Soutenance de thèse : « ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968) » par Noemi Joly (28 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Noemi Joly soutiendra sa thèse de doctorat : ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968)

sous la direction d’Arnauld Pierre

le vendredi 28 avril 2017
à 13h30

à l’INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2e

En présence du jury :

MME BERTRAND-DORLÉAC ( Science Po )
M. DUFRENE ( PARIS 10 )
M. LEEMAN ( BORDEAUX 3 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
MME STAVRINAKI ( PARIS 1 )

ZERO apparaît le 24 avril 1958 à l’occasion de la septième « exposition d’un soir » qui a lieu à Düsseldorf, dans l’atelier d’Otto Piene et de Heinz Mack. La thématique de cette exposition, « Le tableau rouge », rejoint celle du premier numéro de cette nouvelle revue d’artistes, ZERO. S’ensuivent deux autres numéros, respectivement sortis en octobre 1958 (« Vibration ») et en juillet 1961 (« Dynamo »). Autour de la revue pilotée par Mack et Piene se nouent alors différents projets collaboratifs et expositions collectives, à partir desquels ZERO devient une sorte d’échangeur entre plusieurs tendances nées au tournant des années 1950-1960. Cette recherche monographique a pour ambition première de renouveler les perspectives sur une revue et une mouvance artistique peu étudiées en France, et ce à partir de la question de l’immatériel réfractée au prisme de la technique. L’optimisme technologique présumé de ZERO est réexaminé à l’aune du « discours autorisé », de la poïétique des oeuvres, de l’expérience esthétique et de leur réception critique. Dès lors, les oeuvres et les discours dévoilent une image bien moins nette du passé, tissée de contradictions, qui traduit d’une part la difficile négociation d’un tournant sociétal marqué par la mécanisation et l’automation, l’information, l’accélération et la menace nucléaire et, d’autre part, l’ambition pour l’art dynamique (vitaliste) et « idéaliste » de ZERO de jouer un rôle actif dans la définition de l’époque, en s’adressant aux imaginaires et en occupant les territoires de l’expérience sensible.

(source http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-NOEMI-JOLY-ZERO-et-le-devenir)

Soutenance de thèse : « Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde. » par Alla Chernetska (22 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Alla Chernetska soutiendra sa thèse de doctorat : Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde.

le samedi 22 avril 2017

à 9h30

à l’INHA, Galerie Colbert, 1er étage, salle Jullian – 2, rue Vivienne – Paris 2e

  • Jury
  1. Philippe DAGEN, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
    Mme Olga KISSELEVA, maître de conférences HDR à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    M. Jean-Marie SCHAEFFER, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche CNRS
    M. Jean-Paul FOURMENTRAUX, professeur à Aix-Marseille Université
    M. Jean-Marc CHOMAZ, directeur de recherche CNRS, laboratoire d’hydrodynamique (Ladhyx) et professeur à l’École Polytechnique
  • Résumé

L’art et la science sont des voies parallèles de connaissance du monde, même si chacun utilise ses propres moyens. Ayant des approches différentes, les deux sont en quête de l’invisible, de ce qui se trouve au-delà de la première perception de la réalité, pour aboutir à la découverte de nouveaux phénomènes dans le réel. Les collaborations actuelles entre les artistes et les scientifiques m’ont conduite à la recherche de nouvelles approches de la réalité que ces projets communs puissent apporter à l’Humanité. En découvrant le domaine Art & Science, je me suis interrogée sur des démarches et des méthodes considérées depuis longtemps comme incompatibles, qui sont en train de converger en un langage commun se créant à la frontière de l’art et la science.
Notre recherche se fonde sur plusieurs témoignages, comme des artistes, ainsi des scientifiques qui ont participé à des projets communs. A travers les différentes collaborations nous avons analysées, d’une part, les points de vue communs des artistes et des scientifiques, et, d’autre part, les difficultés qu’ils ont dû surmonter pour aboutir au résultat voulu.
Étant un domaine assez récent, Art & Science suscite beaucoup d’interrogations. Cette thèse se focalise sur l’essence et les buts des collaborations entre les artistes et les scientifiques afin de comprendre la spécificité des projets Art & Science et voir quel impact ces projets peuvent avoir sur la société.

Soutenance de thèse : « Du concrétisme au Néoconcrétisme dans l’oeuvre de Lygia Pape. » par Manuela Triani Gomes de Knegt (18 mars 2017, INHA, Paris)

Mme Manuela Triani Gomes de Knegt soutiendra sa thèse de doctorat : Du concrétisme au Néoconcrétisme dans l’oeuvre de Lygia Pape.

le samedi 18 mars 2017
à 9h30

à l’INHA, Salle Demargne, RDC, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème

En présence du jury :

MME COËLLIER ( AMU )
MME DA COSTA ( Strasbourg )
M. DUFRENE ( PARIS 10 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
M. QUEMIN ( PARIS 8 )
MME ZABUNYAN ( RENNES 2 )

(source : http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-MANUELA-TRIANI-GOMES-DE-KNEGT)

Soutenance de thèse : « Aldo Crommelynck (1931-2008). Un imprimeur de gravures entre Paris et New York » par Emmanuelle Aynard (18 mars 2017, INHA, Paris)

Mme Emmanuelle Aynard soutiendra sa thèse de doctorat : Aldo Crommelynck (1931-2008). Un imprimeur de gravures entre Paris et New York.

le samedi 18 mars 2017

à 9h30

à l’INHA, salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage – 2, rue Vivienne – Paris 2e

Jury
M. Emmanuel Pernoud, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Céline Chicha-Castex, Conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France
M. Fabrice Flahutez, Maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Mme Marianne Grivel, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
M. Pierre Wat, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Résumé
Aldo Crommelynck (1931-2008)  a animé l’atelier Crommelynck à Paris de 1956 à 1986, en compagnie de son frère Piero, puis a travaillé seul entre Paris et New York en partenariat avec Pace Editions, jusqu’en 1998. Sa collaboration avec les peintres modernes,  dont Picasso à Mougins, a inauguré une carrière internationale auprès d’une quarantaine d’artistes contemporains. Sa maîtrise de l’eau-forte s’est intégrée au milieu artistique international, entre Paris,  Londres et New York, dans un contexte profitable au marché de l’art. Son nom est associé à un mouvement de retour à la taille-douce qui coïncide avec le goût des artistes issus du Pop pour le travail de la main et pour la figuration du quotidien. D’autres, issus du minimalisme et du néo-expressionnisme, verront en lui le dépositaire d’un certain métier de la gravure identifié à Paris. Cette thèse entend déterminer ce que fut le « style Crommelynck », dans toutes ses dimensions.

(source : http://ed-histart.univ-paris1.fr/page.php?r=55&id=420&lang=fr)

Soutenance de thèse : « La création artistique : le timbre-poste français gravé en taille-douce de 1928 à nos jours. » par Monica Nowaca (12 janvier 2017, INHA, Paris)

poste

Mme Monika Nowacka soutiendra sa thèse de doctorat : La création artistique : le timbre-poste français gravé en taille-douce de 1928 à nos jours.

le jeudi 12 janvier 2017
à 14h

à l’INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème

En présence du jury :

M. ANDRIEUX ( PARIS 4 )
M. BELHOSTE ( EPHE )
MME GRIVEL ( Directrice de thèse, PARIS 4 )
M. LEPROUX ( EPHE )
M. RABIER ( Poste )

Soutenance de thèse : « L’expérience visuelle du New Deal : la propagande du gouvernement Roosevelt vue à travers ses expositions photographiques, 1935-1942. Université Paris Sorbonne » par Laure Poupard (6 janvier 2017, INHA, Paris)

download

Mme LAURE POUPARD soutient sa thèse de doctorat :

L’expérience visuelle du New Deal : la propagande du gouvernement Roosevelt vue à travers ses expositions photographiques, 1935-1942.

 

En présence du jury :

M. BRUNET ( PARIS 7 )
M. KEMPF ( LYON 2 )
M. LE GALL ( PARIS 4 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
M. POIVERT ( PARIS 1 )
MME SOLOMON-GODEAU ( California )

le vendredi 6 janvier 2017 à 13h.

INHA, Salle Demargne, RDC, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs,

Paris 2ème

Soutenance de thèse : « Abraham Palatnik, pionnier brésilien de l’art cinétique. » par Marjolaine Beuzard (15 décembre 2016, INHA, Paris)

unnamed

Mme Marjolaine Beuzard soutiendra sa thèse de doctorat : « Abraham Palatnik, pionnier brésilien de l’art cinétique. »

préparée sous la direction de M. Arnauld Pierre

le jeudi 15 décembre 2016

à 14h

à l’INHA, 4-6, rue des Petits-Champs 75002 Paris, Salle Walter BENJAMIN (RDC)

En présence du jury :

MME COËLLIER ( AMU )
MME DA COSTA ( Strasbourg )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
M. QUEMIN ( PARIS 8 )
M. RINUY ( PARIS 8 )

Cette recherche analyse la contribution de l’artiste brésilien Abraham Palatnik (Natal, 1928) au domaine de l’art optico-cinétique. Elle s’intéresse au contexte international de sa présentation et de sa réception critique. L’appareil cinéchromatique Azul e roxo em Primeiro movimento distingué à la Première Biennale de São Paulo en 1951, fait de lui un pionnier de l’art cinétique et de l’art technologique. A Rio de Janeiro, dans le cercle de Mario Pedrosa, il fonde un groupe avec Almir Mavignier et Ivan Serpa. La théorie de la Gestalt et l’art des fous d’Engenho de Dentro au centre de leurs discussions, les conduisent à pratiquer un « abstractionnisme sensible ». Formé à Tel Aviv en mécanique et en art plastique avant son retour au Brésil fin 1947, Palatnik met son talent d’inventeur au service de la création artistique et de ses activités industrielles. Artiste et designer, il participe aux mouvements d’avant-garde brésiliens et internationaux. Il intègre le groupe Frente en 1954. Invité à huit biennales de São Paulo jusqu’en 1969 et à la trente deuxième Biennale de Venise en 1964, la diffusion de ses œuvres est en synchronie avec celles de ses pairs « cinétistes ». Elle connaît un essor considérable durant les années 1960 en Europe, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

Légende : Carnet d’Abraham Palatnik, 1949 (Collection de l’artiste) – Folha de S. Paulo, 16/11/2011.

Soutenance de thèse : « « Et les grands cris de l’Est » : Delaunay à Berlin 1912-1914. » par Sophie Goetzmann (10 décembre 2016, INHA, Paris)

kubin-lesabendio5-_np

Mme Sophie Goetzmann soutiendra sa thèse « « Et les grands cris de l’Est » : Delaunay à Berlin 1912-1914. »

préparée sous la direction de M. Arnauld Pierre

le samedi 10 décembre 2016
à 9h

INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème

En présence du jury :

  1. DUFRENE ( PARIS 10 )
    M. FLECKNER ( Hambourg )
    M. PIERRE ( PARIS 4 )
    M. ROUSSEAU ( PARIS 1 )
    MME STAVRINAKI ( PARIS 1 )

Résumé : Robert Delaunay (1885-1941) est l’un des artistes français les plus présents à Berlin à l’aube de la Première guerre mondiale. Avec l’aide de Herwarth Walden (1878-1941), directeur de la revue et galerie Der Sturm, l’artiste acquiert rapidement une solide réputation dans la capitale allemande, où il expose une quarantaine de toiles au cours de la seule année 1913, tandis qu’il diffuse abondamment ses propres textes théoriques et ceux de ses amis Guillaume Apollinaire (1880-1918) et Blaise Cendrars (1887-1961). Le peintre français suscite bientôt l’engouement de certains artistes berlinois, nombreux à l’avoir rencontré lors de ses deux voyages en Allemagne avant la guerre. Pour une large partie de la recherche, ce succès s’expliquerait par un « malentendu productif » : les artistes de la capitale allemande auraient détourné l’œuvre de Delaunay dans un sens germanique, appréciant sa peinture pour des raisons étrangères à ses intentions initiales. Contestant cette hypothèse – variante de celle, pluriséculaire, de l’incompatibilité par nature des goûts allemands et français – nous proposons d’envisager la réception berlinoise de Delaunay dans une perspective micro-historique, en nous intéressant au regard porté sur lui par trois artistes : Ludwig Meidner (1884-1966), Lyonel Feininger (1871-1956) et Bruno Taut (1880-1936). Après avoir mis en exergue les discours possiblement « entendus » par ceux-ci autour de l’œuvre du peintre français en Allemagne, nous nous intéressons à la trajectoire individuelle de chacun d’entre eux, mettant en évidence la profondeur des liens qui unissent finalement les avant-gardes désignées sous les termes d’orphisme et d’expressionnisme.

Soutenance de thèse : « L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015) » par Jeanne-Marie Portevin (3 décembre 2016, INHA, Paris)

expo-art-degeneref

Soutenance de thèse de Madame Jeanne-Marie Portevin, préparée sous la direction de Madame Marina Vanci-Perahim

L’art moderne à l’épreuve du nazisme : historiographie critique de sa réception (1945-2015)

3 décembre 2016
Salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage) à 9h30

Jury
Marina VANCI-PERAHIM, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de thèse
Philippe DAGEN, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Dominique JARRASSE, Professeur, Université Bordeaux Montaigne
Alexandre KOSTKA, Professeur, Université de Strasbourg

Résumé
Nombreux sont les ouvrages – et ce dans tous les domaines du savoir – qui traitent de l’Allemagne nationale-socialiste. Depuis 1947, et le livre d’Adolf Behne (Entartete Kunst), le sort des artistes dans le Troisième Reich suscite l’intérêt, si ce n’est la compassion, des historiens de l’art. Néanmoins, seuls les persécutés, ceux que le régime nazi avait taxés de « dégénérés », retiennent l’attention, célébrés comme autant de héros. Ce sont eux qui vont être appelés par les Alliés pour « décontaminer » un peuple tout entier corrompu par douze ans de dictature, et racheter la faute.
C’est précisément l’histoire de cette image de l’artiste, tantôt qualifié de « dégénéré », tantôt d’ « émigré intérieur », que nous retraçons, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Si les publications et expositions consacrées à l’art moderne à l’époque nazie sont nombreuses, jamais, en effet, le travail de mise en perspective des propos sur ce sujet n’avait été fait. Articulés en un récit cohérent, capable de rendre compte des changements d’appréciation sur le temps long du XXe siècle et du début du XXIe siècle, ces derniers rendent comptent des contradictions parfois manifestes d’une monographie à l’autre qu’il faut élucider, et permettent de mettre à jour des manières de penser et de voir, conditionnées par un horizon d’attente en constante mutation. Replacés dans un contexte politique et social, associés à des changements de mentalités, ces discours, problématisés et hiérarchisés, écrivent en filigranes une histoire de l’art au XXe siècle et nous obligent à réfléchir sur la place, le sens de l’art, et l’image de l’artiste.

Mots clés : émigration intérieure, national-socialisme, critique, historiographie.

Soutenance de thèse : « Fascisme imaginaire / imaginaire du Fascisme dans l’art italien contemporain (1945-2015) » par Emilia Héry-Montanes (12 décembre, Centre Broca, Paris)

14925447_10154579604769462_2623593314220350757_n

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lundi 12 décembre 2016 à 14h – Centre Broca, 7ème étage, 21 rue Broca, 75005 Paris

Jury :

Mr Philippe DAGEN, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Catherine GRENIER, Conservatrice, habilitée à diriger les recherches, Directrice de la Fondation Giacometti
Mme Marie-Anne MATARD-BONUCCI, Professeure, Université Paris 8, membre de l’Institut Universitaire de France
Mme Évelyne TOUSSAINT, Professeure, Université Toulouse Jean Jaurès

Résumé :

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : « Fascisme imaginaire / imaginaire du Fascisme dans l’art italien contemporain (1945-2015) » par Emilia Héry-Montanes (12 décembre, Centre Broca, Paris)

Soutenance de thèse : Alice Gerosa, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (18 novembre 2016, INHA, Paris)

soutenance

Mme Alice Gerosa soutiendra sa thèse « La pédagogie de la vision : Usages de la photographie dans la recherche artistique entre 1917 et 1933 ».

préparée sous la direction de Monsieur Michel Poivert

le 18 novembre 2016 à 9h30, Galerie Colbert, 1er étage, salle 111 (dans la limite des place disponibles)
Jury
Michel POIVERT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de Thèse
Arnauld PIERRE, Professeur, Université Paris IV Paris-Sorbonne, Rapporteur
Alexander STREITBERGER, Professeur, Université catholique de Louvain (UCL), Rapporteur
Elvan ZABUNYAN, Professeure, Université Rennes 2

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Alice Gerosa, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (18 novembre 2016, INHA, Paris)

Soutenance de thèse : Marion Alluchon, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (5 novembre 2016, INHA, Paris)

les-jeux-influence-douanier-rousseau_4_1400_961

Mme Marion Alluchon soutiendra sa thèse « Du Douanier Rousseau à Gaston Chaissac : la reconnaissance de l’art naïf en France et aux Etats-Unis (1886-1948) ».

préparée sous la direction de Monsieur Philippe Dagen

5 novembre 2016
à 9h30, Salle Georges Perrot, Galerie Colbert, 2ème étage
Jury
Philippe DAGEN, Professeur d’histoire de l’art, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
Laurence CAMPA, Professeur de littérature française, Université de Paris Ouest Nanterre
Emmanuel PERNOUD, Professeur d’histoire de l’art,  Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnauld PIERRE, Professeur d’histoire de l’art, Université de Paris Sorbonne Paris IV
Résumé
Reconnu par les avant-gardes au tournant du XXe siècle pour sa rafraîchissante primitivité, encensé jusqu’aux années 1950, l’art naïf est aujourd’hui tout à fait négligé. Grâce aux expositions rares mais régulières qui lui sont consacrées, seul Henri Rousseau dit le Douanier semble encore susciter quelque intérêt. Mais les peintres révélés à sa suite, autodidactes et d’extraction populaire comme lui et répondant aux noms d’André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine Louis, René Rimbert ou Louis Vivin, ne jouissent plus du même succès. Pourtant, leur reconnaissance durant l’entre-deux-guerres prit des dimensions insoupçonnées. « Peintres du Cœur Sacré », « Primitifs Modernes », « Maîtres Populaires de la Réalité » ou encore, outre-Atlantique, artistes folk et self-taught, ceux qui furent définitivement labellisés art naïf à partir de 1950, comptaient parmi les peintres les plus appréciés. Outre le fait de combler un chapitre encore peu investi de l’histoire de l’art et de celle du primitivisme, nous cherchons à comprendre les raisons d’un tel décalage. Notre thèse retrace et analyse ainsi la reconnaissance de l’art naïf, de son émergence avec Henri Rousseau en 1886 à son institutionnalisation par le Musée national d’art moderne français en 1948. A travers l’étude des définitions qui lui furent successivement appliquées, nous constatons que ce type de « primitifs », loin de demeurer associés aux artistes les plus avant-gardistes, fut aussi célébré par une famille artistique conservatrice et réactionnaire qui, tout en les encensant, eut certainement raison de leur postérité.

(source : http://ed-histart.univ-paris1.fr/page.php?r=55&id=402&lang=fr)

Soutenance de thèse : Flora Meszaros, Université Paris-Sorbonne (6 juillet 2016, INHA)

77.image

Mme Flora Meszaros soutiendra sa cotutelle de thèse « Les artistes hongrois en abstraction-création ».

sous la direction de M. Arnauld Pierre

mercredi 6 juillet 2016

à 15h
INHA, salle Ingres, 2ème étage,
Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème

En présence du jury :

  1. ABLONCZY (Budapest)
    M. DUFRENE (PARIS 10)
    MME THEINHARDT (PARIS 4)
    MME PASSUTH (Budapest)
    M. PIERRE (PARIS 4)
    MME WILSON (Courtauld)

(source : http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-FLORA-MESZAROS-Les-artistes)

Soutenance de thèse : Orianne Marre, Université Paris-Sorbonne (27 juin 2016, INHA)

 

Mme Oriane Marre soutiendra sa thèse  « La réception de l’avant-garde dans la presse politique, de l’impressionisme au fauvisme (1874-1905)».

sous la direction de M. Arnauld Pierre

lundi 27 juin 2016
à 15h
INHA, Salle Ingres, 2ème étage,
Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème

En présence du jury :

MME FROISSART ( AIX-MARSL1 )
MME JOYEUX PRUNEL ( ENS PARIS )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
M. TILLIER ( BOURGOGNE )

Soutenance de thèse : Gregory Buchakjian, Université Paris-Sorbonne (20 juin 2016, Université Paris-Sorbonne, Paris)

Buchakjian1b

Gregory Buchakjian soutiendra sa thèse « Habitats abandonnés de Beyrouth : guerres et mutations de l’espace urbain (1860-2015) ».

Sous la direction de Jean-Yves Andrieux.

Le lundi 20 juin 2016 à 14h, en salle Ingres, 2ème étage, INHA, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2ème.

En présence du jury :

Andrieux (Paris-Sorbonne)
M. Beyhum (AR STRASBG)
Mme David (Mamco)
M. Davie (Tours)
Mme Ter Minassian (Inalco)

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Gregory Buchakjian, Université Paris-Sorbonne (20 juin 2016, Université Paris-Sorbonne, Paris)