Séminaire : « Cabinets de curiosités du XXIème siècle » (15 mars 2017, Conservatoire national des arts et métiers, Paris)

Troisième atelier – Cabinets de curiosités du XXIème siècle

Passé et avenir des cabinets de curiosités

Organisé par le Musée des arts et métiers (Cnam) et l’HICSA (Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne) dans le cadre du Labex CAP.

Mercredi 15 mars 2017 au Musée des arts et métiers, Cnam-Paris

Thème : « Les interventions d’artistes contemporains dans la tradition des cabinets de curiosités

14h00 : Yves Winkin (CNAM) et Dominique Poulot (INHA),  Introduction à l’atelier, contexte, séances à venir.

14h30 : Claude D’Anthenaise, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée de la Chasse et de la Nature, « Au rendez-vous des chasseurs de licorne, le musée de la Chasse et de la Nature »

15h15 : Nadine Gomez-Passamar, conservatrice en chef, Musée Gassendi, «Nouvelles curiosités».

Pause

16h15 : Julie Bawin, professeure à l’université de Liège, « Cabinets de curiosités d’artistes : de l’œuvre au musée ».

17h00 : Discussion

Salle des conférences – 292, St Martin, 75003 Paris, de 14h à 17h30

(sur inscription à Véronique Rothenbühler – veronique.rothenbuhler@univ-nantes.fr)

Comité d’organisation :

Yves Winkin est professeur au Cnam, directeur du Musée des arts et métiers, directeur de la Culture scientifique et technique ; Dominique Poulot est professeur à l’Université Paris1.

En collaboration avec Catherine Cuenca, Conservatrice générale du Patrimoine, Musée des arts et métiers, et Maddalena Napolitani, doctorante à l’Ecole normale supérieure.

(source : http://blog.apahau.org/seminaire-cabinets-de-curiosites-du-xxieme-siecle-cnamlabex-cap-15-mars-2017/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook)

 

Séminaire : « Les échanges artistiques entre la France et la Russie aux 19ème et 20ème siècles : le théâtre musical » (le 9 mars 2017, 17h30-19h30)

DATE ET LIEU DU SÉMINAIRE : Paris, Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, salle D 040. Jeudi 9 mars 2017, de 17h30-19h30. Le séminaire de deux heures sera suivi d’un pot convivial.

PROGRAMME:
  • Pascale Melani (prof. Université Bordeaux-Montaigne): « Le jeune Fédor Chaliapine, sa formation dans le cercle de Savva Mamontov  à Moscou »
  • Sylvie Mamy (Dr de recherche, IreMus) : « Fédor Chaliapine en exil : le Don Quichotte de Jules Massenet (Monte-Carlo 1910) et le Don Quichotte de G. W. Pabst (musique de Jacques Ibert) (1933) : de la scène à l’écran »
(source: http://www.iremus.cnrs.fr/fr/evenements/les-echanges-artistiques-entre-la-france-et-la-russie-aux-19eme-et-20emes-siecles-le)

Cycle de séminaires : « Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques » (de janvier à juin 2017, INALCO, 2 rue de Lille, Salle du CREE)

schermata-2017-02-04-alle-10-14-52

DATES ET LIEU : Le mardi de 16h à 18h, à l’INALCO, 2 rue de Lille, Salle du CREE.

24 janvier 2017
Introduction et présentation du projet «Regards croisés sur les avantgardes artistiques soviétiques » Julie Deschepper, Louisa Martin-Chevalier, Claire Thouvenot.

14 février 2017
« Avant-garde musicale et révolution politique, quels enjeux? »
Mariem Hazmoune (ATER, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CEMTI) et Léo Larbi (ATER, Université Paris-VIII Saint-Denis, MUSIDANSE). Séance discutée par Jean-Paul Olive (Professeur des Universités, Université Paris-VIII Saint- Denis, MUSIDANSE).

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques » (de janvier à juin 2017, INALCO, 2 rue de Lille, Salle du CREE)

Cycle de rencontres : « Autorités de l’histoire de l’art dans les contextes français, allemand et polonais » (d’octobre 2016 à mai 2017)

autorites-de-lhistoire-de-lart-dans

Organisé par le Centre allemand d’histoire de l’art Paris et l’Institut polonais de Paris.

Séance de 14h à 18h au DKF Paris, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

La plupart des méthodes et des interprétations mises en œuvre aujourd’hui par l’histoire de l’art se sont forgées à travers une critique des discours hérités de la culture scientifique du XIXe siècle : depuis les années 1960, elles ont questionné les classements par école nationale et par style, elles ont interrogé la division entre grand art et expressions populaires, elles ont reconnu et analysé les hégémonies colonialistes, elles se sont intéressées aux phénomènes de métissage engendrés par la circulation des œuvres. Elles ont ainsi mis en question les normes, les ordres et les hiérarchies longtemps en vigueur en histoire de l’art. Cependant, elles ont aussi à leur tour institué de nouvelles hiérarchies, de nouvelles relégations, en reposant souvent sur des catégories binaires (comme réactionnaire et progressiste, engagement et autonomie, universel et international, local et global) et sur d’autres enjeux idéologiques restés trop peu interrogés.

Le recul nous invite à revenir de manière critique sur ces méthodes elles-mêmes, en les situant dans le contexte de la guerre froide qui les a vues naître et les a durablement marquées. L’appartenance des artistes, des critiques et des historiens au bloc de l’Est ou à celui de l’Ouest, aux pays non alignés ou aux pays dits du Tiers Monde a déterminé l’usage et la signification de leurs concepts. La chute du Mur a établi l’autorité de certains des discours d’alors sur d’autres, conduisant à un nivellement. En présupposant une communauté d’intérêts et de références partagés, le développement des perspectives globales a renforcé cette uniformisation, pourtant contredite dans les faits par l’accroissement des inégalités et la recrudescence des nationalismes.

Nous voulons prendre la mesure de ces héritages et interroger les ordres qu’ils ont contribué à établir pour ouvrir de nouvelles perspectives. Un regard critique sur les aspects politiques et historiques sous-jacents à nos catégories ne pourra toutefois émerger que de la mise en relation de chercheurs d’horizons académiques différents, et de la prise de conscience de la trajectoire singulière à partir de laquelle chacun forme son point de vue. Seule une mise en commun des questionnements historiographiques permettra de saisir les partages et les différences dans l’usage des concepts, les partis pris idéologiques, la formation des institutions, l’interprétation et la présentation de l’art durant la guerre froide et après 1989.

Dans cette optique, nous avons imaginé faire se rencontrer différentes personnalités européennes reconnues pour leur importance dans l’histoire de l’art et les musées, issues de différents espaces et de différentes traditions, pour qu’elles mettent en contexte de façon précise les significations, les formations, les découpages institutionnels qu’elles jugent les plus caractéristiques de leur champ d’activité. Venant à la suite du projet de recherche « À chacun son réel » qui portait sur « la notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA et Pologne entre 1960 et 1989 », le cycle de rencontres que nous organisons restera centré sur les contextes français, allemand et polonais. Il prolongera aussi l’axe de recherche actuellement développé par le Centre allemand d’histoire de l’art, consistant à sortir du cadre des études nationales et du comparatisme pour aborder les problèmes méthodologiques à partir d’une historiographie critique. Notre intention principale est d’écouter des personnes parler de leur propre parcours, de faire naître des discussions inédites, de créer un espace de réflexion transrégional où puissent coexister plusieurs histoires de l’art.

Mathilde Arnoux, Lena Bader, Clément Layet, Matylda Taszycka Continuer la lecture de Cycle de rencontres : « Autorités de l’histoire de l’art dans les contextes français, allemand et polonais » (d’octobre 2016 à mai 2017)

Cycle de séminaires Kinétraces 2017 (de janvier à juin 2017, ENS Ulm et Paris 3 Censier, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-12-01-05

Les séances auront lieu de 18h à 20h à l’ENS (45 rue d’Ulm) ou Paris 3 (Censier)

Mardi 31 janvier 2017 : ENS, Amphi Rataud

Nataliya Puchenkina (Université François-Rabelais de Tours /InTRu – EA6301) : « Réception critique ou construction d’un mythe : la presse cinématographique française face au cinéma soviétique de l’entre-deux-guerres».

Caroline Damiens (CREE / Inalco) : « (Re)découvrir les téléfilms soviétiques comme des objets cinématographiques ».

Lundi 13 février 2017 : ENS, Amphi Rataud

Fanny Van Exaerde (Alithila, Université Lille SHS / VUB) : « « Une poésie de cinéma » Etude historique, génétique et intermédiale des scénarios et dialogues de Jean Cocteau ».

Laetitia Dumont-Lewi (Université Paris8 – Labex Arts H2H) : « Gens de théâtre derrière la caméra : expérimentations télévisuelles de metteurs en scène italiens ».

Lundi 13 mars 2017 : Paris 3 “Semaine des Arts et des Médias ” – la salle sera communiquée quelques jours avant

Roxane Sauvage (Université Paris3 / IRET) : « Sur les interactions entre danse et théâtre entre 1880 et 1921 : au croisement des disciplines et des archives ».

Myriam Fouillet (Université Paris3 / IRCAV) : « La création des costumes dans le cinéma d’après-guerre».

Lundi 24 avril 2017 : ENS, Amphi Rataud

Priscilla Guy (Université de Lille SHS/CEAC) :  » Performer l’archive : perspectives féministes et présences fantomatiques de femmes artistes dans l’oeuvre Singeries  »

Matthieu Péchenet (Université de Lille SHS/CEAC) : « Le témoin dans l’archive autour de 1900 : au croisement de la photographie animée et de l’histoire »

Lundi 15 mai 2017 : ENS, salle Weil

Mathilde Lejeune (Université Lille SHS / CEAC-UNIL / Université de Lausanne) / CEC) : « Les théories de Charles Dekeukeleire à la rencontre de ses propres archives. La notion de « technographie » comme approche méthodologique de l’histoire en cinéma »

Lundi 19 juin 2017 : Paris 3 – la salle sera communiquée quelques jours avant

Thomas Pillard (Université Paris 3 et Bordeaux Montaigne / IRCAV) : « Air France et le cinéma : histoire et archives d’une rencontre audiovisuelle».

Daniel Morgan (Université Paris3 / IRCAV) : « Rétablir la légitimité de l’État : la justice pénale dans le cinéma français de l’après-guerre».

(source : http://www.afrhc.fr/wp-content/uploads/2017/01/2017-01-17_587e445581be7_ProgrammeSeminaireKinetraces-compressed-min.pdf)

Cycle de séminaires : « Les années 1980 » (de janvier à juin 2017, Parsons, Paris)

molnar

Le séminaire “Les années 1980” poursuit ses activités en 2017 avec un programme mensuel de rendez-vous à Paris ainsi qu’une conférence à New York à l’occasion de la conférence du College of Art Association (CAA).

Programme des séances mensuelles

23 janvier : De la Pologne des années 80 à la crise migratoire contemporaine

Présentation par Ewelina Chwiejda (EHESS) de ses recherches sur la socio-esthétique de Krzysztof Wodiczko

20 février : Taïwan et le tournant économique et culturel des années 1980

Présentation par Kuang-Ji Chen (Université nationale de Arts de Taïwan), “Révoltes, conflits et ouverture”

13 mars : La scène punk

Présentation par Marine Schutz (Centre allemand d’histoire de l’art), “De la synesthésie à l’homologie : expressions de l’esthétique punk (1976-2006)”

24 avril : Culture visuelle de la musique industrielle

Présentation par Nicolas Ballet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “« War of Nerves ». Déprogrammation bioélectronique des musiques industrielles”

15 mai : Art et ordinateur

Présentation par Aline Guillermet (Université de Cambridge) de sa recherche sur le développement des arts numérique dans les années 1980 à travers le travail de Véra Molnar

12 juin : Hervé di Rosa et les années 80

Présentation par Baptiste Brun (Université de Rennes 2)

1 lundi par mois. De 17h à 19h, salle 302, Parsons Paris, 45 rue Saint Roch 75001.

(source : https://lesannees1980.wordpress.com/)

Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

illustrationseminairecrp19-2

« Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations »

On a l’habitude d’employer le terme d’altérité dès qu’il s’agit d’aborder les rapports entre la littérature et le voyage. Mais, bien que le XIXe siècle ait ses ailleurs choisis, en Europe, en Amérique ou en Orient, il ne sera pas question de destination au long cours hors des frontières géographiques dans le séminaire des jeunes chercheurs de l’année universitaire 2016-2017.

Nous proposons plutôt, à partir des travaux de recherche des doctorants du CRP19, d’aborder la complexité de la littérature du XIXe siècle, dans ses formes et dans ses représentations, par d’autres détours et retours qui lui permettent également de se penser : d’où ce pluriel possible d’altérité(s) qui désigne le dialogue de la littérature avec d’autres disciplines, d’autres langages, d’autres normes, jusque dans ses propositions de renouvellement par rapport à une tradition.

Comme les sujets proposés par les doctorants relèvent, pour cette année, d’un corpus situé dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette question nous incite en effet à envisager la littérature dans la perspective de la modernité, entendue au moins autant au sens d’une période historique, qu’au sens d’une attitude, qui se définirait comme une « lutte contre des attitudes de ‘contre-modernité’ », comme l’écrit Michel Foucault, au sujet de Baudelaire dans son article « Qu’est-ce que les Lumières ? » (Dits et écrits, Tome IV).

Continuer la lecture de Séminaire : « Altérité(s) en littérature au XIXe siècle : formes et représentations » (de décembre 2016 à avril 2017, Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Paris)

Cycle de séminaires : « Les corps au cinéma, entre salle et écran » (de novembre 2016 à mai 2017, INHA, Paris)

15036696_1290754980954806_6710240962930374713_n

La question du corps au cinéma est loin de se limiter à une problématique figurale et à une perspective esthétique. Envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle, elle recouvre bien sûr des enjeux de représentations, mais aussi des interrogations liées à la nature même de l’expérience cinématographique, qu’il s’agisse de la performance de l’acteur devant la caméra ou de l’épreuve corporelle du spectateur dans la salle. Le séminaire « Histoire culturelle du cinéma » se propose, dans ce cycle entamé l’année dernière, d’explorer ces diverses facettes d’une culture des corps cinématographiques.
Horaires : le jeudi de 18 h à 20 h
Lieu : Galerie Colbert (2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, Paris  2e – Métro : Bourse, Pyramides ou Palais-Royal)
Salle : René Jullian (1er étage)
Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Les corps au cinéma, entre salle et écran » (de novembre 2016 à mai 2017, INHA, Paris)

Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

1erecouv

Série d’entretiens autour de différents axes :

Comment collectionner la photographie aujourd’hui?

La photographie occupe aujourd’hui une place importante dans la plupart des grandes institutions muséales. Elle est reconnue comme un art à part entière, constituant les bases de collections établies. Clément Chéroux, conservateur en chef, Karolina Ziebinska-Lewandowska, conservatrice du Cabinet de la Photographie au MNAM Centre Pompidou et leurs invités, s’interrogeront sur les orientations à donner à une collection de photographies.

La revue « Provoke » entre art et politique dans les années 60 au Japon

Cette revue culte a bouleversé l’histoire de la photographie. Dans le cadre de l’exposition Provoke, entre contestation et performance au BAL, Diane Dufour, co-commissaire, et ses invités proposeront analyse transversale de Provoke, de son contexte historique et ses liens avec l’émergence des arts performatifs au Japon dans les années 1960.

La photographie au-delà de la représentation

Jens Hoffmann, directeur adjoint du Musée juif de New York, et curateur principal du Musée d’art contemporain de Détroit s’interrogera sur l’utilisation de l’image numérique, d’appareils photo spécifiques ou d’objectifs, de choix de papiers photo ou de développements techniques sélectionnés spécifiquement pour produire des oeuvres photographiques qui aillent au-delà de la représentation de l’image. Il questionnera les caractéristiques du médium telles que la matérialité, la couleur, la forme et la surface de la photographie elle-même.

La photographie et le cinéma

Matthieu Orléan, collaborateur artistique à La Cinémathèque française, abordera avec des cinéastes, artistes, critiques et conservateurs, la question de l’apport de la photographie vernaculaire dans des projets cinématographiques, ainsi que la place particulière, dans l’histoire de l’art, de la photographie de plateau. Il dialoguera également avec deux artistes sur leur pratique, conjointe et paradoxale, de la photographie et du cinéma.

L’artiste comme…

Pascal Beausse, responsable des collections photographiques du Centre National des Arts Plastiques, s’entretiendra avec des artistes sur les rôles qu’ils endossent dans le cadre de leurs pratiques mais aussi dans la diffusion et la monstration de leurs images : l’artiste comme curateur, collectionneur, enquêteur, activiste, poète…

Continuer la lecture de Conversations et rencontres : « La Plateforme » forum expérimental dans le cadre de Paris-Photo (10-11-12-13 novembre 2016, Grand Palais, Paris)

Cycle de séminaires : « Appropriation(s) / Ré-appropriation(s) De la culture en situation coloniale et post-coloniale 1930 – 2015 » (d’octobre 2016 à juin 2017, INHA, Paris)

14492497_10154487060734462_3378041103287317416_n

Organisatrice : Fadila Yahou – Doctorante en Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 sous la direction de Philippe Dagen (ED 441 – HICSA)

L’histoire de la colonisation est parsemée de manifestations culturelles glorifiant l’hégémonie française. L’exposition coloniale de 1931 est, de ce point de vue, édifiante. Bien au-delà de ces expositions d’envergures, la situation coloniale a conditionné le développement des arts, du cinéma, de l’architecture mais aussi de l’enseignement. Dès 1951, Georges Balandier qualifiait la colonisation de « fait social total » et la culture, dans son sens le plus large, érigée en moyen de domination ultime, en fut l’un des chaînons. Elle comprenait la langue, l’enseignement, les traditions mais aussi le pouvoir de création et système de représentations des sociétés conquises
En réaction à cet état de domination, la « situation post-coloniale » a vu naître les Festivals panafricains, espaces de résistances en faveur d’une culture proprement africaine. Le Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966 en passant par le Premier festival panafricain d’Alger en 1969 ont été fondateurs de la démarche de réappropriation culturelle des pays nouvellement indépendants. Ces évènements artistiques, d’ampleur internationale, avaient pour objectif de « décoloniser les esprits ». Quel a donc été leur impact dans la réappropriation de la culture africaine ? Marquent-ils une rupture avec la culture coloniale ou au contraire la perpétuent ?
Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Appropriation(s) / Ré-appropriation(s) De la culture en situation coloniale et post-coloniale 1930 – 2015 » (d’octobre 2016 à juin 2017, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « Le corps et ses corpus : jeu et rejeu d’archives, œuvres disparues et création contemporaine » (de mars à décembre 2016, Archives nationales, Paris)

walkaround_time

De 17h à 19h, Ministère de la Culture, Salle Colette, 7e étage, 182, rue Saint-Honoré, 75001 Paris

Entrée libre, pensez à vous munir d’une pièce d’identité. Contact : clothilde.roullier@culture.gouv.fr

Le programme « Replay, restitution, recréation… Pour une typologie de la reprise des archives » se propose de mettre en regard les archives des œuvres disparues et celles qui animent ou justifient une part de la création contemporaine. En s’attachant à la place du corps dans l’œuvre, de la statuaire à la chorégraphie, il s’agit d’interroger en premier lieu la manière dont les supports documentaires, destinés à faire « archives », interviennent ou non dans le processus de fabrication, de commande et de réception des œuvres. Les intervenants, universitaires, artistes, critiques ou conservateurs, seront invités à réfléchir à ces problématiques en mettant en regard leurs propres travaux avec le corpus d’archives établi à l’occasion de ce programme de recherche, qui rassemble des descriptions de documents provenant des Archives nationales, du CNAP, du CNDC et de l’ENSAPC, portant la trace d’œuvres disparues de différentes façons (destruction physique, œuvre performée…).

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Le corps et ses corpus : jeu et rejeu d’archives, œuvres disparues et création contemporaine » (de mars à décembre 2016, Archives nationales, Paris)

Cycles de séminaires « Archéologie des médias et histoire de l’art » – Séance : « Inside Equipment : the Autobiography of Video and the Transformation of the Artist’s Studio » (24 mai 2016, INHA, Paris)

F_Conference_Archeologie_des_medias_Vasulka

Dans le cadre du cycle de séminaires « Archéologie des médias et histoire de l’art » : « Inside Equipment : the Autobiography of Video and the Transformation of the Artist’s Studio » (24 mai 2016, INHA, Paris)

Intitulé de la séance: « Inside Equipment : the Autobiography of Video and the Transformation of the Artist’s Studio »

Mardi 24 mai 2016 de 18h à 20h
Galerie Colbert, auditorium, INHA, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris

Entrée libre

Le cycle « Archéologie des médias et histoire de l’art » présente les travaux d’historiens de l’art et de théoriciens qui abordent les liens entre l’art et la technologie à partir d’approches méthodologiques nouvelles empruntées à la discipline émergente de l’archéologie des médias. Le champ de recherche connu en anglais sous le nom de media archaeology et en allemand sous celui de Medienarchäologie s’est imposé ces dernières années comme un des plus stimulants et des plus féconds pour ce qui concerne la théorie, l’histoire et l’esthétique des médias, et ce notamment dans le cadre des études cinématographiques et audiovisuelles. Les « médias » sont ici envisagés non seulement comme moyens de communication de masse (les mass-media), mais surtout comme formes de médiation matérielle et technique. Les travaux dans ce domaine – dont beaucoup, non traduits, restent peu diffusés en France – font référence au modèle épistémologique de l’archéologie dans toutes ses variantes (de la fouille à la « description de l’archive » foucaldienne) afin d’étudier la perception, la représentation, la mémorisation et la transmission dans leurs aspects historico-techniques. Continuer la lecture de Cycles de séminaires « Archéologie des médias et histoire de l’art » – Séance : « Inside Equipment : the Autobiography of Video and the Transformation of the Artist’s Studio » (24 mai 2016, INHA, Paris)

Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

mode

Dans le cadre du programme « Histoire de la Mode et du Vêtement »

Les premiers mercredis du mois de 14h à 17h, salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, INHA

Entrée libre

Après une première année consacrée aux sources d’étude, la seconde année du séminaire  « La Mode masculine 1820-1970 », organisé dans le cadre du programme « Histoire de la mode et du vêtement », se propose de traiter des corps et des objets. En poursuivant le même objectif qui est de mettre en lumière la singularité et la complexité de ces cent cinquante années de mode masculine. Singularité et complexité en réalité occultées par une idée formulée au début des années 1930, celle d’un « grand renoncement » masculin, qui serait responsable à la fois du caractère soi-disant neutre et uniforme de la garde-robe virile et de l’abandon par l’homme à la femme de tout ce qui touche au domaine de la mode. De l’analyse des métamorphoses de la silhouette masculine, de la quête d’une apparence qui n’hésite pas à recourir aux artifices de la cosmétique, de la part importante de la subjectivité dans la composition du vestiaire et des comportements intimes,  il devrait ressortir que ces générations d’hommes participèrent bel et bien au système de la mode et qu’ils furent en réalité des consommateurs au même titre que les femmes, en dépit d’une certaine conception de la virilité moderne tendant à afficher sa méfiance à l’égard de la mode.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

Cycle de conférences « Livre d’architecture » (du 13 au 14 septembre 2016, INHA, Paris)

Vue de l'intérieur du Ômiya-in depuis la clôture principale. Sanctuaire intérieur (Naikû) après la reconstruction de 2013 © Bureau central de l'administration du Jingû

« Du fictif au réel. Dix essais sur le Pop art anglais et le Nouveau Brutalisme en architecture » le 13 septembre 2016 de 18h à 20h en salle Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art

Le cycle « Livre d’Architecture » a pour objet de mettre à l’honneur un livre traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite mis en valeur par un répondant. Au-delà d’une simple présentation il s’agit donc de faire état d’une pensée et de favoriser les débats, de comprendre les polémiques ou tout simplement de dégager les réflexions engendrées par le volume.

Dans une lettre adressée par Erwin Panofsky à Louis Grodecki au sujet d’Architecture gothique et pensée scolastique, celui-ci écrivait: « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui la prolongent. » Il est certain que beaucoup d’ouvrages supposent le même intérêt critique et les mêmes débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture. Il a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions engendrées par le volume, de faire état d’une pensée, d’une méthodologie ou d’une doctrine et de favoriser les débats sur le fondement d’un dialogue ; dialogue qui, on l’aura compris, n’est ni didactique, ni polémique, mais dialectique.

Présentation de la séance

Stefania Kenley, Du fictif au réel. Dix essais sur le Pop art anglais et le Nouveau Brutalisme en architecture, Dijon, Les presses du réel, 2016

Cet ensemble d’essais inédits gravite autour de la reproduction de l’image, la mécanisation, la vitesse de construction, ou encore la production en série, qui ont préoccupé les artistes et les architectes au cours du XXesiècle. En croisant plusieurs disciplines (littérature, anthropologie, sculpture, peinture, photographie, architecture, design), ce livre décline chaque thème à travers des procédés spécifiques et des notions clés, révélant un changement de critères esthétiques – l’éphémère, le jetable, le transitoire, le brut, l’abondance, l’informe. Ce nouveau vocabulaire demeure et il apparaît comme un moulage en négatif des notions classiques de pérennité, de beauté, de convenance ou d’harmonie.

Intervenants

Jean-Baptiste Minnaert (université François-Rabelais, Tours)

Anca Vasiliu (CNRS, Centre Léon-Robin)

(source : http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2016/agenda-de-l-inha/du-fictif-au-reel.html)

« Le Sanctuaire d’Ise. Récit de la 62e reconstruction » le 14 septembre 2016 de 17h à 19h en salle Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art

Vue de l’intérieur du Ômiya-in depuis la clôture principale. Sanctuaire intérieur (Naikû) après la reconstruction de 2013 © Bureau central de l’administration du Jingû

Le cycle « Livre d’Architecture » a pour objet de mettre à l’honneur un livre traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est ensuite mis en valeur par un répondant. Au-delà d’une simple présentation il s’agit donc de faire état d’une pensée et de favoriser les débats, de comprendre les polémiques ou tout simplement de dégager les réflexions engendrées par le volume.

Continuer la lecture de Cycle de conférences « Livre d’architecture » (du 13 au 14 septembre 2016, INHA, Paris)

Cycle de conférences autour de l’exposition « Dans l’atelier. L’artiste photographié d’Ingres à Jeff Koons » (de mai à juillet 2016, Petit Palais, Paris)

essai_visuel_picasso

Les mardis de 12h30 à 14h dans l’auditorium du Petit Palais. 1h de conférence suivie d’un temps d’échange avec les auditeurs.
Entrée libre dans la limite des places disponibles (182 places).

Continuer la lecture de Cycle de conférences autour de l’exposition « Dans l’atelier. L’artiste photographié d’Ingres à Jeff Koons » (de mai à juillet 2016, Petit Palais, Paris)