Appel à communications : « Transformations photographiques : expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle. » (jusqu’au 25 février 2018)

Sigmar Polke, Sans titre (Intérieur), 1984. Photographie noir et blanc, épreuve gélatino-argentique retouchée à la peinture, 127 x 215 cm

  • Date et lieu de la journée d’études : jeudi 17 mai 2018 à l’Institut national d’histoire de l’art.
  • Date limite d’envoi des propositions : 25 février 2018. 

Cette journée d’études, organisée par l’association doctorale 19-20 Art contemporain, a pour but d’interroger la photographie en tant que médium artistique transformé dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle.

Dès les expérimentations de Nicéphore Niépce et l’élaboration de la technique photographique par Louis Daguerre dans le premier tiers du XIXe siècle, les qualités de la photographie comme un moyen d’enregistrement du réel sous la forme d’une empreinte inaltérable apparaissent. De manière concomitante, sa valeur documentaire au service des arts plastiques et littéraires se déploie. À la fin du XIXe siècle, des photographes pictorialistes, notamment Robert Demachy, illustrent des paysages et portraits vaporeux, détournant ainsi la photographie pour qu’elle interprète le réel en intervenant sur les différentes étapes de développement du médium photographique en vue de créer un objet pictural unique.

L’artiste et théoricien László Moholy-Nagy, qui lui-même a transformé le médium photographique, publie dans les Cahiers d’art (1929) son texte « La photographie, ce qu’elle était, ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être ». Il y décrit les manipulations photographiques comme l’un des aspects de la création contemporaine « où la technique seule s’avère insuffisante : elle est un moyen, non un but » pour que naisse une œuvre graphiquement cohérente. Marcel Natkin dans Truquages en photographie (1939) aborde successivement plusieurs procédés : photogrammes, taches, trames, relief, bas-relief, photomontages, déformations, solarisation, « secrets de l’obturateur » et infra-rouge, rejetant par là l’idée que les truquages en photographie sont de « faux documents » et défend qu’ils doivent au contraire être considérés comme « les procédés modernes d’interprétation photographique ». Détachée d’une volonté d’en faire une restitution minutieuse, la photographie devient parfois une déformation utopique du réel à la manière de la production du groupe d’architectes Superstudio dans les années 1960.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, la large circulation des images par les médias de masse se traduit chez les artistes s’intéressant à la culture populaire par des œuvres où la photographie apparaît multipliée et agrandie. Plus tard, les artistes transforment et insèrent les photographies dans la construction des œuvres par l’expérimentation de nouveaux dispositifs d’expositions, de formes inédites d’installations qui impliquent la spatialisation et l’interaction du spectateur, à la manière des tirages monumentaux de Patrick Tosani. En architecture, l’infographie permet de nouvelles manipulations virtuelles de l’image photographique, telles que les a expérimentées Filip Dujardin pour ses bâtiments construits numériquement sur des logiciels mais impossibles à réaliser.

Les propositions de communications de la journée d’études « Transformations photographiques : expérimentations du médium dans les arts visuels du XIXe au XXIe siècle. » pourront questionner aussi bien :

  • les variations du développement (photogramme, rayogramme, solarisation, distorsion, superposition, effet négatif) ;
  • les notions de spatialisation de la photographie (fresque, installation, interaction) ;
  • les modifications sur les épreuves (découpage, collage, assemblage) ;
  • les objets photographiques (imprimé, sculpture, maquette, dispositif) ;
  • les logiciels numériques (montage) ;

cette liste n’étant pas exhaustive.

Organisée par l’association 19-20 Art contemporain, cette journée d’études est ouverte à toutes les doctorantes et tous les doctorants. Les personnes intéressées doivent envoyer leur bio-bibliographie et leur proposition de communication (entre 2000 et 3000 signes) à association1920@gmail.com avant le 25 février 2018.

Cette journée d’études fera l’objet d’une captation sonore qui sera diffusée sous forme de podcast sur le carnet hypothèse de l’association.

Cette journée d’études se tiendra le jeudi 17 mai 2018 de 9h30 à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art.

19-20 est l’association doctorale d’histoire de l’art contemporain. Son objectif est de valoriser le travail des étudiantes et des étudiants en thèse dont les recherches portent sur l’art du XIXe au XXIe siècle.

Association 19-20

Galerie Colbert, INHA

2 rue Vivienne

75002 Paris

Apéro 19-20 (7 décembre 2017, Mauri7, Paris)

L’équipe de l’association doctorale 19-20 vous invite à son prochain apéro.

Venez nous rejoindre au Mauri7, 46 rue du Faubourg Saint-Denis, dès 18h le jeudi 7 décembre 2017.

Le lien de l’événement facebook : https://www.facebook.com/events/1468348476613794/

Visite de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-cinéma » (24 novembre 2017, BnF, Paris)

19-20 organise une visite de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-cinéma » à la BnF le vendredi 24 novembre 2017 à 17h.

Alain Carou, co-commissaire de l’exposition et conservateur au département de l’audiovisuel conduira cette visite.

Cet événement est gratuit. Le nombre de participant.e.s est limité. L’inscription est obligatoire et s’effectue par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

 

Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Colloque : 27-29 novembre 2017
Abstracts à envoyer avant le 30 juin 2017

Centre Allemand d’Histoire de l’Art
45, rue des Petits Champs
75001 Paris
Métro : Pyramides (lignes 7 et 14)

Conseil scientifique: Julia Drost (DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Paris Nanterre), Anne Helmreich (College of Fine Arts, Texas Christian University), Martin Schieder (Universität Leipzig) and Susan Power (chercheuse indépendante).

Tout en se considérant comme une avant-garde internationale, Breton et les surréalistes n’avaient au départ pas intégré les États-Unis à leur planisphère, comme l’atteste en 1929 le fameux Le monde au temps des surréalistes. Cependant, dès 1930, le surréalisme y fut soutenu économiquement et institutionnellement. En novembre 1931, la première exposition d’art surréaliste aux États-Unis, Newer Super Realism, fut organisée au Wastworth Athaneum à Hartford dans le Connecticut. La Julien Levy Gallery, qui ouvrit la même année, offrit à Salvador Dalí, Max Ernst, Alberto Giacometti et René Magritte leur première exposition aux États-Unis, tandis que des artistes américains comme Man Ray, Joseph Cornell, Walter Quirt ou Lee Miller y furent également exposés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreux surréalistes avaient trouvé refuge aux États-Unis, les expositions, objets, publications surréalistes et les différents soutiens du mouvement permirent à de nouvelles formes hybrides de se propager à travers les États-Unis, de la côte Ouest à Chicago et au-delà, et ce bien après la fin du conflit.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Résumé

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux français, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des productions. Ce colloque se propose donc de faire dialoguer des praticiens, artistes et techniciens avec des chercheurs et des théoriciens universitaires.

Annonce

Colloque international, Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 8 – 9 – 10 mars 2018, Dans le cadre de l’exposition « Effets spéciaux : crevez l’écran ! » (octobre 2017 – août 2018) et dans le cadre du projet de recherche, « Les arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »

Argumentaire 

Peu d’études universitaires sont consacrées aux effets spéciaux, un domaine pourtant vaste et interdisciplinaire et dont la méconnaissance contraste avec l’utilisation toujours plus considérable des trucages au sein des films. Car depuis son invention – et même avant avec la photographie, la féerie théâtrale, le théâtre de magie et la prestidigitation – le trucage a toujours été omniprésent au cinéma et s’y est déployé sous différentes formes, partout dans le monde, y compris en France.

En effet, en dépit d’un stéréotype tenace, les films français regorgent d’effets spéciaux et d’effets visuels : il est temps de mettre en lumière cet aspect du cinéma français, au-delà des figures fondatrices (et donc incontournables) de Georges Méliès, Segundo de Chomón et d’Émile Cohl.

Tout au long de son histoire, le cinéma français a été nourri par les trouvailles de personnalités tombées dans l’oubli, comme les Assola père et fils ou les artistes étrangers accueillis sur les plateaux avec leur conception des techniques d’illusion : le peintre sur verre britannique Walter Percy Day, les décorateurs russes Paul Wilcké et Nicolas Minine, et même le chef opérateur Eugène Schüfftan, inventeur de l’effet qui porte son nom. Inversement, les techniques et images françaises ont souvent inspiré, plus ou moins légalement, d’autres cinématographies : le procès d’Abel Gance contre Gregg Toland après la sortie de Citizen Kane, est un exemple parmi d’autres. Qui, du Français André Debrie ou de l’Américain Linwood Dunn, inventa le premier la tireuse optique pour trucage ? Quels liens entre le Transflex mis au point par Henri Alekan avec Georges Gérard en 1954 et la projection frontale utilisée par Stanley Kubrick pour réaliser le prologue de 2001 l’odyssée de l’espace en 1968 ?

Continuer la lecture de Appel à communication : « Truquer, créer, innover : les effets spéciaux français » (jusqu’au 30 juin 2017)

Soutenance de thèse : « ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968) » par Noemi Joly (28 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Noemi Joly soutiendra sa thèse de doctorat : ZERO et le devenir immatériel de l’œuvre d’art à l’épreuve de la technique (1958-1968)

sous la direction d’Arnauld Pierre

le vendredi 28 avril 2017
à 13h30

à l’INHA, Salle Ingres, 2ème étage, Galerie Colbert, 4-6 rue des Petits-Champs, Paris 2e

En présence du jury :

MME BERTRAND-DORLÉAC ( Science Po )
M. DUFRENE ( PARIS 10 )
M. LEEMAN ( BORDEAUX 3 )
M. PIERRE ( PARIS 4 )
MME STAVRINAKI ( PARIS 1 )

ZERO apparaît le 24 avril 1958 à l’occasion de la septième « exposition d’un soir » qui a lieu à Düsseldorf, dans l’atelier d’Otto Piene et de Heinz Mack. La thématique de cette exposition, « Le tableau rouge », rejoint celle du premier numéro de cette nouvelle revue d’artistes, ZERO. S’ensuivent deux autres numéros, respectivement sortis en octobre 1958 (« Vibration ») et en juillet 1961 (« Dynamo »). Autour de la revue pilotée par Mack et Piene se nouent alors différents projets collaboratifs et expositions collectives, à partir desquels ZERO devient une sorte d’échangeur entre plusieurs tendances nées au tournant des années 1950-1960. Cette recherche monographique a pour ambition première de renouveler les perspectives sur une revue et une mouvance artistique peu étudiées en France, et ce à partir de la question de l’immatériel réfractée au prisme de la technique. L’optimisme technologique présumé de ZERO est réexaminé à l’aune du « discours autorisé », de la poïétique des oeuvres, de l’expérience esthétique et de leur réception critique. Dès lors, les oeuvres et les discours dévoilent une image bien moins nette du passé, tissée de contradictions, qui traduit d’une part la difficile négociation d’un tournant sociétal marqué par la mécanisation et l’automation, l’information, l’accélération et la menace nucléaire et, d’autre part, l’ambition pour l’art dynamique (vitaliste) et « idéaliste » de ZERO de jouer un rôle actif dans la définition de l’époque, en s’adressant aux imaginaires et en occupant les territoires de l’expérience sensible.

(source http://www.paris-sorbonne.fr/Mme-NOEMI-JOLY-ZERO-et-le-devenir)

Soutenance de thèse : « Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde. » par Alla Chernetska (22 avril 2017, INHA, Paris)

Mme Alla Chernetska soutiendra sa thèse de doctorat : Art & Science : nouveau langage dans l’exploration du monde.

le samedi 22 avril 2017

à 9h30

à l’INHA, Galerie Colbert, 1er étage, salle Jullian – 2, rue Vivienne – Paris 2e

  • Jury
  1. Philippe DAGEN, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
    Mme Olga KISSELEVA, maître de conférences HDR à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    M. Jean-Marie SCHAEFFER, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherche CNRS
    M. Jean-Paul FOURMENTRAUX, professeur à Aix-Marseille Université
    M. Jean-Marc CHOMAZ, directeur de recherche CNRS, laboratoire d’hydrodynamique (Ladhyx) et professeur à l’École Polytechnique
  • Résumé

L’art et la science sont des voies parallèles de connaissance du monde, même si chacun utilise ses propres moyens. Ayant des approches différentes, les deux sont en quête de l’invisible, de ce qui se trouve au-delà de la première perception de la réalité, pour aboutir à la découverte de nouveaux phénomènes dans le réel. Les collaborations actuelles entre les artistes et les scientifiques m’ont conduite à la recherche de nouvelles approches de la réalité que ces projets communs puissent apporter à l’Humanité. En découvrant le domaine Art & Science, je me suis interrogée sur des démarches et des méthodes considérées depuis longtemps comme incompatibles, qui sont en train de converger en un langage commun se créant à la frontière de l’art et la science.
Notre recherche se fonde sur plusieurs témoignages, comme des artistes, ainsi des scientifiques qui ont participé à des projets communs. A travers les différentes collaborations nous avons analysées, d’une part, les points de vue communs des artistes et des scientifiques, et, d’autre part, les difficultés qu’ils ont dû surmonter pour aboutir au résultat voulu.
Étant un domaine assez récent, Art & Science suscite beaucoup d’interrogations. Cette thèse se focalise sur l’essence et les buts des collaborations entre les artistes et les scientifiques afin de comprendre la spécificité des projets Art & Science et voir quel impact ces projets peuvent avoir sur la société.

Visite guidée de l’exposition « Josef Koudelka, La fabrique d’exils » à la Galerie de photographies (22 mai 2017, Centre Pompidou, Paris)

19-20 organise une visite guidée de l’exposition Josef Koudelka, La fabrique d’exils conduite par Emmanuelle Etchecopar-Etchar, attachée de conservation et co-comissaire, à la Galerie de photographies du Centre Pompidou, le lundi 22 mai 2017 à 11h.

Cet événement est gratuit. Cette visite est réservée en priorité à des doctorant-e-s. L’inscription est obligatoire et s’effectue par courriel à l’adresse association1920@gmail.com.

Apéro 19-20 (27 avril 2017, Café Bonne Nouvelle, Paris)

Pour ce prochain apéro 19-20 nous vous donnons rendez-vous au Café Bonne Nouvelle, 4 rue Faubourg Poissonnière, dans le 10e arrondissement dès 18h le jeudi 27 avril 2017.
Nous espérons vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion!

Camille, Chiara, Emeline, Marion et Ségolène

Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Le numéro 4 de la revue À l’épreuve (Montpellier Paul-Valéry) sera consacré à la pratique de l’imposture dans les champs de l’art, de l’histoire ou de la sociologie. À travers des études de cas, des retours historiques ou des réflexions concernant ses enjeux esthétique, juridique ou axiologique par exemple, le numéro se voudrait une mise au point de l’importance historique de la notion et de sa capacité à éclairer certains aspects de notre époque contemporaine.

Argumentaire

« […] le monde aujourd’hui n’est plein que de ces larrons de noblesse, que de ces imposteurs qui tirent avantage de leur obscurité et s’habillent insolemment du premier nom illustre qu’ils s’avisent de prendre. »(Molière, L’Avare, V, 5)

Si l’on peut concéder au lecteur une discrète tendance à la paranoïa dans le caractère d’Harpagon, le brave homme n’a pas tort de saisir l’imposture comme l’un des plus énigmatiques, l’un des plus redoutables maux des temps modernes. Faussaires, escrocs, mystificateurs, plagiaires, falsificateurs peuplent depuis des siècles l’imaginaire occidental, circulant entre réel et fiction, entre arts et histoire, sans que jamais la fascination exercée sur les spectateurs de ce continuel va-et-vient ne se soit démentie. Car l’imposteur fascine. Celui qui impose, qui trompe par son double visage, par ses mensonges ou ses productions, inquiète autant qu’il intrigue, amuse autant qu’il scandalise, non sans que finissent par se cristalliser sur sa figure les traits d’un véritable mythe. Mais qui est-il au juste ? Que trouve-t-on derrière le masque d’un homme abusant de ses semblables, en jouant avec les frontières du vrai et du faux ?

Continuer la lecture de Appel à publication : « L’imposture », revue « À l’épreuve », n°4/2017 (jusqu’au 15 avril 2017)

Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Résumé

Au cours du XXe siècle, la musique occidentale, dans ses expressions savantes et populaires, a considérablement évolué et s’est développée sous de multiples formes. Aujourd’hui, les frontières entre arts visuels, musique, danse, théâtre, cinéma sont de plus en plus perméables et tendent à s’effacer. Les artistes créent des œuvres pluridisciplinaires où sons, corps, voix, images fixes ou en mouvement participent à un même projet. Irradiant et alimentant la plupart des formes d’art, de l’improvisation à la composition, du divertissement aux formes savantes, des arts de la scène au cinéma ou au jeu vidéo, l’art des sons constitue à la fois une activité indépendante et un nœud où naissent une multitude d’interactions. C’est ce nœud aussi bien pratique que conceptuel que le présent colloque entend interroger.

11-12 Octobre 2017 – Université Rennes 2
Continuer la lecture de Appel à communication : « L’interaction dans et avec la musique, Son, geste, dispositifs dans les musiques électroniques et électroacoustiques contemporaines » (jusqu’au 15 avril 2017)

Colloque : « Rodin : L’onde de choc » (22-23 mars 2017, Grand Palais, Paris)

En parallèle de Rodin, l’exposition du centenaire, le colloque Rodin : l’onde de choc se propose d’examiner sous un nouveau jour la réception et le rayonnement de l’œuvre du sculpteur. Rodin, comme Monet ou Picasso, a connu et connait toujours une célébrité mondiale incontestée. Ce phénomène s’est poursuivi sans discontinuer et ne laisse pas d’étonner ; des musées Rodin se sont constitués au XXe siècle aux États-Unis, au Mexique, au Japon, en Corée. À chaque génération, le public et les artistes se sont positionnés par rapport à lui, quelquefois pour en prendre le contrepied, souvent pour s’en inspirer ou renchérir sur une invention, un aspect, une forme. À chaque période, un Rodin différent est mis en exergue, découvert, mis en lumière. Ces mutations du regard, loin d’épuiser l’œuvre de l’artiste, ont permis, permettent et permettront un enrichissement sans cesse renouvelé de sa compréhension.
Trois champs thématiques principaux seront explorés durant ce colloque par vingt chercheurs et historiens de l’art : les échanges féconds de Rodin et des écrivains ; l’internationalisation de l’œuvre du maître ; enfin, l’intérêt des artistes contemporains pour Rodin.
Ce colloque organisé en collaboration avec la RMN-Grand Palais, a bénéficié du soutien de l’École du Louvre et de la Société des Amis du musée Rodin.

Continuer la lecture de Colloque : « Rodin : L’onde de choc » (22-23 mars 2017, Grand Palais, Paris)

Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Pour un ouvrage collectif présentant diverses approches critiques de l’oeuvre de Jacques Tardi.

Après de très courts récits comme Prévoyez l’accident, ou Humperdick Clabottford, en 1971, Rumeurs sur le Rouergue, prépublié dans Pilote en 1972, marque les débuts de Jacques Tardi en bande-dessinée ; depuis, au même titre qu’Hugo Pratt, par exemple, cet artiste original a su accompagner ce mode d’expression, parfois jugé enfantin et commercial, sur le chemin de la maturité et de l’exigence artistique. A tel point que la critique a proposé, pour distinguer « le bon grain de l’ivraie », de désigner ce nouveau genre par une terminologie nouvelle ; littérature en images, BD adulte, neuvième art… avant que la notion de roman graphique n’émerge… Pourtant, avec Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Tardi ne renie ni la tradition populaire ni la dimension sérielle de la bande dessinée traditionnelle en 48 pages couleurs ; mais il s’évade également avec bonheur du cadre de ce format, dans de grandes fresques où il fait entrer tout son univers.

Tardi semble puiser dans l’Histoire les trames de ses histoires : la Commune de Paris, la Belle époque, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale… Ces périodes ne sont pas choisies au hasard : il s’agit souvent de moments de crises qui posent question à notre société, et qui mettent en scène la dialectique de la domination et de la résistance. Cet univers évoque parfois une certaine réalité historique, de façon référentielle, voire documentaire. Pourtant, ce réalisme est aussi l’occasion du surgissement du fantastique ou de l’anachronique, quand ce n’est pas de l’uchronique ou de l’utopique.

Continuer la lecture de Appel à publications : “Hardi Tardi ! Un univers esthétique entre audace et tradition” (jusqu’au 30 avril 2017)

Séminaire : « Cabinets de curiosités du XXIème siècle » (15 mars 2017, Conservatoire national des arts et métiers, Paris)

Troisième atelier – Cabinets de curiosités du XXIème siècle

Passé et avenir des cabinets de curiosités

Organisé par le Musée des arts et métiers (Cnam) et l’HICSA (Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne) dans le cadre du Labex CAP.

Mercredi 15 mars 2017 au Musée des arts et métiers, Cnam-Paris

Thème : « Les interventions d’artistes contemporains dans la tradition des cabinets de curiosités

14h00 : Yves Winkin (CNAM) et Dominique Poulot (INHA),  Introduction à l’atelier, contexte, séances à venir.

14h30 : Claude D’Anthenaise, conservateur général du Patrimoine, directeur du Musée de la Chasse et de la Nature, « Au rendez-vous des chasseurs de licorne, le musée de la Chasse et de la Nature »

15h15 : Nadine Gomez-Passamar, conservatrice en chef, Musée Gassendi, «Nouvelles curiosités».

Pause

16h15 : Julie Bawin, professeure à l’université de Liège, « Cabinets de curiosités d’artistes : de l’œuvre au musée ».

17h00 : Discussion

Salle des conférences – 292, St Martin, 75003 Paris, de 14h à 17h30

(sur inscription à Véronique Rothenbühler – veronique.rothenbuhler@univ-nantes.fr)

Comité d’organisation :

Yves Winkin est professeur au Cnam, directeur du Musée des arts et métiers, directeur de la Culture scientifique et technique ; Dominique Poulot est professeur à l’Université Paris1.

En collaboration avec Catherine Cuenca, Conservatrice générale du Patrimoine, Musée des arts et métiers, et Maddalena Napolitani, doctorante à l’Ecole normale supérieure.

(source : http://blog.apahau.org/seminaire-cabinets-de-curiosites-du-xxieme-siecle-cnamlabex-cap-15-mars-2017/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook)