Conférence: Matisse et le coup du bambou, Paris, INHA, 12 mai 2017

Spécialiste de l’art européen et américain du  XXe siècle, Yve-Alain Bois s’intéressera à la canne de bambou comme instrument de dessin pour Henri Matisse. Cette pratique inhabituelle est directement liée à la découverte, dès les années 1900, qu’il lui est impossible de mettre au carreau un dessin en vue d’une grande composition, puisque la qualité d’une couleur se modifie en fonction de la quantité de surface qu’elle recouvre.

À la fin des années 1940, alors qu’il décore la Chapelle du Rosaire à Vence, Matisse a encore recours à cet outil particulièrement difficile à manier. Mais si l’usage de la canne va de soi pour certains muraux, il semble paradoxal pour le Chemin de Croix dont les quatorze stations sont d’abord esquissées séparément sur papier à leur échelle définitive. Et s’il s’agissait cette fois pour Matisse, dans cette œuvre délibérément sauvage, de trouver le moyen de perdre le contrôle?

Intervenant

  • Yve-Alain Bois (School of Historical Studies, Princeton)

Responsable scientifique

  • Elitza Dulguerova (INHA)

___

Informations pratiques

12 mai 2017 – 18H-20H

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Source: https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mai-2017/matisse-et-le-coup-du-bambou.html

Conférence : « ’This is the End’ : Music for End Titles and the Patriotic Rituals of the American War Film » (21 novembre 2016, Université Paris 8, Saint-Denis)

apocalypse_now_2

Lundi 21 novembre 2016 – 18h30-20h30 dans l’Amphi Y de l’Université Paris 8n 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

Cette conférence s’appuiera sur des films de guerre hollywoodiens entre Apocalypse Now (1979) et American Sniper (2014) pour analyser la façon dont interagissent la forme filmique, étendue au générique de fin, la partition musicale et l’identité américaine (le patriotisme et la figure du soldat ou vétéran).

Ces films sont un produit hollywoodien très particulier : destinées à un public national plutôt qu’international, ils ont construit une forme rituelle du patriotisme. Cette conférence concerne à la fois l’histoire du cinéma, la musique de film, la question du nationalisme et militarisme américain et les études américaines.

Todd Decker est l’auteur de trois livres majeurs sur la musique populaire commerciale aux États-Unis des années 20 à nos jours : Music Makes Me : Fred Astaire and Jazz (University of California Press, 2011), Show Boat : Performing Race in an American Musical (Oxford University Press, 2013), et Who Should Sing “Ol’ Man River” ? : The Lives of an American Song (Oxford University Press, 2015).

En tant que professeur, il a donné de nombreuses conférences aux Etats-Unis ainsi qu’à l’international, comme par exemple à la Library of Congress, au Victoria and Albert Museum, University of Texas at Austin, le College of William and Mary, et Northwestern University. Les articles de Decker, chapitres d’ouvrage et posts de blogs traitent de nombreux thèmes :les questions de race à Hollywood et dans les comédies musicales de Broadway, les recherches archivistiques sur les comédies musicales de Broadway, l’enfermement des personnages gays dans les films des années 90, l’utilisation de la musique populaire par Martin Scorsese dans le film Casino, etc.

Todd Decker est titulaire d’un PhD en musicologie historique de l’Université du Michigan et a été sélectionné pour l’obtention de la bourse Alvin H. Johnson AMS 50 par l’American Musicological Society en 2006-2007. Il a rejoint l’Université de Washington en 2007 (après un poste de professeur invité d’un an à l’université UCLA), où il enseigne la musique populaire américaine du 20e siècle, la musique dans le cinéma ainsi que la musique européenne du 18e siècle.

(source : http://www.labex-arts-h2h.fr/todd-decker-1044.html)

Conférence : « Of Curating and Other stories » (15 novembre 2016, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

00001472

« Of Curating and Other stories » : conférence de Simon Njami au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), le 15 novembre 2016 à 18h.

Simon Njami est commissaire d’exposition, écrivain, essayiste et critique d’art. Il a été le commissaire de la 12ème édition de la Biennale de Dakar (2016), et de nombreuses expositions d’art africain, notamment Die Andere Reise/The Other Journey: Africa and the Diaspora, Kunsthalle Krems, Vienne (1996), Les Rencontres Africaines de la Photographie, Biennale de Photographie de Bamako, Mali (2001 et 2009), Up and Coming, ARCO, Madrid (2003), Africa Remix: Contemporary Art of a Continent, Paris, Centre Pompidou (2004-07, l’exposition a été montrée à Londres, Düsseldorf, Tokyo, et Johannesburg), et As You Like It, the first African contemporary art fair in Johannesburg (2008). Il a aussi été co-commissaire, avec l’artiste angolais Fernando Alvim, du premier pavillon africain de la 52ème Biennale de Venise (2007). Simon Njami a cofondé laRevue Noire, magazine consacré à l’art africain contemporain et extra-occidental, et fut professeur invité à l’Université de Californie à San Diego (UCSD). Il est l’auteur de plusieurs romans, et de deux biographies : l’une de l’écrivain noir américain James Baldwin et l’autre de Léopold Sédar Senghor. Il a écrit plusieurs nouvelles, des scénarios pour le cinéma et des films documentaires.

Il interviendra dans le cadre du theme annuel du DFK Paris : « L’art en France à la croisée des cultures ».

Centre allemand d’histoire de l’art,
salle Julius Meier-Graefe
45 rue des Petits-Champs, 75001 Paris.
(source : https://dfk-paris.org/fr/event/conf%C3%A9rence-de-simon-njami-1547.html)

Conférence : « La prison de la Santé – 1861-2016. L’architecture carcérale du XIXe siècle à l’épreuve du XXIe siècle » (26 octobre 2016, INHA, Paris)

prison-de-la-sante

 

26 octobre 2016

Salle Giorgio Vasari – 1er étage

14h – 18h

Institut national d’histoire de l’art

Galerie Colbert, 2 rue Vivienne,

75002 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le cycle « Architectures Restaurées » propose de confronter, à l’occasion des travaux engagés sur un monument, le regard de l’architecte chargé de la restauration et celui du chercheur en histoire de l’architecture, mais aussi, dans une approche plus large et collective, de réunir l’ensemble des intervenants du gros-œuvre et du second-œuvre : administrateurs, affectataires, commanditaires, conservateurs, restaurateurs, entrepreneurs etc. afin d’offrir la vision la plus complète des contraintes et des enjeux inhérents aux travaux de restauration. Il ne s’agit donc pas de mettre un chantier sous les projecteurs de « la critique » ; mais, au contraire, de valoriser son déroulement, ses contingences et ses acteurs pour mieux saisir la diversité de son histoire économique, technique, matérielle et, pour finir, sociale.

Pour cette séance sur la prison de la Santé, il s’agira de réunir des historiens de l’architecture, les architectes de l’APIJ, ceux lauréats de l’appel d’offre, les restaurateurs / entrepreneurs en charge du chantier, pour évoquer les conditions d’édification, les évolutions successives du bâtiment, jusqu’au chantier en cours, avec les choix patrimoniaux particuliers qui ont été faits.

Continuer la lecture de Conférence : « La prison de la Santé – 1861-2016. L’architecture carcérale du XIXe siècle à l’épreuve du XXIe siècle » (26 octobre 2016, INHA, Paris)

Le Festival de l’Histoire de l’Art, Edition 2016, Rire et Espagne (3-4 et 5 juin 2016, Fontainebleau)

13102665_1089530251085536_5799926638978379479_n

Le site web du festival propose un filtre XIX-XX-XXIe siècles : http://festivaldelhistoiredelart.com/programme/?recherche=&periode%5B%5D=19e-siecle&periode%5B%5D=20e-21e-siecles&edition=2016

L’association 19-20 vous propose ici une sélection scientifique de quelques événements XIX-XX-XXIe siècle :

Conçu comme un carrefour des publics et des savoirs, le Festival de l’histoire de l’art propose gratuitement pendant trois jours conférences, débats, visites, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres au sein du château ainsi que dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau, à Avon et à Milly-la-Forêt. Événement convivial et ouvert, la manifestation a pour ambition de rassembler tous les publics, amateurs et professionnels. Cette année nous vous donnons rendez-vous les 3, 4 et 5 juin pour découvrir les liens entre l’art et le rire et l’actualité de l’histoire de l’art en Espagne, le pays invité 2016.

La sixième édition du Festival de l’histoire de l’art est organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Continuer la lecture de Le Festival de l’Histoire de l’Art, Edition 2016, Rire et Espagne (3-4 et 5 juin 2016, Fontainebleau)

Hors pistes 2016 : « L’activisme dans l’art » (5 mai 2016, Centre Pompidou, Paris)

hors pistes

Dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres du Festival Hors pistes, le Centre Pompidou propose d’ « Exposer la recherche en Art  » / La conférence : « L’activisme dans l’art » aura lieu le  5 mai 2016, à 19h00 (1h30), dans la Petite salle du Centre Pompidou, Paris.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Comment réagir à travers une approche culturelle et artistique aux enjeux d’une société de plus en plus perturbée sur le plan écologique ? Comment la recherche scientifique peut-elle être valorisée par des projets d’art contemporain ? Et de quelle manière les artistes et les institutions culturelles contribuent-ils à la résolution des problématiques liées à l’écologie et l’environnement ? C’est par une approche de l’artiste activiste et de son entourage (institutions, associations, chercheurs) que nous tentons de comprendre et de cerner le rôle de l’activisme écologique dans l’art et dans la société contemporaine.

Cette conférence est organisée dans le cadre d’une collaboration entre les élèves de l’Université Paris 1 et les élèves de l’École d’arts de Cergy, dans le cadre d’une série de conférences sur le thème « Exposer la recherche en art », Université Paris 1 – M2 Sciences et techniques de l’exposition/UMR ACTE/École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy

Avec Loïc Fel, co-fondateur de l’association COAL, un collectif travaillant sur les questions conjointes de l’art et de l’environnement, et Jorge Orta, artiste pluridisciplinaire argentin.
Rencontre animée par les étudiants Renata Bellanova, Pietro Della Giustina et Firouzeh Saghafi

Appel à communication : « International Conference of Photography and Theory » (jusqu’au 1er juin 2016)

Capture d’écran 2016-03-02 à 13.40.36

Nicosia, Cyprus, December 2 – 04, 2016
Deadline: Jun 1, 2016

4th International Conference of Photography & Theory (ICPT2016)
PHOTOGRAPHY AND THE EVERYDAY

December 2-4, 2016
at the Nicosia Municipal Arts Centre,
Associated with the Pierides Foundation [NiMAC]
Nicosia, Cyprus

International Association of Photography & Theory (IAPT)
www.photographyandtheory.com

Keynote Speakers:
Martha Langford
John Stezaker

Continuer la lecture de Appel à communication : « International Conference of Photography and Theory » (jusqu’au 1er juin 2016)

Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

colourmade

Les recherches sur la couleur ont été marquées par le débat des années 1960-1970 qui a opposé, sur le terrain africain, les tenants de la classification de l’évolution des langues en fonction des noms de couleurs, et ceux qui montraient la diversité de la perception et de la catégorisation des couleurs dans les populations classées comme primitives par les premiers. Cela montrait et montre encore aujourd’hui combien ce thème est un révélateur de questions sociales de fond sur la perception de soi-même et des autres. Récemment ont émergé de nouvelles recherches renouvelant l’histoire des classifications raciales et sociales en intégrant les phénotypes comme paramètre. Toutefois, une histoire des couleurs en Afrique, spécifique à chaque société, est encore très largement à écrire. Dans la lignée des travaux qui mettaient en avant une réalité complexe dans toute sa diversité, cette journée d’études entend faire le point sur les recherches en cours en élargissant les perspectives par une nouvelle réflexion méta-disciplinaire. Cet appel s’adresse donc aux historiens et anthropologues de l’art, physico-chimistes, restaurateurs, sociologues, politologues, linguistes, géologues, botanistes, économistes… pour penser ensemble les différents aspects de la fabrique, de l’utilisation, de la perception et de la dénomination des couleurs en Afrique à travers les siècles, et croiser les approches. Il s’agit de voir comment les couleurs sont créées, perçues, nommées, et utilisées dans la vie politique, sociale et religieuse pour communiquer et représenter soi-même et les autres.

Journée d’étude organisée par Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud dans le cadre du projet « Mutations et défis africains », projet NEXT (Noyau d’excellence thématique) de la COMUE HESAM-Université.

Vendredi 19 février 2016
, Salle Vasari, INHA, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, 9h-17h30

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Couleur x Afrique. Fabrique et utilisation, perception et dénomination » (19 février 2016, INHA, Paris)

Appel à communication : « Troubled Contemporary Art Practices in the Middle East: Post-colonial conflicts, Pedagogies of art history, and Precarious artistic mobilization » (jusqu’au 29 janvier 2016)

Troubled Contemporary Art Practices in the Middle East:  Post-colonial conflicts, Pedagogies of art history, and Precarious artistic mobilization

2-4  June  2016

Birkbeck University of London | University of Nicosia

The conference will be held at the University of Nicosia, Cyprus.

Deadline for Abstract submissions| 29.01.2016

The contemporary art historical and cultural practices circulating in Cyprus, the Middle East and on a wider global scale can often seem imported from a Western art historical tradition. As the influence of Western European patterns of exhibition making and art historical models is becoming increasingly addressed across the global art market, the professional shifts that are being adopted in the research and practice of art history in Cyprus and the Middle East are also becoming obvious. The past, the present and the future of how art history is practiced, studied and developed comes into question, particularly where such narratives have only recently been developed. In areas of conflict, of ethno-national division and of long term patterns of segregation, the narratives of art history have often taken the role of reinforcing cultural and ethnic identity, and at other instances of bringing conflicted communities together in processes of creative dialogue. This conference is itself a dialogue between two institutions, one in the UK and one in Cyprus; countries which were connected through their past colonial relationship and which are still connected through their post-colonial condition.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Troubled Contemporary Art Practices in the Middle East: Post-colonial conflicts, Pedagogies of art history, and Precarious artistic mobilization » (jusqu’au 29 janvier 2016)