Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Le numéro 4 de la revue À l’épreuve (Montpellier Paul-Valéry) sera consacré à la pratique de l’imposture dans les champs de l’art, de l’histoire ou de la sociologie. À travers des études de cas, des retours historiques ou des réflexions concernant ses enjeux esthétique, juridique ou axiologique par exemple, le numéro se voudrait une mise au point de l’importance historique de la notion et de sa capacité à éclairer certains aspects de notre époque contemporaine.

Argumentaire

« […] le monde aujourd’hui n’est plein que de ces larrons de noblesse, que de ces imposteurs qui tirent avantage de leur obscurité et s’habillent insolemment du premier nom illustre qu’ils s’avisent de prendre. »(Molière, L’Avare, V, 5)

Si l’on peut concéder au lecteur une discrète tendance à la paranoïa dans le caractère d’Harpagon, le brave homme n’a pas tort de saisir l’imposture comme l’un des plus énigmatiques, l’un des plus redoutables maux des temps modernes. Faussaires, escrocs, mystificateurs, plagiaires, falsificateurs peuplent depuis des siècles l’imaginaire occidental, circulant entre réel et fiction, entre arts et histoire, sans que jamais la fascination exercée sur les spectateurs de ce continuel va-et-vient ne se soit démentie. Car l’imposteur fascine. Celui qui impose, qui trompe par son double visage, par ses mensonges ou ses productions, inquiète autant qu’il intrigue, amuse autant qu’il scandalise, non sans que finissent par se cristalliser sur sa figure les traits d’un véritable mythe. Mais qui est-il au juste ? Que trouve-t-on derrière le masque d’un homme abusant de ses semblables, en jouant avec les frontières du vrai et du faux ?

Continuer la lecture de Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Pour un ouvrage collectif présentant diverses approches critiques de l’oeuvre de Jacques Tardi.

Après de très courts récits comme Prévoyez l’accident, ou Humperdick Clabottford, en 1971, Rumeurs sur le Rouergue, prépublié dans Pilote en 1972, marque les débuts de Jacques Tardi en bande-dessinée ; depuis, au même titre qu’Hugo Pratt, par exemple, cet artiste original a su accompagner ce mode d’expression, parfois jugé enfantin et commercial, sur le chemin de la maturité et de l’exigence artistique. A tel point que la critique a proposé, pour distinguer « le bon grain de l’ivraie », de désigner ce nouveau genre par une terminologie nouvelle ; littérature en images, BD adulte, neuvième art… avant que la notion de roman graphique n’émerge… Pourtant, avec Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Tardi ne renie ni la tradition populaire ni la dimension sérielle de la bande dessinée traditionnelle en 48 pages couleurs ; mais il s’évade également avec bonheur du cadre de ce format, dans de grandes fresques où il fait entrer tout son univers.

Tardi semble puiser dans l’Histoire les trames de ses histoires : la Commune de Paris, la Belle époque, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale… Ces périodes ne sont pas choisies au hasard : il s’agit souvent de moments de crises qui posent question à notre société, et qui mettent en scène la dialectique de la domination et de la résistance. Cet univers évoque parfois une certaine réalité historique, de façon référentielle, voire documentaire. Pourtant, ce réalisme est aussi l’occasion du surgissement du fantastique ou de l’anachronique, quand ce n’est pas de l’uchronique ou de l’utopique.

Continuer la lecture de Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Appel à publication : Revue Opus n°3 (jusqu’au 15 février 2017)

parisouest

 UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE,  Revue Opus n° 3

La revue Opus, mook des étudiants en master Conception et rédaction éditoriales de l’université de Paris Nanterre, éditée par Les Presses de l’université, lance un appel à contributions sur l’étude des rapports entre la peinture et la littérature réalistes en essayant de renouveler l’approche historique, poétique et critique.

La définition du réalisme est indissociable de la volonté de rendre compte de manière picturale de la réalité (mimèsis, portrait, ekphrasis, hypotypose, vues imageantes…). Il s’agira de s’interroger sur la naissance du réalisme en peinture et en littérature, sur leur essence mimétique, leur vocation encyclopédique. Les débats autour du réalisme (Champfleury, Courbet…) sont au cœur de la réflexion sur la question de la transposition et de la modélisation de la réalité. Quel rôle joue la poétique du détail, de la partie et du tout dans la représentation ? Dans quelle mesure l’analogie entre la peinture et la littérature est-elle encore opératoire pour rendre compte des formes de la mimèsis ?

La théorie de la mimèsis a largement été contestée depuis le XXe siècle. Quels rôles ont eu les avant-gardes du XXe au XXIe siècle dans cette recherche d’une réalité fondée sur l’immanence de l’art ? La peinture et la littérature contemporaine semblent  avoir renoué avec l’exigence du réel. Le réalisme n’est pas seulement un ensemble de conventions stylistiques, narratives, esthétiques. Il détermine les relations entre l’univers réel et la vérité en peinture et en littérature selon des critères très différents en fonction de la conception du réalisme : néoréalisme, réalisme magique, nouveau réalisme, hyperréalisme…. On s’interrogera sur cette vocation herméneutique du réalisme qui se fait, le plus souvent, au profit de l’effacement du style littéraire ou pictural.

La diversité des expérimentations esthétiques actuelles place la question du réalisme au cœur du travail artistique. Dans quelle mesure peut-on encore parler « d’imitation créatrice » ? Le street art, les performances, les multiples pratiques urbaines, font souvent appel à un réalisme cru qui ouvre sur la fiction. On s’interrogera sur la médiation des nouvelles images dans ces pratiques.

La distance entre le poète, le peintre et le réel parcourt toute l’histoire du paradigme mimétique, de sa déconstruction à sa reconfiguration. Aujourd’hui, les mondes fictionnels sont parfois plus réels que la réalité elle-même. Dans quelle mesure le réalisme littéraire et artistique engagent-ils une construction intelligible du monde, une expérience cognitive nouvelle ? Comment le réel est-il alors dénoté et signifié ?

Les propositions de contribution (3000 signes environ) accompagnées d’une brève notice biographique, sont à envoyer par courriel avant le 15 février 2017, à l’adresse suivante : pierre.hyppolite@u-paris10.fr    Elles seront examinées par les étudiants du master Cored (Humanités et Industries Créatives).

Les réponses seront transmises début mars 2017 ; les articles (texte et images) demandés pour juillet 2017. Le numéro 3 de la revue Opus sortira en 2018.

Source: https://www.fabula.org/actualites/litterature-et-peinture-desirs-de-realismes_77297.php

Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

apuntes

La revue APUNTES Journal of cultural heritage studies – de la Faculté d’Architecture et de Design de la Pontificia Universidad Javeriana (Bogotá, Colombie) prépare un numéro thématique (No. 30) intitulé “Actualidad de la investigación sobre patrimonio cultural, arquitectónico y urbano” (“Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain”), à paraître fin 2017 en ligne et dans sa version imprimée.

Inscrite dans les champs de la recherche et des études sur le patrimoine culturel, APUNTES vise à mettre à jour ses lecteurs latino-américains au sujet des investigations et des travaux sur le patrimoine, développés récemment en France et concernant la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Actualité de la recherche sur le patrimoine culturel, architectural et urbain », revue APUNTES, Journal of cultural heritage studies (jusqu’au 15 décembre 2016)

Appel à publication : « Enchanted, Stereotyped, Civilized : Garden Narratives in Literature, Art and Film » (jusqu’au 15 octobre 2016)

Lodovico-Pozzoserrato-Toeput-Jardin-de-plaisir-avec-un-labyrinthe-1579-1584-Londres

Gardens have been a crucial part in mythology and literature. Throughout English literature for example, the idea of a garden is a recurrent image; these images largely stem from the story of the Garden of Eden which is found in the Genesis, the first book of the Bible. Gardens reveal the relationship between culture and nature – the garden can be seen as civilized and ‘shaped’ and therefore domesticated nature –, in the vast library of garden literature few books focus on what the garden means – on the ecology of garden as idea, place, and action.

Our volume will discuss the topic of the garden in different theoretical contexts such as ecological, botanical, literary, filmic, art historical and cultural ones. We want to investigate the representations of and the interconnections between gardens and the above named fields over a wide timescale, with consideration of how gardens are represented and used as symbols and of how – for example – literature or visuality took form in, or influenced, gardens.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Enchanted, Stereotyped, Civilized : Garden Narratives in Literature, Art and Film » (jusqu’au 15 octobre 2016)

Appel à publication : « La folie / Madness », Transverse Journal – Toronto, n°16, 2017 (jusqu’au 14 octobre 2016)

Gustave-Courbet-Autoportrait-ou-le-Désespéré1844-45

La panoplie de « maladies » et d’« états » qui ont historiquement été subsumés de façon non critique sous le très opaque et ambigu nom de « folie » incluent la schizophrénie, la paranoïa, le trouble anxieux, l’hystérie, et plus récemment, le trouble bipolaire, le trouble de la personnalité multiple, la démence, etc.

Au-delà de l’aile psychiatrique ou du divan du psychanalyste, la folie se manifeste aussi dans les expériences quotidiennes et les routines – d’un fugace moment d’exaspérante compulsion obsessionnelle aux affres d’enivrant désir.

La société contemporaine est obsédée par le bien-être mental, et la réduction de la pleine conscience à une éthique du soin de soi finit plus souvent qu’autrement par encourager et dramatiser à l’excès les expériences les plus banales de dissonance et de détresse cognitive.

Les sociétés pharmaceutiques exploitent cette tendance en mettant l’accent sur les symptômes plutôt que sur les causes profondes, laissant les patient.e.s dans un état de crise perpétuelle. Cela a pour effet de brouiller les frontières entre le stress mental quotidien et les troubles psychiatriques, si bien que les besoins des deux groupes ne sont ni pris en charge, ni compris.

Continuer la lecture de Appel à publication : « La folie / Madness », Transverse Journal – Toronto, n°16, 2017 (jusqu’au 14 octobre 2016)

Appel à publication : « Musées au prisme du genre » (jusqu’au 15 septembre 2016)

Couv.-Culture-Musees

Appel à proposition d’articles pour un numéro thématique de la revue Culture & Musées

Sous la direction de Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS, LEGS) et Arnaud Bertinet (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Les recherches sur les femmes artistes, collectionneuses, critiques d’art, sont aujourd’hui bien implantées en histoire de l’art. En revanche les travaux sur la place, le rôle et la participation des femmes à l’administration et l’organisation des musées, à la muséologie et la muséographie, ou à la médiation et à la transmission muséale, sont peu nombreux, du moins en France. Pourtant, depuis les années 1990, quelques travaux ont permis de relire l’histoire des musées au prisme du genre, c’est-à-dire en considérant la construction culturelle et sociale des identités masculines et féminines, et leurs « multitudes » identitaires (sociales, sexuelles et raciales). Qu’ils développent un point de vue historique ou plus contemporain, qu’il s’agisse de cas d’études, d’expériences personnelles ou d’analyses globales, ces travaux ont permis de déplacer la focale, de renouveler notre regard sur une muséologie longtemps androcentrée et hétéronormée. Pensons à l’ouvrage pionnier de Jane R. Glaser et Artemis Zenetou (Glaser, Zenetou, 1994), à celui d’Amy Levin (Levin, 2010) envisageant selon une perspective genrée les pratiques muséales et curatoriales, ou à celui de Gail Lee Dubrow et Jennifer Goodman qui focalise son attention sur les Américaines ayant contribué à la préservation, la restauration et la visibilité du patrimoine matériel ou immatériel de leur pays (musées, bibliothèques, sites naturels…) (Dubrow, Goodman, 2003). Plus près de nous, l’article de Bernadette Dufrêne intitulé « La place des femmes dans le patrimoine », faisant suite à un rapport du Sénat plutôt alarmant, a permis d’attirer l’attention sur un paradoxe profond : celui fondé sur une surreprésentation des femmes dans les formations au patrimoine et, a contrario, leur sous-représentation à des postes de direction une fois entrées en activité dans ce même domaine (Dufrêne, 2014).

Continuer la lecture de Appel à publication : « Musées au prisme du genre » (jusqu’au 15 septembre 2016)

Appel à communication : « European Art and Identity » (jusqu’au 4 avril 2016)

 

EUROACADEMIA-CONFERENCE-LOGO

Nice, Côte d’Azur, France, May 20 – 21, 2016
Deadline: Apr 4, 2016

Call for Papers for the Panel
European Art and Identity

As part of 6th Euroacademia International Conference
Europe Inside-Out: Europe and Europeanness Exposed to Plural Observers

European Art and Identity

Continuer la lecture de Appel à communication : « European Art and Identity » (jusqu’au 4 avril 2016)

Appel à publication : « L’Homme-machine », revue ‘L’Homme et la société’ (jusqu’au 15 septembre 2016)

robot1

 

L’Homme-machine : Proposé par Olivier Dard, Camille Dupuy, Michel Kail, Florent Le Bot & Cédric Perrin.

Le thème de la machine, de l’automation/automatisation, du robot, voire de l’homme augmenté et du transhumanisme nous semble devoir être repris à l’aube du XXIe siècle, à l’heure où ces problématiques, et singulièrement le transhumanisme, sont présentées par certains comme de nouveaux enjeux. Alors que l’on a décrit ces processus comme déshumanisants (source d’un « travail en miettes » par exemple), ils constitueraient au contraire aujourd’hui une panacée et sont pensés sous un jour positif. Nous proposons de discuter de ces thématiques et d’en réexplorer les enjeux et les effets sur l’Homme.

Continuer la lecture de Appel à publication : « L’Homme-machine », revue ‘L’Homme et la société’ (jusqu’au 15 septembre 2016)

Appel à communication : « La Mort en Europe du XVIIe au XXIe siècle » (jusqu’au 16 mars 2016)

Carlos Schwabe, La Mort et le fossoyeur, 1900

Appel à communication : « La Mort en Europe du XVIIe au XXIe siècle »

Poitiers, 20 avril 2016

Pour la cinquième année consécutive, les doctorants de première année du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Arts et Musicologie de l’université de Poitiers, organisent une journée d’études dans la lignée des travaux du laboratoire. Après des journées d’études et colloques organisés autour de la guerre, des reliques politiques et de la violence, il semble important de s’intéresser à la mort, qui se situe à l’intersection de ces derniers thèmes.

Selon le philosophe Ludwig Wittgenstein, « la mort n’est pas un élément de la vie. La mort ne peut être vécue ». Pourtant, si la vérité concrète de la mort échappe à la personne vivante ou moribonde, la mort est bien un élément récurrent du monde vivant comme idée abstraite. Quel que soit l’espace culturel et l’époque étudiée, l’Homme entretient un rapport étroit avec la mort. Elle est la pierre angulaire de nombreuses réflexions philosophiques, de postures sociales, de fantasmes et de croyances (L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, 1988). La mort effraye et attriste. Elle interpelle constamment l’individu et le collectif. Quand elle ne les frappe pas directement, elle agit sur eux à travers la mémoire (deuil, tombes, pratiques, objets et œuvres commémoratifs etc.).

La mort est un silence qu’il faut rompre avec des mots, signes, images, symboles. Face à la mort, l’Homme se donne pour but rassurant de « sémantiser l’absurde » (L.-V. Thomas, J.-D. Urbain, La société de conservation…, 1978). En somme, elle est un point de réflexion sur la vie même. Paradoxalement, la mort peut également être un objet de plaisir cathartique (histoires morbides, films d’horreur) ou d’évocations ironiques (chez les expressionnistes entre autres). Réceptacle des conceptions morales, des perceptions culturelles et idéologiques ainsi que des réalités sociales de chaque époque, le rapport à la mort est un objet d’étude essentiel dans l’histoire des mentalités (M. Vovelle, La mort et l’Occident…, 1983). Les arts, les pratiques discursives, les écrits scientifiques, philosophiques ou religieux ainsi que les rites mortuaires forment un ensemble de témoins qu’il s’agit d’étudier et de mettre en perspective (A. Carol & I. Renaudet, La mort à l’œuvre…, 2013).

Continuer la lecture de Appel à communication : « La Mort en Europe du XVIIe au XXIe siècle » (jusqu’au 16 mars 2016)

Appel à publication : « Rêver au XIXe siècle », revue Romantisme, 2017, n°4 (juqu’au 15 septembre 2016)

Félix Auvray Le rêve d’Enée, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

Même si l’on peut identifier les prémisses de cette position au siècle précédent, c’est sans doute une nouveauté propre au XIXsiècle que de vouloir démystifier tous les rêves. La distinction entre rêves ordinaires naturels et rêves extraordinaires, telle qu’avaient pu l’accréditer plusieurs traditions dans des registres variés (religieuses, onirocritiques, populaires, poétiques…) est remise en cause. Rêve et songedeviennent en français des substantifs synonymes tandis que les verbes songer et rêver se chargent de sens différents : rêver renverrait dès lors principalement aux visions et aux voix de la nuit ; songer et penser tendraient à se rapprocher. Ce nouveau partage terminologique est lié à un mouvement de sécularisation et de naturalisation qui identifie rêves et songes sous le signe d’une même activité, banale, du corps et de l’esprit, qualifiée d’involontaire, d’automatique, d’inconsciente ou de subconsciente au cours du siècle, tournée dans l’ensemble vers le passé plus que vers l’avenir, et en tous les cas sans caractère surnaturel ou extra-naturel.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Rêver au XIXe siècle », revue Romantisme, 2017, n°4 (juqu’au 15 septembre 2016)

Appel à publication : « Extra-terrestre », Image re-vues (jusqu’au 30 juin 2016)

Extra-terrestres

« Bien qu’il puisse paraître que, dans un tel sujet, il n’y ait aucune limite nécessaire au libre essor de l’imagination ;
que, lorsqu’il s’agit de définir les propriétés des habitants des mondes lointains, on ait le droit de lâcher la bride à la fantaisie,
avec plus d’abandon même que le peintre qui veut figurer les plantes et les animaux de terres inconnues, et que tout ce qu’on voudra
penser de ces habitants  ne puisse être ni démontré ni contredit ;
pourtant faut-il avouer que, de la distance des astres au Soleil, naissent certains rapports qui exercent une influence essentielle sur
les facultés des êtres pensants qui y sont placés […]
[1].

Continuer la lecture de Appel à publication : « Extra-terrestre », Image re-vues (jusqu’au 30 juin 2016)

Appel à publication : « Le portrait au XIXe siècle », revue Romantisme (jusqu’au 30 juin 2016)

Appel à publication : ARTis ON – Art History Journal, No 4 (jusqu’au 15 juin 2016)

 

Capture d’écran 2016-03-12 à 12.34.25

Deadline: Jun 15, 2016

The new journal online ARTis ON by the ARTIS – Institute of History of Art from the School of Arts and Humanities of the University of Lisbon is organizing a new issue dedicated to the question Medium/Post-medium oscillations in contemporary art.

Continuer la lecture de Appel à publication : ARTis ON – Art History Journal, No 4 (jusqu’au 15 juin 2016)

Appel à publication : « Cahiers Masson » (jusqu’au 15 avril 2016)

logo

Les Éditions les Cahiers publient des cahiers d’auteurs sur Louis Aragon, Antonin Artaud, Georges Bataille, Michel Leiris et Laure (Colette Peignot). Chaque numéro rassemble une pluralité inédite d’études, d’entretiens, de témoignages, d’hommages, de textes littéraires et de documents iconographiques. Les horizons divers de ses contributeurs offrent une lecture croisée de l’auteur et de son œuvre comme de leur héritage dans la réflexion et la création contemporaines.

Elles lancent aujourd’hui un appel à contribution pour le numéro premier d’une série de cahiers consacrés au peintre André Masson : les Cahiers Masson

Tous les textes et documents créatifs inédits susceptibles de donner une lecture actuelle de l’œuvre, des écrits, de la personnalité intellectuelle d’André Masson (études, notes, hommages, témoignages, textes littéraires, peintures, sérigraphies, photographies…) seront examinés par le comité de lecture. Le choix du sujet est libre, mais les études et les notes devront respecter la norme des travaux de recherche et d’érudition.

Continuer la lecture de Appel à publication : « Cahiers Masson » (jusqu’au 15 avril 2016)