Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Colloque : 27-29 novembre 2017
Abstracts à envoyer avant le 30 juin 2017

Centre Allemand d’Histoire de l’Art
45, rue des Petits Champs
75001 Paris
Métro : Pyramides (lignes 7 et 14)

Conseil scientifique: Julia Drost (DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Paris Nanterre), Anne Helmreich (College of Fine Arts, Texas Christian University), Martin Schieder (Universität Leipzig) and Susan Power (chercheuse indépendante).

Tout en se considérant comme une avant-garde internationale, Breton et les surréalistes n’avaient au départ pas intégré les États-Unis à leur planisphère, comme l’atteste en 1929 le fameux Le monde au temps des surréalistes. Cependant, dès 1930, le surréalisme y fut soutenu économiquement et institutionnellement. En novembre 1931, la première exposition d’art surréaliste aux États-Unis, Newer Super Realism, fut organisée au Wastworth Athaneum à Hartford dans le Connecticut. La Julien Levy Gallery, qui ouvrit la même année, offrit à Salvador Dalí, Max Ernst, Alberto Giacometti et René Magritte leur première exposition aux États-Unis, tandis que des artistes américains comme Man Ray, Joseph Cornell, Walter Quirt ou Lee Miller y furent également exposés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreux surréalistes avaient trouvé refuge aux États-Unis, les expositions, objets, publications surréalistes et les différents soutiens du mouvement permirent à de nouvelles formes hybrides de se propager à travers les États-Unis, de la côte Ouest à Chicago et au-delà, et ce bien après la fin du conflit.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Résumé

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux français, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des productions. Ce colloque se propose donc de faire dialoguer des praticiens, artistes et techniciens avec des chercheurs et des théoriciens universitaires.

Annonce

Colloque international, Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 8 – 9 – 10 mars 2018, Dans le cadre de l’exposition « Effets spéciaux : crevez l’écran ! » (octobre 2017 – août 2018) et dans le cadre du projet de recherche, « Les arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »

Argumentaire 

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des films. Car depuis son invention – et même avant avec la photographie, la féerie théâtrale, le théâtre de magie et la prestidigitation – le trucage a toujours été omniprésent au cinéma et s’y est déployé sous différentes formes, partout dans le monde, y compris en France.

En effet, en dépit d’un stéréotype tenace, les films français regorgent d’effets spéciaux et d’effets visuels : il est temps de mettre en lumière cet aspect du cinéma français, au-delà des figures fondatrices (et donc incontournables) de Georges Méliès, Segundo de Chomón et d’Émile Cohl.

Tout au long de son histoire, le cinéma français a été nourri par les trouvailles de personnalités tombées dans l’oubli, comme les Assola père et fils ou les artistes étrangers accueillis sur les plateaux avec leur conception des techniques d’illusion : le peintre sur verre britannique Walter Percy Day, les décorateurs russes Paul Wilcké et Nicolas Minine, et même le chef opérateur Eugène Schüfftan, inventeur de l’effet qui porte son nom. Inversement, les techniques et images françaises ont souvent inspiré, plus ou moins légalement, d’autres cinématographies : le procès d’Abel Gance contre Gregg Toland après la sortie de Citizen Kane, est un exemple parmi d’autres. Qui, du Français André Debrie ou de l’Américain Linwood Dunn, inventa le premier la tireuse optique pour trucage ? Quels liens entre le Transflex mis au point par Henri Alekan avec Georges Gérard en 1954 et la projection frontale utilisée par Stanley Kubrick pour réaliser le prologue de 2001 l’odyssée de l’espace en 1968 ?

Continuer la lecture de Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Appel à communication : « Art & Activism: Resilience Techniques in Times of Crisis » (jusqu’au 31 mai 2017)

Dates et lieu du colloque : 13-15 décembre, Leyde.

Hosted by the Research Center for Material Culture of the Volkenkunde Museum (National Museum of World Cultures)

Abstracts due: 31 May 2017 (300 words + bibliography of 3-5 key sources + short bio note). Notification by: 1 July 2017

Send to: artandactivismcon@gmail.com

Confirmed Keynotes:
T.J. Demos (University of California Santa Cruz) and Susan Cahan (Yale University)

The conference Art & Activism aims to understand the force of art to engage and express political sentiment. At the heart of any art that can be called activist is a firm revolutionary belief in the possibility of societies reforming and improving. Behind its obvious involvement with present issues and concerns, activist art is always oriented to shaping an ameliorated future. This public role is not uncontested. The arts are (perpetually) under attack. A sense of crisis, moreover, is widely felt among contemporary artists and activists, who experience precarity, marginalization, and vulnerability on a daily basis and may put their bodies on the line. The idea of crisis, both in the arts and in society, has been widely articulated by scholars and critics. This interdisciplinary conference aims to create a space in which participants from scholarly, artistic and activist backgrounds can learn from and collaborate on a horizontal plane.

It specifically invites contributions that scrutinize, assess and critique resilience techniques; technologies, technics and tools developed by individuals and groups in the form of material and/or knowledge practices that are developed to cope with (structural) crises. Resilience articulates more than simply a state of being, faculty or habit; it refers to an active ability to rebound and spring back from deforming forces, to recompose oneself and rebuild what has been destroyed or put under pressure. When we argue that the arts can contribute to and help build up civil and political resilience, resilience also points towards an element of civil, aesthetic and political ‘elasticity’.  The arts are a site where activist strategies and techniques can be developed and performed by fostering the imagination into new modes to “resist!” but also to “persist!”

List of possible topics:

  • Why have there been no great [x] artists? The legacy of feminist art historical critique in an intersectional and transnational framework
  • A Resilience Studies? Resilience in the context of shock and disaster capitalism in (post)modernity; Relational resilience as “supported vulnerability” (Judith V. Jordan); Artistic research into resilience techniques (somatechnics)
  • Affective politics: Artistic and cultural practices of reparations, reconciliation and redressive gestures; Infrastructures of Feeling (Raymond Williams); Cruel Optimism and Intimate Publics (Lauren Berlant)
  • Whose lives matter? Material practices of collecting in the scope of colonialism and war with attention to bio- and necropolitics in art world wide
  • Structural inequality in the arts industrial complex; Genealogies of particular social movements and artistic movements working together

We particularly encourage attention to the resilient voices in the “subaltern discourses” of Indigenous, Protest and Anti-globalization Practices; Post-Black Art; Bio-Art; Disability Arts; Trans* Cultural Production, and Migrant Aesthetics.

N.B. The conference venue is equipped for ramps and an elevator for people with mobility issues, wheelchair users, and equipment for visually impaired people. Sign language interpreters can be requested with at least one-month notice.

The conference program will run from Wednesday afternoon to Friday afternoon to accommodate those who need to travel to Leiden.

Registration fee for 3 days: €60,- (regular), €15,- (unwaged/students)

Conference organizers: Eliza Steinbock, Bram Ieven, Rob Zwijnenberg, Kitty Zijlmans(Leiden University Center for the Arts in Society) and Marijke de Valck (Utrecht University) with Mir Marinus (research assistant) and Ángela Caceres Tena, Marta García (interns)

Advisory board: Wayne Modest (Research Center for Material Culture, Free University Amsterdam), Janneke Wesseling (Leiden Academy of Creative and Performing Arts), Eugene van Erven (Utrecht University ), Jeroen de Kloet (University of Amsterdam)

 

Appel à communication : « L’Image consommée : excès, limites et transformations » (jusqu’au 26 mai 2017)

Dates et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017, Montréal, Université de Montréal

Dans l’introduction de son essai Le destin des images (2003), Jacques Rancière analyse les significations et transformations contemporaines des images, en se demandant s’il « n’y a pas, sous le même nom d’image, plusieurs fonctions dont l’ajustement problématique constitue le travail de l’art ? ». Face à l’hétérogénéité et la prolifération des formes visuelles qui ne peuvent être quantifiées ou étudiées dans leur totalité, la question du « comment » s’impose. De quelle(s) manières nous approprions-nous les images que nous regardons ? Quels types de rapports ou de réponses artistiques sont générés? Dans le sillage de cette réflexion, la cinquième édition du colloque Arts et médias de l’Université de Montréal invite ses participants à se questionner sur les liens qui se nouent entre les images de l’art et les pratiques de consommation qui les caractérisent, dans les domaines de l’histoire de l’art, des études cinématographiques et du jeu vidéo.

Continuer la lecture de Appel à communication : « L’Image consommée : excès, limites et transformations » (jusqu’au 26 mai 2017)

Appel à communication : « Autoportraits en costumes : jeux d’identifications multiples » (jusqu’au 30 mai 2017)

DATE LIMITE : 30 mai 2017

DATE ET LIEU DE LA CONFÉRENCE : 24 novembre 2017 à l’Ecole des Beaux Arts de Nantes

Projet co-organisé par Valérie Morisson (Université de Bourgogne – TIL), Julie Morère (Université de Nantes – CRINI), Emmanuelle Cherel (Beaux Arts Nantes – CRENAU)

En collaboration avec Laurent Mellet (Université de Toulouse – CAS ARTLab)

Autoportraits déguisés : moi est un autre

L’autoportrait semble pouvoir être une confession sincère (comme le suggère Philippe Le Jeune dans Le Pacte autobiographique, Seuil, coll. « Poétique », 1975) ou bien une stratégie de dissimulation. Il s’agit bien souvent d’une représentation de soi  dépassant le « sujet artiste » représenté pour aborder d’autres questions plus vastes. De la même manière, l’autoportrait en costume, ou déguisé (en peinture, photo, vidéo), dans lequel moi devient autre, peut soit préserver l’artiste d’une exposition/exhibition de soi, ou le mener vers des je/ux parfois dangereux. C’est un genre ou un mode complexe que cette conférence entreprend de mieux cerner. En peinture, le costume bénéficie d’un intérêt nouveau : dans Fabric of Vision : Dress and Drapery in Painting (Bloomsbury Academic, 2016), Anne Holander souligne que le vêtement est aussi important aux yeux du peintre que tout autre élément de la composition. Cela est d’autant plus vrai du costume ou déguisement dans l’auto-portrait. Dans certaines compositions classiques, plusieurs peintres ont joué à dissimuler une image d’eux-mêmes en costume. En effet, Véronèse, vêtu de blanc, apparaît dans Les Noces de Cana, 1562 tandis que Rembrandt se pare d’un vêtement oriental dans un très célèbre autoportrait, L’Artiste en costume oriental (1631). L’autoportrait doit être considéré autant comme un dispositif expérientiel privé, voire intime, d’exploration de soi que comme une mise en scène de soi destinée à être exposée publiquement, questionnant le statut social et politique de l’artiste, de l’individu, de sa communauté. Le port d’un costume introduit une complexité ou un artifice supplémentaire dans ce double processus, puisqu’il peut être simplement ludique, ou bien plus troublant. Or, malgré l’abondance d’autoportraits en costume, cette complexité n’a que très peu été explorée.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Autoportraits en costumes : jeux d’identifications multiples » (jusqu’au 30 mai 2017)

Appel à communication : « Écriture et équation du « hasard » dans les arts, les lettres et les sciences » (jusqu’au 30 mai 2017)

DATE LIMITE : 30 mai 2017

DATE ET LIEU DE LA JOURNEE D’ETUDES : 27 septembre 2017 à l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Le hasard existe-t-il?

Sommes-nous des êtres qui suivons un chemin déjà tracé? Le mystère des coïncidences fortuites n’a cessé tout au long de l’histoire de marquer les esprits.  Les religions ont persuadé les croyants des interventions divines, la coïncidence provenant d’une volonté d’ordre cosmique : la naissance du miracle affaiblit le hasard. Les questionnements sur le destin et la destinée éveillent du même tenant la vieille querelle entre Jésuites et Jansénistes à propos de l’aventure humaine sur terre et de son degré de liberté.

Les analogies, les correspondances, les rencontres improbables nous propulsent hors de notre rapport logique au monde et posent la question d’un au-delà de la raison. Elles semblent renvoyer à des phénomènes parapsychologiques et paranormaux qui mettent au débat, par exemple, la répétition de scénarios de vie, les hésitations de la mémoire quant à la saisie de scènes entre illusion du possible et l’impression du déjà vu ou vécu, la conscience inductive ou les expériences de la pensée positive : autant de pistes interrogeant le hasard entre opération et équation.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Écriture et équation du « hasard » dans les arts, les lettres et les sciences » (jusqu’au 30 mai 2017)

Appel à communication : colloque « Les artistes et leurs institutions » (jusqu’au 22 mai 2017)

 Date et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017 à Bordeaux.

Résumé

Ce colloque propose de traiter, d’une part, la manière dont les artistes, pris dans leur diversité et les institutions interagissent et se coordonnent et, d’autre part, sur les effets individuels et collectifs de ces modalités d’interaction. Il s’agira de définir et d’appréhender la variété des registres d’action des institutions dans le domaine artistique ainsi que les usages qu’en font les artistes.

Argumentaire

Pendant plusieurs décennies, les sciences sociales ont œuvré en France à saisir les grands mécanismes présidant à la structuration des mondes de l’art ainsi que leurs modes de fonctionnement en mobilisant divers angles d’analyse : espaces de biens matériels et symboliques (Boltanski, 1975 ; Bourdieu, 1992), catégories d’acteurs (Moulin, 1992), marchés du travail et de l’emploi (Menger, 1997). Ceci a notamment permis de documenter finement les processus d’élaboration des politiques artistiques (Urfalino, 1989 ; Dubois, 1999), leurs effets sur les pratiques culturelles, les mécanismes de fabrication de la valeur des œuvres et de leur(s) signataire(s) (Heinich, 1998) ainsi que les catégorisations artistiques (Maigret, 1994 ; Brandl, 2006 ; Faure, 2008). Par ailleurs, certains questionnements se sont davantage tournés vers le déroulement des parcours professionnels artistiques (Sorignet, 2001 ; Coulangeon, 2004 ; Laillier, 2011) et les relations qui se tissent entre artistes et institutions multiples (ministère de la Culture, administrations déconcentrées, écoles de formation, services culturels municipaux, Pôle emploi spectacle, SACEM, etc.), chargées de les soutenir ou de les accompagner. Si ce type de questionnement est relativement ancien, une série de recherches récentes tend à le renouveler en se penchant notamment sur des niveaux d’échelle plus « micro » et sur  l’analyse de ces relations « en train de se faire ». Des travaux existent ainsi sur les rapports aux services culturels des collectivités (Mirouse et Haschar-Noé, 2010), les mécanismes d’attribution d’aides à la création (Germain-Thomas, 2013), tandis que des recherches élargissent le regard aux institutions jouant un rôle d’intermédiation sur le marché du travail, telles que l’ANPE Spectacle (Sigalo Santos, 2013), les dispositifs de protection sociale (Pilmis, 2010), les agences artistiques (Lizé et al., 2011), ou encore à d’autres acteurs en charge notamment de la protection contre la précarité (Avarguez et al., 2014) ou de l’appui à la « reconversion » (Julhe et al., 2015 ; 2016), etc. Partant de là, ce colloque propose de revenir, d’une part, sur la manière dont les artistes, pris dans leur diversité (spectacles vivants, arts plastiques, productions littéraires et cinématographiques, auteurs, interprètes, compositeurs, etc.), et les institutions (services de l’État, collectivités, agences artistiques, Pôle Emploi, AFDAS, Audiens, CNC, etc.) interagissent et se coordonnent et, d’autre part, sur les effets individuels et collectifs de ces modalités d’interaction. Il s’agira in fine de définir et d’appréhender la variété des registres d’action des institutions dans le domaine artistique ainsi que les usages qu’en font les artistes. Plus particulièrement, une attention sera portée à la manière dont ces relations se déclinent selon les thématiques suivantes :

Thème 1 – Temporalités artistiques et institutionnelles

Au-delà du contexte commun d’accélération qui semble toucher les mondes du travail et les sociétés occidentales dans leur ensemble (Rosa, 2010), il est fréquemment noté que les artistes et les institutions disposent chacun de calendriers et de rythmes temporels qui leur sont propres (Monchatre et Whoel, 2014). Sur cette première dimension, on peut s’interroger, par exemple, sur la manière dont l’évolution des contrats d’aide à la création ou les conventions de subventionnement altèrent les temps de préparation et de maturation des œuvres ou de répétition des spectacles (David-Gibert et al., 2006 ; Mirouse et Haschar-Noé, 2010) ou encore sur les modes d’appropriation, par les artistes intermittents du spectacle, des dispositifs d’indemnisation chômage, en fonction de la temporalité de leur travail artistique et de leur carrière (Langeard, 2017). On pourra également questionner la façon dont s’agencent les temps de travail dans les parcours individuels et ceux dédiés à la formation professionnelle, les évolutions concernant la prise en compte du temps de maternité, l’avancée en âge dans la carrière artistique, etc. La façon dont les employeurs du spectacle (Opéras, CCN, Cabarets, etc.) gèrent le temps de la carrière artistique, ou encore celle dont les agences artistiques rythment les changements d’employeurs ou l’accélération des contrats pourra également être étudiée. Plus largement, il s’agit d’analyser dans ce premier thème la manière dont s’articulent ou se chevauchent les rythmes liés d’un côté aux activités artistiques, aux diverses institutions qui les administrent de l’autre.

Thème 2 – Les artistes, les institutions et leurs espaces

Au cours des dernières décennies, plus particulièrement suite aux processus de décentralisation et de déconcentration culturelles et artistiques (Négrier et Teillet, 2014) et dans le prolongement de l’évolution d’autres politiques publiques (emploi, formation, etc.), le développement de la création artistique s’est assortie d’une recherche d’adéquation avec ce qu’il est convenu d’appeler le « territoire », autrement dit, avec un espace aux frontières fluctuantes jugé pour un temps donné comme le référentiel pertinent de l’action. De la même façon que l’artiste s’inscrit nécessairement dans le temps, il est également marqué par les territoires et leurs instances, ne serait-ce que dans l’instauration de relations spatialisées entre acteurs des mondes culturels et artistiques (Urrutiaguer, Henry, 2012). D’un côté, l’art mondialisé voit les artistes et les œuvres s’exporter et circuler pour atteindre une visibilité qu’ils n’auraient pas nécessairement dans leur pays d’origine. S’engagent ici une série d’actions et de dispositifs visant à assurer le « rayonnement » extérieur d’un ensemble d’artistes et de pratiques culturelles et, ce faisant, celui de son territoire de rattachement, qu’il soit communal, régional ou national (Broclain, 2012). De l’autre, via l’action des collectivités, un « retour au local », à l’action artistique de proximité et l’incitation au dialogue entre pratiques artistiques et problématiques territoriales, contexte qui peut être perçu par certains artistes comme une injonction institutionnelle (Langeard, 2015). On peut ainsi interroger la manière dont les politiques publiques, aussi bien que les artistes eux-mêmes, envisagent ainsi d’amener « l’art » où il ne serait pas (e.g. zones rurales, péri-urbaines, etc.) et s’approprient ces espaces (squat artistique, street art ou land art dit « sauvage », etc.), ou encore souhaitent se donner à voir « hors les murs » des établissements culturels conventionnels. Au-delà de la dialectique entre le global et le singulier, la question est aussi celle de la variabilité des formes de soutien, d’accompagnement et/ou de pratiques artistiques selon les territoires (communes, régions, etc.), mais aussi selon les sous-espaces artistiques (réseaux de diffusion ou circuits de distribution par exemple), et leurs effets sur les parcours professionnels mais aussi, plus largement, sur l’accès aux pratiques culturelles.

Thème 3 – Systèmes de valeurs, classements et reconnaissance

Aux différents niveaux du social, chaque ensemble d’individus dispose de systèmes de pensées et de normes, qui facilitent l’action collective et qui font varier le sens accordé à une pratique, à un objet. Le monde artistique contemporain ne constitue pas une exception en la matière (Heinich, 2005 ; Mauger, 2006). Ainsi, il apparaît pertinent de s’intéresser à ce qui fonde la qualification d’une œuvre, selon les catégories d’acteurs qui en sont à l’origine, les contextes ou encore les périodes historiques. Cela revient à interroger la variabilité des critères mobilisés dans les processus de reconnaissance institutionnelle, mais également la manière dont les artistes tentent de composer ou non avec eux, et les effets de ces positionnements sur les trajectoires individuelles (Faure, 2004). La question de la « consécration » artistique, entendue au sens large et allant du succès commercial ou de la notoriété médiatique à la patrimonialisation d’une œuvre, se situe au cœur d’une grande partie de l’analyse des mondes de l’art et de la culture (Bowness, 1989). Au travers d’une variété de termes sous lesquels cette problématique se décline (consécration, succès, notoriété, renommée, réputation, visibilité, légitimation, etc.), elle s’entend en premier lieu comme le résultat d’une opération de hiérarchisation des œuvres et des artistes, qui s’organise en grande partie selon la logique d’accumulation du capital symbolique (Bourdieu, 1992). Or, l’appréciation de la valeur d’un artiste s’avère marquée par un regard individuel (experts, membres d’un jury, critiques, agents, élus, programmateurs, etc.) porté sur le projet ou l’œuvre de celui-ci, regard lui-même cadré en partie par les attentes d’institutions et leur impératif d’évaluation, susceptible de modifier le jugement sur la qualité d’une œuvre (Faure, 2008 ; Ribac, 2017). Parallèlement, le thème de la « reconnaissance » comporte une dimension plus collective, à travers la façon dont les artistes et leurs représentants parviennent ou non à faire reconnaître leur valeur en tant que groupe professionnel, notamment en matière de droits sociaux (Grégoire, 2013 ; Langeard, 2013). On peut ainsi penser à l’action syndicale et aux diverses mobilisations collectives impliquées dans le travail de construction, consolidation et valorisation du « statut ». Plus encore, il est envisageable d’interroger la relation entre consécration artistique et reconnaissance sociale (Maigret, 1994 ; Péquignot, 2009), l’appui d’une personnalité médiatique pouvant par exemple servir des intérêts collectifs. Enfin, l’accès à la direction d’une institution apparaît pour certaines catégories d’artistes comme un élément central dans une trajectoire de consécration (Glas, 2013).

Afin de favoriser la richesse du croisement des regards, les travaux attendus peuvent se situer à différentes échelles d’analyse (territoriales, sectorielles, interprofessionnelles, etc.), mobiliser plusieurs types de données (quantitatives, entretiens, archives, etc.) et émaner de chercheurs et chercheuses représentant l’ensemble des disciplines en sciences sociales : sociologie, histoire, sciences de l’éducation, économie, droit, anthropologie, etc. Ils peuvent se situer à la croisée de plusieurs thématiques, étant entendu que les processus d’ajustement entre artistes et institutions mobilisent fréquemment les dimensions temporelles, spatiales et normatives.

Modalités de soumission

La proposition de communication, d’une page (environ 3.000 caractères espaces compris), devra préciser la problématique traitée, la méthodologie de recherche adoptée, les données mobilisées et les principales questions, voire les principaux résultats, qui seront présentés lors du colloque.

Elle devra également comporter les éléments suivants : le nom et les coordonnées du ou des auteurs (institution, adresse mail, téléphone), des mots-clés (5 maximum) et une bibliographie aux normes APA.

La proposition de communication est à envoyer pour

le 22 mai 2017

à Samuel Julhe (samuel.julhe@univ-reims.fr) et Émilie Salaméro (emilie.salamero@univ-poitiers.fr).

Une publication est prévue à l’issue de ce colloque. Elle fera l’objet d’un appel à articles et les décisions de publication seront soumises à l’évaluation d’un comité scientifique élargi.

Participation au colloque et inscription

La participation au colloque est gratuite, hormis pour la prise en charge des repas (midi du 16 nov. ; soir du 16 nov. ; midi du 17 nov.)

L’inscription est néanmoins obligatoire et à réaliser avant le 15 octobre.

Comité scientifique
  • Cardon Vincent, MCF, Université de Picardie Jules Verne, CESPRA UMR 8036
  • Faure Sylvia, MCF, Université Lyon 2, Centre Max Weber UMR 5283
  • Goetschel Pascale, MCF-HDR, Université Paris Panthéon-Sorbonne, CHS du XXe siècle UMR 8058
  • Grégoire Mathieu, MCF, Université Paris Nanterre, IDHES UMR 8533
  • Langeard Chloé, MCF, Université d’Angers, GRANEM EA 7456
  • Liot Françoise, MCF, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim UMR 5116
  • Lizé Wenceslas, MCF, Université de Poitiers/Limoges, GRESCO EA 3815
  • Patureau Frédérique, IR, Ministère de la culture et de la communication, DEPS
  • Perez-Roux Thérèse, PU, Université Montpellier 3 Paul Valéry, LIRDEF EA 3749
  • Pilmis Olivier, CR, Centre de sociologie des organisations UMR 7116
  • Richard Etienne, PU, Université Montpellier 3 Paul Valéry, LIRDEF EA 3749
  • Sinigaglia Jeremy, MCF, Université de Strasbourg, SAGE UMR 7363
  • Urrutiaguer Daniel, PU, Université Lyon 2, Passages XX-XXI EA 4160
Comité d’organisation
  • Bourneton Florence, PAST, Institut National Universitaire Champollion.
  • Chopin Marie-Pierre, PU, Université de Bordeaux, CeDS EA 7440
  • Cordier Marine, MCF, Université Paris Nanterre, CERSM EA 2931
  • Honta Marina, PU, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim UMR 5116
  • Julhe Samuel, MCF, Université de Reims Champagne Ardenne, CEREP EA 4692
  • Salaméro Emilie, MCF, Université de Poitiers, CEREG EA 1722

Références citées

  • Avarguez S., Gomel B., Sigalo Santos L., 2014, « L’accompagnement des artistes allocataires du RSA », in A. Eydoux, B. Gomel (éd.), Apprendre (de l’échec) du RSA. La solidarité active en question, Paris, Ed. Liaisons, p. 239-246.
  • Boltanski L., 1975, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la Recherches en sciences Sociales, n°1, p.37-59.
  • Bourdieu P., 1992, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil.
  • Bowness A., 1989, The Conditions of Success. How the Modern Artist Rises to Fame. London, Thames and Hudson.
  • Brandl E., 2006, Ce que l’institutionnalisation fait à la sociologie des arts et de la culture. L’exemple des musiques amplifiées en région. In Girel S. (éd). Sociologie des arts et de la culture. Un état de la recherche. Paris, L’Harmattan, p. 333-360.
  • Broclain E., 2012, Tango. Enjeux d’une stratégie de promotion territoriale fondée sur la réappropriation d’un patrimoine musical, Questions de communication, n°22, p. 123-140.
  • Coulangeaon P., 2004, Les musiciens interprètes en France. Portrait d’une profession, Paris, La Documentation française.
  • David-Gibert G., Guy J.-M, Sagot-Duvauroux D. (dir.), 2006, Les arts du cirque. Logiques et enjeux économiques. Paris, La Documentation française.
  • Dubois V., 1999, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin.
  • Faure S., 2004, Institutionnalisation de la danse hip-hop et récits autobiographiques des artistes chorégraphes, Genèses, n°55, p. 84-106.
  • Faure S., 2008, Les structures du champ chorégraphique français, Actes de la recherche en sciences sociales, n°175, p. 82-97.
  • Germain-Thomas P., 2013, Inventer et construire des compromis entre l’art et l’économie. Négociations, n°20, p. 41-58.
  • Glas M., 2013, Le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (SYNDEAC), miroir et moteur des transformations de l’univers théâtral, Le Mouvement Social, n° 243, p. 67-77
  • Grégoire M., 2013, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes. Paris, La Dispute.
  • Heinich N., 1998, Le triple jeu de l’art contemporain. Sociologie des arts plastiques. Paris, Ed. de Minuit.
  • Heinich N., 2005, L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris, Gallimard.
  • Julhe S., Salaméro E., Honta M., 2015, Aider à la reconversion des danseurs, Revue française des affaires sociales, 1-2, p. 229-247.
  • Julhe S., Salaméro E., Honta M., 2016, Construction d’un malentendu entre porteurs et destinataires d’un dispositif social. Accompagner la “reconversion” des artistes chorégraphiques et des artistes de cirque, SociologieS [En ligne], mis en ligne le 07 mars 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5199
  • Laillier J., 2011, La dynamique de la vocation : les évolutions de la rationalisation de l’engagement au travail des danseurs de ballet, Sociologie du travail, vol. 53-4, p. 493-514.
  • Langeard C., 2013, Les intermittents en scènes. Travail, action collective et engagement individuel. Rennes, PUR.
  • Langeard C., 2017, L’indemnisation chômage au travail. Appropriation d’un dispositif de régulation public par les intermittents du spectacle, Swiss Journal of Sociology, n°43-2, p. 181-203.
  • Langeard C., Liot F., Rui S., 2015, Comment mesurer ce que le théâtre fait au territoire ? Reconfiguration du public et évaluation, Espaces et Sociétés, n°163, p. 107-123.
  • Lizé W., Naudier D., Roueff O., 2011, Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l’art et du commerce. Paris, La Documentation Française.
  • Maigret E., 1994, La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée, Réseaux, n°67, p. 113-140.
  • Mauger G. (dir.), 2006, L’accès à la vie d’artiste. Sélection et consécration artistiques. Paris, Ed. du Croquant.
  • Menger P.-M., 1997, La profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la démultiplication de soi. Paris, La Documentation Française.
  • Mirouse S., Haschar-Noé N., 2010, Vocation artistique et rationalisation du travail : ethnographie d’une compagnie de danse contemporaine, Revue Sciences sociales et sports, n°3, 77-106.
  • Monchatre S., Whoel B. (dir.), 2014, Temps de travail et travail du temps. Paris, Publications de la Sorbonne.
  • Moulin R., 1992, L’artiste, l’institution et le marché. Paris, Flammarion.
  • Négrier E., Teillet Ph., 2014, Le tournant instrumental des politiques culturelles, Pôle Sud, n°41, p. 83-100.
  • Péquignot B., 2009, Sociologie des arts. Domaines et approches. Paris, Armand Colin.
  • Pilmis O., 2010, Protection sociale, structures marchandes et temporalité de l’activité. Pigistes et comédiens face à l’assurance-chômage, Sociologie, vol.1, 2, p. 215-233.
  • Ribac F., Dutheil-Pessin C., 2017, La fabrique de la programmation culturelle, Paris, La Dispute.
  • Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.
  • Sapiro G., 2007, La vocation artistique. Entre don et don de soi, Actes de la recherche en sciences sociales, n°168, p. 4-11.
  • Sigalos Santos L., 2013, Portrait d’un service public en intermédiaire : l’ANPE Spectacle de Paris, Le Mouvement Social, n° 243, p. 31-40
  • Sorignet P.-E., 2001, Le Métier de danseur contemporain, thèse de doctorat, EHESS.
  • Urfalino Ph., D’Angelo M., Friedberg E., 1989, Les politiques culturelles des villes et leurs administrateurs. Paris, La Documentation française.
  • Urrutiaguer D., Henry, Ph., 2012, Territoires et ressources des compagnies en France. Paris, Deps-MCC.

Source: https://calenda.org/402433

Appel à communication: Le corps en faillite : expériences et représentations du handicap dans la littérature et les arts (jusqu’au 15 mai 2017)

Colloque international interdisciplinaire, 20 et 21 octobre 2017

Université Jean Monnet, Saint-Etienne (CELEC) & Université Jean Moulin – Lyon 3 (IETT)

Ce colloque sera consacré à l’expérience et à la représentation du handicap dans la littérature et les arts. Que l’on pense au membre paralysé ou amputé, à la déficience visuelle ou mentale, à l’estropié de guerre ou à l’accidenté de la route, on ne peut que souligner la profonde fascination qu’a suscité le corps en faillite dans la sphère artistique comme dans l’imaginaire populaire. Hors-norme et littéralement extraordinaire, il paraît cependant résister tant à la représentation qu’à l’interprétation, les enjeux qu’il a pu soulever ayant souvent été limités par une vision qui l’a réduit à une version diminuée du « corps normal ». Par ailleurs, puisque l’idéal du « corps sain dans un esprit sain » a longtemps prévalu, le corps handicapé a souvent été présenté comme le symptôme d’une faute morale ou la manifestation physique d’un mal ontologique, approche qui l’a cantonné à une lecture métaphorique ou allégorique.

Ce n’est qu’au milieu des années 1980 que l’attention critique nouvelle suscitée par la   question du handicap en renouvelle les enjeux, alors que les disability studies se constituent en Amérique du Nord comme champ disciplinaire à part entière. En France, ce n’est que très récemment que la question a commencé à soulever un intérêt critique. Au croisement des notions de gender, race et class, ce champ d’étude a activement contribué à enrichir un dialogue interdisciplinaire autour de la question de l’identité. Cette visibilité nouvelle a permis de repenser l’approche du handicap, en cessant de l’envisager sous l’angle de la déficience et de la carence.

Les disability studies ont en effet replacé le sujet handicapé au cœur de la réflexion et l’ont débarrassé des stigmates qui ont longtemps pesé sur lui, notamment en réarticulant le rapport entre le normal et le pathologique. Ce travail a permis de mettre au jour un autre rapport au monde et à soi, d’identifier les stratégies par lesquelles celui-ci transcende les limites que son corps lui impose, tant dans la vie quotidienne que dans la pratique artistique. C’est dans cette perspective que nous nous proposons d’interroger les figures du corps handicapé dans les productions littéraires, cinématographiques, culturelles et artistiques, dans le monde anglo-saxon et au-delà.

Tout d’abord, le handicap est une expérience qui implique bien souvent la construction d’un récit et nous souhaitons prêter une attention toute particulière aux formes narratives qu’il adopte et adapte. Le handicap suscite inévitablement un récit : le membre manquant, le corps paralysé ou l’altération cognitive impliquent le besoin de rendre compte de ce qui en est à l’origine. Ce récit, constamment remodelé au fil du temps et au gré des contextes, permet à l’individu de se libérer des discours institutionnels et du langage médical ainsi que de se (re)construire grâce à la force génératrice du récit qu’il produit. Il dépasse ainsi l’expérience traumatique et se réapproprie une identité qu’il a lui-même façonnée. Le handicap a ainsi contribué à redéfinir les genres et les formes narratives, du comique au tragique. Se pose alors un double questionnement sur les fonctions diégétiques du sujet handicapé et les stratégies narratives à l’œuvre dans ces récits. La représentation du handicap opère en effet une réarticulation du rapport à l’espace (limite / immobilité / confinement) et au temps (durée, ressassement, projection), du rapport à soi (acceptation, négation) et à l’autre (dépendance, perception), du rapport au langage et à la création.

Par ailleurs, l’expérience du handicap induit souvent un renouvellement des pratiques artistiques qui exploite toutes les possibilités créatrices qu’offrent le geste maladroit, la parole qui achoppe et le corps vulnérable. On ne peut donc limiter le handicap aux stratégies de compensation et de réparation visant à combler les défaillances qu’il implique. La prothèse, par exemple, ne relève pas d’une simple substitution ou d’une imitation (de l’organe défaillant ou du membre manquant), mais d’une association entre corps et technologie qui déterritorialise la sphère de l’humain et en améliore les performances. Ce qui ne peut se faire ou se dire trouve ainsi des canaux d’expression détournés et donne naissance à des formes et des pratiques inédites.

Si une poétique du handicap ne peut se satisfaire d’une simple célébration des dysfonctionnements, des déficiences et des défaillances du corps humain, peut-elle se soustraire à l’opposition binaire entre manque et excès, impuissance et surpuissance ? De la même façon, comment échapper à la double impasse de l’exhibition ou de l’invisibilité, de la répulsion ou de la sublimation, de la stigmatisation et de l’idéalisation ? Puisque le corps handicapé ne se conforme pas aux codes esthétiques, dans quelle mesure, artistes, cinéastes et écrivains réarticulent-ils notre rapport au beau et au laid ? Se pose alors la question des affects et du malaise que suscite le corps handicapé. Il s’avère alors crucial d’analyser le bouleversement qu’il opère dans l’expérience sensible, les affects singuliers qu’il met en jeu et la différence irréductible qu’il représente. L’expérience cognitive générée par le handicap ouvre à toute une série d’expériences esthétiques inédites et le pouvoir de la fiction se retrouve au service d’une construction identitaire bâtie sur une autre relation au temps, à l’espace et au corps. Le repérage de ces formes et des possibilités qu’elles offrent participe à la compréhension et à la transformation des représentations collectives du handicap.

Nous sollicitons notamment des propositions sur les axes suivants :

– corps handicapé et technologie

– handicap moteur / psychique et les limitations de la perception

– le handicap et ses ressorts tragiques / comiques

– récits du handicap et (re)construction de l’identité

– le personnage handicapé comme héros / personnage secondaire

le handicap au cœur de la pratique artistique

– les handicaps et les arts corporels / visuels

– la réception des disability studies en France et ses questionnements liés à la terminologie

– la relation handicapé / valide

– vieillesse et handicap

– handicap, genre et sexualités

 

Les propositions de communication (300 mots) sont à envoyer à Pierre-Antoine Pellerin (pierre-antoine.pellerin@univ-lyon3.fr) et Sophie Chapuis (sophie.chapuis@univ-st-etienne.fr) avant le 15 mai 2017.

 

Bibliographie sélective

Couser, Thomas G. and Thomas Griffith, Signifying Bodies: Disability in Contemporary Life Writing, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2009.

Davis, Lennard J., Bending over Backwards: Disability, Dismodernism and Other Difficult Positions, New York: New York University Press, 2002.

Eco, Umberto (dir.), Histoire de la laideur, Flammarion, 2007.

Garland-Thompson, Rosemarie, Extraordinary Bodies, Figuring Physical Disability in American Culture and Literature, New York: Columbia University Press, 1997.

Hall, Alice, Literature and Disability, London: Routledge, 2016.

Mitchell, David T., and Sharon L. Snyder. Narrative Prosthesis: Disability and the Dependencies of Discourses, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2000.

Sandhal, Carrie and Philip Auslander (ed.), Bodies in Commotion, Disability and Performance, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2005.

Source: https://www.fabula.org/actualites/le-corps-en-faillite-experiences-et-representations-du-handicap-dans-la-litterature-et-les-arts_78808.php

Appel à communication: « Ces matières sans rivales », la céramique architecturale et la Manufacture de Sèvres (jusqu’au 16 mai 2017)

Journée d’études organisée par la Cité de la céramique et le LABEX CAP (Création, Arts, Patrimoine), Paris, INHA, 13 octobre 2017
Si la céramique architecturale, comprise comme matériau ou élément de décors, occupe une grande place dans le paysage urbain européen, elle reste encore mal connue et la Manufacture de Sèvres apparaît de surcroît comme la grande absente des publications sur ce sujet.
Lieu d’exception tant par sa production que par ses expérimentations techniques, Sèvres, tantôt pionnière, tantôt suiveuse, apparaît néanmoins importante pour retracer l’histoire de ce matériau en architecture. En effet, ce type de production est présent dès la fin du XVIIIe siècle et la Manufacture est même célébrée par la presse et le grand public pour ses créations monumentales au XXe siècle.
Cette journée débutera avec les premières cheminées décorées par la Manufacture dès 1792 et s’étendra jusqu’à nos jours avec le projet de Barthélémy Toguo pour la station Château Rouge de la ligne 4 du métro parisien. L’étude de ses productions permettra ainsi d’offrir un nouvel éclairage sur des lieux et édifices célèbres, du château de Fontainebleau au Louvre Abu-Dhabi, en passant par les pavillons des Expositions universelles et le paquebot Normandie.
Organisée par la Cité de la céramique dans le cadre du programme Immersion du LABEX CAP, cette journée d’étude sera l’occasion de rassembler des artistes, conservateurs, doctorants et universitaires autour des recherches en cours initiées par cette collaboration.
Elle contribuera à décloisonner les approches en liant création et patrimoine, problématiques au cœur de ces deux institutions.
La réflexion pourra s’organiser autour des thématiques suivantes :
  • L’évolution de la conception et de l’utilisation de ces matériaux en architecture au XIXe et XXe siècles.
  • Les projets, réalisés ou non, de céramique architecturale de la Manufacture de Sèvres
  • Les collaborations artistiques entre un artiste ou un architecte et la Manufacture
  • Les approches comparatives entre Sèvres et d’autres manufactures ou faïenceries

    Date limite d’envoi des propositions de communications : le mardi 16 mai 2017.Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes maximum espaces compris), accompagnées d’une bio-bibliographie sont à envoyer aux adresses suivantes: laurence.tillard@sevresciteceramique.fr et emeline.houssard@sevresciteceramique.fr. Une prise en charge des frais de transports pourra être assurée.

Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Au cours du XXe siècle, la musique occidentale, dans ses expressions savantes et populaires, a considérablement évolué et s’est développée sous de multiples formes. Aujourd’hui, les frontières entre arts visuels, musique, danse, théâtre, cinéma sont de plus en plus perméables et tendent à s’effacer. Les artistes créent des œuvres pluridisciplinaires où sons, corps, voix, images fixes ou en mouvement participent à un même projet. Irradiant et alimentant la plupart des formes d’art, de l’improvisation à la composition, du divertissement aux formes savantes, des arts de la scène au cinéma ou au jeu vidéo, l’art des sons constitue à la fois une activité indépendante et un nœud où naissent une multitude d’interactions. C’est ce nœud aussi bien pratique que conceptuel que le présent colloque entend interroger.

11-12 Octobre 2017 – Université Rennes 2
Continuer la lecture de Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Appel à communication : « Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950 » (jusqu’au 15 mai 2017)

Bernard Buffet, Portrait de Jacqueline Delubac, 1955, Lyon, musée des Beaux-Arts

Dates des journées d’étude : 15 – 16 septembre 2017
Responsables scientifiques : Philippe Dagen et Catherine Wermester, HiCSA

« …on me traite au mieux comme un monument » (Otto Dix, 1951)
Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950

Continuer la lecture de Appel à communication : « Le sort des artistes figuratifs dans les années 1950 » (jusqu’au 15 mai 2017)

Appel à communication : « « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XIXe siècles). » (jusqu’au 15 mai 2017)

Date et lieu de la journée d’études : 22 septembre 2017, Université Bordeaux Montaigne.

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ? Continuer la lecture de Appel à communication : « « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XIXe siècles). » (jusqu’au 15 mai 2017)

Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Dates et lieu du colloque : 16-17 novembre 2017, Université de Lausanne.

Ce colloque entend réunir des contributions qui abordent l’histoire de la photographie avant tout comme l’histoire de la collecte, du traitement et de la production de vastes ensembles de données visuelles. Que peut-on apprendre d’une approche de la photographie qui ne la réduise ni aux seules pratiques artistiques ou amateurs, ni à des ensembles limités d’images individuelles, mais l’envisage comme une technologie de l’information ? Que peut-elle apporter aux recherches actuelles menées sur les dimensions scientifiques et pédagogiques du médium ?

Argumentaire

Continuer la lecture de Appel à communication : « Photographie et technologies de l’information » (jusqu’au 31 mars 2017)

Appel à communication : « La mort et l’art » (jusqu’au 1er avril 2017)

Journée d’étude organisée par les doctorant-e-s d’Histoire et Critique des Arts

Les doctorant-e-s de l’équipe d’accueil 1279 Histoire et Critique des Arts de l’université Rennes 2, après avoir organisé deux journées d’études « Présenter l’art » (2015) et « Art et pouvoir » (2016) souhaitent développer une réflexion sur les relations entre l’art et la mort.

Depuis le milieu du XXe siècle, et particulièrement à partir des années 1970, la mort est une thématique récurrente des sciences humaines, ce qui a permis à l’historien Michel Vovelle d’affirmer, en 1982, que « l’histoire de la mort n’était pas une mode : elle ne fait que commencer1 ». Ce dernier, selon une approche davantage anthropologique et culturelle, mettait alors en évidence qu’à travers le prisme de cet « invariant2 », les vies humaines se reflètent, comprenant les croyances et les comportements face aux événements qui rythment leurs existences. L’auteur ouvrait ainsi l’étude de la mort à tout un répertoire de connaissances, de gestes et de pratiques dont les incidences et les correspondances dans les productions artistiques méritent amplement d’être interrogées.

Continuer la lecture de Appel à communication : « La mort et l’art » (jusqu’au 1er avril 2017)

Appel à communication : « Représentations de l’étrangère dans les littératures et l’art cinématographique au Maghreb » (jusqu’au 31 mai 2017)

DATE LIMITE : 31 mai 2017.

DATE ET LIEU DU COLLOQUE INTERNATIONAL :  8-9 septembre 2017, Université de Bucarest (Roumanie)

Le regard européen jeté sur le Maghreb a eu longtemps une tendance réductrice, en parlant de cette aire de civilisation comme d’un tout unitaire, sans tenir compte des spécificités locales et nationales qui ont d’ailleurs fasciné et attiré depuis toujours les Occidentaux. Le Maghreb est un espace pluriel du point du vue géographique, linguistique, historique, économique, social, politique et, d’autant plus, culturel. La colonisation française et l’appartenance à un espace culturel plus vaste qu’on appelle arabo-musulman sont les deux éléments les plus cités quand on pense à ce qui unit les pays du Maghreb. La colonisation a été un événement historique et politique dont dérivent nombre de spécificités de l’espace nord-africain et qui a exercé une influence certaine à tous les niveaux de la société, avec des conséquences qui sont encore visibles.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Représentations de l’étrangère dans les littératures et l’art cinématographique au Maghreb » (jusqu’au 31 mai 2017)