016)

Félix-Vallotton-Femme-se-coiffant-1900-Orsay

31 MAI 2016

16-17 SEPTEMBRE 2016, BELFAST, UNIVERSITÉ QUEEN’S

La Modernité trouve  une illustration à bien des égards exemplaire dans les mutations de l’intérieur domestique au XIXe et au début du XXe siècle. Ces mutations sont marquées par une évolution des relations entre espace public et espace privé, une progressive relation avec la technologie, une ouverture aux mass-médias et au marché,  et une priorité nouvelle donnée à  l’individualisme et à l’intériorité. En dépit de son rôle central dans l’histoire de la modernité, c’est seulement au cours de la dernière décennie que l’intérieur domestique a commencé à faire l’objet d’un corpus théorique et critique,  en grande partie grâce au travail d’historiens de la culture et du design tels que Hilde Heynen, Anne Massey et Penny Sparke. Ces critiques ont souligné la nécessité de situer l’intérieur moderne dans un contexte multidisciplinaire, afin de mieux reveler les multiples facettes de  sa riche histoire.

Ce colloque vise à réunir des spécialistes d’un large éventail de domaines, parmi lesquels l’histoire de l’art, la littérature, les études françaises, la géographie culturelle, l’histoire du design et les études sur le genre pour discuter de la conceptualisation et de la représentation de l’intérieur domestique. Il vise à réunir des intervenants issus de différents horizons des sciences humaines et sociales et de mobiliser une variété d’outils, de méthodologies et d’approches disciplinaires.

Continuer la lecture de Appel à communication : « L’espace domestique en France et en Belgique : Arts, Littérature et Design 1850-1920 » (jusqu’au 31 mai 2016)

Journée d’étude : « L’histoire des musées à la source : Le Louvre et ses archives » (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

L’histoire des musées à la source : le Louvre et ses archives

Journée d’étude organisée par les Archives nationales et le musée du Louvre (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

Les Archives nationales et le musée du Louvre, avec le soutien du LabEx Patrima, organisent une première journée d’étude consacrée aux sources de l’histoire du Louvre.

Cette journée s’inscrit dans une dynamique renouvelée de la recherche historique et du travail sur les sources archivistiques impulsée au sein du musée du Louvre par les départements de conservation, le service de l’Histoire du Louvre, la délégation aux archives, et désormais le Centre de recherche Dominique-Vivant Denon, qui ouvrira ses portes au public en juillet 2016. Elle intervient quelques mois après la fin du versement des archives des Musées nationaux aux Archives nationales. Ce transfert, en opérant un rapprochement entre les archives du Louvre, les archives des administrations successives en charge des Musées nationaux et les fonds déjà conservés aux Archives nationales, pourra également favoriser l’émergence de nouvelles perspectives de recherche. Continuer la lecture de Journée d’étude : « L’histoire des musées à la source : Le Louvre et ses archives » (Pierrefitte-sur-Seine, 24 mars 2016)

Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Ecole d'architecture Nanterre

17 juin 2016, INHA

À la croisée de deux programmes de recherche consacrés respectivement aux architectures de l’enseignement supérieur et à l’enseignement de l’architecture, cette journée d’étude propose de s’intéresser aux écoles d’architecture et plus spécifiquement aux édifices qui ont été réalisés ou aménagés pour servir de lieux d’enseignement en France au cours des cinquante dernières années. Au travers de contributions thématisées, il s’agit d’évaluer dans quelle mesure les écoles d’architecture peuvent représenter des architectures manifestes, tant en termes d’usages (notamment en ce qui concerne les liens entre l’architecture des lieux et la pédagogie qui s’y déploie) que de représentations (dimension symbolique d’architectures dans lesquelles s’enseigne et s’apprend l’architecture). Si des réalisations pionnières telles que l’annexe construite en 1931 par Roger-Henri Expert rue Jacques Callot pour accueillir les ateliers extérieurs de l’École des beaux-arts de Paris ou le bâtiment élevé par Auguste Perret au tournant des années 1950 sur le site de la rue Bonaparte pourront être évoquées, l’intérêt se focalisera plutôt sur les réalisations postérieures, depuis la première génération d’écoles et d’unités pédagogiques construites à partir de la fin des années 1960, au moment où l’enseignement artistique se réformait et où l’architecture gagnait son autonomie par rapport aux beaux-arts, jusqu’aux constructions les plus récentes dans lesquelles la question de la valeur d’exemplarité des édifices est souvent posée avec acuité. Continuer la lecture de Appel à communication : « Architectures des écoles d’architecture en France depuis 1960 » (jusqu’au 5 février 2016)

Appel à communication : « Manifester : formes et aspects des phénomènes de protestation dans les arts et les cultures françaises et francophones » (jusqu’au 1er février 2016)

Des manifestants du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) s'affrontent aux forces de l'ordre le 08 novembre 1972 à Bobigny pendant l'audience en correctionnel de Mme Chevalier dans l'affaire de l'avortement clandestin de sa fille Marie-Claire, enceinte à la suite d'un viol et relaxée le 11 octobre précédent. Mme Chevalier a été condamnée à 500 francs d'amende pour complicité d'avortement et Mme Bambuck, la personne ayant pratiqué l'interruption de grossesse, à un an de prison avec sursis le 22 novembre.
Manifestation des militants du Mouvement de libération des femmes pendant le procès de Bobigny, le 8 novembre 1972. (Photo AFP)

Date et lieu : 23 avril 2016, Londres, IMLR, Senate House

Propre à l’activité humaine, la manifestation comme forme de protestation permet aux individus d’exprimer leur mécontentement vis-à-vis des structures sociales et des hiérarchies de pouvoir hégémoniques existantes. Les formes de manifestations varient selon les contextes et périodes, allant de l’expression du mécontentement personnel aux appels aux changements révolutionnaires. L’acte de manifester peut donc être individuel ou collectif, personnel ou politique, spontané ou organisé, mais il est presque toujours orienté vers la déstabilisation du statu quo et vise souvent à proposer de nouvelles façons d’exister. A travers l’Histoire, les manifestations, qu’elles soient légales ou non, ont ainsi permis aux peuples de renverser des régimes autoritaires, exposer et confronter des déséquilibres de pouvoir, ou encore d’améliorer les conditions de vie des individus privés de droits sociaux. Si l’art (littérature, musique, cinéma, etc.) est souvent utilisé par les hiérarchies hégémoniques pour étayer les régimes totalitaires, sa propension subversive lui permet également de jouer un rôle fondamental dans la lutte contre les structures de pouvoir oppressives et les mœurs sociales dominantes. Au fil des temps et des contextes, le rôle crucial des arts dans les changements sociaux, politiques et culturels est incontournable en ce qu’ils facilitent l’émergence de perspectives subversives et de voix et subjectivités auparavant réduites au silence. Parfois de manière claire, parfois plus obscurément, les arts permettent de défier l’injustice sociale en se faisant l’expression du mécontentement individuel et collectif.

La Society for French Studies du Royaume-Uni invite les doctorants et jeunes chercheurs à participer à cette journée d’étude consacrée au thème de la manifestation. Les contributions peuvent être rédigées en français ou en anglais et ne devront pas dépasser une vingtaine de minutes environ. Les contributions traitant de toute périodes et disciplines (littérature, cinéma, théâtre, musique, études postcoloniales, de genres, queer, cultural studies, urbanisme, traductologie, etc.) sont les bienvenues. L’objectif est d’examiner les manières dont les formes artistiques françaises et francophones ont contribués aux formes de manifestation et de protestation politiques, sociales, culturelles, économiques, discursives, personnelles et collectives en France et dans le monde francophone au fil de l’Histoire.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Manifester : formes et aspects des phénomènes de protestation dans les arts et les cultures françaises et francophones » (jusqu’au 1er février 2016)

Publication : Thierry Laugée, Figures du génie dans l’art français (1802-1855)

Thierry Laugée, Figures du génie dans l’art français (1802-1855), Presses de l’université Paris-Sorbonne, 17 décembre 2015.

La notion de génie est inévitable en histoire de l’art, mais que signifie-t-elle véritablement ? Son usage témoigne du jugement passionné de celui qui l’emploie, une démonstration de l’exceptionnalité quasi messianique du créateur. La première moitié du XIXe siècle représente un tournant dans l’histoire sémantique du génie : si le siècle des Lumières avait démontré le génie de certains hommes en faisant de cette notion une faculté, le romantisme la transcende ; le concept prend corps en devenant l’essence de l’artiste remarquable – il y a désormais des génies incarnés. Ce renouvellement du terme fut conditionné par la diffusion du savoir, mais aussi par les bouleversements politiques qui eurent lieu au lendemain de la Révolution française. La société du Consulat, gouvernement d’origine militaire en quête de pacification, revendiquait d’autres formes de « grandeurs » que les seuls hauts faits militaires ; la figure de l’artiste d’exception répondant parfaitement à ce nouveau type de modèles glorieux envahit dès lors les murs des Salons, les carrefours, ou les pages des revues illustrées.

En réunissant un corpus d’œuvres de ce premier XIXe siècle français, aussi bien célèbres qu’inédites, cet ouvrage analyse l’évolution du langage iconographique, notamment à travers le prisme des théories contemporaines émises par la philosophie, l’anatomie ou la médecine aliéniste. Les procédés iconographiques et stylistiques employés pour raconter et représenter une figure dite géniale résultent d’un choix : faire d’une admiration une vérité visible, lisible par tous. L’homme de génie se reconnaîtrait alors à sa vie hors normes, à son physique, ou son tempérament, autant de données susceptibles de renouveler l’imagerie des artistes. De l’enfant prédestiné à l’artiste malade, les figures du génie deviennent ainsi de véritables reliques culturelles dont s’empare un public avide de nouveaux héros.

Sur l’auteur

Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain à l’université Paris-Sorbonne, Thierry Laugée est spécialiste du romantisme français. Ses recherches et projets s’articulent autour de la construction sociale des images commémoratives, de l’engagement politique des artistes dans la première moitié du XIXe siècle français et sur les perméabilités entre sciences et arts au XIXe siècle.

Source : http://pups.paris-sorbonne.fr/catalogue/arts-et-esthetique/arthist/figures-du-genie-dans-lart-francais-1802-1855.