Visite de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-cinéma » (24 novembre 2017, BnF, Paris)

19-20 organise une visite de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-cinéma » à la BnF le vendredi 24 novembre 2017 à 17h.

Alain Carou, co-commissaire de l’exposition et conservateur au département de l’audiovisuel conduira cette visite.

Cet événement est gratuit. Le nombre de participant.e.s est limité. L’inscription est obligatoire et s’effectue par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

 

Colloque : « L’invention photographique du Caire historique : jalons, raisons, leçons » (Paris, INHA, 17 mai 2017)

Date et lieu du colloque : le 17 mai 2017 de 10h à 18h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

À l’occasion de la présentation en salle Roberto Longhi, du 21 avril au 8 juillet 2017, de l’exposition consacrée aux vues du Caire du photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895), ce colloque se propose de revenir sur les multiples entreprises photographiques qui se sont vouées à l’inventaire des richesses artistiques du Caire ancien par le biais du nouveau medium. La photographie topographique n’est certes  pas née au Caire, mais la cité des Fatimides et des Mamelouks en a été l’une des grandes capitales, aux côtés de Rome ou de Paris. Cette riche iconographie aurait par là-même contribué à la « médiévalisation » de la ville dans les représentations contemporaines, c’est-à-dire à la fixation d’un stéréotype visuel éloigné de la réalité urbaine de la capitale égyptienne. Outre la théorie critique, l’archéologie s’est également intéressée à ces images pour documenter l’histoire des bâtiments photographiés. Plus rares sont les travaux dédiés à l’histoire même de ces corpus visuels, à leurs modes de constitution et de diffusion. La rencontre ambitionne de revenir sur quelques grands jalons et raisons de ces opérations de photographie topographique, que la motivation en ait été commerciale, documentaire, artistique ou architecturale. Elle s’intéressera à la circulation des images produites ainsi qu’à leurs usages, de la création architecturale ou ornementale à l’édition de livres illustrés. Elle évoquera enfin les enseignements que peut livrer aujourd’hui cette imagerie historique sur la physionomie architecturale et urbaine du Caire historique et sur sa vie sociale.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Intervenants

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Dina Bakhoum (université Panthéon-Sorbonne et AUC, Le Caire)
  • Thomas Cazentre (Bnf)
  • Jérôme Delatour (INHA)
  • Ezio Godoli (Università degli Studi di Firenze, Florence)
  • Ella Ravilious (V&A, Londres)
  • Estelle Sohier (université de Genève)
  • Harald R. Stühlinger (ETH, Zurich)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Comité scientifique

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Pour en savoir plus

Colloque international : « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme » (du 26 au 27 avril 2017, Paris, INHA & BnF)

BRETON après BRETON (1966-2016) PHILOSOPHIES du SURREALISME

Colloque international

INHA, 2 rue Vivienne (Auditorium de la Galerie Colbert) et BnF, site François- Mitterrand (Petit auditorium).

« Revenir à l’œuvre même pour l’appréhender en termes d’idées, de travail de la pensée et du regard, telle est l’ambition de ce colloque qui réunit des spécialistes de notoriété internationale, reconnus dans des disciplines aussi variées que la philosophie, l’histoire – histoire de l’art, des sciences et de la culture –, la littérature ou la psychanalyse. Accompagné de la présentation de manuscrits surréalistes, le programme propose d’interroger la postérité d’André Breton en l’ouvrant à la confrontation et au dialogue. »

Organisé sous la responsabilité scientifique
de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS)

« Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps » a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.

Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le « faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place ».  Jacqueline Chénieux-Gendron

Continuer la lecture de Colloque international : « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme » (du 26 au 27 avril 2017, Paris, INHA & BnF)

COLLOQUE INTERNATIONAL – FOUCAULT ET LES ARTS » Université Paris-Ouest Nanterre – Fondation Gulbenkian Paris, 30-31 mars 2017

COLLOQUE INTERNATIONAL – FOUCAULT ET LES ARTS

30-31 mars 2017

Université Paris-Ouest Nanterre – Fondation Gulbenkian Paris

Organisatrices : Fabienne Brugère, Judith Revel, Arianna Sforzini

Comité scientifique : Danièle Cohn, Arnold Davidson, Frédéric Gros, Béatrice Han, Jacqueline Lichtenstein

Institutions partenaires : Université Paris-Ouest Nanterre (UFR Phillia, département de philosophie, ED 139, laboratoire Sophiapol), Université Paris 8 (département de philosophie, laboratoire LLCP), Association pour le Centre Michel Foucault, Fondation Gulbenkian Paris.

 

MICHEL FOUCAULT n’est pas seulement le philosophe de l’archéologie des discours, de la généalogie des pouvoirs, des modes de subjectivation et des jeux de vérité. Il est aussi le penseur qui a décelé dans les Ménines de Vélasquez l’emblème plastique du savoir classique, dans les toiles de Manet la matérialité vive de la modernité, dans le surréalisme de Magritte la paradoxale représentation de la rupture de l’espace représentatif à l’époque contemporaine.

Cet intérêt foucaldien pour la peinture est connu et a fait déjà l’objet de nombreuses recherches et études. Mais, bien au-delà des usages diversifiés du pictural dans ses travaux, Foucault a ouvert le discours philosophique à sa contamination réelle et active avec la pluralité des pratiques artistiques, souvent reléguées aux limites de la pensée traditionnelle. Littérature, théâtre, cinéma, musique, photographie, « performances » de la parole : autant de dimensions qui ne sont aucunement des « divertissements » esthétisants, de simples incursions dans des champs de pratiques et de pensées éloignés du discours philosophique classique, mais qui participent directement de la construction de la philosophie foucaldienne et en mobilisent la force théorico-politique.

Notre colloque se propose de repartir de ce constat pour déployer toute une série de questionnements essentiels. Il s’agira bien entendu de se pencher à nouveau sur une dimension presque « interne » à la philosophie foucaldienne : les archives récemment déposées à la Bibliothèque nationale de France contiennent de nombreux inédits, sur la peinture notamment, qui peuvent constituer un noyau important à la fois de re-contextualisation et de réactualisation des réflexions foucaldiennes sur les arts. Il faut pourtant éviter le double écueil du « fétichisme » des inédits et de l’« esthétisation » de ces travaux hétérogènes, comme si la réflexion esthétique de Foucault ne faisait pas partie intégrante d’un projet philosophique et intellectuel plus large. Il nous semble donc important de repenser la portée théorique et politique du questionnement des pratiques artistiques, en replaçant le discours de Foucault dans la trame des relations multiples que la pensée française contemporaine a tissées avec le domaine de l’esthétique (cf. par exemple Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, Gilles Deleuze, Georges Bataille, Maurice Blanchot, Jacques Rancière). Mais il faut surtout ouvrir Foucault aux usages variés et importants que les arts ont faits de sa pensée ; et réfléchir à la manière dont s’est construite dans les dernières années, à travers Foucault, une circulation extrêmement féconde entre pratiques artistiques et pratiques politiques. En faisant dialoguer des chercheurs et des artistes, notre colloque souhaite questionner la force concrète et actuelle des réflexions foucaldiennes, sa fécondité pour des réappropriations hybrides, concrètes, politiquement engagées : mettons la philosophie à l’épreuve du questionnement artistique.

Programme

Jeudi 30 mars 2017

Université Paris-Ouest Nanterre, amphithéâtre W (nouveau bâtiment Max Weber, RdC)

9h30-9h50 Ouverture et introduction : Fabienne Brugère, Judith Revel, Arianna Sforzini

9h5010h30 Conférence : Marielle Macé (EHESS) – L’éclat d’une vie

10h30-11h10 Conférence : Philippe Sabot (Université Lille 3) – Le Brisset de Michel Foucault

11h10-11h40 Discussion

11h40-12h Pause-café

12h-12h40 Conférence : Patrice Maniglier (Université Paris Nanterre) – Le moment cinéma de Foucault 

12h40- 13h10 Discussion

13h10-14h30 Déjeuner (Buffet)

14h30-15h10 Conférence : Jacinto Lageira (Paris 1 Panthéon/Sorbonne) – Dévaluation esthétique et capital humain

15h10-15h50 Conférence : Judith Revel (Université Paris Nanterre) – L’invention de soi sous contrainte (Foucault à la manière de l’Oulipo)

15h50-16h20 Discussion

16h20-16h40 Pause-café

16h40-17h20 Conférence : Georges Didi-Huberman (EHESS) – Un art de l’inservitude volontaire

17h20-17h50 Discussion

 

Vendredi 31 mars 2017
Fondation Gulbenkian – Paris
9h00-9h40 Conférence : Frédéric Rambeau (Université Paris 8) – Les Ménines : Foucault-Lacan, 1966.

9h40-10h20 Conférence : Fabienne Brugère (Université Paris 8) – Y a-t-il une pensée de la peinture chez Foucault ?

10h20-10h50 Discussion

10h50-11h10 Pause-café

11h10-11h50 Conférence : Claudia Blümle / Ann-Cathrin Drews (Humboldt-Universität zu Berlin) – Le fou et le cynique. Les lectures de la peinture avec Michel Foucault

11h50-12h20 Discussion

12h20-14h00 Déjeuner (buffet sur place)

14h00-14h40 Conférence : Eric Alliez (Université Paris 8) – « C’est donc en profane que je vous parlerai de Manet ». Portrait de Foucault en hétéro.

14h40-15h20 Conférence : Alessandro Francisco (Pontificale Université Catholique de São Paulo) – Pour une archéologie de la musique: premières approches

15h20-15h50 Discussion

15h50-16h10 Pause

16h10-16h50 Conférence : Thomas Hirschhorn (artiste) – L’Amitié entre Art et Philosophie

16h50-17h30 Discussion finale

Journée d’études : « Global Art & Cultural Periodicals » (14 novembre 2016 et 1er mars 2017, INHA, Paris)

Colloque: « VISIONS DE L’HISTOIRE : L’ÉCRITURE VISUELLE DU TEMPS » (Paris, Collège de France et BnF, 3-4 février 2017)

upl8384979790243985319_visions_histoire

Colloque international: « VISIONS DE L’HISTOIRE : L’ÉCRITURE VISUELLE DU TEMPS »

Colloque organisé par Laurent Cuvelier, Adrien Genoudet et Clément Weiss

3-4 février 2017 Paris

Collège de France, Bibliothèque nationale de France

En fermant les yeux, nous parvenons à imaginer et voir
presque intuitivement les époques que nous n’avons pas
vécues. Ce paradoxe tient à l’habitude que nous avons
d’incarner le temps en images qui sont autant de
compositions visuelles et de « visions de l’histoire » dont
il s’agit de faire la généalogie. À travers le cinéma, la
bande dessinée, la photographie, le jeu vidéo,
l’illustration, les manuels scolaires, la télévision ou encore
les objets publicitaires, les clichés du temps sont cesse
retracés et reconfigurés au point que les images
semblent performer de nouveaux repères de périodicité. Il
y a ainsi dans l’image qui s’empare du passé un rapport
de prédation qui n’est pas sans rappeler ce que Sartre dit
du mort, condamné à « être la proie des vivants ». On ne
peut pas (se) représenter innocemment une époque : ces
images concrètes ou mentales disent quelque chose sur
notre rapport au temps et à l’histoire, elles forment un
fonds de sens commun et de valeurs où gisent des
idéologies du passé, de la modernité ou de la civilisation.
Ce sont ces latences du temps visualisé que ce colloque
souhaite interroger.

Voir le programme complet 

PROGRAMME
Jeudi 2 février 
Reflet Médicis (Paris 5e)
20h30.
Projection du film Häxan de Benjamin
Christensen (1922).
Présentation et discussion avec Christian Delage dans le
cadre du cycle « Un film, une histoire » (IHTP avec le
soutien du CNC)

Vendredi 3 février 
Collège de France
Amphithêatre 2

9h. Patrick BOUCHERON (Professeur au Collège de
France) : Introduction et accueil des participants.

9h30. Adrien GENOUDET (Doctorant/ATER Université
Paris VIII/Collège de France) : En guise d’introduction, «
Percer le Noir Antérieur »

10h15. Gil BARTHOLEYNS (Maître de conférence à
l’Université Lille III) – Anne BESSON (Maîtresse de
conférences à l’Université d’Artois) – Christian DELAGE
(Professeur à l’Université Paris VIII) : Table Ronde – «
Approches historiennes des études visuelles » Première
Partie.

11h. Pause.

11h30. Gil BARTHOLEYNS – Anne BESSON – Christian
DELAGE : Table Ronde – « Approches historiennes des
études visuelles » Deuxième Partie

12h30. Discussion.

13h. Déjeuner

14h30. Isabelle PARESYS (Maîtresse de conférences à
l’Université Lille III) : « Le costume historique de cinéma
comme écriture visuelle d’une époque : l’exemple de la
Renaissance ».

15h00. Laurent CUVELIER (Doctorant/ATER à Sciences
Po/Université Lille III) : « Visualité des éphémères – les
usages de l’affiche dans les représentations visuelles du
passé, XVIIIe-XIXe siècles ».

15h30 Discussion

16h. Pause.

16h30. Guillaume MAZEAU (Maître de conférences à
l’Université Paris I) : « Visualiser l’histoire immédiate de la
Révolution : tableaux, galeries, cartes et cosmographies »

17h. Clément WEISS (Doctorant à l’Université Paris I) : «
Récupérer la subversion : les images du Paris muscadin,
du pavé aux curiosités »

17h30. Discussion.

18h. Daniel S. MILO (Maître de conférences à l’EHESS) :
Conclusion de la journée.

Samedi 4 février
Bibliothèque nationale de France (site François
Mitterrand)
Petit auditorium

9h30. Accueil des participants.

10h. Vincent MARIE (docteur en histoire, professeur au
lycée Philippe Lamour de Nîmes) : « L’imaginaire de
l’Egypte ancienne par la bande dessinée : un dialogue
avec les temporalités »

10h45. Sylvain VENAYRE (Professeur à l’Université de
Grenoble) et Etienne DAVODEAU (Auteur de bandes
dessinées) : « Dépasser le roman national par la Bande :
repenser les temps »

12h. Déjeuner

13h30. William BLANC (historien) – Ségolène LE MEN
(Professeure à l’Université Paris X) – Vincent MARIE
(docteur en histoire, professeur au lycée Philippe Lamour
de Nîmes) table ronde : « Médiation des temporalités par
l’image : enseignement secondaire, transmission,
vulgarisation » animée par Valérie HANNIN (directrice de
la rédaction de la revue L’Histoire).

15h. Pause

15h30. Patrick BOUCHERON (Professeur au Collège de
France) – Dominique KALIFA (Professeur à l’Université
Paris I) – Antoine LILTI (Directeur d’étude à l’EHESS) :
Discussion. « Renaissance, Lumières et Belle Epoque :
chrononymes et écriture visuelle » animée par Etienne
ANHEIM (Directeur d’étude à l’EHESS) –

18h André GUNTHERT (Maître de conférences à
l’EHESS) : Conclusion des deux journées

Source: https://scv.hypotheses.org/1661

Après-midi d’étude : « Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours » (14 décembre 2016, BNF, Paris)

5028585_7_d05f_dessin-de-henri-guilac-publie-le-28-aout-1935_01b2dc1e551e73e0a32b61d1d3355a24A l’occasion des 100 ans du Canard enchaîné

mercredi 14 décembre 2016 – 14h00-18h45

François-Mitterrand – Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Le dessin a, depuis le XIXe siècle, occupé une place majeure dans la presse française, tout particulièrement la presse satirique. Des journaux de Charles Philippon la Caricature et le Charivari, aux hebdomadaires Charlie Hebdo ou le Canard enchaîné – qui fête cette année ses cent ans ! – en passant par l’Assiette au beurre, la France a une longue et riche tradition associant le texte et le dessin au service d’une critique par le rire de l’ordre social, moral et politique, contre toutes les censures. La Bibliothèque nationale de France lui rend hommage quelques mois après l’attentat qui a visé Charlie.

La presse satirique en France du XIXe à nos jours

Continuer la lecture de Après-midi d’étude : « Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours » (14 décembre 2016, BNF, Paris)

Colloque international : « Autour de l’exposition La France d’Avedon, Vieux monde, New look » (2 décembre 2016, BnF, Paris)

57d002b9f3174aff_avedon_20x30
Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie. Chaque intervention sera suivie de discussions.
Colloque international avec le soutien de la Terra Fondation for American Art et de la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture.

vendredi 2 décembre 2016 10h00-17h00

Autour de l’exposition La France d’Avedon, Vieux monde, New look

Journée animée par les deux commissaires de l’exposition « La France d’Avedon, Vieux monde, New Look », Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard.

Continuer la lecture de Colloque international : « Autour de l’exposition La France d’Avedon, Vieux monde, New look » (2 décembre 2016, BnF, Paris)

Colloque : Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification (14 octobre 2016, BNF, Paris)

dsps_streetart_diff-1

Informations pratiques

vendredi 14 octobre 2016 – 09h30-18h00

François-Mitterrand – Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Le Street art, ou art urbain, est un courant artistique né dans les années 1960/1970 aux Etats-Unis à la suite de l’apparition de la bombe aérosol. Cette forme d’expression repose sur l’idée que l’artiste plasticien intervient dans l’espace public et sur des supports, publics ou privés, qui ne lui appartiennent pas. Originellement, il s’agit de l’expression d’une revendication de liberté et d’une révolte contre le système marchand et politique. La réponse du droit n’a été que pénale. Aujourd’hui, la réception de cette forme d’expression artistique par les historiens de l’art et par le marché est certaine. Les institutions culturelles multiplient les expositions consacrées à l’art urbain. Les commissaires-priseurs offrent les ventes d’œuvres d’art urbain et de nombreuses galeries soutiennent le travail des graffeurs. Une telle évolution invite à dépasser l’appréhension juridique du Street art par le seul droit pénal afin d’en apprécier toutes les implications.
Le Street art interroge différentes branches du droit : s’agit-il d’un délit de graffiti ou d’une œuvre de l’esprit ? Faut-il distinguer les graffitis des tags ? Si œuvre il y a, qui est propriétaire de l’œuvre : l’artiste ou le propriétaire du support ? Comment s’applique le droit moral de l’auteur pour ces œuvres souvent anonymes ? Le propriétaire du support peut-il détruire l’œuvre ou la vendre ? Quelles sont les conséquences du caractère éphémère de l’œuvre ? Le droit de la propriété intellectuelle permet-il de protéger l’artiste ?Pour répondre à ces questions, le colloque entend confronter les différents points de vue. Compte tenu de l’importance croissante de cet art et des questions juridiques qu’il soulève, ce sujet s’impose afin de permettre une meilleure compréhension de ce phénomène.
Continuer la lecture de Colloque : Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification (14 octobre 2016, BNF, Paris)

Colloque international : « Picasso. Sculptures » (24-26 mars 2016, Centre Pompidou, BNF et Musée Picasso, Paris)

Affiche_colloque_1000

Sous la direction scientifique de Virginie Perdrisot, conservatrice chargée des sculptures et commissaire de l’exposition « Picasso. Sculptures » au Musée national Picasso-Paris, et Cécile Godefroy, docteur en histoire de l’art et commissaire associée. Continuer la lecture de Colloque international : « Picasso. Sculptures » (24-26 mars 2016, Centre Pompidou, BNF et Musée Picasso, Paris)

Colloque : « Les éphémères et l’événement (16e-21e siècles) » (12-13 février 2016, Archives nationales, Paris)

http://blog.apahau.org/wp-content/uploads/2016/02/Ephe%CC%81me%CC%80res.jpg

12-13 février 2016, Paris, Archives Nationales

Soutenu par le LabEx Patrima, PatrimEph (Patrimonialisation des Ephémères) est un projet porté par les laboratoires Agora et LDI/UMR 7187 de l’Université de Cergy-Pontoise, ainsi que le CHCSC de l’UVSQ, l’UMR 5605 de l’Université de Bourgogne/CNRS, en partenariat avec la BNF et les Archives Nationales.

Programme de recherche pluriannuel (2014-2016), PatrimEph propose d’interroger la place des éphémères dans notre patrimoine. Collecte, conservation, valorisation : il s’agit d’analyser le paradoxe que constitue la patrimonialisation de ces petits documents du quotidien (tracts, étiquettes, affiches, prospectus…) mais aussi d’interpréter le rôle de ces imprimés dans la construction de notre histoire culturelle, dans une perspective diachronique large (16e-21e siècles) et comparatiste (avec une dimension européenne).

Après des journées d’études consacrées à la définition, à la terminologie et aux usages des éphémères, dont les actes sont publiés sur Fabula, PatrimEph entre dans une phase thématique avec l’organisation d’un colloque sur les liens entre « Les éphémères et l’événement ».

Comment les éphémères s’articulent-ils à l’événement (politique, artistique, religieux) ? En sont-ils la trace, le reflet, ou ce qui contribue à le construire comme tel ? Il s’agira de recontextualiser les éphémères, d’envisager leur rôle dans la fabrique de l’histoire – ou d’histoires -, leurs temporalités, et la dialectique qu’ils peuvent faire jouer entre l’événement et le quotidien, mais aussi de se demander quelle valeur prennent hors de leur contexte d’origine ces documents qui en sont si fortement tributaires.
Continuer la lecture de Colloque : « Les éphémères et l’événement (16e-21e siècles) » (12-13 février 2016, Archives nationales, Paris)

Cycle de rencontres : « Les écritures visuelles de l’histoire dans la bande dessinée » (Paris, octobre 2015 – mai 2016)

MarziÀ la BNF, site François-Mitterrand, Salle 70, de 17h à 19h.

Le séminaire et  cycle de rencontres, «Les écritures visuelles de l’histoire de la bande dessinée» a pour vocation d’analyser et de discuter la manière dont les arts graphiques produisent et diffusent des écritures visuelles de l’histoire. En nous intéressant aux pratiques plurielles des auteurs et dessinateurs et en les mettant en perspective, les enjeux du séminaire se situent entre une rencontre pluridisciplinaire et une définition des contours théoriques et méthodologiques de l’histoire visuelle. Dans la continuité d’une première année de discussions et de rencontres diverses (avec David Vandermeulen, Séra, Kris, Pascal Ory etc.) la deuxième année de séminaire a pour ambition d’élargir les champs d’investigations et de mêler, une fois de plus, les approches et les points d’ancrages disciplinaires. En effet, nous gageons cette année qu’une confrontation des manières d’aborder le neuvième art – sémiologie, structuralisme, historiographie ou autres – peut définir de nouveaux axes pour penser les écritures visuelles de l’histoire. La façon dont on aborde une planche, un récit séquentiel, un dessin, une pratique appropriative ou inspirée a toutes les chances d’être fructueuse dès lors qu’elle est mise en concordance avec d’autres assises théoriques et idéologiques.
Continuer la lecture de Cycle de rencontres : « Les écritures visuelles de l’histoire dans la bande dessinée » (Paris, octobre 2015 – mai 2016)