Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Résumé

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux français, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des productions. Ce colloque se propose donc de faire dialoguer des praticiens, artistes et techniciens avec des chercheurs et des théoriciens universitaires.

Annonce

Colloque international, Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 8 – 9 – 10 mars 2018, Dans le cadre de l’exposition « Effets spéciaux : crevez l’écran ! » (octobre 2017 – août 2018) et dans le cadre du projet de recherche, « Les arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »

Argumentaire 

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des films. Car depuis son invention – et même avant avec la photographie, la féerie théâtrale, le théâtre de magie et la prestidigitation – le trucage a toujours été omniprésent au cinéma et s’y est déployé sous différentes formes, partout dans le monde, y compris en France.

En effet, en dépit d’un stéréotype tenace, les films français regorgent d’effets spéciaux et d’effets visuels : il est temps de mettre en lumière cet aspect du cinéma français, au-delà des figures fondatrices (et donc incontournables) de Georges Méliès, Segundo de Chomón et d’Émile Cohl.

Tout au long de son histoire, le cinéma français a été nourri par les trouvailles de personnalités tombées dans l’oubli, comme les Assola père et fils ou les artistes étrangers accueillis sur les plateaux avec leur conception des techniques d’illusion : le peintre sur verre britannique Walter Percy Day, les décorateurs russes Paul Wilcké et Nicolas Minine, et même le chef opérateur Eugène Schüfftan, inventeur de l’effet qui porte son nom. Inversement, les techniques et images françaises ont souvent inspiré, plus ou moins légalement, d’autres cinématographies : le procès d’Abel Gance contre Gregg Toland après la sortie de Citizen Kane, est un exemple parmi d’autres. Qui, du Français André Debrie ou de l’Américain Linwood Dunn, inventa le premier la tireuse optique pour trucage ? Quels liens entre le Transflex mis au point par Henri Alekan avec Georges Gérard en 1954 et la projection frontale utilisée par Stanley Kubrick pour réaliser le prologue de 2001 l’odyssée de l’espace en 1968 ?

Continuer la lecture de Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Journée d’études : « L’art de remonter le temps. L’histoire et le mouvement des images » (le 5 avril 2017, ENS Lyon)

L’Art de remonter le temps. L’histoire et le mouvement des images

Journée d’études – ENS DE LYON, Site Descartes – Salle F104

Les débuts du cinéma comme art sont contemporains de pensées qui font du temps historique l’objet d’un montage non linéaire de survivances et de césures. Avec Walter Benjamin et Aby Warburg, le présent se creuse du passé qu’il peut présentifier et de l’avenir qui le contemple, dans une temporalité qui se charge d’imminences et d’ajournements, de promesses et de répétitions. Au même moment, en Russie, là où les lendemains du grand soir ne donnent pas encore à penser l’imminence du désastre, Sergueï M. Eisenstein et Dziga Vertov confient au cinéma, chacun à leur manière, la double tâche de participer à l’histoire révolutionnaire en cours et de placer les arts sous le signe du montage. Cette journée d’études interdisciplinaire propose d’envisager l’art à l’époque du cinéma comme puissance de remonter le temps historique. Comment des œuvres se détachent-elles de la fiction consensuelle d’une linéarité du progrès ou d’une causalité sans répit de l’histoire, pour inventer des connexions nouvelles, pour imaginer des possibilités de rupture ou mettre au jour des survivances impensées ? Comment ouvrent-elles le temps au pessimisme d’une tragédie de la culture, au messianisme d’une venue déjà passée, imminente ou à jamais différée ou à l’utopie d’une césure radicale ? Au fond, peut-on penser l’art et l’histoire en miroir, comme deux types de montages du temps ? Comment imaginer alors le rôle des œuvres contemporaines face au recul de l’histoire (Hartog, 2002) ?

Continuer la lecture de Journée d’études : « L’art de remonter le temps. L’histoire et le mouvement des images » (le 5 avril 2017, ENS Lyon)

Appel à communication : « Représentations de l’étrangère dans les littératures et l’art cinématographique au Maghreb » (jusqu’au 31 mai 2017)

DATE LIMITE : 31 mai 2017.

DATE ET LIEU DU COLLOQUE INTERNATIONAL :  8-9 septembre 2017, Université de Bucarest (Roumanie)

Le regard européen jeté sur le Maghreb a eu longtemps une tendance réductrice, en parlant de cette aire de civilisation comme d’un tout unitaire, sans tenir compte des spécificités locales et nationales qui ont d’ailleurs fasciné et attiré depuis toujours les Occidentaux. Le Maghreb est un espace pluriel du point du vue géographique, linguistique, historique, économique, social, politique et, d’autant plus, culturel. La colonisation française et l’appartenance à un espace culturel plus vaste qu’on appelle arabo-musulman sont les deux éléments les plus cités quand on pense à ce qui unit les pays du Maghreb. La colonisation a été un événement historique et politique dont dérivent nombre de spécificités de l’espace nord-africain et qui a exercé une influence certaine à tous les niveaux de la société, avec des conséquences qui sont encore visibles.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Représentations de l’étrangère dans les littératures et l’art cinématographique au Maghreb » (jusqu’au 31 mai 2017)

Journée d’études : « L’administration des Beaux-Arts et le cinéma de l’entre-deux-guerres à 1959 » (28 février 2017, Archives Nationales)

schermata-2017-02-04-alle-11-49-45
DATE ET LIEU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDES : 28 février 2017, Auditorium des Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine.

 

Les Archives nationales et l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 organisent une première journée d’étude consacrée à la politique cinématographique française de l’entre-deux-guerres à la création du ministère de la Culture en 1959. Cet événement constitue l’aboutissement d’un projet de recherche mené durant l’année universitaire 2015-2016 avec un groupe d’étudiants inscrits en master dans le séminaire « Face aux archives » du département cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (UFR arts et médias).

Argumentaire

Les Archives nationales et l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 organisent une première journée d’étude consacrée à la politique cinématographique française de l’entre-deux-guerres à la création du ministère de la Culture en 1959.

Cet événement constitue l’aboutissement d’un projet de recherche mené durant l’année universitaire 2015-2016 avec un groupe d’étudiants inscrits en master dans le séminaire « Face aux archives » du département Cinéma et Audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (UFR Arts et Médias), dont le point de départ fut le dépouillement de quinze cartons d’archives non classées provenant de l’administration des Beaux-Arts et témoignant de son activité en faveur du cinéma entre les années 1920 et 1950. Il fait suite à la récente publication en ligne de l’instrument de recherche issu de ces travaux et à l’ouverture au public de ce matériau inédit pour l’histoire du cinéma.

L’objectif de la rencontre, qui fait intervenir aussi bien des étudiants du séminaire « Face aux archives » que des historiens ou des personnalités du monde du cinéma, est multiple : présenter aux chercheurs les nouvelles archives mises à leur disposition ; donner aux étudiants l’opportunité de restituer leurs travaux au public et, ainsi, illustrer la variété des recherches rendues possibles par l’exploitation de ces archives « administratives » ; analyser de façon plus large la notion de politique publique du cinéma et les spécificités françaises des origines à nos jours.

Continuer la lecture de Journée d’études : « L’administration des Beaux-Arts et le cinéma de l’entre-deux-guerres à 1959 » (28 février 2017, Archives Nationales)

Appel à communication : « L’art de remonter le temps. L’Histoire et le mouvement des images » (jusqu’au 10 février 2017)

vertov

  • Date limite : 10 février 2017
  • Date et Lieu de la journée d’études : 5 avril 2017, École Normale Supérieure de Lyon ENS de Lyon – Département des Lettres et des Arts CERCC (Centre d’Etudes et de Recherches com­pa­rées sur la Création – EA 1633)

Les débuts du cinéma comme art sont contem­po­rains de pen­sées qui font du temps his­to­ri­que l’objet d’un mon­tage non linéaire de sur­vi­van­ces et de césu­res. Avec Walter Benjamin et Aby Warburg, le pré­sent se creuse du passé qu’il peut pré­sen­ti­fier et de l’avenir qui le contem­ple, dans une tem­po­ra­lité qui se charge d’immi­nen­ces et d’ajour­ne­ments, de pro­mes­ses et de répé­ti­tions. Au même moment, en Russie, là où les len­de­mains du grand soir ne don­nent pas encore à penser l’immi­nence du désas­tre, Sergueï M. Eisenstein et Dziga Vertov confient au cinéma, chacun à leur manière, la double tâche de par­ti­ci­per à l’his­toire révo­lu­tion­naire en cours et de placer les arts sous le signe du mon­tage. À l’aune de cette confi­gu­ra­tion de la pensée euro­péenne de l’entre-deux-guer­res, sans obli­ga­tion tou­te­fois de s’y réfé­rer expli­ci­te­ment, cette jour­née d’études inter­dis­ci­pli­naire pro­pose d’envi­sa­ger l’art à l’époque du cinéma comme puis­sance de remon­ter le temps his­to­ri­que. Comment des œuvres se déta­chent-elles de la fic­tion consen­suelle d’une linéa­rité du pro­grès ou d’une cau­sa­lité sans répit de l’his­toire, pour inven­ter des connexions nou­vel­les, pour ima­gi­ner des pos­si­bi­li­tés de rup­ture ou mettre au jour des sur­vi­van­ces impen­sées ? Comment ouvrent-elles le temps au pes¬­si¬­misme d’une tra­gé­die de la culture, au mes­sia­nisme d’une venue déjà passée, immi­nente ou à jamais dif­fé­rée ou à l’utopie d’une césure radi­cale ? Au fond, peut-on penser l’art et l’his­toire en miroir, comme deux types de mon­ta­ges du temps ? Comment ima­gi­ner alors le rôle des œuvres contem­po­rai­nes face au recul de l’his­toire (Hartog, 2002) ? Cet appel s’adresse à des cher­cheurs en études ciné­ma­to­gra­phi­que, en his­toire de l’art, en phi­lo­so­phie, en esthé­ti­que, en his­toire ou en lit­té­ra­ture qui enten­dent inter­ro­ger la manière dont des œuvres peu­vent réflé­chir, éprouver et interr­ro­ger notre cons­cience de l’his­toire en pré­fé­rant aux récits stric­te­ment chro­no­lo­gi­ques les motifs de l’ana­chro­nisme, de la rup­ture, de la pro­messe, de la répé­ti­tion, du sur­gis­se­ment, de l’inver­sion ou de la dou­blure par une pra­ti­que, fil­mi­que ou non, du mon­tage des images. Cette jour­née d’études s’ins­crit dans le décloi­son­ne­ment actuel des études ciné­ma­to­gra­phi­ques au contact de l’his­toire de l’art et de la théo­rie des médias. Plus pré­ci­sé­ment, elle entend faire dia­lo­guer deux gran­des ten­dan­ces contem­po­rai­nes de l’esthé­ti­que du film en Europe. D’un côté, le retour insis­tant du mon­tage comme caté­go­rie cen­trale pour penser le cinéma, du côté d’une énergétique du plan (Faucon, 2013), d’une poé­ti­que du rem­ploi (Blümlinger, 2013), d’une poli­ti­que de la dis­lo­ca­tion (Deville, 2014) ou d’une esthé­ti­que de l’inter­valle (Aumont, 2015). De l’autre, l’usage de plus en plus fré­quent par les esthé­ti­ciens du cinéma des concepts de l’his­toire de l’art, notam­ment de l’ico­no­lo­gie war­bur­ghienne (Vancheri, 2013 ; Cheval, 2013 ; Durafour, 2016). Cette jour­née vient ainsi pro­lon­ger quel­ques ten­ta­ti­ves récen­tes de penser les images en mou­ve­ment et le mou­ve­ment des images, sans se limi­ter au seul cinéma, à partir de l’Atlas d’Aby Warburg (Michaud, 1988 ; Sierek, 2009, Didi-Huberman, 2010).

Continuer la lecture de Appel à communication : « L’art de remonter le temps. L’Histoire et le mouvement des images » (jusqu’au 10 février 2017)

Appel à communications : « Claude Simon, images fixes, images mobiles », 10 juin 2017, Toulouse (jusqu’au 31 janvier 2017)

claude_simon_paravent_salses

Séminaire « Claude Simon »

Le 10 juin 2017 à Toulouse, Librairie Ombres blanches et Ecole Supérieure de l’Audiovisuel.

Le 30e Séminaire « Claude Simon » organisé par l’ALCS (Association des Lecteurs de Claude Simon) aura pour thème « Claude Simon, images fixes, images en mouvement ». Il aura lieu le samedi 10 juin à Toulouse, à la librairie Ombres Blanches et dans les locaux de l’École Supérieure d’Audiovisuel (Université Toulouse-Jean Jaurès).
Claude Simon se reconnaît une extraordinaire mémoire visuelle et ses mots sont gros de puissance d’image. La preuve de l’importance de l’image dans son œuvre n’est plus à faire. Une grande place y est ainsi accordée à la peinture, la photographie, le cinéma, mais aussi la bande dessinée, la cartographie, le schéma, les graffiti, la publicité, le blason, l’image d’Épinal, le timbre.

Continuer la lecture de Appel à communications : « Claude Simon, images fixes, images mobiles », 10 juin 2017, Toulouse (jusqu’au 31 janvier 2017)

Figures de l’animal. Littérature, cinéma, bande dessinée (jusqu’au 15 décembre 2016)

huyghe

 

DATE LIMITE : 15 décembre 2016

DATE ET LIEU DU COLLOQUE : 27-28 avril 2017, auditorium du ILCH. Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, Braga, Portugal

Depuis l’aube de la création esthétique, dont la scène primitive a lieu dans les cavernes préhistoriques, l’imaginaire humain a incorporé la condition animale en ses différentes configurations et sous de multiples points de vue. Il est possible de suivre à la trace l’évolution de la pensée humaine et des mentalités tout au long des siècles moyennant l’observation des modalités de figuration des animaux aussi bien dans les mythes, les légendes, les fables, les églogues, les lais, les contes, les romans, la bande dessinée, les dessins animés, que dans le discours non-fictionnel (philosophique, théologique, scientifique, etc).

Continuer la lecture de Figures de l’animal. Littérature, cinéma, bande dessinée (jusqu’au 15 décembre 2016)

Appel à communication et publication : « 1917. Que reste-t-il d’une révolution ? » (jusqu’au 15 décembre 2016)

vertov

1917. Que reste t-il d’une révolution ?

Le cinéma, l’histoire, l’art, la politique

Numéro Spécial de la Revue Ecrans

Octobre 2017

On peut s’introduire dans le 20ème siècle de bien des manières. Mais il est certain que la révolution de 1917 est l’une des rares qui fasse coïncider la fin d’un empire, l’avènement d’un pays communiste et la naissance des premières utopies esthétiques. S’agissant du cinéma, l’événement nous met au contact d’une réalité bien particulière qui veut que le destin d’un art soit intimement lié au sort d’une révolution politique. Le cinéma russe et soviétique a, de ce point de vue, longtemps joui d’une autorité esthétique qu’il devait à ses essais théoriques autant qu’à quelques cinéastes – Koulechov, Poudovkine, Eisenstein, Vertov, Dvojenko, etc. – dont les œuvres ont impressionné l’époque. Pourtant, si l’on s’en tient à la stricte chronologie, les écrits russes sur le cinéma sont postérieurs aux textes qui s’écrivent en Europe et aux Etats-Unis. Les futuristes italiens publient en 1912 le Manifeste technique de la littérature futuriste qui compose une première apologie du cinéma, suivie en 1916 d’une Cinématographie futuriste signée par Marinetti, Corra, Balla, Settimielli, Ginna et Chiti. Aux Etats-Unis Eustache Hale Ball et James A. Taylor rédigent respectivement en 1913 et 1914 les premiers manuels à destinations des scénaristes et cinéastes américains, tandis que Vachel Lindsay fait paraître en décembre 1915 The Art of the Moving Picture, suivi quelques mois plus tard par Hugo Münsterberg qui publie 1916 The Photoplay : A psychological study. Quant à la France, elle crée ses premières revues de cinéma dès 1908 (Ciné-Journal), Maurice Raynal tient sa première chronique cinématographique en 1913 dans Les Soirées de Paris que fonde Guillaume Apollinaire, les premiers articles de Louis Delluc datent de 1917 et Philippe Soupault fait paraître ses poèmes cinématographiques en 1918. Or, lorsqu’on regarde du côté des premiers écrits russes sur le cinéma, on observe que les futuristes russes ne lui sont pas encore favorables. Meyerhold (Théâtre de foire, 1912) et Maïakovski (Théâtre, Cinéma, Futurisme, 1913) refusent d’y voir un art, avant de changer d’avis quelques années plus tard au contact des transformations politiques qui remettent le cinéma au premier plan (Meyerhold, Le portrait de Dorian Gray, 1918 ; Maïakovski, Cinéma et Cinéma, 1922). Il faut ainsi attendre 1917 pour que Koulechov écrive sa première défense du cinéma, 1921 pour que soit fondée la Fabrique de l’acteur Excentrique (FEKS), 1922 pour que l’on puisse lire le premier texte d’Eisenstein sur le cinéma (Le Huitième art), 1923 pour que soit créé le Front Gauche de l’Art (LEF).

Continuer la lecture de Appel à communication et publication : « 1917. Que reste-t-il d’une révolution ? » (jusqu’au 15 décembre 2016)

Appel à publication : « Fantastique, étrange et merveilleux dans les productions francophones » (jusqu’au 15 décembre 2016)

redon_les_fleurs_du_mal_flower

Les Cahiers du GRELCEF No 9 (2017)
Thème : « Fantastique, étrange et merveilleux dans les productions francophones »
Dossier coordonné par Fanny Mahy (Universidade do Porto)

Les Cahiers du GRELCEF, la revue électronique du Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone du Département d’études françaises de l’Université Western lance un appel à contribution pour son neuvième numéro consacré au fantastique, à l’étrange et au merveilleux dans les productions francophones, numéro dont la parution est prévue en mai 2017.

Selon les définitions désormais classiques de Tzvetan Todorov, le merveilleux suppose l’irruption d’éléments extraordinaires dans un univers où ils sont admis comme étant ordinaires. Ainsi, le personnage du petit chaperon rouge rencontre un loup doué de la parole et ce prodige est assumé comme naturel dans le récit. En revanche, le fantastique, régi par les règles de notre monde référentiel, ne peut admettre l’extraordinaire sans nuire à sa cohérence. Cette impossibilité a pour conséquence une incertitude ; le phénomène extraordinaire s’est-il vraiment produit ? Questionnements et hésitations nourrissent la poétique de confusion propre au fantastique. Si toutefois, l’existence de la manifestation inquiétante venait à s’avérer, le texte entrerait dans le registre du merveilleux. De même, si l’hésitation prend finalement parti pour les fantaisies et les illusions de l’imagination, le texte fraie alors son passage vers le domaine de l’étrange.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Fantastique, étrange et merveilleux dans les productions francophones » (jusqu’au 15 décembre 2016)

Appel à communication : « Immigration, littérature, BD et arts visuels » (jusqu’au 15 décembre 2016)

bd-imm

  • Date de l’atelier : 27-30 mai 2017
  • Lieu : Toronto

Congrès APFUCC

Selon Hou Hanru et Évelyne Jouanno, commissaires en 2011-2012 de l’exposition « J’ai deux amours » à la Cité nationale de l’histoire l’Immigration à Paris, « L’immigration qu’elle soit temporaire ou pérenne n’[est] plus un passage mais une transformation ». Parallèlement aux larges mouvements de population à l’échelle internationale, depuis les années 1950, immigration et migrance ont progressivement émergé comme thèmes importants de la littérature et des arts visuels (Nepveu, 1999 ; Chartier, 2002 ; Cazenave, 2003 ; Durpraire, 2012).

Le but de cet atelier sera d’analyser l’immigration, et tout ce qu’englobe ce terme, dans la littérature, la bande dessinée et les arts visuels contemporains. Il s’agira, en effet, de mettre en relief les différentes manières dont l’immigré-e (ou le/la réfugié-e) est représenté-e à travers la forme et le contenu, image dessinée ainsi que figurée, et ce à quoi il/elle fait face avant que « l’intégration » ne soit possible.

Dans le contexte du questionnement actuel de l’identité et de ses catégories, nous souhaitons tenter de mettre au jour certains aspects du rapport complexe à soi, à l’autre et à la culture dans l’art (im)migrant.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Immigration, littérature, BD et arts visuels » (jusqu’au 15 décembre 2016)

Colloque international « Voyage au centre de la machine cinéma » (Paris, Cinémathèque) 1 – 3 décembre 2016

cr-480-420-85024e

Cinémathèque françase: 51, rue de Bercy – Paris 12e

TARIFS COLLOQUE – DEMI-JOURNÉE DE RENCONTRES : PT : 5 € – TR : 3€ Achat simultané de 3 demi journées et plus : 3€

Libre Pass : accès libre

Colloque autour de l’exposition DE MÉLIÈS À LA 3D : LA MACHINE CINÉMA EXPOSITION JUSQU’AU 29.01.17 CONÇUE ET PRODUITE PAR LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

Organisé en collaboration avec le partenariat international de recherche Technès.

Colloque sous la direction d’André Gaudreault (université de Montréal), Laurent Mannoni (Cinémathèque française), Gilles Mouëllic (université Rennes 2) et Benoît Turquety (université de Lausanne).

Le colloque international Voyage au centre de la Machine Cinéma permet de déployer les enjeux à la fois historiques, techniques et esthétiques propres à l’exposition De Méliès à la 3D : la Machine Cinéma. En écho à son exposition d’automne, la Cinémathèque française, en partenariat avec Technès, accueille cinéastes, directeurs de la photographie, monteurs et historiens de pays différents (Canada, États-Unis, Suisse, Belgique et France).

Les interventions, dialogues et projections du colloque s’articulent autour de trois axes principaux : resituer l’avènement de la « machine » cinéma ; étudier les liens entre technique et esthétique ; penser le cinéma à l’aune des bouleversements technologiques actuels.

Chaque journée est prolongée par la projection, le soir, d’un film emblématique de l’œuvre d’un des invités d’honneur du colloque. Par son caractère novateur et collaboratif, cette manifestation contribue à la recherche en études cinématographiques.

Invités d’honneur :

  • Caleb Deschanel, directeur de la photographie (L’Étoffe des héros, L’Étalon noir, The Patriot, La Passion du Christ ; il a aussi réalisé trois épisodes de Twin Peaks)
  • David Kenig (ingénieur de Panavision)
  • Lenny Lipton (inventeur, spécialiste de la 3D)
  • Walter Murch, monteur (Conversation secrète, Apocalypse Now, Ghost, Le Parrain 3, Le Patient anglais)
  • Douglas Trumbull, réalisateur et directeur d’effets visuels (2001, l’Odyssée de l’espace, Rencontres du troisième type, Blade Runner, The Tree of Life)

Avec la participation de Valérie Loiseleux (monteuse : Val Abraham, Je rentre à la maison, Arrête ou je continue, La Sapienza), William Uricchio (professeur d’histoire des médias au Massachusetts Institute of Technology).

JEUDI 1ER DÉCEMBRE 2016
NAISSANCES DE LA MACHINE CINÉMA

  • 9h30-10h00 : Mot de bienvenue
  • 10h00-11h00 : Conférence de Douglas Trumbull
  • 11h00-11h15 : Questions du public
  • 11h15-12h00 : La stabilité et autres mythes du cinéma. Intervention de William Uricchio (MIT)
  • 12h00-12h15 : Questions du public
  • 12h15-12h45 : Interlude filmique par Jean-Pierre Verscheure

  • 12h45-14h30 : Pause déjeuner

  • 14h30-15h00 : Phototélégraphie, télévision, cinématographe sonore : une histoire hétérogène de l’avènement du parlant. Intervention d’Anne-Katrin Weber (université de Lausanne)
  • 15h00-15h30 : Les films de sable de Nag et Gisèle Ansorge. Intervention de Chloé Hofmann (université de Lausanne)
  • 15h30-16h15 : Les techniques d’animation. Dialogue entre Franck Dion (réalisateur, illustrateur) et Marcel Jean (Cinémathèque québécoise)
  • 16h15-16h30 : Questions du public
  • 16h30-17h15 : Cinema technology. Intervention de Lenny Lipton (réalisateur et inventeur)
  • 17h15-17h30 : Questions du public
  • 17h30-18h30 : Les collections techniques. Table ronde avec Marie-Sophie Corcy (CNAM), Béatrice de Pastre (CNC), Corine Faugeron (Gaumont) et Sophie Seydoux (Pathé), animée par Laurent Mannoni

  • 20h30: Projection 35 mm de Brainstorm (Douglas Trumbull, 1981), précédée d’un dialogue entre Douglas Trumbull et Gregory Wallet (université Rennes 2)

VENDREDI 2 DÉCEMBRE 2016 : PUISSANCES DE LA MACHINE CINÉMA

  • 9h30-10h00 : Les machines Aäton : histoire technique d’une production française (1971-2013). Intervention d’Alexia de Mari (université Paris 3) et Fabien Le Tinnier (université Rennes 2 / université de Lausanne)
  • 10h00-10h30 : Godard, les machines et la création-cinéma. Intervention d’Alain Bergala (La Fémis)
  • 10h30-11h15 : L’évolution des techniques de prise de son. Table ronde avec Jean-Pierre Laforce (mixeur), Erwan Kerzanet (ingénieur du son), animée par Gilles Mouëllic (université Rennes 2)
  • 11h15-11h30 : Questions du public
  • 11h30-12h30 : La post-production image d’un film. Table ronde avec Jean-Marie Dreujou (directeur de la photographie), Valérie Loiseleux (monteuse), Christian Lurin (Technicolor, directeur du pôle patrimoine), animée par Benoît Turquety (université de Lausanne)

  • 12h30-14h00 : Pause déjeuner

  • 14h00-14h30 : La Bolex H16 : une caméra paradoxale. Intervention de Nicolas Dulac (université de Montréal / université de Lausanne) et Vincent Sorrel (université de Lausanne)
  • 14h30-15h00 : Le 16 mm quitte le foyer : la Ciné-Kodak Special. Intervention de Louis Pelletier (université de Montréal) et Solène Secq de Campos Velho (université de Montréal / université Lille 3)
  • 15h00-15h30 : Les caméras numériques sont-elles révolutionnaires ? Intervention de Jean-Baptiste Massuet (université Rennes 2)
  • 15h30-15h45 : Questions du public
  • 15h45-16h00 : Projection d’un extrait de film de Nicolas Rey, Autrement la Molussie
  • 16h00-17h00 : Autrement, le cinéma : techniques et expérimentation alternatives. Table ronde avec Nicolas Rey (cinéaste expérimental) et Enrico Camporesi (historien et critique), animée par André Habib (université de Montréal) et Eric Thouvenel (université Rennes 2)
  • 17h00-17h15 : Questions du public
  • 17h15-17h45 : Interlude filmique par Jean-Pierre Verscheure

  • 20h30 : projection 70 de L’Étoffe des héros (Philip Kaufman, 1983) (salle Henri Langlois), précédée d’un dialogue entre Caleb Deschanel et Bernard Benoliel

SAMEDI 3 DÉCEMBRE 2016 : AVENIR(S) DE LA MACHINE CINÉMA

  • 10h00-11h00 : Dialogue avec Walter Murch, animé par André Gaudreault (université de Montréal)
  • 11h00-11h15 : Questions du public
  • 11h15-12h15 : Dialogue avec Caleb Deschanel, animé par Laurent Mannoni
  • 12h15-12h30 : Questions du public

  • 12h30-14h30 : Pause déjeuner

  • 14h30-15h00 : Appareils charnels et corps mécaniques. Intervention de Richard Bégin (université de Montréal)
  • 15h00-15h45 : Après le Cinémascope, le développement de Panavision. Intervention de David Kenig (Panavision)
  • 15h45-16h00 : Questions du public
  • 16h00-17h00 : Technique et industrie du cinéma aujourd’hui. Table ronde avec Baptiste Heynemann (CNC), Christophe Lacroix (Éclair), Jean-Yves Le Poulain (Angénieux), Yves Pupulin (Binocle, captation 3D), Raoul Rodriguez (Sublab Production), Pierre Zandrowicz (Okio Studio), animée par Laurent Mannoni
  • 17h00-17h30 : Mot de clôture de Laurent Mannoni et interlude filmique par Jean-Pierre Verscheure

  • 20h30 : Projection 35 mm de Conversation secrète (Francis Ford Coppola, 1972), précédée d’un dialogue entre Walter Murch et Bernard Benoliel

Source: http://www.cinematheque.fr/cycle/voyage-au-centre-de-la-machine-cinema-colloque-international-368.html

Colloque « Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960 », 24-25 novembre 2016

photo-colloque-f-bozzano-hte-def-400x300

Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960

24 et 25 novembre 2016, de 9 h à 18 h

École nationale des chartes, salle Léopold-Delisle (Rdc)

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Se munir d’une pièce d’identité.

Les formes et les manifestations du patrimoine cinématographique ont fortement évolué depuis les années 1960. Si de nouveaux publics ont découvert autrement les films «anciens» et ont inventé des pratiques inédites de visionnement, cette évolution amène aujourd’hui les cinémathèques et archives du film, généralement considérées comme des musées pour le cinéma, à s’interroger  sur leur identité et les frontières de leur activité.

En étudiant la mutation des lieux, des supports, des acteurs, des pratiques, qui s’est opérée depuis cinquante ans, il s’agira de dresser un état des lieux de la réflexion sur ces enjeux de patrimonialisation jusqu’à l’ère du tout-numérique et de la dissémination des écrans, tout en s’inscrivant dans un panorama international qui ménage un important espace aux récits historiques et aux pratiques de pays où archives et cinémathèques jouent un rôle important.

Organisation scientifique :

Christophe Gauthier (École nationale des chartes)Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) Ophir Lévy (Université Paris 3)

Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

PROGRAMME :

JEUDI 24 NOVEMBRE

  • 9 h Accueil des participants
  • 9 h 30 Ouverture : Michelle Bubenicek (directrice de l’ENC), Jean-Philippe Garric (directeur du Labex Cap), Philippe Dagen (directeur de l’HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Patrick Arabeyre (Centre Jean-Mabillon), Christophe Gauthier (ENC)
  • 9 h 50 Natacha Laurent (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Le patrimoine cinématographique est-il soluble dans le marché ? »

La constitution d’un panthéon

Modérateur : Joël Daire (Cinémathèque française)

La première thématique de ce colloque concerne les modalités d’élaboration d’un panthéon cinématographique. Quels sont, en dehors des critiques et des cinémathèques, les prescripteurs qui, depuis une cinquantaine d’années, participent à la définition des classiques, et comment interagissent ces différents agents de l’édification d’un système de références, élaboré dès les années 1920 ? Comment ce « répertoire » s’élabore-t-il et comment évolue-t-il ? Les critères de sélection, leur définition, les acteurs en présence (festivals de cinéma, congrès, nouveaux acteurs institutionnels…), les différentes relations entre ceux-ci, sont autant de thèmes qui seront abordés par les participants.

  • 10 h 20 Christophe Gauthier (ENC) : introduction
  • 10 h 35 Christophe Dupin (FIAF) : « Le congrès de la FIAF à Brighton (1978) – un “Woodstock” des archives du film ? »
  • 11 h 05 Pause
  • 11 h 20 Marie Frappat (Université Paris 3) : « La place et le panthéon : quand le festival Il Cinema ritrovato de Bologne revoit ses classiques »
  • 11 h 50 François Ede : « La restauration numérique des films : Viollet-le-Duc ou Cesare Brandi ? »
  • 12 h 20 Discussion
  • 12 h 35 Déjeuner

Quels dispositifs pour le patrimoine cinématographique ?

Modérateur : Laurent Véray (Université Paris 3)

À partir des années 1960, le patrimoine cinématographique, qui n’était jusque-là visible que dans quelques lieux clairement identifiés (les cinémathèques et les ciné-clubs), est progressivement devenu accessible grâce à d’autres dispositifs : télévision, édition vidéo, réseau de salles art et essai, festivals, et surtout « révolution numérique » qui permet le visionnement de films anciens sur des écrans individuels de taille variable (ordinateurs, tablettes, téléphones). Quelles conséquences ce processus a-t-il sur le périmètre de ce que l’on nomme « patrimoine cinématographique », sur le rôle et les missions des cinémathèques et des lieux de conservation du cinéma, sur les relations entre les différents acteurs de la « filière », sur la place de la salle de cinéma ?

  • 14 h 30 Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : introduction
  • 14 h 45 Evelyne Cohen (Enssib) : « Le Ciné-club d’Antenne 2 présenté par Claude-Jean Philippe – critères de sélection et programmation »
  • 15 h 15 Barbara Laborde (Université Paris 3) : « Lorsque l’École se voit disputer sa légitimité par YouTube – vers une reconfiguration de la cinéphilie en milieu scolaire »
  • 15 h 45 Discussion
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 – Table ronde avec Aurélie Pinto (Université Paris 3), Jean-Marc Zekri
  • 17 h 30 (exploitant du Reflet-Médicis), François Causse (exploitant de la Filmothèque du quartier latin) et Dimitri Vezyroglou : « La place de l’art et essai dans la patrimonialisation du cinéma »

VENDREDI 25 NOVEMBRE

Programmer, est-ce accrocher ?

Modératrice : Sylvie Lindeperg (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La programmation a joué un rôle central dans le processus de patrimonialisation du cinéma. La diversification des propositions de programmation, qui s’est accentuée depuis une cinquantaine d’années, révèle des conceptions différentes de l’histoire du cinéma, du rôle des cinémathèques, du positionnement du cinéma par rapport à l’histoire de l’art. Qu’il s’agisse de l’engouement actuel pour les expositions de cinéma, des différentes modalités d’entrée du 7e art dans le monde des musées, ou du glissement progressif du statut du film de multiple vers l’unique, les évolutions actuelles sont une invitation à réfléchir sur ce rapprochement entre programmation et accrochage : la conception et la mise en œuvre d’une programmation de films anciens constituent-elles un geste qui pourrait s’apparenter à celui qui conduit à l’exposition d’objets d’art ? Ce geste est-il scientifique ou artistique ? Comment est-il influencé par la présence d’une collection spécifique, dont la valorisation constitue un objectif majeur ?

  • 9 h 30 Présentation introductive : Yaël Kreplak (CEMS-IMM-EHESS et Labex CAP) : « L’accrochage en perspectives – vers une écologie de l’institu- tion muséale »
  • 10 h Esteve Riambau (Filmoteca de Catalunya), Pepe Serra (Mnac) : « Pour l’amour de l’art et du cinéma. La collaboration entre la Filmo- teca de Catalunya et le Musée national d’art de Catalogne »
  • 10 h 45 Discussion
  • 11 h Pause
  • 11 h 15 Stéphanie Louis (IHTP) : « Je montre donc je suis. Programmation et identité institutionnelle »
  • 11 h 45 Alex Horwath (Österreichisches Filmmuseum), dialogue avec Nata- cha Laurent : « A Utopia of Film – Projection is Restoration »
  • 12 h 30 – Discussion
  • 12 h 45 – Déjeuner

L’expérience sensible du spectateur

Modératrice : Béatrice de Pastre (CNC)

De façon paradoxale, l’accroissement continu de la définition des écrans (téléviseurs, ordinateurs, tablettes) s’accompagne d’une grande pauvreté de la qualité technique du contenu disponible en ligne. Si bien que pour nombre de spectateurs, notamment les plus jeunes, la découverte de films sur YouTube, sur les sites de streaming ou via le téléchargement a lieu sous une forme beaucoup plus compressée et dégradée que celle du DVD (et a fortiori que celle du film projeté en salle). À cet égard, du fait de sa rareté, l’expérience de la projection pellicule tendrait même à revêtir, non sans une certaine ironie, une dimension d’« aura » que W. Benjamin ne pouvait anticiper. Doit-on en déduire, chez une partie du public, une tolérance plus grande aux mauvaises conditions de visionnage ? Le cas échéant, un tel rapport aux images, dans lequel l’immédiateté de l’accès au film prime le souci de sa qualité, induit-il une forme nouvelle de cinéphilie ? Par ailleurs, grâce aux échanges des internautes entre eux (forums, blogs), cette cinéphilie en ligne réaffirme une certaine horizontalité de l’accès à la culture cinématographique, loin de la verticalité éditoriale d’un programmateur de cinémathèque ou d’une chaîne télévisée.

  • 14 h Ophir Lévy (Université Paris 3) : introduction
  • 14 h 15 Pierre-Olivier Toulza (Université Paris-Diderot) : « Évaluer les musi- cals de Gene Kelly : les jugements des spectateurs des previews des années 1950 »
  • 14 h 45 Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine) : « Déterritorialisation et reterritorialisation du spectacle cinématographique – les usages cinéphiles d’Internet »
  • 15 h 15 Discussion
  • 15 h 30 Pause
  • 15 h 45 Pascale Ferran : « LaCinetek, un nouvel outil pour les cinéphiles ? »
  • 16 h 15 – Conférence conclusive par Paolo Cherchi Usai (George Eastman 17 h House) : « Lindgren Manifesto, 10e partie : le patrimoine cinémato- graphique vu par le spectateur distrait »

Source: http://labexcap.fr/evenement/patrimoine-et-patrimonialisation-du-cinema-depuis-les-annees-1960/

Conférence : « ’This is the End’ : Music for End Titles and the Patriotic Rituals of the American War Film » (21 novembre 2016, Université Paris 8, Saint-Denis)

apocalypse_now_2

Lundi 21 novembre 2016 – 18h30-20h30 dans l’Amphi Y de l’Université Paris 8n 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

Cette conférence s’appuiera sur des films de guerre hollywoodiens entre Apocalypse Now (1979) et American Sniper (2014) pour analyser la façon dont interagissent la forme filmique, étendue au générique de fin, la partition musicale et l’identité américaine (le patriotisme et la figure du soldat ou vétéran).

Ces films sont un produit hollywoodien très particulier : destinées à un public national plutôt qu’international, ils ont construit une forme rituelle du patriotisme. Cette conférence concerne à la fois l’histoire du cinéma, la musique de film, la question du nationalisme et militarisme américain et les études américaines.

Todd Decker est l’auteur de trois livres majeurs sur la musique populaire commerciale aux États-Unis des années 20 à nos jours : Music Makes Me : Fred Astaire and Jazz (University of California Press, 2011), Show Boat : Performing Race in an American Musical (Oxford University Press, 2013), et Who Should Sing “Ol’ Man River” ? : The Lives of an American Song (Oxford University Press, 2015).

En tant que professeur, il a donné de nombreuses conférences aux Etats-Unis ainsi qu’à l’international, comme par exemple à la Library of Congress, au Victoria and Albert Museum, University of Texas at Austin, le College of William and Mary, et Northwestern University. Les articles de Decker, chapitres d’ouvrage et posts de blogs traitent de nombreux thèmes :les questions de race à Hollywood et dans les comédies musicales de Broadway, les recherches archivistiques sur les comédies musicales de Broadway, l’enfermement des personnages gays dans les films des années 90, l’utilisation de la musique populaire par Martin Scorsese dans le film Casino, etc.

Todd Decker est titulaire d’un PhD en musicologie historique de l’Université du Michigan et a été sélectionné pour l’obtention de la bourse Alvin H. Johnson AMS 50 par l’American Musicological Society en 2006-2007. Il a rejoint l’Université de Washington en 2007 (après un poste de professeur invité d’un an à l’université UCLA), où il enseigne la musique populaire américaine du 20e siècle, la musique dans le cinéma ainsi que la musique européenne du 18e siècle.

(source : http://www.labex-arts-h2h.fr/todd-decker-1044.html)

Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

1erecouv

Série d’entretiens autour de différents axes :

Comment collectionner la photographie aujourd’hui?

La photographie occupe aujourd’hui une place importante dans la plupart des grandes institutions muséales. Elle est reconnue comme un art à part entière, constituant les bases de collections établies. Clément Chéroux, conservateur en chef, Karolina Ziebinska-Lewandowska, conservatrice du Cabinet de la Photographie au MNAM Centre Pompidou et leurs invités, s’interrogeront sur les orientations à donner à une collection de photographies.

La revue « Provoke » entre art et politique dans les années 60 au Japon

Cette revue culte a bouleversé l’histoire de la photographie. Dans le cadre de l’exposition Provoke, entre contestation et performance au BAL, Diane Dufour, co-commissaire, et ses invités proposeront analyse transversale de Provoke, de son contexte historique et ses liens avec l’émergence des arts performatifs au Japon dans les années 1960.

La photographie au-delà de la représentation

Jens Hoffmann, directeur adjoint du Musée juif de New York, et curateur principal du Musée d’art contemporain de Détroit s’interrogera sur l’utilisation de l’image numérique, d’appareils photo spécifiques ou d’objectifs, de choix de papiers photo ou de développements techniques sélectionnés spécifiquement pour produire des oeuvres photographiques qui aillent au-delà de la représentation de l’image. Il questionnera les caractéristiques du médium telles que la matérialité, la couleur, la forme et la surface de la photographie elle-même.

La photographie et le cinéma

Matthieu Orléan, collaborateur artistique à La Cinémathèque française, abordera avec des cinéastes, artistes, critiques et conservateurs, la question de l’apport de la photographie vernaculaire dans des projets cinématographiques, ainsi que la place particulière, dans l’histoire de l’art, de la photographie de plateau. Il dialoguera également avec deux artistes sur leur pratique, conjointe et paradoxale, de la photographie et du cinéma.

L’artiste comme…

Pascal Beausse, responsable des collections photographiques du Centre National des Arts Plastiques, s’entretiendra avec des artistes sur les rôles qu’ils endossent dans le cadre de leurs pratiques mais aussi dans la diffusion et la monstration de leurs images : l’artiste comme curateur, collectionneur, enquêteur, activiste, poète…

Continuer la lecture de Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

Appel à communication : Réunion-échange de l’association les Trois Lumières (14 octobre 2016)

 

Séminaire « réunion échange » / Trois Lumières
Une séance par mois à l’INHA

Fondée par des anciens doctorants en Histoire du cinéma de Paris 1 en 2004 cette association a pour vocation de rassembler des jeunes chercheurs (doctorants et éventuellement élèves de master) dont les travaux entretiennent un rapport privilégié avec le cinéma et plus largement avec l’audiovisuel. Pour concrétiser ce rapprochement entre étudiants, l’association a mis en place, dès sa création, un séminaire mensuel intitulé « Réunion-échange » permettant à chaque invité de présenter ses recherches et d’aborder d’éventuelles difficultés méthodologiques. L’objectif de ces séminaires est de permettre à de jeunes chercheurs – masters et doctorants, historiens ou non – travaillant sur ou à partir de sources audiovisuelles de présenter leurs projets de recherche et de les valoriser, ces rencontres sont également l’occasion d’évoquer avec les doctorants les éventuels problèmes méthodologiques et épistémologiques rencontrés dans le cadre de leurs travaux de recherche. Si le cinéma est l’objet central de nos recherches, nous l’envisageons volontiers depuis les perspectives qu’offrent d’autres disciplines. Cette année, l’association Les Trois Lumières inaugure une collaboration scientifique avec les membres du séminaire libre d’ISOR (Images, Sociétés et Représentations) de l’UFR d’Histoire de Paris 1 (https://isor.hypotheses.org/). Nous avons à cœur de faire des Trois Lumières un espace bienveillant dédié à l’élaboration d’une pensée, d’un travail en cours donnant lieu à un dialogue entre les participants.

Les propositions de communications (maximum 40 minutes) sont à envoyer avant le vendredi 14 octobre 2016 à l’adresse suivante :

http://lestrois3lumieres@gmail.com

Elles comporteront un intitulé provisoire, un résumé du projet d’intervention (400 mots maximum) et quelques informations relatives à l’auteur permettant aux organisateurs d’échanger avec lui en vue d’une préparation commune de la séance (nom du directeur de mémoire, adresse mail et numéro de téléphone). Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet de l’association : https://3lumieres.hypotheses.org/ .