Pique nique de fin d’année 19-20, Parc de la Villette, 22 juin 2017

L’association doctorale 19-20 est heureuse de vous convier à son dernier événement de l’année universitaire : un pique-nique au parc de la Villette le jeudi 22 juin à partir de 19h.

Le point de rendez-vous est fixé près de la Bicyclette ensevelie de Claes Oldenburg et de Coosje Van Bruggen.

Venez avec vos amis/es doctorants/es ou toutes personnes intéressées par les activités de 19-20 pour partager de bonnes choses à boire et à manger.

Nous espérons vous retrouver toujours plus nombreux et nombreuses,

Camille, Chiara, Émeline, Hakima, Marion, et Ségolène

Appel à publication : « Cacher / Concealing » (jusqu’au 15 juin 2017)

Date de soumission des propositions : 15 juin 2017
Annonce des résultats de la sélection des propositions : fin juillet 2017
Date de remise des articles : 31 octobre 2017
Publication des textes retenus par le comité de rédaction : mars 2018

 

Ce numéro d’Intermédialités propose d’examiner la relation dynamique entre formes de dissimulation et formes de détection. Sa prémisse est que le domaine du caché, et la façon de (se) cacher, se construisent en synergie avec les manières de percevoir, d’interpréter, de juger et de capter propres à un contexte et à une époque donnée. La dissimulation est une stratégie répondant à de multiples besoins : protéger ce qui est sensible, conserver un avantage stratégique, duper, éviter la réprobation sociale ou les sanctions. Les stratégies employées sont tout aussi diverses. Elles peuvent consister à rendre invisible (camouflage), à obscurcir (créer de la confusion, détourner l’attention), à donner à voir quelque chose pour mieux masquer l’essentiel (déguisement, stéganographie, illusion d’optique) ou encore à protéger l’accès (cryptographie, censure et auto-censure). Celui ou celle qui cherche à dévoiler ce qui est caché pourra également dissimuler les moyens de son observation. Chaque nouveau stratagème de dissimulation engendre un nouvel arsenal de détection, générant en retour de nouvelles formes de dissimulation. Ainsi, les arts de la dissimulation évoluent en fonction de l’avancée des techniques, mais aussi en fonction de l’évolution des normes sociales et des rapports de pouvoir. C’est cet agencement de capacités, mettant en jeu des modalités de connaissance sensible du monde et des stratégies de dérobement, que nous invitons à explorer sous l’angle de leur co-constitution.

Le cas du camouflage militaire est exemplaire de ce rapport d’adaptation mutuelle. Durant la Première Guerre mondiale, des artistes camoufleurs de la Royal Academy of Arts de Londres ont repeint la flotte de navires anglais avec des motifs zébrés et colorés. Tirant parti du progrès des connaissances zoologiques et des innovations formelles de l’art moderne, ce camouflage disruptif (dazzle painting) visait non pas à rendre les bateaux invisibles, mais plutôt à entraver le fonctionnement des appareils de vision (télémètres et périscopes) qui permettaient de calculer la trajectoire des navires. Avec l’arrivée de nouveaux moyens de détection (radar, développement de l’aviation) au cours des années suivantes, cette technique devint obsolète. De nouvelles stratégies de camouflage au sol furent développées pour tromper la vue aérienne des pilotes d’avion (fausses trames urbaines, campagnes factices, installations souterraines), elles-mêmes contrecarrées par le perfectionnement des instruments de navigation et de détection aérienne.

Plus largement, on peut considérer la dissimulation comme un vecteur central dans la composition des sphères privées et publiques. Le monde contemporain est traversé par des logiques (en apparence) contradictoires, où l’hypervisibilité médiatique croise les théories du complot et leur croyance en une vérité cachée, elles-mêmes alimentées par l’opacité des infrastructures techniques et financières. L’environnement numérique, façonné par les données massives et le perfectionnement des algorithmes, a multiplié les possibilités de détection des identités et des comportements (Lyon, 2015). Elles ont suscité une résistance au profilage et à la surveillance, faisant largement usage de pseudonymes, de systèmes d’encryption des messages, mais aussi de masques, de maquillage et de vêtements disruptifs visant à berner les caméras de surveillance et autres logiciels de reconnaissance faciale. Les récents développements de la cryptographie ont par ailleurs donné naissance aux crypto-monnaies (bitcoin), nouvel outil d’occultation des transactions financières, ajouté aux manœuvres des sociétés-écrans. Certaines infrastructures tendent aussi à se soustraire à la vue, pour pallier à leur manque d’acceptabilité sociale : Lisa Parks (2010, 2012) a notamment documenté comment des tours de communication cellulaire sont déguisées en palmiers, cactus géants ou mâts de drapeaux nationaux. L’enfouissement est une autre stratégie pour faire disparaître de la vue des infrastructures jugées dérangeantes, tels les réseaux de pylônes électriques, mais aussi les ordures ménagères et les déchets industriels. Dans l’espace urbain, ce sont les signes de la pauvreté que l’on cherche souvent à cacher, notamment de la vue des touristes. En prévision des Jeux olympiques de Rio, un mur coloré fut construit le long de la route de l’aéroport, officiellement pour protéger du bruit les favelas de Maré, de fait commodément dissimulées.

L’intime et le politique se côtoient dans la dimension cachée des rapports sociaux, dans les corps voilés qui se dérobent à la vue, dans le refoulement des affects. Au cœur des processus d’individuation et de socialisation, le secret joue un rôle essentiel tant dans la formation de la psyché que dans la vie collective (Simmel, 1906). Il crée la possibilité d’un monde parallèle, celui du sacré ou de l’occulte, des arcanes politico-administratives et des sociétés secrètes, qui s’organisent et se transforment en fonction des chances d’être révélés. Et c’est la tension entre volonté de cacher et de révéler qui permet de comprendre avec le plus d’acuité comment s’instaurent les luttes d’agentivité, animées par des rapports d’anticipation mutuelle. Le détective Dupin, dans La lettre volée (Edgar Allan Poe, 1844) reproche aux policiers de ne voir « que leurs propres idées ingénieuses […], quand ils cherchent quelque chose de caché, ils ne pensent qu’aux moyens dont ils se seraient servis pour le cacher ». Or « le ministre, pour cacher sa lettre, avait eu recours à l’expédient le plus ingénieux du monde, le plus large, qui était de ne pas même essayer de la cacher ». Inspiré par cette nouvelle de Poe, Lacan en a tiré dans son « Séminaire sur la Lettre volée » (1966) une réflexion sur la vérité, le réel, le symbolique et l’inconscient, dans lequel il avance que « ce qui est caché n’est jamais que ce qui manque à sa place ». Derrida, dans Le Facteur de vérité (1980), en propose une critique, interrogeant le « déchiffrement psychanalytique » à travers la métaphore de « ». Posant une équation entre voile, texte et tissu, il suggère que la même étoffe cache et montre à la fois. Ce rapport entre surface visible et « doublure d’invisible » (Merleau-Ponty, 1964) pose une visibilité située par rapport à un arrière-plan « l’une [étant] un objet quotidien d’inquiétude pour l’autre » (Larkin, 2013, p. 336). D’ailleurs, lorsqu’on prend conscience de cet arrière-plan, c’est souvent parce que cette architecture invisible s’écroule, secouant la torpeur de l’oubli. On se souvient de la matérialité du réseau internet lorsqu’il défaille. Et lorsqu’une duperie est révélée, écrit Erving Goffman (1977), le cadre de la machination s’effondre pour laisser place au cadre primaire de l’interaction sociale. Quant au dévoilement de l’idéologie, dans la tradition marxiste, elle expose au grand jour la duplicité des apparences, la vie séparée et aliénée créée par le spectacle de la marchandise (Debord, 1967).

Ce numéro spécial vise des contributions qui interrogent la composition des rapports entre dissimulation et détection, en les resituant dans un contexte social, culturel et technique en évolution.

– En quoi les pratiques, arts et techniques de la dissimulation participent-ils à la formation des sphères privées et publiques ?
– Quels rapports de pouvoir sont à l’œuvre dans cette relation ?
– Quelles occasions révèlent l’infrastructure cachée de l’environnement numérique, de l’espace urbain, du champ économique et politique ?
– Et dans quelle mesure les métaphores de voilement/dévoilement, chiffrement/déchiffrement, visibilité/invisibilité, dispersion/captation permettent-elles de comprendre la dimension cachée de la vie sociale ?

Dans le cadre d’une réflexion sur l’intermédialité, nous invitons les auteur.es à penser les formes de cette relation sous l’angle des médiations matérielles et symboliques qui les constituent. Les contributions pourront adopter soit un angle historique, pour éclairer les milieux de développement de ces formes, ou bien s’attacher à comprendre les logiques, tensions et paradoxes du monde contemporain.

Appel à publication en français et en anglais

Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques est une revue scientifique biannuelle qui publie en français et en anglais des articles évalués de façon anonyme par les pairs. Les propositions de contribution (700 mots max.) pourront être écrites en anglais ou en français. Elles devront être envoyées aux adresses suivantes :

Nathalie Casemajor [Nathalie.Casemajor@ucs.inrs.ca]
Sophie Toupin [sophie.toupin@mail.mcgill.ca]

Les articles définitifs devront avoisiner les 6 000 mots (40 000 caractères espaces compris) et pourront comporter des illustrations (sonores, visuelles, fixes ou animées) dont l’auteur de l’article aura pris soin de demander les droits de publication.

Il est demandé aux auteurs d’adopter les normes du protocole de rédaction de la revue disponible à l’adresse suivante :
[FR] http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/protocole-de-redaction.pdf
[EN] http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/submission-guidelines.pdf

Pour de plus amples informations sur la revue, consultez les numéros accessibles en ligne sur la plateforme Érudit:
http://www.erudit.org/fr/revues/im/

Bibliographie

Andrea Mubi Brighenti et Alessandro Castelli, « Social Camouflage; Functions, Logic, Paradoxes », Distinktion: Journal of Social Theory, vol. 17, no 2, 2016, p. 228-249.

Roger Caillois et John Shepley, « Mimicry and Legendary Psychasthenia », October, vol. 31,1984, p. 17-32.

Guy Debord, La société du spectacle [1967], Paris, Gallimard, 1992.

Jacques Derrida, « Le Facteur de la vérité », La carte postale : De Socrate à Freud et au-delà [1980], Flammarion, 2014, p. 399–471.

John Durham Peters, The Marvelous Cloud: Towards a Philosophy of Elemental Media, Chicago, The University of Chicago Press, 2015.

Peter Forbes, Dazzled and Deceived: Mimicry and Camouflage, New Haven, Yale University Press, 2009.

Isla Forsyth, « Designs on the Desert: Camouflage, Deception and the Militarization of Space », Cultural Geographies, vol.  21, no 2, 2014, p. 247-265.

Erving Goffman, Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press, 1986 [1977].

Henrietta Goodden, Camouflage and Art: Design for Deception in World War 2, London, Unicorn Press, 2007.

Jacques Lacan, « Séminaire sur la lettre volée », Écrits, vol. 1, Paris, Éditions du Seuil, 1966.

Brian Larkin, « The Politics and Poetics of Infrastructure », Annual Review of Anthropology, vol. 42, 2013, p. 327-343.

David Lyon, Surveillance after Snowden, Cambridge, Polity, 2015.

Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, suivi de notes de travail, Claude Lefort (ed.), Paris, Gallimard, 1964.

Ginette Michaud, Tenir au secret (Derrida, Blanchot), Paris, Galilée, 2006.

Lisa Parks, « Around the Antenna Tree: the Politics of Infrastructural Visibility », Flow Journal, 2010, https://www.flowjournal.org/2010/03/flow-favorites-around-the-antenna-tree-the-politics-of-infrastructural-visibilitylisa-parks-uc-santa-barbara/ (accédé le 20 mars 2017).

Lisa Parks, « Technostruggle and the Satellite Dish: a Populist Approach to Infrastructure », dans Goran Bolin (dir.), Cultural Technologies: The Shaping of Culture in Media and Society, London, Routledge, 2012, p. 64-84.

Edgar Allan Poe, « La Lettre volée », Histoires Extraordinaires [1856], Charles Baudelaire (tr.), Paris, Michel Lévy frères, 1869, p. 93-124.

Lone Riisgaard et Bjørn Thomassen, « Powers of the Mask: Political Subjectivation and Rites of Participation in Local-Global Protest », Theory, Culture, Society, vol. 33, no 6, 2016, p. 75–98.

Hanna Rose Shell, Hide and Seek: Camouflage, Photography, and the Media of Reconnaissance, Cambridge, MIT Press, 2012.

Georg Simmel, « The Sociology of Secrecy and of the Secret Societies », American Journal of Sociology, 1906, vol. 11, p. 441–498.

Nicole Starosielski, The Undersea Network, Durham, Duke University Press, 2015.

Kurt H Wolff, « The Secret and the Secret Society », dans The Sociology of Georg Simmel. Glencoe, The Free Press, 1950, p. 301-378.

Appel à communication : « Art & Activism: Resilience Techniques in Times of Crisis » (jusqu’au 31 mai 2017)

Dates et lieu du colloque : 13-15 décembre, Leyde.

Hosted by the Research Center for Material Culture of the Volkenkunde Museum (National Museum of World Cultures)

Abstracts due: 31 May 2017 (300 words + bibliography of 3-5 key sources + short bio note). Notification by: 1 July 2017

Send to: artandactivismcon@gmail.com

Confirmed Keynotes:
T.J. Demos (University of California Santa Cruz) and Susan Cahan (Yale University)

The conference Art & Activism aims to understand the force of art to engage and express political sentiment. At the heart of any art that can be called activist is a firm revolutionary belief in the possibility of societies reforming and improving. Behind its obvious involvement with present issues and concerns, activist art is always oriented to shaping an ameliorated future. This public role is not uncontested. The arts are (perpetually) under attack. A sense of crisis, moreover, is widely felt among contemporary artists and activists, who experience precarity, marginalization, and vulnerability on a daily basis and may put their bodies on the line. The idea of crisis, both in the arts and in society, has been widely articulated by scholars and critics. This interdisciplinary conference aims to create a space in which participants from scholarly, artistic and activist backgrounds can learn from and collaborate on a horizontal plane.

It specifically invites contributions that scrutinize, assess and critique resilience techniques; technologies, technics and tools developed by individuals and groups in the form of material and/or knowledge practices that are developed to cope with (structural) crises. Resilience articulates more than simply a state of being, faculty or habit; it refers to an active ability to rebound and spring back from deforming forces, to recompose oneself and rebuild what has been destroyed or put under pressure. When we argue that the arts can contribute to and help build up civil and political resilience, resilience also points towards an element of civil, aesthetic and political ‘elasticity’.  The arts are a site where activist strategies and techniques can be developed and performed by fostering the imagination into new modes to “resist!” but also to “persist!”

List of possible topics:

  • Why have there been no great [x] artists? The legacy of feminist art historical critique in an intersectional and transnational framework
  • A Resilience Studies? Resilience in the context of shock and disaster capitalism in (post)modernity; Relational resilience as “supported vulnerability” (Judith V. Jordan); Artistic research into resilience techniques (somatechnics)
  • Affective politics: Artistic and cultural practices of reparations, reconciliation and redressive gestures; Infrastructures of Feeling (Raymond Williams); Cruel Optimism and Intimate Publics (Lauren Berlant)
  • Whose lives matter? Material practices of collecting in the scope of colonialism and war with attention to bio- and necropolitics in art world wide
  • Structural inequality in the arts industrial complex; Genealogies of particular social movements and artistic movements working together

We particularly encourage attention to the resilient voices in the “subaltern discourses” of Indigenous, Protest and Anti-globalization Practices; Post-Black Art; Bio-Art; Disability Arts; Trans* Cultural Production, and Migrant Aesthetics.

N.B. The conference venue is equipped for ramps and an elevator for people with mobility issues, wheelchair users, and equipment for visually impaired people. Sign language interpreters can be requested with at least one-month notice.

The conference program will run from Wednesday afternoon to Friday afternoon to accommodate those who need to travel to Leiden.

Registration fee for 3 days: €60,- (regular), €15,- (unwaged/students)

Conference organizers: Eliza Steinbock, Bram Ieven, Rob Zwijnenberg, Kitty Zijlmans(Leiden University Center for the Arts in Society) and Marijke de Valck (Utrecht University) with Mir Marinus (research assistant) and Ángela Caceres Tena, Marta García (interns)

Advisory board: Wayne Modest (Research Center for Material Culture, Free University Amsterdam), Janneke Wesseling (Leiden Academy of Creative and Performing Arts), Eugene van Erven (Utrecht University ), Jeroen de Kloet (University of Amsterdam)

 

Appel à communication : « L’Image consommée : excès, limites et transformations » (jusqu’au 26 mai 2017)

Dates et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017, Montréal, Université de Montréal

Dans l’introduction de son essai Le destin des images (2003), Jacques Rancière analyse les significations et transformations contemporaines des images, en se demandant s’il « n’y a pas, sous le même nom d’image, plusieurs fonctions dont l’ajustement problématique constitue le travail de l’art ? ». Face à l’hétérogénéité et la prolifération des formes visuelles qui ne peuvent être quantifiées ou étudiées dans leur totalité, la question du « comment » s’impose. De quelle(s) manières nous approprions-nous les images que nous regardons ? Quels types de rapports ou de réponses artistiques sont générés? Dans le sillage de cette réflexion, la cinquième édition du colloque Arts et médias de l’Université de Montréal invite ses participants à se questionner sur les liens qui se nouent entre les images de l’art et les pratiques de consommation qui les caractérisent, dans les domaines de l’histoire de l’art, des études cinématographiques et du jeu vidéo.

Continuer la lecture de Appel à communication : « L’Image consommée : excès, limites et transformations » (jusqu’au 26 mai 2017)

Colloque : « L’invention photographique du Caire historique : jalons, raisons, leçons » (Paris, INHA, 17 mai 2017)

Date et lieu du colloque : le 17 mai 2017 de 10h à 18h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

À l’occasion de la présentation en salle Roberto Longhi, du 21 avril au 8 juillet 2017, de l’exposition consacrée aux vues du Caire du photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895), ce colloque se propose de revenir sur les multiples entreprises photographiques qui se sont vouées à l’inventaire des richesses artistiques du Caire ancien par le biais du nouveau medium. La photographie topographique n’est certes  pas née au Caire, mais la cité des Fatimides et des Mamelouks en a été l’une des grandes capitales, aux côtés de Rome ou de Paris. Cette riche iconographie aurait par là-même contribué à la « médiévalisation » de la ville dans les représentations contemporaines, c’est-à-dire à la fixation d’un stéréotype visuel éloigné de la réalité urbaine de la capitale égyptienne. Outre la théorie critique, l’archéologie s’est également intéressée à ces images pour documenter l’histoire des bâtiments photographiés. Plus rares sont les travaux dédiés à l’histoire même de ces corpus visuels, à leurs modes de constitution et de diffusion. La rencontre ambitionne de revenir sur quelques grands jalons et raisons de ces opérations de photographie topographique, que la motivation en ait été commerciale, documentaire, artistique ou architecturale. Elle s’intéressera à la circulation des images produites ainsi qu’à leurs usages, de la création architecturale ou ornementale à l’édition de livres illustrés. Elle évoquera enfin les enseignements que peut livrer aujourd’hui cette imagerie historique sur la physionomie architecturale et urbaine du Caire historique et sur sa vie sociale.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Intervenants

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Dina Bakhoum (université Panthéon-Sorbonne et AUC, Le Caire)
  • Thomas Cazentre (Bnf)
  • Jérôme Delatour (INHA)
  • Ezio Godoli (Università degli Studi di Firenze, Florence)
  • Ella Ravilious (V&A, Londres)
  • Estelle Sohier (université de Genève)
  • Harald R. Stühlinger (ETH, Zurich)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Comité scientifique

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Pour en savoir plus

Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Dates et lieux du colloque : 8-12 mai 2017, Genève, Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCO) et Université de Genève

La XVe École de Printemps organisée par le Réseau International de Formation en Histoire de l’Art, se déroulera à l’Université de Genève du 8 au 12 mai 2017 et portera sur l’imagination. L’École permettra aux doctorants et post-doctorants de spécialisations et d’horizons divers de partager leurs recherches, leurs approches et leurs expériences dans un forum au cours duquel ils coopèreront avec des chercheurs avancés. Les programmes des précédentes Écoles de Printemps se trouvent sur le site www.proartibus.net.

PROGRAMME  Continuer la lecture de Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Journée d’études : « Littérature, peinture, danse XVIIIe-XXe s.», (Paris, Université Sorbonne Nouvelle, 22 mai 2017)

Date et lieu de la journée d’études :

Lundi 22 mai 2017

Paris, Université Sorbonne Nouvelle, site Censier (13, rue Santeuil), salle 410 (au 4e étage du bâtiment A)

Organisée par : Nathalie Kremer (Université Sorbonne Nouvelle) & Edward Nye (Oxford, Lincoln College)

Littérature, peinture, danse, musique, statuaire : à première vue, cette journée d’études rassemble des propos hybrides, où l’on perçoit mal une unité  thématique autre que celle de la diversité des genres artistiques. S’ajoute à cela la large – trop large ? – périodicité qui s’étend sur deux siècles, du XVIIIe au XXe siècle. Cette hétérogénéité s’écarte clairement de l’usage qui veut que les rencontres scientifiques soient centrées sur des sujets très précis, éclairés sous toutes leurs facettes grâce à l’ensemble des études rassemblées.

C’est pourtant bien cette diversité que les organisateurs ont recherchée dès le lancement de l’appel à contributions à cette journée. Il s’agit en effet de tâcher de comprendre la spécificité d’un art en particulier, la danse, dans toute sa richesse générique et structurelle, à partir de la multiplicité des éclairages qu’on peut en proposer. En effet, en s’interdisant de se limiter à une seule période précise de l’histoire et en privilégiant le rapport interartistique entre la danse et les autres arts, les organisateurs ont voulu aborder de front à la fois l’historicité d’un art, dans son développement du XVIIIe au XXe siècle, et le propre du genre, dans ce qu’il a de spécifique par rapport aux autres arts.

La question qui sous-tend l’ensemble est, plus précisément, comment le paradigme de l’imitation encore en cours au XVIIIe siècle a pu générer une approche esthétique moderne. La séance « Modernité de l’imitation » interroge directement cette question, en étudiant le passage d’une esthétique imitative à moderne. Parallèlement, on se demandera si l’on peut appréhender la danse sans prendre en compte les autres arts dans leur différence générique. En effet, la danse ne s’est pas constituée de manière autonome, mais toujours en rapport avec la musique et l’art dramatique. Le partage théorique lessingien entre arts de la parole et arts plastiques est ainsi mis à mal par la pratique, et c’est bien là l’enjeu qui sous-tend la séance « Quand les arts entrent en scène », où est définie la spécificité d’une esthétique imitative face à celle d’une esthétique moderne.

Cette question de la spécificité de l’art est-elle toutefois séparable de la réception des œuvres ? La première séance de la journée, qui interroge les différentes façons de « libérer l’image » porte sur l’usage des arts, au sens large de l’effet émotif que l’œuvre produit sur le récepteur, autant que du libre investissement sémantique de l’œuvre par celui-ci. À travers les exemples de la redéfinition de la musique au XVIIIe siècle, ou des statuettes-portraits de danseuses au XIXe qui concourent à créer des légendes, les arts se ‘libèrent’ d’un fonctionnement imagé. D’autre part, le rapport interartistique ne concerne pas seulement la réception, il peut aussi, de manière significative, déterminer le pôle de la création littéraire lorsqu’elle se nourrit explicitement du « détour par la danse », comme le mettra en lumière la dernière séance de la journée.

Entre imitation et expression, c’est donc bien la spécificité de l’art de la danse qui sera interrogée, tant à travers le rapport interartistique qu’à travers son développement historique. Tout le propos de la journée, en somme, sera de se demander de quoi est capable la danse…

Programme :

Continuer la lecture de Journée d’études : « Littérature, peinture, danse XVIIIe-XXe s.», (Paris, Université Sorbonne Nouvelle, 22 mai 2017)

Colloque : « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui. Une invention européenne » (Paris, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque polonaise, Inalco, 12-13 mai 2017)

Dates et lieux du colloque :

Vendredi 12 mai : – matin (9h-13h) : Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris

-après-midi (15h-19h30) : Bibliothèque polonaise (6, quai d’Orléans, 75004 Paris)

Samedi 13 mai (9h-19h30) : Inalco, Amphi 5 (65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris)

Le dernier film d’Andrzej Wajda, Les fleurs bleues (2016), dédié à la figure de Władysław Strzemiński, invite à s’interroger sur le destin des avant-gardes artistiques. Que sont- elles devenues près d’un siècle plus tard ? Les mots « futurisme » ou « constructivisme» signifient-ils encore quelque chose pour nous ?

Organisé dans le cadre de 2017, Année des avant-gardes en Pologne, associé à des expositions ou à des présentations en ligne, ce colloque se donne pour objectif d’articuler les rappels historiques à une réflexion sur la dynamique conceptuelle d’œuvres et d’idées dont on interrogera les prolongements possibles à notre époque.

Nos débats seront l’occasion d’évoquer les grandes figures centre-européennes de ce mouvement, mais aussi d’explorer les liens entre avant-gardes et «modernisme» et leurs correspondances avec les arts, c’est-à-dire la pluralité des supports employés par des artistes avides de faire correspondre leur pratique aux mutations de notre monde.

Comité scientifique :

Piotr BIŁOS
Maria DELAPERRIERE Agnieszka KARPOWICZ Pawel RODAK Catherine SERVANT

Nous remercions le Musée d’Art de Lódź de nous avoir aimablement autorisés à reproduire sur notre programme l’œuvre de Henryk Berlewi Mechanofaktura biało-czerwono-czarna, 1924.

Continuer la lecture de Colloque : « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui. Une invention européenne » (Paris, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque polonaise, Inalco, 12-13 mai 2017)

Appel à communication : « Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950 » (jusqu’au 15 mai 2017)

Bernard Buffet, Portrait de Jacqueline Delubac, 1955, Lyon, musée des Beaux-Arts

Dates des journées d’étude : 15 – 16 septembre 2017
Responsables scientifiques : Philippe Dagen et Catherine Wermester, HiCSA

« …on me traite au mieux comme un monument » (Otto Dix, 1951)
Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950

Continuer la lecture de Appel à communication : « Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950 » (jusqu’au 15 mai 2017)

Appel à communication : « « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XIXe siècles). » (jusqu’au 15 mai 2017)

Date et lieu de la journée d’études : 22 septembre 2017, Université Bordeaux Montaigne.

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ? Continuer la lecture de Appel à communication : « « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XIXe siècles). » (jusqu’au 15 mai 2017)

Colloque international : « Dakar : scènes, acteurs et décors artistiques. Reconfigurations locales et globales ? » (27-28 avril 2017, Paris, INHA, salle Vasari) 

Dates et lieu du colloque : 27-28 avril 2017, salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (2 rue Vivienne, 75002 Paris)

L’objet du colloque est d’interroger les pratiques des artistes à Dakar face aux questions soulevées par la globalisation, de scruter leur rapport au public ainsi qu’à la ville, conçue comme un carrefour stratégique. Son ambition est d’ouvrir de nouveaux territoires aux investigations tant sociologiques, économiques,
politiques qu’esthétiques (simultanément ou séparément), d’identifier de nouveaux paradigmes pour avancer une réflexion critique relativement aux expositions, aux institutions, aux discours artistiques mais aussi aux acteurs qui concourent aux manifestations artistiques (créateurs, critiques d’art, journalistes, commissaires d’expositions…). Autant d’interventions qui ont des implications dans la réception de l’art contemporain caractérisée par des modes ritualisés d’exposition ; l’extraordinaire développement des biennales et des cultures spécifiques qui leur sont associées ; la professionnalisation continue du métier de commissaire d’exposition que revendique l’artiste lui-même. Continuer la lecture de Colloque international : « Dakar : scènes, acteurs et décors artistiques. Reconfigurations locales et globales ? » (27-28 avril 2017, Paris, INHA, salle Vasari) 

Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Dates et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017, Université de Lausanne.

Ce colloque entend réunir des contributions qui abordent l’histoire de la photographie avant tout comme l’histoire de la collecte, du traitement et de la production de vastes ensembles de données visuelles. Que peut-on apprendre d’une approche de la photographie qui ne la réduise ni aux seules pratiques artistiques ou amateurs, ni à des ensembles limités d’images individuelles, mais l’envisage comme une technologie de l’information ? Que peut-elle apporter aux recherches actuelles menées sur les dimensions scientifiques et pédagogiques du médium ?

Argumentaire

Continuer la lecture de Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Cycle de rencontres entre historien-n-e-s et artistes : « Matérialismes à l’oeuvre », ENS/BAL, (19 janvier au 22 juin 2017, le BAL, Paris)

Cycle organisé par L’École normale supérieure et le BAL

DU 19 JANVIER AU 22 JUIN

Amy Greenfield, Element (still), 1973

Dans la continuité du cycle « Marx en scène » en 2016, l’École normale supérieure (ENS) et LE BAL s’associent de nouveau pour un cycle de débats-projections consacrés aux multiples approches matérialistes de la création artistique : comment les artistes travaillent-ils la matière photochimique ou numérique de l’image ? Comment représenter l’invisible ? Peut-on donner corps à l’immatériel des flux financiers, de la radioactivité, des connexions numériques et autres clouds ? Comment matérialiser le corps marchandise ?

Les débats exploreront les imaginaires développés autour de la matière dans tous ses états : de l’idéologie de la dématérialisation au mythe du Golem, jusqu’aux représentations de la catastrophe de Fukushima.

Cycle conçu par Ada Ackerman et Antonio Somaini, avec le soutien des unités de recherche THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité – CNRS) et LIRA (Laboratoire international de recherches en arts – université Paris III) et la collaboration de Mariya Nikiforova (LightCone).

Programme (sous réserve de modification) :

Continuer la lecture de Cycle de rencontres entre historien-n-e-s et artistes : « Matérialismes à l’oeuvre », ENS/BAL, (19 janvier au 22 juin 2017, le BAL, Paris)

Cycle de conférences : « Frank Lloyd Wright, le premier starchitect » (12, 19 et 26 janvier 2017, musée d’Orsay, Paris)

tm400ss

Trois conférences pour comprendre l’architecture de l’inventeur du Guggenheim

Bien qu’il soit universellement connu et probablement le plus célèbre des architectes américains, Frank Lloyd Wright n’a pas fait l’objet d’exposition en France depuis 1977. Architecte original et exceptionnel, sa carrière fait le lien entre le XIXe et le XXe siècle. Ces conférences seront l’occasion d’inviter au musée d’Orsay de grands historiens de l’architecture, français et américains, pour mieux comprendre son oeuvre.

Les jeudi 12, 19 et 26 janvier 2017 à 18h30

Auditorium niveau -2, Musée d’Orsay

Tarifs : Plein tarif : 6 € / Adhérents, jeunes et solidarité : 4,50 €

Continuer la lecture de Cycle de conférences : « Frank Lloyd Wright, le premier starchitect » (12, 19 et 26 janvier 2017, musée d’Orsay, Paris)

Appel à communications : « Input Pictura Poesis », colloque international, Université Jean Moulin-Lyon 3, 16 et 17 novembre 2017 (jusqu’au 15 janvier 2017)

http://www.geogreeting.com/view.html?ysxzEDUzsmDEBkUzyoCsC#t

INPUT PICTURA POESIS

Littérature et photographie numérique(s)

Organisation : Gilles Bonnet & Jérôme Thélot (MARGE-Lyon 3)

Le passage de la photographie de l’argentique au numérique a entraîné une prolifération des images, caractérisées désormais par leur très grande fluidité. « La disponibilité d’appareils photo aux innombrables modèles stimule outre mesure la production et l’usage d’images et de films », constate Raffaele Simone, « et, de manière générale, transforme le monde en objet à photographier (c’est-à-dire à faire voir plutôt qu’à connaître et expérimenter) »[1]. Les images circulent, s’échangent, invitent à l’appropriation[2]. Elles intègrent des documents disponibles sur Internet.

À ce titre, elles tissent des liens nouveaux avec les textes qui les accompagnent, les commentent ou les décrivent. Les blogs et sites d’écrivains en sont friands, et en proposent des emplois divers. Que l’image accompagne une note de journal personnel en ligne, ou qu’elle témoigne d’un instant saisi par un smartphone, elle semble contribuer à un développement nouveau d’une écriture de la notation[3], tout en rejouant la partition du hasard de la rencontre, inhérente écrit Yves Bonnefoy, à la photographie même[4]. Instagram, « une nouvelle façon de voir le monde »[5] ? Continuer la lecture de Appel à communications : « Input Pictura Poesis », colloque international, Université Jean Moulin-Lyon 3, 16 et 17 novembre 2017 (jusqu’au 15 janvier 2017)