Colloque: « Archives, disparition, recréation : jeu et rejeu dans les arts », Pierrefite, archives nationales, 15-16 juin 2017

Colloque de clôture du projet « Replay, restitution, recréation… Pour une typologie de la reprise des archives ».

15 et 16 juin 2017, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, auditorium
Programme:
Jeudi 15 juin 2017 – Matinée
Président de séance : Yann Potin, Archives nationales –
Thème : Rejouer, reprendre
9h00 – Accueil des participants et du public
9h30 – Ouverture du colloque par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales
10h00 – Remonter, transmettre, apprendre et interpréter une pièce chorégraphique à partir d’archives et de souvenirs : l’exemple de Inlets 2 (1983) de Merce Cunningham
Robert Swinston, directeur artistique du CNDC-Angers et Anna Chirescu, danseuse interprète
10h45 – Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique
Anne Klein, professeur en archivistique, Université Laval (Québec), en partenariat avec Yvon Lemay, professeur agrégé, Université Laval (Québec)
11h30 – Archives : un repas gratuit ?
Franck Leibovici, artiste et poète
12h00 – L’œuvre et ses dossiers : pour une pragmatique des documents
Yaël Kreplak, sociologue, Fondation des sciences du patrimoine
Pause déjeuner/causerie
12h30 : Déjeuner
13h30-14h00 : Un art dans tous ses états… Entretien de Philippe Artières avec les auteurs de l’ouvrage Un art d’état ? Commandes publiques aux artistes plasticiens, 1945-1965, co-édité par les Archives nationales et les Presses universitaires de Rennes (2017)
Jeudi 15 juin 2017 – Après-midi
Président de séance: Philippe Bettinelli, Centre national des arts plastiques –
Thème: Démonter, remonter
14h15 – Projection du film Once in the XX Century (2004, vidéo projection, 8 mn) de Deimantas Narkevicius, artiste lituanien
14h30 – Rejouer les Danses dans la neige. Disparition, mythe de l’origine et autres intrigues
Anne Bénichou, professeure d’histoire et de théorie de l’art, École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec (Montréal)
15h15 – Commande et disparition d’un manifeste du Front Populaire: Les Loisirs de Marcel Gromaire
Bruno Gaudichon, directeur et conservateur en chef du musée d’art et d’industrie André Diligent (Roubaix)
16h00 – Faut-il se fier aux archives ?
Jean-Michel Leniaud, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études (Paris)
16h45 – « Je chanterai ce que je n’aurais pas voulu chanter » : du geste à l’archive
Marcela Santander Corvalán, danseuse et chorégraphe, et Bettina Blanc-Penther, vidéaste
17h30 – Discussions
Vendredi 16 juin 2017 – Matinée
Président de séance : Antoine Idier, École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy
Thème : Combler, restituer
9h00 – Accueil des participants et du public
9h45 – Lixus 1978/2013
Soufiane Ababri, artiste
10h30 – Une danse ancienne : état de la recherche
Rémi Héritier, danseur et chorégraphe, accompagné d’élèves de l’École supérieure d’art de Clermont Métropole et de danseurs professionnels
11h15 – À propos de L’inventaire des destructions
Éric Watier, artiste et professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier
12h00 – Sampler le passé
Camille Zehenne, artiste-chercheur
Pause déjeuner/visite
12h30 : Déjeuner
13h30-14h00 : Visite guidée de l’exposition « Un art d’État? Commandes publiques aux artistes plasticiens 1945-1965 »
Vendredi 16 juin 2017 – Après-midi
Président de séance : Paul-Louis Rinuy, Université Paris-VIII –
Thème : Recréation
14h00 – Évoquer un musée disparu : à propos de l’exposition de 2016 au Louvre « Un musée révolutionnaire : le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir »
Béatrice De Chancel-Bardelot, conservatrice du musée de Cluny – musée national du Moyen Âge (Paris)
14h45 – Something is happening. Héritage de Fluxus, danse et performance contemporaines
Judith Perron, danseuse, chorégraphe et professeur à l’ENSAPC, et Carole Boulbès, historienne, critique d’art et professeur à l’ENSAPC
15h30 – Titan/Workers Union, une création d’Aurélien Richard pour l’école supérieure de danse contemporaine du CNDC: appropriation et actualisation d’un patrimoine chorégraphique
Aurélien Richard, compagnie Liminal, et Claire Rousier, directrice adjointe du CNDC-Angers
16h15 – Discussion générale
17h00 – Clôture

Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Cette journée est organisée par l’université Paris I (ED 441 – HICSA).

Présentation

Historiquement présentée comme un « art pour tous », la photographie est associée aux valeurs démocratiques. Qu’en est-il, cependant, de ses relations avec le capitalisme dont elle est contemporaine ? Sur le plan économique et culturel, la production des photographies met-elle en jeu des valeurs différentes de celles que lui attribuaient les promoteurs de l’invention au XIXe siècle ? Associée au monde des images, aux enjeux politiques du pouvoir, aux formes de propagande et à une société de consommation, la photographie n’est pas étrangère aux débats sur l’aliénation et les dérives du capitalisme. Il est temps d’ouvrir le chantier d’une étude poussée des relations entre la photographie et le système capitaliste, et d’analyser les ambiguïtés d’un médium toujours dépendant des pratiques et des usages.

Les interventions proposées lors de cette journée aborderont les liens entre photographie et capitalisme au XXe siècle, appréhendé ici non pas dans sa seule dimension économique, mais en tant que valeur politique et idéologique. C’est sous un angle inédit que seront confrontés les paradoxes d’un art entretenant une relation ambigüe au système capitaliste, accentuant sa domination ou nourrissant sa contestation.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Photographie et capitalisme » (le 20 mai 2017, Paris, INHA)

Colloque : « L’invention photographique du Caire historique : jalons, raisons, leçons » (Paris, INHA, 17 mai 2017)

Date et lieu du colloque : le 17 mai 2017 de 10h à 18h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

À l’occasion de la présentation en salle Roberto Longhi, du 21 avril au 8 juillet 2017, de l’exposition consacrée aux vues du Caire du photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895), ce colloque se propose de revenir sur les multiples entreprises photographiques qui se sont vouées à l’inventaire des richesses artistiques du Caire ancien par le biais du nouveau medium. La photographie topographique n’est certes  pas née au Caire, mais la cité des Fatimides et des Mamelouks en a été l’une des grandes capitales, aux côtés de Rome ou de Paris. Cette riche iconographie aurait par là-même contribué à la « médiévalisation » de la ville dans les représentations contemporaines, c’est-à-dire à la fixation d’un stéréotype visuel éloigné de la réalité urbaine de la capitale égyptienne. Outre la théorie critique, l’archéologie s’est également intéressée à ces images pour documenter l’histoire des bâtiments photographiés. Plus rares sont les travaux dédiés à l’histoire même de ces corpus visuels, à leurs modes de constitution et de diffusion. La rencontre ambitionne de revenir sur quelques grands jalons et raisons de ces opérations de photographie topographique, que la motivation en ait été commerciale, documentaire, artistique ou architecturale. Elle s’intéressera à la circulation des images produites ainsi qu’à leurs usages, de la création architecturale ou ornementale à l’édition de livres illustrés. Elle évoquera enfin les enseignements que peut livrer aujourd’hui cette imagerie historique sur la physionomie architecturale et urbaine du Caire historique et sur sa vie sociale.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Intervenants

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Dina Bakhoum (université Panthéon-Sorbonne et AUC, Le Caire)
  • Thomas Cazentre (Bnf)
  • Jérôme Delatour (INHA)
  • Ezio Godoli (Università degli Studi di Firenze, Florence)
  • Ella Ravilious (V&A, Londres)
  • Estelle Sohier (université de Genève)
  • Harald R. Stühlinger (ETH, Zurich)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Comité scientifique

  • Sylvie Aubenas (Bnf)
  • Mercedes Volait (Laboratoire InVisu CNRS / INHA)

Pour en savoir plus

Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Dates et lieux du colloque : 8-12 mai 2017, Genève, Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCO) et Université de Genève

La XVe École de Printemps organisée par le Réseau International de Formation en Histoire de l’Art, se déroulera à l’Université de Genève du 8 au 12 mai 2017 et portera sur l’imagination. L’École permettra aux doctorants et post-doctorants de spécialisations et d’horizons divers de partager leurs recherches, leurs approches et leurs expériences dans un forum au cours duquel ils coopèreront avec des chercheurs avancés. Les programmes des précédentes Écoles de Printemps se trouvent sur le site www.proartibus.net.

PROGRAMME  Continuer la lecture de Colloque : « Imagination » (Genève, MAMCO, Université de Genève, 8-12 mai 2017)

Journée d’études : « Littérature, peinture, danse XVIIIe-XXe s.», (Paris, Université Sorbonne Nouvelle, 22 mai 2017)

Date et lieu de la journée d’études :

Lundi 22 mai 2017

Paris, Université Sorbonne Nouvelle, site Censier (13, rue Santeuil), salle 410 (au 4e étage du bâtiment A)

Organisée par : Nathalie Kremer (Université Sorbonne Nouvelle) & Edward Nye (Oxford, Lincoln College)

Littérature, peinture, danse, musique, statuaire : à première vue, cette journée d’études rassemble des propos hybrides, où l’on perçoit mal une unité  thématique autre que celle de la diversité des genres artistiques. S’ajoute à cela la large – trop large ? – périodicité qui s’étend sur deux siècles, du XVIIIe au XXe siècle. Cette hétérogénéité s’écarte clairement de l’usage qui veut que les rencontres scientifiques soient centrées sur des sujets très précis, éclairés sous toutes leurs facettes grâce à l’ensemble des études rassemblées.

C’est pourtant bien cette diversité que les organisateurs ont recherchée dès le lancement de l’appel à contributions à cette journée. Il s’agit en effet de tâcher de comprendre la spécificité d’un art en particulier, la danse, dans toute sa richesse générique et structurelle, à partir de la multiplicité des éclairages qu’on peut en proposer. En effet, en s’interdisant de se limiter à une seule période précise de l’histoire et en privilégiant le rapport interartistique entre la danse et les autres arts, les organisateurs ont voulu aborder de front à la fois l’historicité d’un art, dans son développement du XVIIIe au XXe siècle, et le propre du genre, dans ce qu’il a de spécifique par rapport aux autres arts.

La question qui sous-tend l’ensemble est, plus précisément, comment le paradigme de l’imitation encore en cours au XVIIIe siècle a pu générer une approche esthétique moderne. La séance « Modernité de l’imitation » interroge directement cette question, en étudiant le passage d’une esthétique imitative à moderne. Parallèlement, on se demandera si l’on peut appréhender la danse sans prendre en compte les autres arts dans leur différence générique. En effet, la danse ne s’est pas constituée de manière autonome, mais toujours en rapport avec la musique et l’art dramatique. Le partage théorique lessingien entre arts de la parole et arts plastiques est ainsi mis à mal par la pratique, et c’est bien là l’enjeu qui sous-tend la séance « Quand les arts entrent en scène », où est définie la spécificité d’une esthétique imitative face à celle d’une esthétique moderne.

Cette question de la spécificité de l’art est-elle toutefois séparable de la réception des œuvres ? La première séance de la journée, qui interroge les différentes façons de « libérer l’image » porte sur l’usage des arts, au sens large de l’effet émotif que l’œuvre produit sur le récepteur, autant que du libre investissement sémantique de l’œuvre par celui-ci. À travers les exemples de la redéfinition de la musique au XVIIIe siècle, ou des statuettes-portraits de danseuses au XIXe qui concourent à créer des légendes, les arts se ‘libèrent’ d’un fonctionnement imagé. D’autre part, le rapport interartistique ne concerne pas seulement la réception, il peut aussi, de manière significative, déterminer le pôle de la création littéraire lorsqu’elle se nourrit explicitement du « détour par la danse », comme le mettra en lumière la dernière séance de la journée.

Entre imitation et expression, c’est donc bien la spécificité de l’art de la danse qui sera interrogée, tant à travers le rapport interartistique qu’à travers son développement historique. Tout le propos de la journée, en somme, sera de se demander de quoi est capable la danse…

Programme :

Continuer la lecture de Journée d’études : « Littérature, peinture, danse XVIIIe-XXe s.», (Paris, Université Sorbonne Nouvelle, 22 mai 2017)

Colloque : « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui. Une invention européenne » (Paris, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque polonaise, Inalco, 12-13 mai 2017)

Dates et lieux du colloque :

Vendredi 12 mai : – matin (9h-13h) : Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris

-après-midi (15h-19h30) : Bibliothèque polonaise (6, quai d’Orléans, 75004 Paris)

Samedi 13 mai (9h-19h30) : Inalco, Amphi 5 (65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris)

Le dernier film d’Andrzej Wajda, Les fleurs bleues (2016), dédié à la figure de Władysław Strzemiński, invite à s’interroger sur le destin des avant-gardes artistiques. Que sont- elles devenues près d’un siècle plus tard ? Les mots « futurisme » ou « constructivisme» signifient-ils encore quelque chose pour nous ?

Organisé dans le cadre de 2017, Année des avant-gardes en Pologne, associé à des expositions ou à des présentations en ligne, ce colloque se donne pour objectif d’articuler les rappels historiques à une réflexion sur la dynamique conceptuelle d’œuvres et d’idées dont on interrogera les prolongements possibles à notre époque.

Nos débats seront l’occasion d’évoquer les grandes figures centre-européennes de ce mouvement, mais aussi d’explorer les liens entre avant-gardes et «modernisme» et leurs correspondances avec les arts, c’est-à-dire la pluralité des supports employés par des artistes avides de faire correspondre leur pratique aux mutations de notre monde.

Comité scientifique :

Piotr BIŁOS
Maria DELAPERRIERE Agnieszka KARPOWICZ Pawel RODAK Catherine SERVANT

Nous remercions le Musée d’Art de Lódź de nous avoir aimablement autorisés à reproduire sur notre programme l’œuvre de Henryk Berlewi Mechanofaktura biało-czerwono-czarna, 1924.

Continuer la lecture de Colloque : « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui. Une invention européenne » (Paris, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque polonaise, Inalco, 12-13 mai 2017)

Conférence: Matisse et le coup du bambou, Paris, INHA, 12 mai 2017

Spécialiste de l’art européen et américain du  XXe siècle, Yve-Alain Bois s’intéressera à la canne de bambou comme instrument de dessin pour Henri Matisse. Cette pratique inhabituelle est directement liée à la découverte, dès les années 1900, qu’il lui est impossible de mettre au carreau un dessin en vue d’une grande composition, puisque la qualité d’une couleur se modifie en fonction de la quantité de surface qu’elle recouvre.

À la fin des années 1940, alors qu’il décore la Chapelle du Rosaire à Vence, Matisse a encore recours à cet outil particulièrement difficile à manier. Mais si l’usage de la canne va de soi pour certains muraux, il semble paradoxal pour le Chemin de Croix dont les quatorze stations sont d’abord esquissées séparément sur papier à leur échelle définitive. Et s’il s’agissait cette fois pour Matisse, dans cette œuvre délibérément sauvage, de trouver le moyen de perdre le contrôle?

Intervenant

  • Yve-Alain Bois (School of Historical Studies, Princeton)

Responsable scientifique

  • Elitza Dulguerova (INHA)

___

Informations pratiques

12 mai 2017 – 18H-20H

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Source: https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/mai-2017/matisse-et-le-coup-du-bambou.html

Colloque: Pierre-Albert Birot (1876-1967), au confluent des avant-gardes, (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC, 4-5 mai 2017)

Pierre Albert-Birot (1876-1967) au confluent des avant-gardes

Couverture de la maquette de Sic. Fonds Pierre Albert-Birot/Archives IMEC

Colloque à l’IMEC dirigé par Carole Aurouet et Marianne Simon-Oikawa

« Pierre Albert-Birot est une sorte de pyrogène / Si vous voulez enflammer des allumettes / Frottez-les donc sur lui / Elles ont des chances de prendre / Trop peu de pyrogènes aujourd’hui / Mais je ne dis rien des allumettes ». Un artificier de la création, un homme rare parmi les poètes et les artistes de son époque : tel est le jugement que porte sur lui Apollinaire, dont il fut l’un des plus proches amis.

Pierre Albert-Birot (1876-1967), venu tard à la poésie, à 40 ans, fut un infatigable expérimentateur. Tour à tour sculpteur, peintre, éditeur, imprimeur, poète, homme de théâtre, scénariste, il est aussi l’auteur d’une oeuvre à bien des égards pionnière. Fondateur de la revue SIC (Sons, Idées, Couleurs, 1916-1919), il accueille les œuvres des créateurs les plus audacieux de son époque : Apollinaire, Soupault, Reverdy, Picasso, Zadkine, mais aussi Survage ou Chana Orloff. Dans son œuvre personnelle, il innove dans des domaines aussi variés que la poésie visuelle (poèmes-affiches, poèmes-pancartes), la poésie sonore (poèmes à crier et à danser), le théâtre (pièces pour marionnettes, théâtre circulaire) ou le cinéma avec ses ciné-textes poétiques. Il s’illustre dans le haiku comme dans l’épopée, avec son Grabinoulor, une coulée de près de 1 000 pages sans aucun signe de ponctuation. Parallèlement, il explore dans toute son œuvre, une série de thèmes récurrents qui sont la marque de son univers : la relation avec les arts, le double intérieur, la quête des origines.

Longtemps éclipsée par les surréalistes, qui ne lui pardonnaient pas son indépendance, l’œuvre de Pierre Albert-Birot fait l’objet d’une nouvelle reconnaissance. Il importe aujourd’hui de retracer le parcours peu commun de ce créateur joyeusement moderne qui, sûr de son chemin, écrivait : « Je peux conduire, ou marcher côte à côte, marcher derrière, jamais ». Le présent colloque se donne ainsi pour but d’étudier comment Albert-Birot, à l’issue d’un long cheminement vers la modernité, découvrit les avant-gardes et y participa pleinement, sans adhérer à aucune école ni même à aucun mouvement autre que le nunisme, qu’il avait fondé. Il sera ainsi l’occasion de mesurer sa place dans les avant-gardes européennes, dans les arts de la scène et les arts visuels, mais aussi dans l’univers de l’épopée avec Grabinoulor. Ses relations avec les peintres et les poètes seront aussi abordées.

Ce colloque constitue l’une des manifestations phares de l’année 2017, parallèlement à une série d’autres événements organisés autour de l’œuvre de Pierre Albert-Birot : Huitièmes Rencontres poétiques à l’IMEC en partenariat avec le Rectorat de l’académie de Caen d’octobre 2016 à mai 2017, publication de Petites gouttes de poésie avec quelques poèmes sans gouttes (poèmes d’Albert-Birot et illustrations de Bobi + Bobi, Møtus) en février, parution d’un numéro double de la revue Europe « Pierre Albert-Birot / Claude Cahun » en avril, entre autres.

Programme

Premier jour : PAB dans son temps

10h15-10h30. Accueil des participants

10h30-10h45. Allocutions de bienvenue : Région, IMEC (Albert Dichy) et Joëlle Jean

10h45-11h. Présentation : Carole Aurouet et Marianne Simon-Oikawa

11h-12h30 PAB et les avant-gardes européennes Modératrice : Barbara Meazzi

Pascal Rousseau : « « Être nuniste ou ne pas être » : le présentisme de Pierre-Albert Birot »

Prosper Hillairet : « Survage et les Rythmes colorés »

Montserrat Prudon-Moral : « De « L’art poétique », le dialogue catalan de PAB »

12h30-14h : déjeuner

14h-16h La guerre, creuset des avant-gardes Modératrice : Joëlle Jean

Laurent Véray : « Présentation et projection du film En Somme »

Debra Kelly : « Pierre Albert-Birot n’ira pas à la guerre : expériences et imaginaires en temps de guerre »

Luc Vigier : « SIC et le design musical de la pensée »

16h-16h30 : pause

16h30-17h30 PAB, homme d’images Modérateur : Laurent Véray

Anne Reverseau : « Pierre Albert-Birot, photographe photographié »

Carole Aurouet : « PAB et le cinéma » 20h30-21h30 Salut à Arlette Albert-Birot

Deuxième jour : PAB en lui-même

9h45 : Accueil

10h00-11h30 L’avant-garde au quotidien : PAB, Apollinaire et Grey Modératrice : Debra Kelly

Bernard Baillaud : « Entre Guillaume Apollinaire et Jean Paulhan, la ligne PAB »

Peter Read : « Albert-Birot en coulisses : Les Mamelles de Tirésias »

Barbara Meazzi : « PAB et Roch Grey : histoire d’une amitié »

11h30 : pause

11h45-13h15 PAB et le livre Modératrice : Madeleine Renouard –

Sophie Lesiewicz : « PAB éditeur de livres graphiques » –

Marianne Simon-Oikawa : « La genèse des poèmes visuels de PAB : l’histoire d’une métamorphose »

Anne-Christine Royère : « Poèmes-affiches, poèmes-pancartes, poème-timbre : tradition et filiation de la poésie visuelle de PAB »

13h15-14h30 : Déjeuner

14h30-16h Avant-gardes théâtrales et arts et la scène Modérateur : Peter Read –

Didier Plassard : « L’écriture théâtrale pour marionnettes de Pierre Albert-Birot »

Jean-Pierre Bobillot : « Poême à crier et à danser etc. : une approche médiopoétique »

Julien Blaine : « Interactions & in(ter)ventions en faveur de Silex »

Conclusions du colloque

Source: https://www.fabula.org/actualites/pierre-albert-birot-1876-1967-au-confluent-des-avant-gardescolloque-l-imec-dirige-par-carole_79038.php

Journée d’études : « Des insectes au musée » (le 28 avril 2017, Paris, Musée du quai Branly)

Des insectes au musée

Le projet de cette journée est de partir d’une œuvre conservée au musée du quai Branly pour initier un dialogue entre artistes et chercheurs travaillant sur une question soulevée par cette oeuvre.

L’installation de Sammy Baloji « Essay on Urban Planning » (2013) montre la façon dont s’entremèlent l’entomologie coloniale, et l’urbanisation de la ville de Lumbumbashi.  L’œuvre  se déploie en un échiquier de douze tirages photographiques couleur montant alternativement des vues aériennes actuelles de la ville de Lubumbashi et des images réalisées dans la collection entomologique du musée de la ville. A proximité de ce montage est reproduit un extrait de texte de 1931 « L’Urbanisme au Katanga », qui détaille l’urbanisme ségrégationiste et évoque la conception d’un cordon sanitaire qui sépare les zones d’habitation blanches et noires selon le calcul du vol des moustiques. Nous souhaitons faire dialoguer ce travail photographique avec l’œuvre Sector IX B Matthieu Abonnenc (2015) qui construit un récit fictionnel où interviennent des insectes au sein de collections ethnographiques, dans un musée de l’Homme en  rénovation. Ces travaux pourraient ête confrontés avec avec celui mené par Hugh Raffles sur la présence des insectes dans les appartements à New-York.

Après une matinée de discussion entre et avec ces deux artistes, nous donnerons la parole à des anthropologues et des conservateurs qui travaillent sur la gestion des insectes dans les musées et les villes aujourd’hui. Cette discussion portera sur les modalités de confinement et de cohabitation des hommes avec les insectes dans ces deux écologies.

Journée d’études organisée par le département de la recherche du musée du quai Branly – Jacques Chirac en collaboration avec les Labex Création Art Patrimoine et Patrima.

 

Continuer la lecture de Journée d’études : « Des insectes au musée » (le 28 avril 2017, Paris, Musée du quai Branly)

Journée d’études : « Les formes de l’agir créatif : Quelles pratiques culturelles d’émancipation aujourd’hui ? » (le 27 avril 2017, Paris, INHA)

Journée d’études – Paris, Jeudi 27 avril 2017 / Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e, Salle Jullian 1er étage

Les formes de l’agir créatif : Quelles pratiques culturelles d’émancipation aujourd’hui ?

  • Organisatrices :

Aline Caillet, MCF en esthétique et philosophie de l’art, Université Paris 1

Cécile Mahiou, Docteure en esthétique et philosophie de l’art, Université Paris 1

En partenariat avec Sophie Cras (MCF en Histoire de l’art, Université Paris 1, HiCSA)

  • Présentation

Les études critiques de la culture se sont établies dans le refus de considérer les pratiques culturelles et la consommation de biens culturels comme étant uniquement soumises aux déterminismes économiques et sociaux. Récusant les théories de l’aliénation et de la culture de masse, ces analyses, formulées en termes de culture du pauvre (The Uses of Literacy / R. Hoggart), de culture populaire (The Making of the English Working Class / E.P. Thompson), d’échanges de significations (« giving and taking of meaning » / S. Hall) ou encore d’invention du quotidien (M. de Certeau), ont eu pour point commun de repérer des manières de faire, des rituels de la vie sociale ou encore des formes de vie dont la liberté créatrice œuvre à la production d’une subjectivité émancipée.

Ces analyses – y compris dans leurs prolongements contemporains – restent pour l’essentiel centrées sur la figure de la réception, et laissent le plus souvent de côté la question de la production proprement dite – qui suppose l’inscription dans un champ économique et social, et une maîtrise scientifique et technique. Cette journée d’étude se propose de pallier ce manque, en interrogeant le potentiel émancipateur des pratiques culturelles, à la frontière entre développements théoriques et esthétiques, et expérimentations socio-politiques concrètes. Un retour historique ainsi qu’une perspective sur l’art actuel permettront de réfléchir à des modes de production tels que les pratiques contre-culturelles ou amateures, les pratiques d’édition collective, d’investissement des lieux publics, de déploiements numériques ou hacktivistes.

Programme

Continuer la lecture de Journée d’études : « Les formes de l’agir créatif : Quelles pratiques culturelles d’émancipation aujourd’hui ? » (le 27 avril 2017, Paris, INHA)

Soutenance de thèse : « ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968) » par Noemi Joly (28 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Noemi Joly soutiendra sa thèse de doctorat : ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968)

sous la direction d’Arnauld Pierre

le vendredi 28 avril 2017
à 13h30

à l’INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2e

En présence du jury :

MME BERTRAND-DORLÉAC ( Science Po )
M. DUFRENE ( PARIS 10 )
M. LEEMAN ( BORDEAUX 3 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
MME STAVRINAKI ( PARIS 1 )

ZERO apparaît le 24 avril 1958 à l’occasion de la septième « exposition d’un soir » qui a lieu à Düsseldorf, dans l’atelier d’Otto Piene et de Heinz Mack. La thématique de cette exposition, « Le tableau rouge », rejoint celle du premier numéro de cette nouvelle revue d’artistes, ZERO. S’ensuivent deux autres numéros, respectivement sortis en octobre 1958 (« Vibration ») et en juillet 1961 (« Dynamo »). Autour de la revue pilotée par Mack et Piene se nouent alors différents projets collaboratifs et expositions collectives, à partir desquels ZERO devient une sorte d’échangeur entre plusieurs tendances nées au tournant des années 1950-1960. Cette recherche monographique a pour ambition première de renouveler les perspectives sur une revue et une mouvance artistique peu étudiées en France, et ce à partir de la question de l’immatériel réfractée au prisme de la technique. L’optimisme technologique présumé de ZERO est réexaminé à l’aune du « discours autorisé », de la poïétique des oeuvres, de l’expérience esthétique et de leur réception critique. Dès lors, les oeuvres et les discours dévoilent une image bien moins nette du passé, tissée de contradictions, qui traduit d’une part la difficile négociation d’un tournant sociétal marqué par la mécanisation et l’automation, l’information, l’accélération et la menace nucléaire et, d’autre part, l’ambition pour l’art dynamique (vitaliste) et « idéaliste » de ZERO de jouer un rôle actif dans la définition de l’époque, en s’adressant aux imaginaires et en occupant les territoires de l’expérience sensible.

(source http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-NOEMI-JOLY-ZERO-et-le-devenir)

Table ronde : Autour d’une icône : « Fontaine » de Marcel Duchamp, 1917, Paris, Centre Pompidou, 26 avril 2017

Le 26 avril 2017, à 19h00 (2h00)

Petite salle – Centre Pompidou, Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

À l’occasion du colloque organisé par l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris sur la Valeur de l’art, une soirée-discussion autour de l’une des plus importantes icônes de l’art contemporain et de la collection du Centre Pompidou : la célèbre et provocante Fontaine de Duchamp, datée de 1917.
Avec Philippe Comar, Elsa Sahal, Bertrand Lavier, Saadane Afif, Bernard Blistène, Cécile Debray, Michel Gauthier, et le Philadelphia Museum of Art

Organisateur : DDC / J-M Colard

Source: https://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-896f247353f51fde9fdb55a798715cf2&param.idSource=FR_E-896f247353f51fde9fdb55a798715cf2

Journée d’études « Intervenir. Art et architecture dans l’espace public européen du XIXe au XXIe siècle » (18 mai 2017, Paris, INHA)

Jeudi 18 mai 2017 de 9h30 à 18h

INHA, salle Demargne

2 rue Vivienne

75002 Paris

Entrée libre

Des nouvelles théories urbaines du début du XIXe siècle aux smart cities contemporaines, en passant par la reconstruction et les mégastructures des années 1950-60 ou les entreprises de rénovation, des années 1970 et 1990, l’espace public des villes européennes a été le lieu d’interventions, d’unions et de confrontations avec l’art et l’architecture. Continuer la lecture de Journée d’études « Intervenir. Art et architecture dans l’espace public européen du XIXe au XXIe siècle » (18 mai 2017, Paris, INHA)

Soutenance de thèse : « Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde. » par Alla Chernetska (22 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Alla Chernetska soutiendra sa thèse de doctorat : Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde.

le samedi 22 avril 2017

à 9h30

à l’INHA, Galerie Colbert, 1er étage, salle Jullian – 2, rue Vivienne – Paris 2e

  • Jury
  1. Philippe DAGEN, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
    Mme Olga KISSELEVA, maître de conférences HDR à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    M. Jean-Marie SCHAEFFER, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche CNRS
    M. Jean-Paul FOURMENTRAUX, professeur à Aix-Marseille Université
    M. Jean-Marc CHOMAZ, directeur de recherche CNRS, laboratoire d’hydrodynamique (Ladhyx) et professeur à l’École Polytechnique
  • Résumé

L’art et la science sont des voies parallèles de connaissance du monde, même si chacun utilise ses propres moyens. Ayant des approches différentes, les deux sont en quête de l’invisible, de ce qui se trouve au-delà de la première perception de la réalité, pour aboutir à la découverte de nouveaux phénomènes dans le réel. Les collaborations actuelles entre les artistes et les scientifiques m’ont conduite à la recherche de nouvelles approches de la réalité que ces projets communs puissent apporter à l’Humanité. En découvrant le domaine Art & Science, je me suis interrogée sur des démarches et des méthodes considérées depuis longtemps comme incompatibles, qui sont en train de converger en un langage commun se créant à la frontière de l’art et la science.
Notre recherche se fonde sur plusieurs témoignages, comme des artistes, ainsi des scientifiques qui ont participé à des projets communs. A travers les différentes collaborations nous avons analysées, d’une part, les points de vue communs des artistes et des scientifiques, et, d’autre part, les difficultés qu’ils ont dû surmonter pour aboutir au résultat voulu.
Étant un domaine assez récent, Art & Science suscite beaucoup d’interrogations. Cette thèse se focalise sur l’essence et les buts des collaborations entre les artistes et les scientifiques afin de comprendre la spécificité des projets Art & Science et voir quel impact ces projets peuvent avoir sur la société.

Colloque : « Pratiques artistiques et tabous » (du 21 au 23 avril 2017, Hammamet, Hotel Phenicia)

PRATIQUES ARTISTIQUES ET TABOUS

  • LIEU : Hotel Phenicia Hammamet, Tunisie ;
  • DATES : 21-22-23 Avril 2017

Programme du colloque

Vendredi 21 Avril 2017
11h30: Arrivée à l’hôtel et logement
12h30 : Déjeuner

  • 13h45 -14h00: Ouverture du colloque

Allocution du directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Tunis.
Présentation du colloque par la responsable de l’Unité de recherche.

  • 14h00-15h00 : Conférence inaugurale:  Yves MICHAUD : Tabous et transgressions aujourd’hui : un défi pour les artistes.
  • Débat.

15h00-16h20: Première séance

Modérateur: Nadia JELASSI

  • 15h00-15h20: Sarra KOUBAGI (Université de Tunis): C’est quoi un tabou ? Une réflexion sur l’analyse foucauldienne des interdits.
  • 15h20-15h40: Moez SAFTA (Université de Tunis): Digressions sur l’art comme réconciliation avec l’inquiétante étrangeté.
  • 15h40-16h00: Emile GARCIA GUILLEN (Université libre de Bruxelles): L’art, le sacré et la puissance des images : trois affaires et un malentendu.
  • 16h00-16h20:Débat

16h20-16h40: Pause-café

16h40-18h30:Deuxième séance

Modérateur : Nizar MOUAKHAR

  • 16h40-17h00: Moufida GHODHBANE (Université de Carthage): Le tabou: frontières à affronter et à franchir.
  • 17h00-17h20: Martine LACAS (Ecole des Hautes études en Sciences Sociales): Le « rien » tabou de la représentation : du voile et de ses substituts en peinture.
  • 17h20-17h40: Houda FARTOUNA (Université de Tunis): « Coupable de normalisation » : le west-Eastern Divan Orchestra une alternative à contre-courant
  • 17h40-18h00: Moez KEFI (Université de Tunis): Le tabou : un outil de promotion atypique de la musique tunisienne contemporaine.
  • 18h00-18h30: Débat

19h30: dîner

Continuer la lecture de Colloque : « Pratiques artistiques et tabous » (du 21 au 23 avril 2017, Hammamet, Hotel Phenicia)